🔮 DIRECT : Toutes les infos sur l’affaire FTX en continu

La rĂ©solution de la crise connue actuellement par FTX devrait marquer un tournant dans l’histoire des crypto monnaies. Suivez le dĂ©roulement des Ă©vĂšnements en temps rĂ©el.
SBF FTX actualite continu-min

DerniÚre modification effectuée le 01.04.2023 16:40

Au cƓur d’une crise rappelant les heures les plus sombres de l’histoire des crypto monnaies, FTX fait face actuellement Ă  une forte crise financiĂšre. AprĂšs avoir arrĂȘtĂ© les transactions au dĂ©but de la semaine et tentĂ© de conclure en vain un deal avec Binance, FTX se retrouve dos au mur. La rĂ©daction vous propose de suivre en direct l’évolution de la situation.

Vendredi 31/03 : FTX Europe va rouvrir les retraits pour certains utilisateurs

Une lueur d’espoir vient de faire son apparition pour les clients europĂ©ens de FTX. En effet, l’entreprise vient d’annoncer le lancement d’un processus permettant aux clients de FTX EU de demander des soldes finaux avant les retraits des fonds en FIAT.

La procĂ©dure risque malgrĂ© tout de prendre du temps puisque des mesures de vĂ©rifications avancĂ©es seront mises en Ɠuvre par l’entreprise pour s’assurer de la lĂ©gitimitĂ© des demandes de ses clients. Ainsi, pour respecter la lĂ©gislation sur la lutte contre le blanchiment d’argent, FTX procĂ©dure Ă  un contrĂŽle de l’identitĂ© du client demandeur, mais Ă©galement Ă  une vĂ©rification de ses coordonnĂ©es bancaires.

Enfin, les retraits ne seront disponibles que pour les clients de FTX EU ayant ouvert un compte sur le site europĂ©en de l’exchange aprĂšs le 7 mars 2022. DĂšs lors, de nombreux clients ne seront pas concernĂ©s par cette procĂ©dure et devront malheureusement attendre d’en savoir plus dans les prochains mois.

Jeudi 30/03 : FTX devrait récupérer 460 millions de dollars

La nouvelle direction de l’exchange amĂ©ricain continue de chercher des solutions pour pouvoir rembourser les clients lĂ©sĂ©s par la faillite de FTX. Alors que l’entreprise a dĂ©jĂ  rĂ©ussi Ă  retrouver 5 milliards de dollars sur les 11 milliards de dollars nĂ©cessaires au remboursement intĂ©gral de ses clients, elle devrait rajouter 460 millions de dollars Ă  sa trĂ©sorerie.

En effet, FTX a conclu un accord financier avec le fonds d’investissement Modulo Capital, une sociĂ©tĂ© liĂ©e Ă  l’écosystĂšme d’entreprises de Sam Bankman-Fried. GrĂące Ă  cet accord, FTX pourrait rĂ©cupĂ©rer la quasi-totalitĂ© des liquiditĂ©s dĂ©tenues par sa filiale.

En revanche, cet accord est soumis Ă  l’approbation du juge chargĂ© de gĂ©rer la faillite de FTX. Si cet accord est acceptĂ©, FTX recevra 404 millions de dollars sous forme de liquiditĂ©s tandis que Modulo renoncera Ă  une dette de 56 millions de dollars dĂ©tenus envers l’exchange.

Mercredi 29/03 : Sam Bankman-Fried aurait tenté de corrompre des membres du gouvernement chinois

Selon une plainte dĂ©posĂ©e le 28 mars par les procureurs amĂ©ricains, Sam Bankman-Fried fait l’objet d’une accusation de corruption envers « un ou plusieurs reprĂ©sentants du gouvernement chinois ». ConcrĂštement, l’ancien dirigeant de FTX aurait tentĂ© de soudoyer ces derniers avec un montant d’environ 40 millions de dollars.

Cette tentative de Sam Bankman-Fried serait intimement liĂ©e Ă  sa volontĂ© de rĂ©cupĂ©rer l’accĂšs Ă  des comptes de trading appartenant Ă  Alameda Research bloquĂ©s par les autoritĂ©s chinoises. Sans qu’il y ait de certitude sur la rĂ©ussite de la manƓuvre, le gouvernement chinois aurait malgrĂ© tout dĂ©bloquĂ© l’accĂšs Ă  ces comptes en novembre 2021 afin que SBF rĂ©cupĂšre l’accĂšs Ă  plus d’un milliard de dollars.

En rĂ©ponse, Sam Bankman-Fried aurait pris la dĂ©cision de plaider non coupable face Ă  ces accusations en assurant n’avoir jamais eu l’intention de corrompre ces personnes. Alors qu’il fait l’objet de 13 chefs d’inculpation diffĂ©rents, SBF continue de clamer son innocence face Ă  une partie de ces accusations.

Lundi 20/03 : FTX attaque en justice les avocats de son entitĂ© bahamĂ©enne

Depuis l’effondrement de l’exchange, les nouveaux dirigeants de l’entreprise ne cessent de remettre en question le comportement des liquidateurs en charge de son entitĂ© aux Bahamas. DĂ©sormais, FTX poursuit les avocats de son entitĂ© bahamĂ©enne en justice.

ConcrĂštement, FTX espĂšre obtenir un jugement dĂ©rogatoire stipulant que FTX Digital Markets n’a aucun droit de propriĂ©tĂ© sur les actifs de la sociĂ©tĂ© dĂ©tenus aux Bahamas. Selon eux, « les liquidateurs prĂ©sents aux Bahamas prĂ©tendent Ă  tort ĂȘtre propriĂ©taires de la bourse Â». Ils ajoutent que l’entitĂ© bahamĂ©enne de FTX « Ă©tait seulement une façade pour faciliter une conspiration Ă  grande Ă©chelle Â».

Dimanche 19/03 : Une date pour la vente de LedgerX bientĂŽt dĂ©voilĂ©e

Ancienne entreprise phare de l’écosystĂšme de Sam Bankman-Fried, LedgerX devrait faire l’objet d’une vente aux enchĂšres dans les semaines Ă  venir. DĂ©jĂ  reportĂ©e deux fois au cours de ces derniers mois, la vente devrait finalement avoir lieu dĂ©but avril.

Ainsi, la vente aux enchĂšres aura lieu le 4 avril prochain dans les bureaux de Sullivan & Cromwell et une audience de vente aura lieu le 12 avril prochain.

A cĂŽtĂ© de la vente de LedgerX, FTX cherche toujours Ă  lever des fonds pour pouvoir rembourser ses crĂ©anciers. De fait, Embed Financial Technologies, FTX Japan et FTX Europe devraient Ă©galement faire l’objet d’une cession. Selon un document juridique, plus de 100 investisseurs potentiels ont d’ores et dĂ©jĂ  manifestĂ© un intĂ©rĂȘt pour le rachat de ces entreprises.

Jeudi 16/03 : Des influenceurs visĂ©s par un procĂšs dans l’affaire FTX

Durant l’apogĂ©e de FTX, l’entreprise a mis en place une stratĂ©gie marketing pour avoir une forte prĂ©sence sur les rĂ©seaux sociaux. De fait, ils ont contactĂ© de nombreux influenceurs pour que ces derniers fassent la promotion de l’exchange. Bien que cette pratique soit totalement lĂ©gale, elle est fortement encadrĂ©e pour Ă©viter de tromper les consommateurs.

Ainsi, plusieurs personnes accusent certains influenceurs d’avoir fait la promotion de FTX sans jamais divulguer la nature des paiements et des compensations reçus par l’entreprise en l’échange de leur contenu. De plus, ces derniers sont accusĂ©s d’avoir ensuite supprimĂ© leur contenu lorsque la bourse s’est effondrĂ©e.

Selon l’action en justice, « bien que FTX ait payĂ© grassement les dĂ©fendeurs pour promouvoir sa marque et encourager leurs partisans Ă  investir, les dĂ©fendeurs n’ont pas divulguĂ© la nature et l’étendue de leurs parrainages, de leurs paiements et de leurs compensations Â».

Mercredi 15/03 : SBF veut utiliser l’assurance responsabilitĂ© des dirigeants de FTX pour ses frais de justice

C’est une nouvelle demande de Sam Bankman-Fried qui risque d’agacer fortement les clients de son ancienne entreprise. Alors que les dirigeants de FTX ont refusĂ© catĂ©goriquement d’accepter la demande Ă  l’amiable de SBF, ce dernier s’est tournĂ© vers la justice pour obtenir gain de cause.  

En effet, les avocats de SBF ont dĂ©posĂ© des documents auprĂšs du tribunal pour utiliser l’assurance responsabilitĂ© civile des administrateurs et dirigeants de la bourse de crypto monnaies pour payer ses frais de justice.

Or, situation ironique, si le juge accepte sa requĂȘte, SBF deviendrait un crĂ©ancier prioritaire de FTX puisqu’il obtiendrait un paiement de FTX avant les clients lĂ©sĂ©s de FTX. Cette demande est justifiĂ©e, selon ses avocats, par le prix exorbitant de la dĂ©fense de SBF.

Lundi 06/03 : FTX intente une action en justice contre Grayscale

Alors qu’elle est menacĂ©e par la situation de sa sociĂ©tĂ© mĂšre Digital Currency Group, Grayscale fait dĂ©sormais l’objet d’une action en justice de la part de l’exchange amĂ©ricain FTX. Selon les documents dĂ©posĂ©s devant un tribunal du Delaware, l’entreprise amĂ©ricaine reproche Ă  Grayscale d’avoir violĂ© des accords de fiducie.

FTX explique que la mauvaise gestion de Grayscale est l’une des raisons de cette violation. D’ailleurs, selon l’action en justice, Grayscale aurait soutirĂ© plus de 1,3 milliard de dollars en « frais de gestion exorbitants Â». De plus, FTX explique que « les excuses inventĂ©es par Grayscale pour empĂȘcher les actionnaires de racher leurs actions ont eu pour consĂ©quence que les actions du trust se nĂ©gocient avec une dĂ©cote d’environ 50% par rapport Ă  la valeur de l’actif net Â».

Un porte-parole de Grayscale a rĂ©pondu Ă  ces accusations en expliquant que « le procĂšs intentĂ© par FTX est malavisĂ© Â». Selon lui, « Grayscale a Ă©tĂ© transparent dans ses efforts pour obtenir l’autorisation rĂ©glementaire de convertir le GBTC en ETF – un rĂ©sultat qui est sans aucun doute la meilleure structure de produits Ă  long terme Â».

Jeudi 02/03 : Les recouvrements des clients toujours dans le flou

Dans une nouvelle prĂ©sentation dĂ©posĂ©e jeudi dans le cadre de la procĂ©dure de faillite de FTX, John Ray III a confirmĂ© la prĂ©sence d’un dĂ©ficit massif des actifs de FTX et de son conglomĂ©rat d’entreprises.

Ainsi, au 1er mars, les Ă©quipes de FTX.com ont seulement rĂ©ussi Ă  localiser 2,2 milliards de dollars d’actifs en crypto monnaies. Sur ce total, seuls 694 millions de dollars sont des « actifs de catĂ©gorie A Â» liquides comme le FIAT, les stablecoins, le Bitcoin et l’Ethereum. Ensuite, 385 millions de dollars concernent des crĂ©ances de clients, mais Ă©galement d’Alameda Research.

Enfin, FTX.US fait quant Ă  lui Ă©tat d’un dĂ©ficit d’actifs importants dont 191 millions de dollars d’actifs totaux identifiĂ©s dans les portefeuilles associĂ©s Ă  l’exchange. John Ray explique que « les actifs des bourses ont Ă©tĂ© fortement mĂ©langĂ©s, et leurs livres et registres sont incomplets et, dans de nombreux cas, totalement absents Â». Il ajoute que « pour ces raisons, il est important de souligner que ces informations sont encore prĂ©liminaires et susceptibles d’ĂȘtre modifiĂ©es Â».

Mercredi 01/03 : Nishad Singh inculpĂ© par la justice amĂ©ricaine

La possibilitĂ© d’une inculpation de Nishad Singh, ancien directeur de l’ingĂ©nierie de FTX, Ă©tait devenue pressante ces derniĂšres semaines, mais elle est dĂ©sormais officielle. Lors d’un communiquĂ©, la SEC annonce l’inculpation de Nishad Singh pour « son rĂŽle pluriannuel visant Ă  escroquer les investisseurs de la bourse de crypto monnaies FTX Â».

Ainsi, l’institution financiĂšre considĂšre que Nishad Singh Ă©tait un participant actif du plan mis en Ɠuvre, intentionnellement par l’entreprise, pour tromper ses investisseurs. De fait, la manƓuvre aurait notamment permis Ă  ce dernier de procĂ©der Ă  des retraits successifs pour un montant d’environ 6 millions de dollars.

Comme annoncĂ© ces derniĂšres semaines, Nishad Singh a collaborĂ© avec la SEC afin d’obtenir un arrangement particulier. DĂšs lors, il a plaidĂ© coupable aux accusations portĂ©es Ă  son encontre, mais l’accord passĂ© avec l’institution pourrait lui permettre de rĂ©duire sa future peine.

Mardi 28/02 : Robinhood a fait l’objet d’une assignation Ă  comparaitre par la SEC

Robinhood pourrait bientĂŽt devoir fermer ses services liĂ©s aux crypto monnaies. En effet, dans des documents financiers rĂ©vĂ©lĂ©s plus tĂŽt dans la semaine, on apprend que la SEC a assignĂ© l’entreprise Ă  comparaitre quelque temps aprĂšs l’effondrement de l’exchange amĂ©ricain FTX.

Selon la SEC, les crypto monnaies mis Ă  disposition par Robinhood sont des valeurs mobiliĂšres. Ainsi, Robinhood explique que « cette dĂ©cision pourrait l’empĂȘcher de continuer Ă  faciliter le commerce de crypto monnaies sur sa plateforme Â».

Jeudi 23/02 : Sam Bankman-Fried accusĂ© de conspiration 

Rapidement apprĂ©hendĂ© par les autoritĂ©s aprĂšs la faillite de FTX, Sam Bankman-Fried avait Ă©tĂ© inculpĂ© de huit chefs d’accusation lors de son premier passage devant la justice. Ce jeudi, un juge chargĂ© de l’affaire vient de dĂ©voiler plusieurs nouveaux chefs d’accusation qui pĂšseront au-dessus de l’ancien patron de FTX lors de son procĂšs Ă  venir.

Bien qu’étant libĂ©rĂ© sous caution et assignĂ© Ă  rĂ©sidence jusqu’à son procĂšs, durant lequel il plaidera non coupable, SBF est dĂ©sormais accusĂ© de conspiration en vue de commettre une fraude bancaire et de conspiration en vue d’exploiter une activitĂ© de transfert d’argent non autorisĂ©e.

Il est Ă©galement accusĂ© d’avoir commis des fraudes Ă©lectroniques Ă  l’encontre des clients de FTX. Enfin, il est accusĂ© d’avoir conspirĂ© pour faire des contributions politiques illĂ©gales et d’avoir fraudĂ© la Commission Ă©lectorale fĂ©dĂ©rale. 

Pour l’heure, l’entourage de Sam Bankman-Fried s’est refusĂ© Ă  tout commentaire. 

Lundi 20/02 : FTX Japon va réouvrir les retraits le 21 février

AprĂšs avoir mis en pause les retraits de sa plateforme en novembre dernier, FTX Japon devrait commencer Ă  voir la lumiĂšre au bout du tunnel.

En discussion depuis plusieurs semaines, la question de la rĂ©ouverture des retraits pour la filiale japonaise de FTX vient d’ĂȘtre finalisĂ©e. En effet, les retraits de crypto monnaies et de FIAT reprendront sur la plateforme Ă  partir du 21 fĂ©vrier.

Au vu de la grande demande, le processus devrait ĂȘtre lent, mais FTX Japon assure avoir contactĂ© tous les utilisateurs ayant des fonds sur la plateforme. Enfin, selon un communiquĂ© publiĂ© en dĂ©but de semaine, FTX Japon devrait annoncer la reprise d’autres services dans un futur proche.

Lundi 20/02 : Galois Capital ferme ses portes Ă  cause de la faillite de FTX

C’est une nouvelle victime de la faillite de FTX qui vient de mettre la clĂ© sous la porte. En effet, Galois Capital, un fonds d’investissement en crypto monnaies, ne peut plus faire face Ă  ses difficultĂ©s financiĂšres. 

AprÚs la faillite de FTX, Galois Capital avait annoncé que la moitié de ses actifs étaient bloqués sur la plateforme américaine. DÚs lors, quelques mois aprÚs le début de la crise, Galois Capital a entamé les démarches pour mettre fin à son activité tout en redistribuant son argent restant aux investisseurs.

Kevin Zhou, cofondateur de Galois Capital, explique dans les colonnes du Financial Times « que compte tenu de la gravitĂ© de la situation de FTX, il n’est pas tenable de continuer Ă  exploiter le fonds Ă  la fois financiĂšrement et culturellement ».

Il ajoute « que toute cette saga tragique, de l’effondrement de Luna Ă  la crise de crĂ©dit de 3AC jusque’à l’échec de FTX,  a certainement fait reculer l’industrie de maniĂšre significative, mais, je reste, mĂȘme maintenant, plein d’espoir pour l’avenir Ă  long terme des crypto monnaies ». 

Selon les estimations financiĂšres, cette fin d’activitĂ© devrait permettre aux investisseurs de recevoir 90% de l’argent non bloquĂ© sur FTX. Concernant les 10% restants, ils seront temporairement retenus jusqu’à ce que les discussions avec les administrateurs de la sociĂ©tĂ© soient achevĂ©es. 

Vendredi 17/02 : L’entitĂ© des Bahamas de FTX a fait preuve de grande largesse comptable

L’enquĂȘte sur la mauvaise gestion de FTX continue d’apporter la confirmation de la trĂšs mauvaise gestion des anciens dirigeants de l’entreprise. Cette fois-ci, dans un rapport dĂ©posĂ© au dĂ©but du mois de fĂ©vrier par les liquidateurs de FTX, on apprend que l’entitĂ© de FTX situĂ© aux Bahamas a mĂ©langĂ© les fonds des clients et des entreprises.

ConcrĂštement, la sociĂ©tĂ© avait une gestion comptable particuliĂšrement mauvaise puisque les registres comptables Ă©taient limitĂ©s et ne faisaient que trĂšs peu de distinction entre ce qui reprĂ©sente les fonds des clients et les fonds de l’entreprise.

Ainsi, FTX Digital Markets disposerait d’environ 219,5 millions de dollars sur plusieurs comptes bancaires, mais il est pour l'heure trĂšs dĂ©licat pour les liquidateurs de dĂ©terminer Ă  qui appartient rĂ©ellement cet argent. 

Le rapport explique « qu’il semble que l’argent des clients ait Ă©tĂ© mĂ©langĂ© de telle sorte qu'il n’est pas possible d’identifier clairement les sommes qui constituent l’argent des clients par opposition aux fonds gĂ©nĂ©raux de l’entreprise ».

Vendredi 17/02 : Nishad Singh devrait plaider coupable des accusations criminelles Ă  son encontre

L’ancien directeur de l’ingĂ©nierie chez FTX, Nishad Singh, est actuellement en train de nĂ©gocier les contours d’un accord avec les procureurs amĂ©ricains. Dans le cadre de cette discussion, ce dernier devrait vraisemblablement plaider coupable des accusations criminelles Ă  son encontre. 

Au cours de l’enquĂȘte menĂ©e aprĂšs la faillite de FTX, les preuves se sont accumulĂ©es contre Nishad Singh. DĂšs lors, le rĂŽle jouĂ© par ce dernier dans la mauvaise gestion de FTX est dĂ©sormais presque actĂ©. NĂ©anmoins, l’accord n’est pas encore finalisĂ©.

Dans le cas d’une finalisation de cet accord, il rejoindrait Gary Wang, cofondateur de FTX, et Caroline Ellison, ancienne CEO d’Alameda Research, qui ont Ă©galement passĂ© un accord avec les autoritĂ©s dans l’espoir de diminuer leur peine Ă  venir.

Mercredi 15/02 : La justice amĂ©ricaine refuse catĂ©goriquement la nomination d’un examinateur indĂ©pendant

Depuis la faillite de FTX, une grande question se pose en filigrane : celle de la nomination d’un examinateur indĂ©pendant pour superviser la prise en charge de la faillite de FTX. 

La volontĂ© d’un examinateur indĂ©pendant est exacerbĂ©e depuis le compte rendu de plus de 700 pages fait par un expert sur la sociĂ©tĂ© de crypto monnaies Celsius. Cette demande est notamment appuyĂ©e par la liquidateur amĂ©ricain chargĂ© de superviser la faillite. 

NĂ©anmoins, cette volontĂ© s’était confrontĂ©e aux objections de plusieurs personnes, dont les dĂ©biteurs de FTX. Dans sa rĂ©cente dĂ©cision, le juge en charge de l’affaire explique « qu’il n’y a aucun doute que la nomination d’un examinateur indĂ©pendant ne serait pas dans le meilleur intĂ©rĂȘt des crĂ©anciers de FTX puisque chaque dollar dĂ©pensĂ© dans ces affaires en frais administratifs est un dollar en moins pour ces derniers ».

Il rajoute que « John Ray, actuel CEO de FTX, est totalement indĂ©pendant de la direction prĂ©cĂ©dente et qu’il est honnĂȘtement qualifiĂ© pour rĂ©soudre les problĂšmes financiers de l’entreprise et rendre sa valeur aux crĂ©anciers et aux clients ». 

Enfin, la prĂ©sence d’anciens employĂ©s de FTX au sein de l’entreprise actuelle n’est pas un problĂšme selon lui. En effet, il explique que « rien n’indique qu’ils aient Ă©tĂ© impliquĂ©s dans un quelconque acte rĂ©prĂ©hensible et selon John Ray, ils ont Ă©tĂ© privĂ©s de tout pouvoir de dĂ©cision ». 

Mardi 14/02 : Sam Bankman-Fried interdit d’utiliser un VPN

MalgrĂ© sa libĂ©ration conditionnelle obtenue grĂące Ă  une caution exceptionnellement Ă©levĂ©e, Sam Bankman-Fried ne peut pas bĂ©nĂ©ficier d’une totale libertĂ© dans sa vie quotidienne. Ainsi, en dĂ©but de semaine, l’ancien patron de FTX a dĂ©cidĂ© d’utiliser un VPN pour pouvoir regarder le Super Bowl. 

L’utilisation d’un VPN n’est pas un fait isolĂ© puisque ce dernier a dĂ©jĂ  eu recours Ă  plusieurs reprises Ă  un VPN depuis le dĂ©but du mois de janvier. Or, cette situation n’est pas au goĂ»t de la justice. Le procureur Damian Williams s’inquiĂšte notamment de l’utilisation de cette technologie puisqu’elle empĂȘche « le gouvernement et d’autres tiers de voir quels sites web SBF visite ou quelles donnĂ©es sont envoyĂ©es et reçues en ligne ». 

Pour l’heure, les nĂ©gociations autour des conditions finales entourant la libĂ©ration sous caution de SBF restent Ă  ĂȘtre dĂ©terminĂ©es. NĂ©anmoins, dans l’attente d’un verdict final les avocats de Sam Bankman-Fried, Mark Cohen et Christian Everdell, ont assurĂ© au juge dans une lettre que « SBF n’utilisera pas de VPN jusqu’à nouvel ordre ». 

En rĂ©ponse, le juge a expliquĂ© que « l’utilisation d’un VPN par le dĂ©fendeur prĂ©sente plusieurs des mĂȘmes risques associĂ©s Ă  son utilisation d’une application de messagerie ou d’appel chiffrĂ© ». De fait, il a pris la dĂ©cision « avec effet immĂ©diat de modifier les conditions de libĂ©ration de SBF afin de lui interdire l’utilisation de tout VPN ».  

Mardi 14/02 : FTX autorisé à vendre certains actifs et filiales

C’est une dĂ©cision qui ne devrait pas avoir de consĂ©quences directes pour les particuliers victimes de la faillite de FTX. NĂ©anmoins, cette autorisation devrait permettre Ă  l’exchange amĂ©ricain de retrouver une certaine liquiditĂ© dans les mois Ă  venir.

ConcrĂštement, une motion dĂ©posĂ©e le 18 janvier dernier par les liquidateurs de la FTX dĂ©montrait que certains actionnaires avaient exprimĂ© leur volontĂ© de racheter les parts de FTX afin de faciliter la levĂ©e de capitaux supplĂ©mentaires auprĂšs d’autres investisseurs.

Le tribunal en charge du dossier a approuvĂ© cette motion en autorisant la vente ou le transfert de certains actifs d’une valeur relativement minime par rapport Ă  l’ensemble des actifs de FTX. Ainsi, il sera impossible de procĂ©der Ă  une vente supĂ©rieure Ă  1 million de dollars. De plus, les dĂ©biteurs devront tenir au courant la justice de l’évolution des transactions pour permettre un suivi prĂ©cis de la situation. 

Lundi 13/02 : Les poursuites civiles envers SBF repoussĂ©es jusqu’à son procĂšs pĂ©nal

Dans le systĂšme judiciaire amĂ©ricain, les accusations Ă  l’encontre d’une personne peuvent ĂȘtre portĂ©es Ă  la fois au civil et au pĂ©nal. DĂšs lors, en raison de son implication dans la faillite de FTX, Sam Bankman-Fried fait l’objet de deux procĂ©dures distinctes.

NĂ©anmoins, en raison de la complexitĂ© du dossier, le procureur des Etats-Unis pour le district sud de New-York, Damian Williams, a pris la dĂ©cision de soumettre une motion de suspension afin de mettre en suspend les procĂ©dures civiles Ă  l’encontre de SBF jusqu’à la conclusion de son procĂšs pĂ©nal. Ainsi, les procĂ©dures entamĂ©es notamment par la CFTC et la SEC seront repoussĂ©es jusqu’à cette date. 

Cette dĂ©cision devrait permettre au ministĂšre de la Justice amĂ©ricain de faire la lumiĂšre sur les accusations criminelles qui pĂšsent sur SBF. Parmi ces accusations, on peut notamment retrouver des chefs d’accusation comme l’escroquerie et la violation des lois sur le financement des campagnes Ă©lectorales. 

Mardi 07/02 : John Ray a touchĂ© 690 000$ au dĂ©but de la crise de FTX

C’est une information qui ne devrait pas rĂ©jouir les milliers d’utilisateurs lĂ©sĂ©s dans la faillite de FTX. En effet, par souci de transparence, le nouveau CEO de FTX a rendu public le montant de ses honoraires depuis sa prise de fonction.

Dans une dĂ©claration effectuĂ©e devant le tribunal des faillites, John Ray a expliquĂ© avoir touchĂ© « 690 000 dollars d’honoraires horaires entre le 11 novembre 2022 et la fin de mois de dĂ©cembre Â». Il a prĂ©cisĂ©, pour justifier ce salaire, que son travail de redressement de FTX impliquait de travailler 75 heures par semaine pendant les premiers mois, y compris Ă  NoĂ«l.

Mardi 07/02 : Les conditions de libertĂ© conditionnelle de SBF vont ĂȘtre changĂ©es

Selon un avocat de Sam Bankman-Fried, l’équipe juridique de Sam Bankman-Fried a conclu un accord avec les procureurs en charge de l’affaire pour modifier substantiellement les conditions de sa libertĂ© conditionnelle.

Ainsi, alors qu’il avait Ă©tĂ© interdit d’utiliser certains outils Ă©lectroniques, les avocats de SBF ont demandĂ© Ă  lever cette interdiction. Un accord ayant Ă©tĂ© trouvĂ©, SBF pourra dĂ©sormais utiliser diverses applications de messageries (mails, FaceTime, Zoom, etc.), mais il ne pourra pas utiliser d’applications de messageries Ă©phĂ©mĂšres comme Signal.

Lundi 07/02 : FTX engage une sociĂ©tĂ© de cybersĂ©curitĂ© pour sĂ©curiser son parc informatique

Alors que le juge en charge de l’affaire de FTX ne souhaite pas encore prendre une dĂ©cision concernant la nomination d’un examinateur indĂ©pendant au sein de FTX, on apprend que l’exchange amĂ©ricain a engagĂ© la sociĂ©tĂ© de cybersĂ©curitĂ© Sygnia Ă  la suite du hack survenu en novembre.

Pour rappel, quelques heures seulement aprĂšs l’arrĂȘt des retraits sur FTX, un hack avait entrainĂ© la perte de plusieurs centaines de millions de dollars de l’exchange. Depuis, FTX s’implique ardemment dans la sĂ©curisation de son rĂ©seau.

Ainsi, Selon John Ray, ces experts techniques ont eu pour mission de tenter de consolider l’environnement non sĂ©curisĂ© de FTX. Il explique que « leurs services Ă©taient essentiels puisque des piratages Ă©taient en cours Â». Il ajoute que « cette entreprise a non seulement contribuĂ© Ă  y mettre fin, mais aussi Ă  reconstruire un environnement qui reste encore trĂšs sensible Ă  ce jour, en raison de la nature des actifs cryptographiques et leur vulnĂ©rabilitĂ© Â».

Mercredi 01/02 : FTX dĂ©tenait 1,4 milliard de dollars en espĂšces Ă  la fin de 2022

Des documents financiers sur la situation de FTX ont Ă©tĂ© mis Ă  jour et rendus publics en dĂ©but de semaine. On apprend que FTX disposait notamment d’environ 1,4 milliard de dollars en espĂšces Ă  la fin de l’annĂ©e 2022.

En novembre dernier, FTX avait déposé le bilan en déclarant détenir seulement 1,2 milliard de dollars, soit une estimation inférieure de 19%.

Mercredi 01/02 : Sam Bankman-Fried ne peut plus contacter les employĂ©s de FTX

Dans l’attente de son procĂšs, Sam Bankman-Fried est conscient que les tĂ©moignages des employĂ©s de FTX auront potentiellement un impact important dans le verdict final. DĂšs lors, ce dernier pourrait essayer d’intervenir auprĂšs d’eux pour changer substantiellement le contenu de leurs dĂ©clarations.

D’ailleurs, les procureurs ont rĂ©cemment accusĂ© SBF d'avoir d’ores et dĂ©jĂ  pris contact avec Ryne Miller, l’actuel avocat gĂ©nĂ©ral de FTX US, pour tenter d’influencer son futur tĂ©moignage. NĂ©anmoins, SBF explique dans cette lettre vouloir reprendre contact afin de « construire une relation constructive permettant de vĂ©rifier les choses entre les deux parties Â».

Pour Ă©viter tout risque qu’une telle situation se reproduise, le juge New Yorkais chargĂ© de l’affaire a pris la dĂ©cision d’interdire Ă  SBF de tenter de contacter les employĂ©s, anciens ou actuels, de son ancienne entreprise. En outre, SBF se voit interdit d’utiliser Signal ou d’autres applications de messagerie Ă©phĂ©mĂšre.

Le juge explique d’abord que « la tentative des avocats de SBF de qualifier sa communication avec Ryne Miller d’anodine n’était pas convaincante Â». Il ajoute que « le message dans son intĂ©gralitĂ© semble ĂȘtre une invitation envoyĂ©e Ă  Miller pour aligner les points de vue et souvenirs avec sa propre version des Ă©vĂšnements Â».

Mercredi 01/02 : Voyager Digital rejette l’offre d’Alameda

En pleine lutte judiciaire avec Voyager Digital au sujet des dettes dues Ă  l’entreprise Ă  Alameda Research, le comitĂ© des crĂ©anciers de Voyager a dĂ©voilĂ© sa dĂ©fense en demandant notamment la requalification de ses dettes.

En effet, ils expliquent que les crĂ©ances d’Alameda doivent ĂȘtre Ă©quitablement subordonnĂ©es Ă  toutes les autres crĂ©ances ou bien requalifiĂ©es en fonds propres.

De plus, le comitĂ© estime que « la conduite inĂ©quitable et frauduleuse Â» d’Alameda Research a coĂ»tĂ© Ă  Voyager et Ă  ses crĂ©anciers entre 114 et 122 millions de dollars. Il ajoute « qu’ils ont fait reculer de plusieurs mois les efforts de restructuration des dĂ©biteurs et ont imposĂ© des millions de dollars en frais et coĂ»ts supplĂ©mentaires et inutiles aux dĂ©biteurs lorsque l’offre a Ă©tĂ© rĂ©ouverte Â».

DĂšs lors, il estime que « le tribunal peut rĂ©arranger les prioritĂ©s des intĂ©rĂȘts des crĂ©anciers et placer tout ou partie de la rĂ©clamation frauduleuse dans un statut infĂ©rieur, afin d’atteindre un rĂ©sultat juste Â».

Mardi 31/01 : Les signataires de la caution de SBF vont ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©s

La caution de 250 millions de dollars ayant permis Ă  SBF de retrouver sa libertĂ© en attendant son procĂšs en fin d’annĂ©e continue de faire parler d’elle. DĂ©cision attendue par de nombreux observateurs, les noms des signataires de la caution de SBF vont ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©s dans les prochaines semaines.

En effet, Lewis Kaplan, le juge chargĂ© de l’affaire pĂ©nal concernant Sam Bankman-Fried, a pris cette dĂ©cision Ă  la suite de quatre requĂȘtes distinctes dĂ©posĂ©es par plusieurs organes de presse affirmant que « l’intĂ©rĂȘt du public Ă  les connaĂźtre ne doit pas ĂȘtre sous-estimĂ© ».

Il a expliquĂ© que « cette information est traditionnellement une information rendue publique et qu’elle devrait, Ă  son humble avis, figurer dans le dossier public ». 

NĂ©anmoins, SBF est en mesure de faire appel jusqu’au 7 fĂ©vrier prochain. DĂšs lors, la rĂ©vĂ©lation devra attendre de passer ce dĂ©lai. 

Mardi 31/01 : FTX intente une action en justice contre Voyager Digital

En pleine quĂȘte de fonds, les dirigeants de FTX ont dĂ©cidĂ© d’intenter une action en justice Ă  l’encontre de Voyager Digital. En effet, Voyager possĂšde plusieurs dettes envers FTX pour un montant de plus de 445 millions de dollars.

Selon le dĂ©pĂŽt rĂ©alisĂ© en dĂ©but de semaine, le montant de ces dettes pourrait augmenter « si des preuves supplĂ©mentaires d’Alameda Ă  Voyager sont trouvĂ©es ». De plus, les avocats souhaitent obtenir le remboursement des frais de justice. 

Pour rappel, les avocats d’Alameda ont expliquĂ© que Voyager s’apparentait Ă  un fonds nourricier ayant peu ou pas fait de diligence raisonnable avant de rentrer en nĂ©gociation commerciale avec FTX.

Vendredi 20/01 : La justice confirme le cabinet d’avocats Sullivan & Cromwell

Depuis hier, la lĂ©gitimitĂ© du cabinet d’avocats Sullivan & Cromwell est remise en question Ă  cause de l’intervention de l’ancien responsable de la conformitĂ© de FTX, Dan Friedberg. Selon ce dernier, un conflit d’intĂ©rĂȘts existerait puisque FTX a versĂ© 8,5 millions de dollars au cabinet d’avocats quelque temps avant de se placer en faillite. 

DĂ©fendue notamment par le nouveau CEO de FTX, John Ray, la prĂ©sence de Sullivan & Cromwell au sein de la procĂ©dure de faillite de l’exchange devait ĂȘtre clarifiĂ©e par la justice en ce vendredi 20 janvier. 

Selon le juge John Dorsey, « il n’existe aucune preuve d’un conflit d’intĂ©rĂȘts avĂ©rĂ© ». Il a Ă©tĂ© particuliĂšrement virulent envers Dan Friedberg en considĂ©rant que sa dĂ©claration « Ă©tait pleine de ouĂŻ-dire, d’insinuations, de spĂ©culations et rumeurs ».

NĂ©anmoins, cette dĂ©cision a certainement Ă©tĂ© confortĂ©e par le fait que le cabinet d’avocats ait dĂ©clarĂ© qu’il n’enquĂȘterait pas sur les affaires concernant ses anciens associĂ©s. 

Jeudi 19/01 : John Ray, CEO de FTX, Ă©voque une potentielle rĂ©ouverture de l’exchange

L’information a eu un retentissement instantanĂ© sur le marchĂ© : John Ray, CEO de FTX, explique ĂȘtre ouvert Ă  la possibilitĂ© d’une rĂ©ouverture de l’exchange de crypto monnaies. 

ConcrĂštement, il considĂšre qu'il s’agirait d’une solution pertinente pour permettre aux clients de l’entreprise, mais Ă©galement aux crĂ©anciers, de rĂ©cupĂ©rer tout ou une partie de leur investissement. Selon lui, FTX possĂšde une rĂ©elle valeur intrinsĂšque qui pourrait continuer d’exister malgrĂ© les mauvais agissements des anciens dirigeants.

DĂšs la parution de l’interview de John Ray, le cours du FTT a tout de suite Ă©tĂ© tirĂ© vers le haut. Pourtant, cette opĂ©ration de communication pourrait ĂȘtre seulement une maniĂšre de manipuler le marchĂ© Ă  la hausse. Bien qu’illĂ©gale, cette Ă©ventualitĂ© n’est pas Ă  nĂ©gliger. 

En effet, cette possibilitĂ© ne pourrait jamais se concrĂ©tiser en action rĂ©elle. DĂšs lors, dans l’attente d’avoir plus d’informations sur les tenants et aboutissants d’une rĂ©ouverture de l’exchange, la prudence est Ă  privilĂ©gier. 

Jeudi 12/01 : Sam Bankman-Fried publie un « pre mortem Â» des Ă©vĂšnements 

ParticuliĂšrement inattendu, et certainement inappropriĂ© en l’attente de son procĂšs, Sam Bankman-Fried est Ă  nouveau sorti du silence pour donner son « pre mortem Â» des Ă©vĂšnements ayant menĂ© Ă  la faillite de FTX.

Tout en continuant de nier une quelconque intentionnalitĂ© dans les transactions ayant eu lieu entre FTX et Alameda Research, il explique que la chute des deux entreprises est seulement liĂ©e Ă  la mauvaise couverture du fonds d’investissement Alameda lors d’une baisse soudaine du marchĂ©. En revanche, il affirme « qu’il n’était plus dirigeant d’Alameda ces derniĂšres annĂ©es Â».

Il persiste Ă©galement Ă  penser que la chute du marchĂ© de dĂ©but novembre, ayant ensuite dĂ©coulĂ© sur une situation d’insolvabilitĂ© Ă©vidente le 8 novembre, a Ă©tĂ© prĂ©cipitĂ©e intentionnellement par Binance. 

Il s’est ensuite Ă©panchĂ© sur les actions Robinhood. Il explique qu’il souhaite offrir la quasi-totalitĂ© de ses actions personnelles aux clients de FTX pour les aider Ă  rĂ©cupĂ©rer leur argent. Pourtant, cette dĂ©claration est en contradiction avec l’argumentaire de son Ă©quipe juridique qui explique l’importance de conserver la possession de ces actions pour couvrir les frais juridiques Ă  venir de SBF.

Enfin, il estime que la filiale américaine de FTX pourrait entiÚrement rembourser ses clients.

Jeudi 12/01 : Le Miami Heat, l’équipe de NBA, se sĂ©pare enfin de son accord avec FTX

Depuis la faillite de l’exchange amĂ©ricain FTX, les entreprises du sport et de l’esport affiliĂ©es au nom de l’entreprise souhaitent rompre au plus vite leur contrat avec elle. La team de NBA, les Miami Heat, ont enfin pu le faire grĂące Ă  la dĂ©cision du juge des faillites.

Pour rappel, le comtĂ© de Miami-Dade avait passĂ© un accord avec FTX pour renommer le stade de la team NBA en « FTX Arena Â» suite Ă  un accord de 135 millions de dollars. Or, les rĂ©cents Ă©vĂšnements ont obligĂ© le comtĂ© Ă  chercher un nouveau partenaire pour les droits d’appellation tout en essayant de rompre lĂ©galement son contrat avec FTX.

C’est chose faite puisque dans une rĂ©cente ordonnance, le juge des faillites stipule que le comtĂ© « cessera immĂ©diatement d’utiliser le nom FTX Â». Ainsi, le comtĂ© prĂ©voit d’ores et dĂ©jĂ  de retirer tous les panneaux de l’arĂšne afin que son image ne soit plus associĂ©e Ă  l’un des plus gros scandales financiers de ces derniĂšres annĂ©es.

Mercredi 11/01 : Selon l'avocat chargĂ© de la faillite, FTX a rĂ©cupĂ©rĂ© “plus de 5 milliards de dollars” d'actifs

Cette annonce augmente considérablement le montant total que FTX a récupéré depuis son dépÎt de bilan l'année derniÚre, et représente environ la moitié de ce qui est dû aux clients.

D'aprÚs l'avocat chargé de l'affaire FTX, l'exchange de crypto monnaies a récupéré plus de 5 milliards de dollars de différents actifs, sans compter 425 millions de dollars de crypto monnaies détenus par la Commission des valeurs mobiliÚres (SEC) des Bahamas. Ces différents actifs retrouvés sont présentés comme un mélange de cash et de crypto monnaies liquides, bien qu'aucun autre détail n'ait été donné.

“Nous avons localisĂ© plus de 5 milliards de dollars de liquiditĂ©s, de crypto-monnaies liquides et de titres de placement liquides Ă©valuĂ©s Ă  la valeur de la date de pĂ©tition. Cela n'attribue tout simplement aucune valeur Ă  la dĂ©tention de dizaines de jetons de crypto monnaies illiquides, oĂč nos avoirs sont si importants par rapport Ă  l'offre totale que nos positions ne peuvent ĂȘtre vendues sans affecter substantiellement le marchĂ© du jeton”

Adam Landis, avocat chargé de la faillite FTX

Cette annonce augmente considérablement le montant total des actifs détenus par FTX, aprÚs que John Ray, le nouveau PDG de la société a déclaré qu'il ne pouvait trouver qu'un peu plus d'un milliard de dollars le 20 décembre 2022. Le montant total que FTX doit à ses créanciers n'est toujours pas clair et demeure entre 1 et 10 milliards de dollars.

Mercredi 11/01 : La justice amĂ©ricaine regrette l’ingĂ©rence politique dans le dossier FTX

L’engagement politique de Sam Bankman-Fried avant la chute de son empire continue de perturber la vie politique amĂ©ricaine. En ce sens, quatre sĂ©nateurs amĂ©ricains ont publiĂ© une lettre pour demander notamment la nomination d’un enquĂȘteur indĂ©pendant pour enquĂȘter sur la faillite de FTX. 

Cette lettre n’a pas du tout Ă©tĂ© reçue avec sympathie par le juge. En effet, ce dernier estime que « cette lettre est une communication inappropriĂ©e Â». 

Il assure ensuite « qu’il prendra ses dĂ©cisions sur les questions mentionnĂ©es dans la lettre en se fondant uniquement sur les preuves admissibles et les arguments des parties et des intĂ©rĂȘts prĂ©sentĂ©s en audience publique Â». 

D’ailleurs, il rappelle que l’ingĂ©rence politique « n’aura aucun impact sur ses dĂ©cisions dans cette affaire puisqu’elles seront uniquement fondĂ©es sur les faits et le droit Â».

Mercredi 11/01 : Une partie de la liste des créanciers de FTX ne sera pas divulguée pour le moment

Plusieurs organisations gouvernementales américaines demandent depuis plusieurs semaines avec insistance à la justice de dévoiler la liste des créanciers de FTX pour maintenir la transparence du processus juridique.

D’ailleurs, selon l’administrateur judiciaire de FTX « le public a le droit d’accĂ©der aux dossiers judiciaires et ce n’est que dans des circonstances trĂšs limitĂ©es qu’un tribunal peut restreindre ou refuser cet accĂšs Â».

NĂ©anmoins, malgrĂ© ces arguments, le juge a dĂ©cidĂ© de garder sous scellĂ© cette liste pour le moment. En revanche, il indique qu’il pourrait changer d’avis lors d’une future audience.

Il explique « ĂȘtre rĂ©ticent Ă  ce stade Ă  ordonner la divulgation Â». Il ajoute que la divulgation prĂ©senterait des risques pour les individus y Ă©tant prĂ©sents notamment si leur nom et leurs informations sont rendus publics Â». Une solution pourrait ĂȘtre trouvĂ©e en « expurgeant les informations personnelles sensibles des clients et autres parties prenantes Â». 

Mercredi 11/01 : Le rachat de Voyager par Binance US pourrait rapidement se concrétiser

MalgrĂ© les contestations formelles formulĂ©es par plusieurs acteurs influents de l’industrie, le rachat de Voyager par la filiale amĂ©ricaine de Binance pourrait aller se concrĂ©tiser dans les prochaines semaines.

En effet, le juge du tribunal des faillites vient d’approuver les dĂ©clarations de divulgation de Voyager concernant sa stratĂ©gie pour rĂ©aliser la cession de ses actifs. 

En revanche, cette dĂ©cision devra ĂȘtre entĂ©rinĂ©e lors d’une audience prĂ©vue en mars par une majoritĂ© des crĂ©anciers de Voyager. Selon Josua Sussborg, avocat reprĂ©sentant Voyager, la vente des actions Ă  Binance reprĂ©sente la meilleure solution pour les crĂ©anciers de l’entreprise.

De plus, Christine Okike, une autre avocate chargĂ©e de reprĂ©senter Voyager, se veut rassurante sur les objections formulĂ©es par la SEC en expliquant que ces derniĂšres « avaient Ă©tĂ© rĂ©solues pour les besoins de l’audience Â». Elle ajoute que « les finances de Binance US montrent qu’elle dispose de suffisamment de liquiditĂ©s pour payer les dĂ©biteurs jusqu’à 35 millions de dollars en espĂšces, le montant maximum qui pourrait ĂȘtre dĂ» Â». 

Mercredi 11/01 : La liste des actionnaires de FTX se dévoile

Une liste des actionnaires de FTX a été mise à jour et déposée le 9 janvier dernier. Grùce à cette derniÚre, il est possible de connaßtre plus précisément les actionnaires de FTX

Cette liste est amenĂ©e Ă  Ă©voluer puisque, selon les avocats des dĂ©biteurs du groupe FTX, « l’enquĂȘte des dĂ©biteurs se poursuit concernant les personnes et les intĂ©rĂȘts figurant sur les listes de dĂ©tenteurs d’actions Â».

D’abord, le milliardaire Peter Thiel apparait comme un actionnaire important de FTX au travers d’une de ses entreprises. Il dĂ©tient 245 000 actions de West Realm Shires, ainsi que 57 230 actions de FTX Trading Ltd.

On apprend Ă©galement que la superstar de la NFL, Tom Brady, possĂšde 1,144,861 actions de FTX Trading tandis que son ex femme, GisĂšle BĂŒndchen, en dĂ©tient 686,761. 

Enfin, l’entreprise BlackRock a Ă©galement des parts dans de nombreuses entreprises de l’ancien empire de Sam Bankman-Fried. NĂ©anmoins, ce n’est pas la seule sociĂ©tĂ© institutionnelle prĂ©sente dans la liste puisque Coinbase Ventures, Multicoin ou encore Paradigm sont Ă©galement prĂ©sents. 

Mardi 10/01 : Nishad Singh chercherait à passer un accord avec la justice américaine

L’étau se resserre sur Nishad Singh, ancien directeur de l’ingĂ©nierie de FTX. Alors que les autoritĂ©s amĂ©ricaines seraient actuellement en train d’enquĂȘter sur les actions de ce dernier, Nishad Singh aurait eu une rĂ©union secrĂšte avec les procureurs amĂ©ricains.

ConcrĂštement, cette rĂ©union a certainement eu pour objet d’évoquer les potentiels manquements rĂ©alisĂ©s par Nishad Singh alors qu'il Ă©tait encore un dirigeant de FTX. Par exemple, selon des documents judiciaires, il aurait reçu plusieurs prĂȘts pour une valeur totale de 543 millions de dollars de la part d’Alameda Research. 

NĂ©anmoins, bien qu’il n’ait pas encore Ă©tĂ© accusĂ© officiellement d’actes illĂ©gaux, une telle rĂ©union a probablement Ă©voquĂ© une immunitĂ© totale ou partielle de Nishad Singh en l'Ă©change d’informations prĂ©cieuses sur Sam Bankman-Fried et sa gestion de FTX.

Mardi 10/01 : Le CEO de BlockFi a utilisĂ© le prĂȘt de FTX pour payer des impĂŽts

Lors des turbulences du marchĂ© du premier semestre 2022, FTX Ă©tait venu en aide au prĂȘteur BlockFi. NĂ©anmoins, depuis la chute de FTX et la faillite de BlockFi, de nombreuses questions sont apparues sur la gestion de cet argent par les dirigeants de l’entreprise.

Tout d’abord, l’entreprise explique que « son Ă©quipe de direction a dĂ©ployĂ© ses actifs personnels sur la plateforme, pour Ă©changer, gagner des intĂ©rĂȘts et stocker diffĂ©rentes crypto monnaies selon les mĂȘmes conditions de service que les clients Â». 

DĂšs lors, lorsque FTX a fait un prĂȘt de 400 millions de dollars pour offrir de la liquiditĂ© Ă  l’entreprise pour assurer les retraits de ses clients, l’équipe de direction a pu bĂ©nĂ©ficier de cet argent pour sĂ©curiser leur investissement.

Ainsi, dans un rĂ©cent document partagĂ© par l’entreprise, on apprend que Zac Prince, CEO de BlockFi, a utilisĂ© 1,36 million de dollars de ce prĂȘt en aoĂ»t pour payer des impĂŽts. 

BlockFi explique que « comme de nombreux clients de BlockFi, Zac Prince a dĂ©ployĂ© ses actifs personnels sur la plateforme et le retrait effectuĂ© en avril 2022 Ă©tait destinĂ© Ă  payer les impĂŽts fĂ©dĂ©raux amĂ©ricains Â». 

En revanche, BlockFi assure qu’aucun membre de l’entreprise n’a effectuĂ© de retrait depuis le 14 octobre 2022 et aucun retrait de plus de 0,2 BTC depuis le 17 aoĂ»t. Pour rappel, la plateforme BlockFi a suspendu les retraits dĂšs le 8 novembre dernier Ă  la suite de la faillite de FTX.

Lundi 09/01 : Les autorités américaines ont saisi les actions Robinhood détenues par SBF

La semaine derniĂšre, le ministĂšre de la Justice amĂ©ricaine a annoncĂ© qu’une saisie allait ĂȘtre effectuĂ©e pour rĂ©cupĂ©rer les 456 millions de dollars d’actions Robinhood dĂ©tenus par Sam Bankman-Fried et Gary Wang.

MalgrĂ© les contestations rĂ©alisĂ©es par les avocats de SBF, un document judiciaire du 6 janvier dernier indique que les actions ont d’ores et dĂ©jĂ  Ă©tĂ© saisies « parce qu’elles constituent des biens impliquĂ©s dans des infractions de blanchiment d’argent ou de fraude Ă©lectronique Â».

Lundi 09/01 : L’administrateur judiciaire de FTX s’oppose à la vente de LedgerX

Alors que FTX avait annoncĂ© la future vente de ses filiales au Japon et en Europe, ainsi que de son entreprise LedgerX, cette Ă©ventualitĂ© ne plait pas Ă  l’administrateur judiciaire en charge de superviser la faillite de l’exchange amĂ©ricain.

Ainsi, l’administrateur judiciaire a dĂ©posĂ© une objection le 7 janvier dernier auprĂšs du tribunal pour empĂȘcher la vente de ces diffĂ©rentes entitĂ©s. 

Selon l’administrateur « la vente de ces filiales ne devrait pas ĂȘtre autorisĂ©e tant qu’une enquĂȘte complĂšte et indĂ©pendante n’a pas Ă©tĂ© menĂ©e sur toutes les personnes et entitĂ©s susceptibles d’avoir Ă©tĂ© impliquĂ©es dans des actes de malfaisance, de nĂ©gligence Â». 

Lundi 09/01 : L’ancien CEO de FTX US prĂ©voit de tĂ©moigner

Alors qu’il avait quittĂ© ses fonctions en septembre dernier, quelques semaines avant la faillite de FTX, Brett Harrison, ancien CEO de la filiale amĂ©ricaine de FTX, a annoncĂ© « qu’il partagerait en temps voulu ce qu’il savait sur FTX US Â». 

Ayant rejoint l’entreprise en mai 2021, Brett Harrison possĂšde certainement des informations essentielles pour aider les autoritĂ©s amĂ©ricaines Ă  mener leur enquĂȘte. 

RĂ©cemment, Nishad Singh, ancien directeur technique de FTX, aurait fait l’objet d’une investigation de la part des enquĂȘteurs. DĂšs lors, Brett Harrison devrait certainement collaborer avant d’ĂȘtre assignĂ© Ă  tĂ©moigner par les autoritĂ©s pour clarifier son rĂŽle dans la chute de FTX.

Samedi 07/01 : FTX et les autorités bahaméennes ont passé un accord

MalgrĂ© les dĂ©saccords publics entre FTX et les autoritĂ©s bahamĂ©ennes, ces derniers auraient rĂ©ussi Ă  trouver un terrain d’entente puisque les deux entitĂ©s ont conclu « un accord de coopĂ©ration portant notamment sur la maniĂšre dont les actifs peuvent ĂȘtre inventoriĂ©s et cĂ©dĂ©s Â». 

John Ray, CEO de FTX, explique « qu’il existe encore certaines problĂ©matiques Ă  rĂ©soudre, mais une grande partie des questions en suspens ont Ă©tĂ© rĂ©solu et nous avons une voie Ă  suivre pour rĂ©soudre le reste Â». 

Ainsi, le communiquĂ© explique que « les deux parties travailleront ensemble pour partager les informations, sĂ©curiser et restituer les biens Ă  leurs successions, coordonner les litiges contre les tiers et explorer les alternatives stratĂ©giques pour maximiser les rĂ©cupĂ©rations entre les parties prenantes Â». 

DĂ©sormais, les tribunaux amĂ©ricains et bahamĂ©ens doivent entĂ©riner cet accord pour que le processus puisse rĂ©ellement s’enclencher.  

Vendredi 06/01 : Sam Bankman-Fried s’accroche à ses actions Robinhood

Alors que les autoritĂ©s amĂ©ricaines annonçaient hier la saisie des actions Robinhood dĂ©tenues par SBF, ce dernier a intentĂ© une action en justice pour les empĂȘcher de mettre la main dessus. 

Ainsi, Ă  l’appui de leur demande, les avocats expliquent que les dĂ©biteurs de FTX ne sont aucunement liĂ©s Ă  ces actions et qu’ils n’avaient aucun droit dessus. 

Selon les avocats de ce dernier, « leur client a besoin de l’argent pour financer ses frais de justice Â». Ils ajoutent que « la rĂ©tention des coĂ»ts nĂ©cessaires Ă  une dĂ©fense pĂ©nale adĂ©quate peut constituer un prĂ©judice irrĂ©parable Â».

Il est peu dire que cette dĂ©claration est Ă©tonnante lorsque l’on sait que ce dernier a mis en jeu une caution de 250 millions de dollars pour obtenir sa libĂ©ration en attendant son procĂšs Ă  la fin de l’annĂ©e. 

Vendredi 06/01 : La SEC s’intĂ©resse au comportement des investisseurs de FTX

Bien que la grande majoritĂ© de la responsabilitĂ© de la chute de FTX soit naturellement attribuĂ©e Ă  Sam Bankman-Fried et aux anciens dirigeants de l’entreprise, la SEC s’intĂ©resse aux raisons ayant conduit certains investisseurs Ă  accepter de s’associer Ă  FTX.

Selon des sources familiĂšres Ă  l’enquĂȘte, la SEC examine actuellement si les investisseurs de la FTX ont correctement effectuĂ© les procĂ©dures d’audit de sĂ©curitĂ©. 

Ainsi, mĂȘme si SBF est actuellement en procĂšs, notamment pour avoir trompĂ© les investisseurs, les autoritĂ©s amĂ©ricaines s’étonnent de l’absence de doute dans l’esprit de ces derniers lors de la conclusion de leur contrat avec FTX. 

ConcrĂštement, la SEC souhaite savoir si les investisseurs se sont vĂ©ritablement assurĂ©s de la soliditĂ© de leur investissement ou s’ils ont fermĂ© les yeux malgrĂ© des signaux nĂ©gatifs. En revanche, aucune sociĂ©tĂ© n’est pour l’instant officiellement visĂ©e par l’enquĂȘte. 

Vendredi 06/01 : L’ancien dirigeant de FTX, Nishad Singh, dans le viseur de la justice amĂ©ricaine

Au-delĂ  de SBF, d’autres anciens dirigeants de FTX sont dans le collimateur de la justice amĂ©ricaine. L’ancien ingĂ©nieur et membre exĂ©cutif de FTX, Nishad Singh, intĂ©resse particuliĂšrement les autoritĂ©s qui auraient intensifiĂ© leur enquĂȘte sur ce dernier.

D’ailleurs, son rĂŽle dans la faillite de FTX pourrait lui devoir d’ĂȘtre inculpĂ© officiellement d’ici la fin du mois de janvier. 

Par ailleurs, ce dernier possĂ©dait une participation de 7,8% dans l’exchange avant la chute de ce dernier et selon les propos de SBF, rĂ©vĂ©lĂ© dans une enquĂȘte par le mĂ©dia Vox, « Nishad Singh se sentait honteux et coupable aprĂšs que le dĂ©pĂŽt de bilan de FTX ait rĂ©vĂ©lĂ© qu'il avait perdu plus de 8 milliards de dollars d’argent de ses clients Â». 

Jeudi 05/01 : Un ancien avocat de FTX a coopéré avec la justice américaine

Selon une source proche du dossier, l’ancien avocat de FTX, Daniel Friedberg, a collaborĂ© avec la justice amĂ©ricaine le 22 novembre dernier au cours d’une rĂ©union avec le ministĂšre amĂ©ricain de la Justice, le FBI et la SEC.

ConcrĂštement, Daniel Friedberg s’est Ă©panchĂ© sur les transactions internes et externes de la sociĂ©tĂ©. Ainsi, son tĂ©moignage a offert aux enquĂȘteurs de la matiĂšre concernant l’utilisation illĂ©gale des fonds des clients de la part de FTX et d’Alameda Research. 

Enfin, l’avocat aurait Ă©galement offert des informations prĂ©cieuses sur l’organisation interne d’Alameda Research et ses liens avec l’ensemble des entreprises de Sam Bankman-Fried. 

MalgrĂ© son statut d’ancien avocat de la sociĂ©tĂ©, Daniel Friedberg n’aurait pas Ă©tĂ© accusĂ© d’un quelconque crime par la justice, mais devrait malgrĂ© tout ĂȘtre appelĂ© comme tĂ©moin du gouvernement dans le futur procĂšs de SBF. 

Ainsi, il est possible que son tĂ©moignage ait Ă©tĂ© donnĂ© en l’échange d’une immunitĂ© partielle ou totale dans l’affaire de la faillite de FTX.

Jeudi 05/01: La banque Silvergate en grande difficulté économique

Prise en plein coeur de l’affaire FTX, la banque Silvergate continue d’enchainer les mauvaises nouvelles. DĂ©jĂ  sujette Ă  une class action suite Ă  sa potentielle implication dans le transfert illĂ©gal des fonds des clients entre FTX et Alameda Research, l’entreprise se voit obliger de licencier une partie de son personnel.

ConcrĂštement, Silvergate a confirmĂ© par voie de communiquĂ© avoir licenciĂ© 40% de ses employĂ©s, soit environ 200 personnes. 

De plus, alors qu’elle envisageait le lancement d’une crypto monnaie dans les prochains mois, l’entreprise s’est vue dans l’obligation d’interrompre son projet. D’ailleurs, elle a acceptĂ© une perte de 196 millions de dollars suite Ă  son acquisition de la technologie et des actifs de l’association Diem.

Ces nouvelles ont directement impactĂ© le cours boursier de l’entreprise qui a subi une forte baisse de prĂšs de 25% dĂšs l’ouverture du marchĂ©. 

Mercredi 04/01 : La SEC s’oppose au rachat des actifs de Voyager par Binance

Alors que les clients de Voyager espĂ©raient voir le bout du tunnel depuis l’annonce du rachat des actifs de l’entreprise par Binance, la SEC souhaiterait s’y opposer. 

Par le biais d’une motion dĂ©posĂ©e auprĂšs du tribunal chargĂ© de l’affaire, la SEC estime que les audits de sĂ©curitĂ© rĂ©alisĂ©s en amont de cette transaction ne permettent pas d’assurer la sĂ©curitĂ© des actifs des clients de Voyager.

Elle pointe notamment du doigt les doutes entourant « la capacitĂ© de Binance US Ă  rĂ©aliser une transaction de cette importance, estimĂ©e Ă  1 milliard de dollars Â». De plus, elle considĂšre qu’il existe une trop grosse opacitĂ© sur les procĂ©dures de sĂ©curitĂ© mise en oeuvre tout au long de la procĂ©dure d’acquisition des actifs par Binance. 

NĂ©anmoins, tout espoir n’est pas fini puisque la SEC a communiquĂ© ses inquiĂ©tudes aux avocats des dĂ©biteurs de Voyager. Ainsi, ces derniers prĂ©parent actuellement un nouveau document permettant de rassurer la SEC. De fait, l’institution amĂ©ricaine « se rĂ©serve le droit de modifier cette objection aprĂšs le dĂ©pĂŽt de l’état des divulgations rĂ©visĂ© Â». 

Mercredi 04/01 : La justice va se saisir des 575 millions de dollars d’actions Robinhood de SBF

Le sujet Ă©tait brulant, mais les autoritĂ©s amĂ©ricaines ont tranchĂ©. Lors d’une audience ce mercredi, le dĂ©partement de la justice amĂ©ricaine a annoncĂ© ĂȘtre en train de saisir les 575 millions de dollars d’actions Robinhood dĂ©tenus par Sam Bankman-Fried. 

Sujette Ă  la controverse depuis que des documents judiciaires ont rĂ©vĂ©lĂ© qu’elles avaient Ă©tĂ© achetĂ©es par SBF grĂące Ă  un prĂȘt d’Alameda Research, ces actions seront dĂ©sormais dĂ©tenues par les autoritĂ©s amĂ©ricaines. 

NĂ©anmoins, dĂ©sormais, une autre bataille juridique devrait s’ouvrir puisque le cĂ©lĂšbre prĂȘteur de crypto monnaies BlockFi estime avoir un droit de propriĂ©tĂ© sur une partie de ces actions Ă  la suite d’un accord conclu avec SBF en novembre dernier. De la mĂȘme maniĂšre, Yonathan Ben Shimon, un crĂ©ancier de FTX estime en avoir la possession lĂ©gitime.  

Seth Shapiro, avocat du ministĂšre de la Justice, a dĂ©clarĂ© au juge lors de l’audience « que ces actifs ne sont pas des biens de la masse ou de la faillite Â». DĂšs lors, ce dernier estime qu’ils ne devraient pas ĂȘtre gelĂ©s comme les autres actifs de FTX

NĂ©anmoins, Seth Shapiro ne ferme pas la porte Ă  la mise en oeuvre d’une procĂ©dure civile ou pĂ©nale de confiscation envers ces actions. 

Mardi 03/01 : La Maison-Blanche justifie les 4 réunions avec SBF en 2022

La porte-parole de la Maison-Blanche a évidemment été questionnée au sujet des 4 réunions auxquelles SBF a pu prendre part en 2022. D'aprÚs Karine Jean-Pierre, ces réunions étaient axées sur la prévention de la pandémie ainsi que sur différents sujets concernant les plateformes d'échange et l'écosystÚme crypto de maniÚre plus générale.

Une justification rapidement jugée trop légÚre, voire insultante par la communauté crypto qui a depuis longtemps, perdu confiance en ce systÚme.

Mardi 03/01 : SBF plaide non coupable devant le juge

Le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, a plaidĂ© non coupable d'avoir fraudĂ© des clients lors de son audience au tribunal du district sud de New York. L'ancien magnat de la crypto affirme ĂȘtre innocent des 8 chefs d'accusation de fraude financiĂšre et Ă©lectorale.

La date du procĂšs Ă  Ă©tĂ© fixĂ©e au 2 octobre 2023 par le juge Kaplan. Ce dernier a d'ailleurs validĂ© une stipulation supplĂ©mentaire demandĂ©e par le procureur et empĂȘchant SBF d’accĂ©der ou de transfĂ©rer des actifs de FTX ou Alameda.

Attention tout de mĂȘme, cela ne garantit en rien un procĂšs, puisque SBF et sa dĂ©fense auront toujours l'opportunitĂ© de nĂ©gocier un deal avec le procureur dans les mois Ă  venir.

Mardi 03/01 : Les avocats de Sam Bankman-Fried veulent cacher le nom des signataires de la caution de l’ancien patron de FTX

Alors qu’il est attendu dans la journĂ©e au tribunal, Sam Bankman-Fried souhaiterait dissimuler le nom des personnes participantes au paiement de sa caution de 250 millions de dollars. La question du paiement de sa caution avait notamment Ă©tĂ© mise sur le devant de la scĂšne lorsque seule la mise en garantie de la maison de ses parents (d’une valeur de 4 millions d’euros) avait Ă©tĂ© nĂ©cessaire pour le libĂ©rer.

Ainsi, deux personnes supplĂ©mentaires seraient Ă©galement intervenues pour signer un document offrant la garantie au tribunal du paiement de la caution dans le cas oĂč Sam Bankman-Fried dĂ©ciderait de prendre la fuite avant son procĂšs.

NĂ©anmoins, pour « des raisons de confidentialitĂ© et de sĂ©curitĂ© Â», les avocats de SBF ont demandĂ© au tribunal de dissimuler l’identitĂ© des cosignataires Ă  l’opĂ©ration financiĂšre. D’ailleurs, selon le document judiciaire, le gouvernement amĂ©ricain a refusĂ© de prendre position sur cette demande. 

À l’appui de leur demande, les avocats expliquent notamment que « les parents de SBF ont reçu un flux constant de courrier menaçant, y compris des communications exprimant le dĂ©sir qu’ils subissent un prĂ©judice physique Â». DĂšs lors, ces derniers estiment « qu'il existe de sĂ©rieuses raisons de craindre que les deux autres cautions soient confrontĂ©es Ă  des intrusions similaire dans leur vie privĂ©e ainsi qu’à des menaces et du harcĂšlement si leurs noms Ă©taient rendus publics Â». 

Mardi 03/01 : La SEC des Bahamas accuse la nouvelle direction de FTX de manipuler les faits

La Commission des valeurs mobiliĂšres des Bahamas a publiĂ© une nouvelle dĂ©claration ce lundi 2 janvier pour contredire une nouvelle fois les allĂ©gations faites par John Ray, le nouveau CEO de FTX. 

Pour rappel, ce dernier avait expliquĂ© que son entreprise « dĂ©tenait des preuves crĂ©dibles que le gouvernement des Bahamas est responsable de l’accĂšs non autorisĂ© aux fonds de FTX dans le but d’obtenir des actifs numĂ©riques des clients Â» avant de demander le retour des 3,5 milliards de dollars d’actifs appartenant aux clients de FTX dĂ©tenus par les Bahamas.

Dans son communiquĂ©, la SEC des Bahamas rĂ©fute les « inexactitudes matĂ©rielles Â» formulĂ©es par John Ray. Elle explique que les fonds qu’elle dĂ©tient n’ont jamais Ă©tĂ© la consĂ©quence d’un vol de la part des autoritĂ©s bahamĂ©ennes. De plus, elle prĂ©cise qu’elle n’a jamais donnĂ© l’ordre Ă  l’ancienne direction de FTX de crĂ©er 300 millions de dollars de nouveaux jetons FTT.

DÚs lors, selon elle, ces deux fausses accusations remettent en cause tout le calcul de la valeur transférée sous sa garde fait par FTX

Ainsi, elle prĂ©cise que « le manque continu de diligence des dĂ©biteurs amĂ©ricains lorsqu’ils font des dĂ©clarations publiques concernant la Commission est dĂ©cevant, et reflĂšte une attitude cavaliĂšre envers la vĂ©ritĂ© et envers les Bahamas qui a Ă©tĂ© affichĂ©e par les dirigeants actuels de FTX depuis la date de leur nomination par Sam Bankman-Fried Â». 

Samedi 31/12 : Sam Bankman-Fried nie avoir déplacé des fonds

En milieu de semaine, des wallets appartenant Ă  Alameda Research ont commencĂ© Ă  bouger des fonds. Ces mouvements ont coĂŻncidĂ© avec la libĂ©ration sous caution de Sam Bankman-Fried. DĂšs lors, de nombreuses spĂ©culations estiment que l’ancien patron de l’exchange FTX serait Ă  l’origine de ces transactions.

Tweetant pour la premiĂšre fois depuis son arrestation le 12 dĂ©cembre dernier, SBF a niĂ© ces allĂ©gations en affirmant « ne pas ĂȘtre responsable des fonds rĂ©cemment dĂ©placĂ©s des portefeuilles d’Alameda Research Â». 

D’ailleurs, il ajoute qu’il ne pourrait pas techniquement utiliser les portefeuilles en question mĂȘme s’il en avait l’intention puisqu’il « n’y a plus accĂšs Â». 

Samedi 31/12 : Des victimes de FTX déposent une motion pour protéger les actifs des clients non américains

Pour l’instant, la gestion de la faillite de FTX s’intĂ©resse spĂ©cifiquement aux clients amĂ©ricains de la plateforme. Pourtant, la majoritĂ© des actifs bloquĂ©s sur la plateforme appartient Ă©galement Ă  des clients « internationaux ».

DĂšs lors, par l’intermĂ©diaire de leur avocat, des crĂ©anciers importants de FTX ont fait dĂ©poser une motion auprĂšs du tribunal des faillites du Delaware pour « demander Ă  un juge de statuer que les actifs des clients bloquĂ©s dans la bourse effondrĂ©e sont la propriĂ©tĂ© des clients et non celle des la succession de FTX Â». 

Le comitĂ© ayant dĂ©posĂ© la motion reprĂ©sente 18 clients internationaux de FTX pour un montant total de 1,94 milliard de dollars d’actifs bloquĂ©s sur FTX. 

L’inquiĂ©tude majeure de ce comitĂ© est de voir FTX, en dĂ©pit des conditions d'utilisation de la plateforme, utiliser une partie des actifs des clients pour couvrir certains frais.

Pour l’heure, FTX n’a pas communiquĂ© sur l’utilisation de cet argent, mais selon Erin Broderick, avocat situĂ© Ă  Chicago, « l’une des raisons pour lesquelles FTX pourrait garder le silence sur ce qu’il convient de faire avec les fonds des clients est que les avocats et les cadres de la sociĂ©tĂ© pourraient en avoir besoin pour couvrir les coĂ»ts d’exploitation comme les honoraires Ă  payer Â».

Enfin, le comitĂ© s'inquiĂšte de l’utilisation massive du dollar dans les diffĂ©rentes dĂ©clarations de FTX. Ainsi, Erin Broderick explique qu’il est important de forcer FTX Ă  Ă©numĂ©rer les sommes totales en crypto monnaies et non en dollar amĂ©ricain pour Ă©viter une dĂ©valuation des actifs rĂ©els des clients. 

Il explique en ce sens que « lorsque vous utilisez essentiellement le dollar cela revient Ă  donner aux dĂ©biteurs le pouvoir de liquider tout ce qui se trouve sur l’exchange Â». Il ajoute ainsi « qu’il s’agit d’une distinction importante , pas seulement en ce qui concerne les prioritĂ©s et le calendrier de distribution, mais surtout du point de vue de l’évaluation totale Â». 

Vendredi 30/12 : SBF et des proches de Joe Biden se sont rencontrés plusieurs fois en 2022

Les liens entre le parti dĂ©mocrate et Sam Bankman-Fried continuent de faire frĂ©mir les principaux dirigeants du parti. En effet, d’aprĂšs les registres officiels de la Maison-Blanche, SBF a rencontrĂ© des responsables gouvernementaux au moins 4 fois au cours de l’annĂ©e 2022.

ConcrĂštement, SBF aurait rencontrĂ© le conseiller du prĂ©sident Joe Biden, Steve Ricchetti, le 22 avril et le 12 mai puis le 13 mai la conseillĂšre politique Charlotte Butash. 

Enfin, pas plus tard que 8 septembre dernier, soit 2 mois avant la faillite officielle de l’exchange amĂ©ricain FTX, SBF a rencontrĂ© de nouveau Steve Ricchetti, mais cette entrevue n’est pas apparue dans les registres officiels de la Maison-Blanche. 

Selon Bloomberg, ces entretiens n’ont pas abordĂ© la politique du pays, mais seulement l’industrie des crypto monnaies ainsi que la gestion des pandĂ©mies. Pour autant, cette explication ne devrait pas suffire Ă  calmer les ardeurs des opposants politiques de Joe Biden puisque certains souhaitent d’ores et dĂ©jĂ  obtenir une explication officielle de la part du PrĂ©sident. 

Vendredi 30/12 : Les autoritĂ©s bahamĂ©ennes dĂ©tiennent 3,5 milliards de dollars d’actifs des clients de FTX

Depuis de nombreuses semaines, une lutte acharnĂ©e a lieu entre les autoritĂ©s amĂ©ricaines et le rĂ©gulateur financier des Bahamas concernant les actifs de FTX. En effet, peu de temps aprĂšs la faillite de FTX, la SEC des Bahamas avait mis la main sur une partie des actifs de FTX. 

DĂ©sormais, on en sait plus sur le montant total rĂ©cupĂ©rĂ© par les autoritĂ©s bahamĂ©ennes. Selon un communiquĂ© de presse publiĂ© cette semaine, la SEC des Bahamas possĂšde la garde de plus de 3,5 milliards de dollars des actifs appartenant aux clients de la plateforme. 

L’incertitude plane au-dessus de ces actifs puisque le communiquĂ© prĂ©cise que « les actifs seront conservĂ©s jusqu’à ce que la Cour suprĂȘme des Bahamas ordonne Ă  la Commission de les remettre aux clients et aux crĂ©anciers lĂ©gitimes Â». 

Vendredi 30/12 : Une filiale japonaise de FTX va rembourser ses clients

Liquid, une société financiÚre japonaise appartenant au groupe FTX, vient de publier un plan de restructuration incluant une procédure pour rembourser les actifs à ses clients.

Loin de satisfaire l’ensemble des clients internationaux de FTX, cette dĂ©cision permettra aux utilisateurs possĂ©dant des comptes sur la plateforme japonaise de FTX et sur la plateforme de Liquid de se voir restituer leurs actifs.

Selon un communiquĂ© de la sociĂ©tĂ©, la procĂ©dure se fera directement sur le site web de l’exchange et le solde de chaque compte sera mis Ă  jour en temps rĂ©el. 

Jeudi 29/12 : Le prix de Solana (SOL) s'Ă©crase alors que SBF sort de prison

Alors que le prix du SOL, le jeton natif de la blockchain Solana, avait repris le rythme classique et déprimant du reste du marché, une chute impressionnante a choqué les investisseurs. Le prix du SOL est parti en chute libre peu de temps aprÚs la sortie de prison de SBF sous couvert d'une caution plus que discutable.

Vous pouvez littĂ©ralement voir le moment oĂč Sam a Ă©tĂ© libĂ©rĂ© sous caution dans le graphique.
$SOL s'Ă©change avec des projets similaires et ensuite une pression de vente non-stop causant une sous-performance massive pour la semaine derniĂšre.
CoĂŻncidence ou est-il vraiment aussi stupide ?

L'investisseur VentureCoinist se demandait simplement si une corrélation existe entre la remise en liberté de l'ancien PDG de FTX et premier défenseur du jeton SOL et la descente aux enfers de ce dernier. En effet, on peut imaginer que SOL représente l'une des principales positions de SBF, lui qui était l'un des premiers investisseurs du projet.

Vitalik : Un nouveau défenseur de Solana ?

Dans la mĂȘme journĂ©e, le fondateur d'Ethereum est venu dĂ©fendre son (ancien ?) principal concurrent en expliquant que certains de ses proches qu'il considĂšre comme intelligents estiment que le nettoyage des opportunistes allait permettre Ă  la blockchain de rĂ©ellement progresser par la suite. La rĂ©action du jeton SOL est immĂ©diate : le prix du token Ă  gagnĂ© 30% en moins d'une heure, faisant du jeton le pire performer devenu meilleur performer de la journĂ©e.

Mercredi 28/12 : Une class action se forme contre FTX pour obtenir la priorité sur les remboursements

Les crĂ©anciers de FTX cherchent tous Ă  obtenir un remboursement le plus rapidement possible. En ce sens, une partie des clients de FTX viennent de dĂ©poser un recours collectif contre l’exchange de crypto monnaies FTX.

ConcrĂštement, les membres de cette class action cherchent Ă  ĂȘtre prioritaire sur les futurs remboursements lorsque les nouveaux dirigeants de FTX rouvriront les retraits. Selon eux, FTX a intentionnellement dĂ©tournĂ© de l’argent des comptes des clients. 

DĂšs lors, cette class action souhaite qu’un tribunal statue rapidement sur la propriĂ©tĂ© des actifs dĂ©tenus par l’exchange. Ainsi, dans le cas d’une rĂ©ponse favorable, les crĂ©anciers de FTX estiment qu’ils deviendront prioritaires. 

La plainte explique en ce sens que « les membres de la class action ne devraient pas avoir Ă  faire la queue avec les crĂ©anciers garantis ou gĂ©nĂ©raux non garantis dans les diffĂ©rentes procĂ©dures de faillite juste pour partager les actifs diminuĂ©s du groupe FTX et Alameda Â». 

Cette demande n’est pas la seule existante puisque FTX possĂšde de nombreux crĂ©anciers. D’ailleurs, l’un des plus gros enjeux qui devraient subsister dans les mois et annĂ©es Ă  venir concernera la lutte farouche entre les clients traditionnels et les clients institutionnels de l’exchange pour obtenir un remboursement rapide. 

Mercredi 10h30 : Le dĂ©partement de la justice amĂ©ricaine enquĂȘte sur le hack survenu aprĂšs le dĂ©pĂŽt de bilan de FTX

Quelques heures aprĂšs l’annonce de la faillite de FTX, un hack d’ampleur avait Ă©tĂ© opĂ©rĂ© sur la plateforme. Ainsi, prĂšs de 400 millions de dollars auront Ă©tĂ© drainĂ©s en dehors de l’exchange. Le dĂ©partement de la justice amĂ©ricaine enquĂȘte activement sur cet Ă©vĂšnement.

DĂšs lors, une enquĂȘte criminelle aurait Ă©tĂ© ouverte pour dĂ©terminer les potentiels responsables de ce hack. Selon des sources proches du dossier, les premiers rĂ©sultats de l’enquĂȘte dĂ©montreraient que les traces laissĂ©es par les hackers laissent penser Ă  un dĂ©lit d’initiĂ© de la part d’un ancien employĂ© de FTX.

Par exemple, l’auteur du hack a eu un accĂšs illĂ©gitime en simultanĂ©e Ă  la plateforme amĂ©ricaine de FTX et Ă  la plateforme internationale de l’exchange. 

Enfin, cette enquĂȘte n’est aucunement liĂ©e aux accusations de fraudes Ă©mises Ă  l’encontre de Sam Bankman-Fried plus tĂŽt au mois de dĂ©cembre. 

Mercredi 28/12 : Dan Berkovitz, avocat général de la SEC ayant diné avec SBF, quitte ses fonctions

Un fonctionnaire chargé de la réglementation qui avait déjà dßné avec le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, et ses lobbyistes a annoncé sa démission de son poste à la Securities and Exchanges Commission (SEC) avec effet le 31 janvier 2023.

Il semble que Berkovitz ait été un allié de FTX au sein de l'agence de régulation financiÚre et qu'il ait eu des réunions avec SBF et d'autres lobbyistes de la crypto.

Alors que des documents lĂ©gaux rĂ©vĂ©laient la relation ambigĂŒe entre le fonctionnaire et l'ancien PDG de FTX, Dan Berkovitz a annoncĂ© sa dĂ©mission en tentant de conserver son honneur :

“AprĂšs trente-quatre ans de service public, il est temps pour moi de relever des dĂ©fis et de saisir des opportunitĂ©s nouvelles et diffĂ©rentes”

Dan Berkovitz

Parmi les documents partagĂ©s, certains emails sont assez impressionnants. Ici, M. Berkovitz explique ĂȘtre ravi que la Major Baseball League ai choisi FTX comme exchange crypto officiel. Inutile de commenter l'email de SBF affirmant que FTX serait le choix naturel en tant qu'arbitre de l'industrie crypto…

Merci pour la mise Ă  jour et les liens.
Je regardais le match Dodgers contre Giants l'autre soir et j'ai vu que FIX est la monnaie officielle de la ligue majeure de baseball.
L.cague Bascball (je suppose que ce n'est pas une nouvelle). Je ne sais pas pourquoi le MI.B. a décidé d'avoir une bourse de procuration, mais je suis heureux de voir qu'il en a une qui soutient la réglementation.
de voir qu'il en a un qui soutient la réglementation !
Amicalement.
Dan

Mercredi 28/12 : Les wallets d'Alameda vendent leurs positions liquides

Dans la nuit de mardi Ă  mercredi, de nombreux wallets associĂ©s Ă  Alameda ont commencĂ© Ă  dĂ©placer et Ă©changer des tokens de petite capitalisation de marchĂ©. De nombreux tokens comme UNI, MATIC, skAAVE, mais aussi des “shitcoins” Ă  la capitalisation bien plus faible sont Ă©changĂ©s contre des stablecoins avant d'ĂȘtre finalement swap pour obtenir des BTC.

L'enquĂȘteur on chain ZachXBT a Ă©galement remarquĂ© que les fonds passaient Ă  travers diffĂ©rents mixeurs crypto comme FixedFloat ou ChangeNow, Ă©cartant la thĂšse d'une tentative de rĂ©cupĂ©ration de valeurs par les liquidateurs.

À l'heure actuelle, aucune dĂ©claration de la part de Alameda, FTX ou des liquidateurs n'a Ă©tĂ© proposĂ©e, mais le timing coĂŻncide Ă©trangement avec la sortie de prison de SBF, le fondateur des 2 sociĂ©tĂ©s ayant profitĂ© d'une libertĂ© sous caution pour le moins, lĂ©gĂšre…

La majoritĂ© des swaps sont rĂ©alisĂ©s Ă  travers MetaMask ou SushiSwap et concernent des “petits montants” Ă  l'exception du jeton LDO de la DAO Lido. Alameda a rapidement dump l'Ă©quivalent de 700 000 dollars de tokens, poussant le prix de ce dernier vers une baisse de prĂšs de 10%.

Mardi 21h10 : Un nouveau juge désigné dans l'affaire de fraude de SBF

Le juge de district américain Lewis Kaplan a été désigné pour présider l'affaire de fraude contre l'ancien PDG de FTX, Sam Bankman-Fried.

M. Kaplan remplace la juge Ronnie Abrams, qui s'est rĂ©cusĂ©e de l'affaire vendredi en raison d'un conflit d'intĂ©rĂȘts potentiel, son mari Ă©tant un associĂ© du cabinet d'avocats Davis Polk & Waddell, qui a conseillĂ© FTX en 2021 et qui conseille actuellement des parties potentiellement adverses Ă  FTX et Bankman-Fried dans la procĂ©dure de faillite de l'exchange.

Le juge Lewis Kaplan est connu pour avoir traité un procÚs pour abus sexuel lié à Epstein contre le prince Andrew de Grande-Bretagne, ainsi que des procÚs en diffamation contre Donald Trump, et est également connu pour avoir présidé un certain nombre d'affaires fédérales impliquant des membres de la mafia.

Mardi 17h15 : SBF a emprunté auprÚs d'Alameda pour acheter des actions Robinhood

Selon des documents judiciaires, l'ancien directeur et fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried, a emprunté des centaines de millions de dollars à Alameda Research pour acheter sa participation dans l'application de trading Robinhood Markets.

Le prĂȘteur de crypto-monnaies en faillite BlockFi, FTX Group et SBF lui-mĂȘme ont tentĂ© de revendiquer ces actions, qui pourraient valoir plus de 440 millions de dollars.

Dans une dĂ©claration sous serment fournie Ă  un tribunal des CaraĂŻbes avant son arrestation, SBF a dĂ©clarĂ© que Gary Wang, cofondateur de FTX, et lui-mĂȘme avaient empruntĂ© ensemble plus de 546 millions de dollars Ă  Alameda. Ils ont utilisĂ© cet argent pour capitaliser Emergent Fidelity Technologies Ltd, la sociĂ©tĂ© Ă©cran qui, en mai, a achetĂ© une participation de 7,6 % dans Robinhood.

Seulement voilĂ , SBF ne s'est pas arrĂȘtĂ© lĂ , et aurait utilisĂ© ces actions sous forme de collatĂ©ral pour contracter un prĂȘt chez BlockFi. Ce dernier affirme que les droits sur les actions de Robinhood lui sont dus en raison d'un accord conclu par SBF dĂ©but novembre. Les actions auraient Ă©tĂ© donnĂ©es en garantie d'un prĂȘt contractĂ© par Alameda Research (nous parlons bien de la mĂȘme sociĂ©tĂ© dont les fonds ont Ă©tĂ© utilisĂ©s pour acheter ces mĂȘmes actions).

Samedi 12h30 : La légitimité de la caution de Sam Bankman-Fried mise en cause

Sam Bankman-Fried est un homme libre depuis qu’il a rĂ©ussi Ă  payer sa caution. Le prix ? 250 millions de dollars. Selon Nicholas Roos, assistant du procureur amĂ©ricain, il s’agit de la caution la plus importante jamais dĂ©posĂ©e avant un procĂšs Â».

Selon CoinDesk, la réalité de cette caution est tout autre puisque le prix réellement payé serait en réalité beaucoup moins important que 250 millions de dollars.

ConcrĂštement, James Murphy, fondateur du cabinet d’avocats Murphy & McGonigle, explique qu'il est de coutume de payer seulement 10 Ă  15% du montant en espĂšce d’une caution Ă©mise par un tribunal. DĂšs lors, au plus haut, SBF aurait seulement eu Ă  dĂ©bourser 37,5 millions de dollars pour rĂ©ellement retrouver sa libertĂ©. 

NĂ©anmoins, une deuxiĂšme possibilitĂ© existe pour payer la caution : la mise en garantie d'un bien. Ainsi, la caution de SBF aurait pu ĂȘtre payĂ©e en mettant en garantie un bien d’une valeur Ă©quivalent Ă  250 millions de dollars.

Pourtant ni la premiĂšre ni la deuxiĂšme solution n'ont rĂ©ellement Ă©tĂ© utilisĂ©es par SBF. En effet, aucun paiement en espĂšce n’a Ă©tĂ© effectuĂ© et seule la propriĂ©tĂ© de ses parents Ă  Palo Alto a Ă©tĂ© mise en garantie. Or, cette maison possĂšde seulement une valeur de 4 millions de dollars.

Ainsi, Sam Bankman-Fried aurait seulement Ă©tĂ© libĂ©rĂ© en l’échange d’une promesse de bonne conduite. Contre la signature d’un document attestant de sa bonne foi Ă  payer 250 millions de dollars s’il ne se prĂ©sente pas au tribunal, SBF est dĂ©sormais libre. 

Samedi 09h30 : Un juge se retire de l’affaire Ă  cause d’un conflit d’intĂ©rĂȘts

Ronnie Abrams, une juge chargĂ©e de participer aux diffĂ©rentes procĂ©dures judiciaires concernant Sam Bankman-Fried a Ă©tĂ© retirĂ©e de l’affaire aprĂšs des suspicions de conflits d’intĂ©rĂȘts. 

ConcrĂštement, le mari de Ronnie Abrams, Greg Andres, est associĂ© chez Davis Polk & Wardwell, une sociĂ©tĂ© ayant conseillĂ© FTX en 2021. Pire, le cabinet d’avocats a reprĂ©sentĂ© des parties potentiellement amenĂ©es Ă  comparaitre contre FTX et Sam Bankman-Fried dans les mois Ă  venir.

Pour autant, Ronnie Abrams se dĂ©fend de ces accusations en expliquant que « son mari n’a Ă©tĂ© impliquĂ© dans aucune de ces reprĂ©sentations de FTX Â». NĂ©anmoins, cette justification n’est pas suffisante et cette derniĂšre a logiquement Ă©tĂ© rĂ©cusĂ©e de l’affaire. 

Vendredi 14h00 : Caroline Ellison admet avoir intentionnellement trompé les investisseurs de FTX

Caroline Ellison, ancienne CEO d’Alameda Research, s’est exprimĂ© devant un tribunal fĂ©dĂ©ral de New York. Selon une transcription rĂ©cupĂ©rĂ©e par Bloomberg auprĂšs du tribunal datant du 19 dĂ©cembre dernier, Caroline Ellison a admis sa culpabilitĂ©.

Elle explique que « de 2019 Ă  2022, je savais qu’Alameda avait accĂšs Ă  une facilitĂ© d’emprunt sur FTX Â». Elle ajoute « qu’en terme pratique, cet arrangement permettant Ă  Alameda d’accĂ©der Ă  une ligne de crĂ©dit illimitĂ©e sans ĂȘtre obligĂ© de dĂ©poser une garantie, sans avoir de soldes nĂ©gatifs et sans faire l'objet d'appels de marge sur les protocoles de liquidation de FTX Â». 

Loin de confirmer la version de SBF, qui nie farouchement toute intentionnalitĂ© dans les Ă©vĂšnements ayant prĂ©cipitĂ© la chute de son empire, Caroline Ellison affirme « qu’elle et SBF avaient convenu de cacher l’arrangement en crĂ©ant de faux documents financiers et qu’elle savait que les comptes d’Alameda avec des soldes nĂ©gatifs signifiaient que la sociĂ©tĂ© empruntait des fonds aux clients de FTX Â». 

Gary Wang, quant Ă  lui, a dĂ©clarĂ© « qu’on lui avait ordonnĂ© d’apporter des modifications au code dont il savait qu’elles donneraient Ă  Alameda des privilĂšges spĂ©ciaux Â». 

Vendredi 10h30 : FTX se tourne vers le tribunal des faillites pour protéger ses actions Robinhood

Les nouveaux dirigeants de FTX ne peuvent pas se permettre de voir leurs actions chez Robinhood ĂȘtre rĂ©cupĂ©rĂ©es par une autre entitĂ©. DĂšs lors, pour protĂ©ger les actions dĂ©tenues par Emergent Fidelity Technologies, entitĂ© anciennement dĂ©tenue par SBF Ă  90%, FTX s’est tournĂ© vers le tribunal des faillites.

Ainsi, les 56 millions d’actions dĂ©tenues par l’entitĂ© font l’objet d’une attention particuliĂšre. 

En ce sens, FTX a dĂ©clarĂ© que « le fait que de multiples crĂ©anciers de diffĂ©rents dĂ©biteurs et Sam Bankman-Fried cherchent tous Ă  obtenir la possession des actions Robinhood dĂ©montre que l’actif devrait ĂȘtre gelĂ© jusqu’à ce tribunal puisse rĂ©soudre les problĂšmes d’une maniĂšre Ă©quitable pour tous les crĂ©anciers des dĂ©biteurs Â».

Jeudi 18h00 : Sam Bankman-Fried libéré sous caution

Le juge chargĂ© de l’affaire aux Etats-Unis a libĂ©rĂ© sous caution Sam Bankman-Fried en l’échange d’une caution de 250 millions de dollars. Cette derniĂšre est notamment garantie par la maison de ses parents Ă  Palo Alto. 

Pour Ă©viter de le voir fuir le pays, son passeport sera confisquĂ© par les autoritĂ©s tandis qu’il aura l’obligation de suivre une thĂ©rapie pour Ă©valuer ses troubles mentaux. 

Jeudi 16H30 : Caroline Ellison et Gary Wang plaident coupables

Les anciens dirigeants de Alameda Research et de FTX ont coopĂ©rĂ© avec les autoritĂ©s, mais n’ont pas eu d’autres choix que de plaider coupable aux accusations de fraude Ă©mises Ă  leur encontre. 

Caroline Ellison, 28 ans, a plaidĂ© coupable de deux chefs d’accusation de conspiration en vue de commettre une fraude Ă©lectronique et de fraude Ă©lectronique rĂ©elle. La peine maximale Ă  laquelle elle s’expose est de 110 ans de prison.

Gary Wang, 29 ans, est mis en examen pour complot en vue de commettre une fraude Ă©lectronique et Ă  un chef d’accusation de fraude rĂ©elle. Il risque quant Ă  lui jusqu’à 50 ans de prison ferme.

Pour autant, les peines maximales risquĂ©es par les deux protagonistes ne devraient pas ĂȘtre rĂ©ellement appliquĂ©es puisque ces derniers ont pleinement coopĂ©rĂ© avec les autoritĂ©s tout en plaidant coupables.

Mardi 12h30 : BlockFi pourrait réouvrir les retraits pour une partie des utilisateurs

La faillite de FTX avait directement entrainĂ© dans la tourmente le prĂȘteur de crypto monnaies BlockFi. Ainsi, depuis dĂ©but novembre, les retraits sont suspendus sur la plateforme et les utilisateurs sont dans l’incapacitĂ© de rĂ©cupĂ©rer leur investissement. Cette situation a ensuite dĂ©bouchĂ© sur le dĂ©pĂŽt de bilan le 28 novembre dernier.

Quelques semaines aprĂšs ces Ă©vĂšnements, BlockFi chercherait Ă  rembourser une partie de ses clients. Dans une requĂȘte dĂ©posĂ©e le 19 dĂ©cembre auprĂšs du tribunal des faillites chargĂ© de l’affaire, BlockFi souhaite « autoriser les dĂ©biteurs Ă  honorer les retraits des comptes de portefeuilles ainsi que mettre Ă  jour l’interface utilisateur pour reflĂ©ter les transactions Â». 

D’ailleurs, BlockFi souhaite rassurer ses clients en expliquant que « la propriĂ©tĂ© des crypto monnaies dĂ©tenue dans les comptes des utilisateurs ne sera pas transfĂ©rĂ©e Ă  BlockFi Â». 

Une audience est prĂ©vue le 9 janvier prochain pour statuer sur la question. 

Mardi 00h30 : Sam Bankman-Fried sur le point d’ĂȘtre extradĂ© aux Etats-Unis

La dĂ©cision pourrait ĂȘtre accĂ©lĂ©rĂ©e dĂšs cette semaine, Sam Bankman-Fried aurait acceptĂ©, contre l’avis de ses avocats, d’ĂȘtre extradĂ© vers les Etats-Unis.

Selon des sources proches de l’affaire, les avocats de l’ancien CEO de FTX sont actuellement en train de rĂ©gler les derniers dĂ©tails permettant d’accĂ©lĂ©rer la procĂ©dure d’extradition. En ce sens, ces derniers espĂšrent pouvoir obtenir une audience ce mardi pour la concrĂ©tiser.

Lundi 15h00 : Binance va acquérir les actifs de Voyager Digital

Voyager Digital connaĂźt de graves difficultĂ©s financiĂšres depuis le dĂ©pĂŽt de bilan du fonds d’investissement Three Arrows Capital. Alors que FTX devait lui porter une aide-salvatrice, la faillite de l’exchange amĂ©ricain est apparue, pour beaucoup, comme le coup fatal pour l’entreprise.

Pourtant, aprĂšs le renouvellement de leur appel d’offres, Voyager Digital a trouvĂ© de nombreux acteurs de l’industrie prĂȘts Ă  lui venir en aide malgrĂ© tout. Parmi les prĂ©tendants, Binance semble avoir proposĂ© la meilleure alternative possible puisque Voyager a pris la dĂ©cision de s’associer avec l’entreprise de CZ.

Ainsi, dans un billet de blog, il est expliquĂ© que « l’offre de la branche amĂ©ricaine de la plus grande bourse de crypto monnaies au monde Ă©tablit une voie claire pour que les fonds des clients de Voyager soit dĂ©bloquĂ©s dĂšs que possible Â».  

Brian Shroder, directeur gĂ©nĂ©ral de Binance.US, explique que « l’objectif est simple : rendre aux utilisateurs leurs crypto monnaies dans les dĂ©lais les plus rapides possibles Â». Il ajoute « qu’une fois la transaction conclue, les utilisateurs pourront accĂ©der de maniĂšre transparente Ă  leurs actifs numĂ©riques sur la plateforme Binance.US Â». 

Lundi 09h00 : Un recours collectif se forme contre la banque Silvergate

Le rĂŽle jouĂ© par Silvergate dans la fraude organisĂ©e par FTX, notamment le transfert illĂ©gal des fonds des clients de FTX vers Alameda Research, va faire l’objet d’une class action aux Etats-Unis.

Selon cette plainte, « Silvergate est responsable de la fraude prĂ©sumĂ©e de la bourse FTX parce qu’elle a tenu des comptes pour la bourse effondrĂ©e et la sociĂ©tĂ© de trading Alameda Research, aidant et encourageant la violation de l’obligation fiduciaire Â». 

La plainte estime Ă©galement que Silvergate avait pleinement conscience du rĂŽle qu’elle jouait dans le stratagĂšme mis au point par FTX. 

Dimanche 11h30 : Riot Games souhaite rompre son accord avec FTX

Sam Bankman-Fried est un grand fan de League of Legends et cette situation commence sĂ©rieusement Ă  ennuyer le dĂ©veloppeur du jeu Riot Games. Alors que l’affinitĂ© de SBF pour le jeu n’est plus Ă  dĂ©montrer, le contrat de sponsoring exclusif liant Riot et FTX est problĂ©matique pour le studio de dĂ©veloppement.

Selon des documents juridiques, Riot Games estime avoir subi un grave prĂ©judice du fait de son association avec FTX. DĂšs lors, Riot a demandĂ© au tribunal des faillites de forcer FTX Ă  mettre fin au contrat liant les deux parties. 

La dĂ©cision juridique est importante puisqu’elle permettrait Ă  Riot d’économiser plusieurs millions d’euros. En effet, dans le cas d’une rĂ©siliation unilatĂ©rale du contrat, l’entreprise s’exposerait Ă  devoir payer des frais importants Ă  FTX.

Selon l’entreprise, « il n’y a tout simplement aucun moyen pour FTX de remĂ©dier au prĂ©judice de rĂ©putation dĂ©jĂ  causĂ© Ă  Riot en raison du discrĂ©dit trĂšs public engendrĂ© par la dĂ©bĂącle prĂ©cĂ©dant le dĂ©pĂŽt de bilan de FTX Â».

Samedi 15h00 : Les autoritĂ©s fĂ©dĂ©rales amĂ©ricaines s’intĂ©ressent aux dons politiques de Sam Bankman-Fried

Ce n’était qu’une question de temps avant que les dons de Sam Bankman-Fried ne fassent l’objet d’une enquĂȘte approfondie. Selon le New York Times, citant des sources anonymes, les procureurs fĂ©dĂ©raux amĂ©ricains investiguent actuellement sur les dons faits Ă  des lĂ©gislateurs dĂ©mocrates et rĂ©publicains par SBF et deux anciens cadres de FTX. 

Depuis plusieurs semaines, les enquĂȘteurs essayent de recouper les informations en « contactant des reprĂ©sentants de campagnes et de comitĂ©s qui avaient reçu des millions de dollars Â». De plus, les cabinets d’avocats reprĂ©sentants les structures politiques ont Ă©tĂ© directement contactĂ©s par le bureau du procureur des Etats-Unis pour le district sud de New York pour obtenir des informations complĂ©mentaires sur ces dons. 

D’ores et dĂ©jĂ , certaines figures politiques ont pris les devants en retournant l’argent reçu par le biais de SBF ou en faisant don de l’argent Ă  une oeuvre de charitĂ©. De plus, le ComitĂ© national dĂ©mocrate et les comitĂ©s de campagne du SĂ©nat et de la Chambre des reprĂ©sentants du parti ont annoncĂ© qu’ils prĂ©voyaient de retourner plus d’un million de dollars de don. 

Samedi 16h30 : Sam Bankman-Fried n’envisagerait pas de contester son extradition vers les Etats-Unis

Alors qu’il est inculpĂ© pour fraude et blanchiment d’argent, Sam Bankman-Fried n’aurait pas pour intention de contester son extradition vers les Etats-Unis. 

Actuellement situĂ© aux Bahamas et emprisonnĂ© dans la prison de Fox Hill, son extradition vers les Etats-Unis offrirait l’opportunitĂ© Ă  toutes les victimes prises dans la faillite de FTX de voir le responsable ĂȘtre soumis Ă  un jugement. 

Pour autant, cette dĂ©cision de SBF reste Ă  ĂȘtre confirmĂ© lors de la prochaine audience prĂ©vue en fĂ©vrier 2023. D’ici lĂ , ce dernier pourrait changer d’avis puisqu’il risque jusqu’à 115 ans de prison sur le sol amĂ©ricain. 

Jeudi 14h15 : La CFTC accuse SBF d’avoir cachĂ© le passif d’Alameda Research

A cĂŽtĂ© de la procĂ©dure juridique engagĂ©e par la SEC, Sam Bankman-Fried fait Ă©galement l’objet d’une plaine dĂ©posĂ©e par la Commodities Futures Trading Commission (CFTC). Selon cette derniĂšre, SBF aurait ordonnĂ© Ă  ses Ă©quipes de masquer le passif rĂ©el d’Alameda Research pour ne pas alarmer les investisseurs.

En effet, au printemps 2022, la baisse significative du marchĂ© des crypto monnaies a confrontĂ© Alameda Research Ă  de nombreux appels de marges et de prĂȘts. De fait, Alameda aurait « considĂ©rablement augmentĂ© son utilisation des fonds des clients pour rĂ©pondre Ă  ses obligations de dettes externes Â».

Pire encore, selon cette plainte, SBF aurait ordonnĂ© Ă  ses Ă©quipes de rĂ©affecter des fonds Ă  un compte corĂ©en qu’il dĂ©signait comme « le compte corĂ©en bizarre Â». Or, ce compte appartenant Ă  Alameda n’était pas officiellement liĂ© Ă  l’entreprise. Ainsi, cette manƓuvre permettait de cacher le solde nĂ©gatif d’Alameda sur les comptes officiels dĂ©livrĂ©s par les dirigeants.

Enfin, ce compte avait des autorisations spĂ©ciales, notamment « le privilĂšge d’exĂ©cuter une transaction sans en savoir les fonds propres Â». D’ailleurs, le code permettant cette procĂ©dure Ă©tait annotĂ© personnellement par Nishad Singh, ancien dirigeant de FTX.

Cette situation concorde avec les informations de la CTFC selon lesquelles Sam Bankman-Fried envisageait en septembre dernier d’arrĂȘter l’activitĂ© d’Alameda Research.

Jeudi 11h00 : Un ancien dirigeant de FTX a informĂ© les autoritĂ©s des dĂ©rives de l’exchange amĂ©ricain

Les mensonges de Sam Bankman-Fried ne finissent pas d’ĂȘtre dĂ©mĂȘlĂ©s. En effet, ce dernier affirme depuis le dĂ©but de l’affaire qu’il n’avait pas connaissance d’un quelconque mĂ©lange de fonds entre FTX et Alameda Research. Pourtant, selon des documents transmis Ă  la justice, un ancien dirigeant du groupe a informĂ© les autoritĂ©s sur des agissements louches dĂšs le 9 novembre dernier.

Ryan Salame, co-directeur de FTX au moment des faits, a dĂ©clarĂ© Ă  la Commission des valeurs mobiliĂšres des Bahamas le 9 novembre que « les actifs des clients qui ont pu ĂȘtre dĂ©tenus par FTX Digital ont Ă©tĂ© transfĂ©rĂ©s Ă  Alameda Research Â». DĂšs lors, Christina Rolle, directrice de la SEC des Bahamas, considĂšre que « cela constituerait un dĂ©tournement, un vol, une fraude ou un autre crime Â».

De plus, toujours selon Ryan Salame, seules trois personnes avaient le pouvoir de rĂ©aliser cette opĂ©ration : Sam Bankman-Fried, Nishad Singh et Gary Wang. L’étau se resserre sur SBF et il semble inimaginable que ce dernier n’ait pas Ă©tĂ© au courant de ces transferts de fonds.  

Jeudi 10h00 : Les sĂ©nateurs amĂ©ricains suspectent des liens entre la Chine et Binance

Les liens entre Binance et la Chine ont souvent fait l’objet d’une attention particuliĂšre. Alors qu’un porte-parole de Binance a confiĂ© Ă  TheBlock que « Binance n’est pas une sociĂ©tĂ© chinoise et ne mĂšne aucune activitĂ© en Chine Â», les sĂ©nateurs amĂ©ricains estiment que la simple parole de Binance n’est pas suffisante.

DĂšs lors, au cours de l’audience de la commission bancaire du SĂ©nat amĂ©ricain sur la chute de FTX, certains sĂ©nateurs ont fait part de leur scepticisme sur la position de Binance dans l’industrie des crypto monnaies.

Bill Hagerty a mis en exergue « les liens possibles entre Binance et le gouvernement chinois Â» avant que Jennifer Schulp, une tĂ©moin Ă  l’audience, ajoute « qu’indĂ©pendamment du fait que Binance soit liĂ© au Parti communiste chinois, en ayant un systĂšme qui n’est pas clair, qui est hostile sur le plan rĂ©glementaire, nous pourrions aller jusqu’à interdire les crypto monnaies aux Etats-Unis Â».

DĂšs lors, la faillite de FTX ainsi que l’hĂ©gĂ©monie de Binance pourraient mener Ă  un durcissement des rĂšgles sur le territoire amĂ©ricain puisque selon Bill Hagerty « les rĂ©gulateurs amĂ©ricains sont limitĂ©s dans la mesure oĂč Binance opĂšre en dehors du systĂšme amĂ©ricain Â».

Jeudi 9h30 : Binance inquiĂšte fortement la commission bancaire du SĂ©nat amĂ©ricain

AprĂšs la longue intervention du nouveau CEO de FTX devant la Chambre des reprĂ©sentants, la commission bancaire du SĂ©nat a tenu Ă©galement une audience de deux heures sur la faillite de FTX et ses consĂ©quences sur l’ensemble de l’écosystĂšme.

Au cours de cette audience, de nombreuses questions relatives Ă  Binance ont Ă©tĂ© soulevĂ©es par les diffĂ©rents sĂ©nateurs. D’abord, des inquiĂ©tudes sur la possibilitĂ© de voir Binance s’effondrer d’une maniĂšre similaire Ă  FTX.

Bill Hagerty estime « qu’une implosion similaire de Binance s’avĂ©rerait vraiment catastrophique pour l’industrie des crypto monnaies, et s’avĂ©rerait catastrophique pour tous les consommateurs qui utilisent cette industrie Â».

Un autre sĂ©nateur, Mark Warner, a lui partagĂ© son Ă©tonnement face « Ă  l’interdiction complĂšte des actifs numĂ©riques par la Chine Â» avant qu’une autre intervienne pour expliquer que « FTX et Binance avaient un monopole sur l’ensemble de ce marchĂ© non rĂ©glementĂ© et que leur guerre a menĂ© l’un Ă  mettre l’autre en faillite intentionnellement Â».

Mercredi 22h00 : La maison blanche botte en touche concernant les dons de SBF

Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison-Blanche, a inévitablement été confrontée à des interrogations au sujet des dons reçus par Joe Biden lors de sa campagne présidentielle de 2020.

Alors qu’un journaliste lui demandait si Joe Biden comptait rendre les dons reçus par SBF ou mĂȘme s’il appelait « tous les politiciens qui ont reçu des dons de campagne provenant peut-ĂȘtre de l’argent des clients de FTX Ă  rendre ces fonds Â», la porte-parole a prĂ©fĂ©rĂ© temporiser sa rĂ©ponse.

En effet, elle rĂ©pond simplement « ĂȘtre couverte par la loi Hatch et qu’elle est limitĂ©e dans ce qu’elle peut dire sur les contributions politiques Â» avant de rajouter « que cela va Ă©galement pour l’opinion du PrĂ©sident ou mĂȘme ses pensĂ©es sur les contributions ou les dons Â».

La loi Hatch de 1939 est une loi fĂ©dĂ©rale amĂ©ricaine visant Ă  interdire Ă  tout employĂ© fĂ©dĂ©ral de s’engager dans des activitĂ©s politiques partisanes.

Mardi 18h00 : Le point sur l’intervention de John Ray devant la Chambre des reprĂ©sentants

La premiĂšre audience officielle devant la Commission des services financiers de la Chambre des reprĂ©sentants aux Etats-Unis vient de dĂ©buter et offre dĂ©jĂ  son lot d’information. Grande figure de cette affaire, le nouveau CEO de FTX, John Ray, fait sa premiĂšre intervention publique.

D’abord, il explique qu’aucune distinction n’était opĂ©rĂ©e entre FTX, Alameda Research et les autres entitĂ©s faisant partie de l’empire de Sam Bankman-Fried. De fait, « les propriĂ©taires de la sociĂ©tĂ© pouvaient rĂ©ellement avoir carte blanche Â».

Il a rappelĂ© ensuite que la structuration de l’entreprise Ă©tait particuliĂšrement mal orchestrĂ©e. Il explique notamment que la comptabilitĂ© de l’intĂ©gralitĂ© de l’entreprise se faisait au travers du logiciel Quickbooks, un logiciel dĂ©diĂ© aux petites entreprises.

DĂšs lors, « cette absence sans prĂ©cĂ©dent d’archive et de documentation au sein de l’entreprise Â» impose Ă  John Ray de ne pas « avoir confiance dans le moindre morceau de papier prĂ©sent dans l’organisation Â».

Ensuite, concernant les accusations Ă  l’encontre de FTX, John Ray reste prudent dans ses explications. En revanche, il explique que le systĂšme mis en Ɠuvre n’était pas sophistiquĂ© et qu’en l’état « la chute de FTX ressemble simplement Ă  un dĂ©tournement de fonds Ă  l’ancienne Â».

Sur ce point, il prĂ©cise que la manƓuvre Ă©tait certainement en place depuis des annĂ©es, mais seulement dĂ©couverte il y a quelques mois. D’ailleurs, il confirme que « les fonds des utilisateurs Ă©taient directement dĂ©posĂ©s sur Alameda Research au lieu d’ĂȘtre mis sur FTX Â».

Sur l’absence de structuration au sein de l’entreprise, John Ray explique « qu’aucun conseil d’administration n’était pas mis en place et qu’aucune structure cohĂ©rente n’était rĂ©ellement dĂ©terminĂ©e Â». De plus, aucun service compliance n’avait Ă©tĂ© crĂ©Ă©, mais certaines personnes avaient ce titre.

Mardi 17h00 : Les membres de la Commission des services financiers souhaitent que SBF se prĂ©sente devant eux

MalgrĂ© son arrestation aux Bahamas, la veille de l’audition devant la Chambre des reprĂ©sentants, SBF devrait ĂȘtre convoquĂ© devant les membres de la Commission d’ici peu de temps. En effet, Maxine Waters a dĂ©clarĂ© que « ce comitĂ© ne s’arrĂȘtera pas tant que nous n’aurons pas dĂ©couvert toute la vĂ©ritĂ© derriĂšre l’effondrement de FTX Â».

Cette dĂ©claration a Ă©tĂ© reprise par Warren Davidson qui estime que « dans tous les cas, SBF doit venir parler Ă  la Commission, qu’il soit prisonnier ou libĂ©rĂ© sous caution Â».

Mardi 12h30 : Sam Bankman-Fried officiellement mis en examen par la SEC

Alors que les autoritĂ©s bahamĂ©ennes annonçaient hier l’arrestation de Sam Bankman-Fried et sa potentielle extradition vers le territoire amĂ©ricain dans les prochaines semaines, la SEC vient d’annoncer officiellement mettre en examen l’ancien CEO de FTX.

ConcrĂštement, SBF a Ă©tĂ© inculpĂ© pour fraude par la Securities and Exchange Commission (SEC). L’institution accuse SBF « d’avoir orchestrĂ© un plan visant Ă  escroquer les investisseurs des actions de FTX Trading Ltd Â». D’ailleurs, cette enquĂȘte s’accompagne de plusieurs autres pour dĂ©terminer si d’autres violations du droit des valeurs mobiliĂšres n’ont pas Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es par SBF.

Gary Gensler, prĂ©sident de la SEC, a dĂ©clarĂ© « que la SEC allĂšgue que Sam Bankman-Fried a construit un chĂąteau de cartes sur une base mensongĂšre tout en disant aux investisseurs que c’était l’un des bĂątiments les plus sĂ»rs de l’industrie des crypto monnaies Â».

Il rajoute que « la fraude prĂ©sumĂ©e commise par SBF est un appel au clairon pour les plateformes de  crypto monnaies pour se mettre en conformitĂ© avec les lois en vigueur Â».

Mardi 11h30 : La SEC des Bahamas contredit les allĂ©gations de John Ray

Alors que des documents judiciaires dĂ©montrent que John Ray sous-entend que les autoritĂ©s des Bahamas et les avocats de SBF ont enfreint la loi amĂ©ricaine en conservant de grandes quantitĂ©s d’actifs en dehors de la procĂ©dure de faillite du chapitre 11, la SEC des Bahamas a rapidement rĂ©agi pour contredire ces accusations.

Dans un communiquĂ© de presse, la Commission des valeurs mobiliĂšres des Bahamas explique que « ces informations sont troublantes, car John Ray sait que l’échange complet entre les autoritĂ©s bahamĂ©ennes et SBF rĂ©vĂšle que SBF a reconnu « qu’il n’avait pas informĂ© la Commission des valeurs mobiliĂšres Â».

Selon la SEC des Bahamas, « John Ray n’a pour but que de faire les gros titres et de faire avancer son propre calendrier douteux Â». NĂ©anmoins, l’institution prĂ©cise qu’elle coopĂšre activement avec les forces de l’ordre et les rĂ©gulateurs tant au niveau national qu’international pour « pouvoir tenir responsables les personnes impliquĂ©es conformĂ©ment Ă  la loi bahamĂ©enne Â».

Vendredi 21h00 : Le CEO de TheBlock annonce sa dĂ©mission

Rapidement aprÚs la révélation du financement de TheBlock par FTX, Mike McCaffrey a annoncé sa démission de son poste de CEO de TheBlock.

Il explique que les prĂȘts ont Ă©tĂ© utilisĂ©s pour restructurer et sauver financiĂšrement le mĂ©dia. A l’inverse, il explique qu’il n’a pas communiquĂ© l’information aux employĂ©s de TheBlock pour ne pas perturber l’objectivitĂ© de ses Ă©quipes Ă©ditoriales.

Il explique regretter cette dĂ©cision et a conscience qu’il a mis en danger l’intĂ©gritĂ© et la crĂ©dibilitĂ© de l’ensemble des journalistes prĂ©sents dans le mĂ©dia.

En attendant une passation de pouvoir avec un nouveau CEO, Bobby Moran, directeur des revenus de TheBlock, va remplacer l’ancien CEO et aura la lourde tĂąche de proposer une stratĂ©gie de restructuration Ă  son conseil d’administration.

Vendredi 20h30 : Les employĂ©s de TheBlock partagent leur stupĂ©faction

Frank Chaparro, Ă©diteur en chef de TheBlock, a confiĂ© son Ă©cƓurement aprĂšs la rĂ©vĂ©lation sur les liens entre TheBlock et FTX. Il explique se sentir trahi « face aux actions de Mike (ndlr : Ancien CEO de TheBlock), Ă  sa cupiditĂ© et Ă  son manque de divulgation Â».

Larry Cermak, vice-prĂ©sident de l’équipe de recherche de TheBlock, a Ă©galement partagĂ© sa stupĂ©faction aprĂšs les rĂ©vĂ©lations. Il explique, de la mĂȘme maniĂšre que Frank Chaparro, qu’il n’était pas au courant des agissements de son CEO.

Vendredi 20h00 : FTX a secrĂštement financĂ© le mĂ©dia TheBlock

L’information a eu un retentissement particuliĂšrement important dans l’écosystĂšme des crypto monnaies. TheBlock a Ă©tĂ© secrĂštement financĂ© par FTX alors mĂȘme que le mĂ©dia a toujours entretenu l’idĂ©e selon laquelle il Ă©tait entiĂšrement indĂ©pendant.

TheBlock a eu de grosses difficultĂ©s financiĂšres lors de l’annĂ©e 2021. En pleine crise, ce dernier a cherchĂ© Ă  trouver des solutions pour pallier le manque de revenus provenant de la publicitĂ© et des abonnements.

En fĂ©vrier 2021, le CEO de TheBlock, Michael McCaffrey, a entamĂ© des discussions avec SBF au sujet d’un prĂȘt destinĂ© Ă  restructurer entiĂšrement le mĂ©dia. ConcrĂštement, trois prĂȘts ont Ă©tĂ© mis en place. D’abord, un prĂȘt de 12 millions de dollars puis un prĂȘt de 15 millions de dollars.

Enfin, un troisiĂšme prĂȘt de 16 millions de dollars a Ă©tĂ© effectuĂ© envers une entitĂ© nommĂ©e Red Sea qui aurait Ă©tĂ© utilisĂ© en partie pour acheter un appartement aux Bahamas au CEO de TheBlock.

Vendredi 13h10 : Sam Bankman-Fried va tĂ©moigner le 13 dĂ©cembre prochain

La pression mise par les diffĂ©rentes personnalitĂ©s politiques prenant part Ă  la future audience sur la chute de FTX a finalement eu raison de SBF. Bien qu’il ait manquĂ© de quelques heures la date limite de rĂ©ponse Ă  la demande de tĂ©moignage, ce dernier vient de confirmer sa prĂ©sence lors de l’audience du 13 dĂ©cembre prochain.

En rĂ©ponse Ă  Maxine Waters, il explique sur twitter « qu’il n’a toujours pas accĂšs Ă  la majoritĂ© des donnĂ©es et qu’il ne sera pas aussi utile qu’il le souhaiterait Â». En revanche, il affirme « ĂȘtre prĂȘt Ă  tĂ©moigner le 13 dĂ©cembre prochain Â».

Il s’exprimera notamment sur la solvabilitĂ© de FTX US et des clients amĂ©ricains, sur la maniĂšre de rembourser les clients internationaux, sur les causes de la faillite et sur ses propres erreurs.

Pour autant, sa prĂ©sence devrait certainement ĂȘtre en visioconfĂ©rence puisque sa prĂ©sence physique pourrait potentiellement conduire Ă  son arrestation sur le sol amĂ©ricain.

Vendredi 12H00 : SBF fait l’objet d’une plainte concernant ses dons « cachĂ©s Â» au parti rĂ©publicain

Les innombrables interviews de Sam Bankman-Fried pourraient avoir de graves consĂ©quences pour l’ancien CEO de FTX. Alors qu’un adage bien connu du monde juridique explique qu’il faut garder le silence autant que possible, SBF semble incapable de rester silencieux.

Ainsi, sa rĂ©cente dĂ©claration selon laquelle toutes ses donations faites au Parti rĂ©publicain Ă©taient cachĂ©es a dĂ©bouchĂ© sur une plainte de Citizens for Responsability and Ethics, un watchdogs surveillant les activitĂ©s politiques du pays. Selon l’organisation, « Sam Bankman-Fried a violĂ© les lois fĂ©dĂ©rales en ne divulguant pas les millions qu’il s’est vantĂ© d’avoir donnĂ© Ă  des groupes affiliĂ©s au Parti rĂ©publicain Â».

Alors que SBF aurait donnĂ© environ 37 millions de dollars au Parti rĂ©publicain sans les dĂ©clarer, la loi oblige normalement les dons supĂ©rieurs Ă  200 dollars Ă  ĂȘtre divulguĂ© par son donateur en son nom propre.

La plainte explique que « les lois fĂ©dĂ©rales interdisent de tels stratagĂšmes lorsque le contributeur d’origine Ă  l’intention que ses fonds influencent les Ă©lections sans que ce dernier ne divulgue son identitĂ© Â».

Vendredi 09h30 : Le rĂ©gulateur accorde un dĂ©lai de trois mois Ă  FTX Japon

L’exchange amĂ©ricain FTX disposait de plusieurs filiales dissĂ©minĂ©es un peu partout dans le monde. DĂšs lors, le destin de ces diffĂ©rentes entitĂ©s ne sera pas forcĂ©ment identique. C’est notamment le cas de la filiale japonaise de l’entitĂ© qui vient de se voir accorder un dĂ©lai de trois mois pour gĂ©rer la situation.

Initialement, FTX Japon avait reçu l’ordre d’arrĂȘter ses activitĂ©s avant le 9 dĂ©cembre. NĂ©anmoins, en raison de la mise en Ɠuvre d’un plan d’amĂ©lioration de ses activitĂ©s, les Ă©quipes de l’entreprise ont rĂ©ussi Ă  convaincre le rĂ©gulateur de lui accorder un dĂ©lai exceptionnel.

Ainsi, le ministĂšre des Finances du bureau local des finances de Kanto a accĂ©dĂ© Ă  la demande de FTX Japon de retarder de trois mois la suspension de ses activitĂ©s. De fait, FTX Japon a dĂ©sormais jusqu’au 9 mars 2023 pour trouver une solution Ă  sa situation et rĂ©activer les retraits d’actifs de sa plateforme.

Jeudi 10h30 : Les autoritĂ©s fĂ©dĂ©rales amĂ©ricaines enquĂȘtent sur une potentielle manipulation de marchĂ© de SBF

Les dĂ©boires de Sam Bankman-Fried ne font certainement que commencer. Alors que l’enquĂȘte sur les causes de la faillite de son exchange FTX s’intensifie, les autoritĂ©s fĂ©dĂ©rales seraient actuellement en train d’investiguer sur une potentielle manipulation du marchĂ© de la part de SBF lors de l’effondrement de l’écosystĂšme Terra Luna.

ConcrĂštement, les autoritĂ©s amĂ©ricaines se renseignent actuellement sur les consĂ©quences positives de l’effondrement de l’UST sur les entreprises dĂ©tenues par SBF. Ainsi, les procureurs chercheraient actuellement « Ă  savoir si Sam Bankman-Fried a pu orienter les prix de l’UST et de son jeton associĂ© le LUNA Â».

Pour l’heure, selon des sources proches de l’enquĂȘte, l’enquĂȘte n’en est qu’à un stade embryonnaire et aucune accusation formelle n’a encore Ă©tĂ© formulĂ©e Ă  l’encontre de SBF.

SBF a notamment dĂ©clarĂ© « qu’il n’était pas au courant d’une quelconque manipulation du marchĂ© et n’a certainement jamais eu l’intention s’y livrer Â».

Jeudi 9h00 : Le SĂ©nat amĂ©ricain veut que Sam Bankman-Fried tĂ©moigne le 14 dĂ©cembre prochain

La volontĂ© des sĂ©nateurs amĂ©ricains de voir SBF intervenir devant eux pour apporter des Ă©claircissements sur l’effondrement de FTX se fait de plus en plus pressante. DĂ©sormais, la commission sĂ©natoriale souhaite que « SBF rĂ©ponde de l’échec de FTX Â».

Selon une lettre du prĂ©sident de la commission bancaire du SĂ©nat, Sherrod Brown, « en tant que fondateur et CEO de FTX au moment de son effondrement et en tant que fondateur, principal propriĂ©taire et ancien CEO d’Alameda Research, SBF doit rĂ©pondre de la faillite des deux entitĂ©s qui a Ă©tĂ© causĂ©e, au moins en partie, par le mauvais usage Ă©vident des fonds des clients Â».

Cette lettre officielle a Ă©tĂ© communiquĂ©e Ă  Mark Cohen, l’avocat de SBF. Bien que le choix dĂ©finitif appartienne encore Ă  SBF, le Sherrod Brown prĂ©cise que « traditionnellement, les tĂ©moins qui sont invitĂ©s Ă  comparaĂźtre devant le ComitĂ© se rendent disponibles volontairement Â». DĂšs lors, il poursuit en prĂ©cisant que si SBF choisit de ne pas se prĂ©senter, il est prĂȘt Ă  Ă©mettre une citation Ă  comparaitre pour l’obliger Ă  tĂ©moigner.

SBF a désormais que quelques heures pour donner sa réponse puisque le dernier délai est fixé à 5 PM EST, soit ce jeudi 8 décembre à 23 heures.

Mercredi 19h30 : Trois employĂ©s auraient eu accĂšs aux clĂ©s privĂ©es de FTX

Selon des sources proches de l’enquĂȘte, trois dĂ©veloppeurs avaient accĂšs aux clĂ©s privĂ©es de l’exchange FTX avant sa soudaine faillite : Gary, Nishad et Adam Yedidia.

Les deux premiers noms ne sont autres que les cocrĂ©ateurs de l’exchange FTX, et donc anciennement membres dĂ©cisionnaires de l’entreprise. DĂšs lors, leur connaissance des clĂ©s privĂ©es peut ĂȘtre effectivement lĂ©gitimĂ©e par cet aspect.

NĂ©anmoins, Adam Yedidia ne semble pas ĂȘtre proche du pouvoir exĂ©cutif de l’entreprise. MalgrĂ© son amitiĂ© trĂšs proche avec SBF datant de leur parcours universitaire au MIT, ce dernier n’avait pas encore gravi les Ă©chelons lui permettant d’accĂ©der Ă  de telles informations.

En revanche, selon cette mĂȘme source « le fait qu’Adam soit dĂ©signĂ© comme le successeur lĂ©gitime de Nishad Ă  son poste de directeur de l’ingĂ©nierie de l’entreprise Ă©tait un secret de polichinelle au sein des employĂ©s Â».

Pourtant, ce manque flagrant de sĂ©curitĂ© envers les actifs de leurs utilisateurs dĂ©montre une nouvelle fois tout l’amateurisme qui semble avoir imprĂ©gnĂ© l’ensemble des dĂ©cisions stratĂ©giques prises par l’ancien conseil d’administration de FTX.

Mercredi 18h00 : Les anciens employĂ©s de FTX au centre de l’enquĂȘte sur FTX

Alors que les sĂ©nateurs amĂ©ricains de la commission financiĂšre rĂ©flĂ©chissent Ă  l’éventualitĂ© d’obliger Sam Bankman-Fried Ă  comparaitre devant eux pour l’audience prĂ©vue le 13 dĂ©cembre prochain, les autoritĂ©s fĂ©dĂ©rales seraient d’ores et dĂ©jĂ  en contact avec les anciens employĂ©s de l’exchange amĂ©ricain.

En effet, plusieurs anciens employĂ©s ont dĂ©clarĂ© avoir Ă©tĂ© contactĂ©s par les autoritĂ©s fĂ©dĂ©rales pour rĂ©pondre certainement Ă  des questions sur le fonctionnement interne de FTX, mais Ă©galement d’Alameda Research, afin d’en apprendre plus sur les causes ayant menĂ© Ă  l’insolvabilitĂ© de l’exchange.

Pour l’heure, les anciens employĂ©s sont libres de rĂ©pondre ou non aux questions des autoritĂ©s fĂ©dĂ©rales, mais ces derniĂšres se rĂ©servent Ă©videmment le droit de les obliger Ă  y rĂ©pondre en les assignant Ă  comparaitre devant eux.

Mercredi 15h30 : Mastercard voit la chute de FTX comme une rĂ©initialisation du marchĂ©

La chute inexorable de l’empire de Sam Bankman-Fried ne semble pas rĂ©ellement rendre pessimistes les grosses entreprises de la finance traditionnelle sur l’industrie des crypto monnaies. AprĂšs Goldman Sachs, Mastercard apporte son avis Ă©tonnamment optimiste sur la situation.

Selon Grace Berkery, directrice de l’engagement des startups chez Mastercard, « l’effondrement de FTX sera Ă  terme positif pour l’industrie Â». Elle explique en ce sens qu’il s’agit d’une « opportunitĂ© et d’un moment pour rĂ©initialiser l’ensemble de l’écosystĂšme Â».

Elle rajoute que « chez Mastercard, nous pensons qu’il y a beaucoup de promesses dans la technologie sous-jacente aux crypto monnaies et que beaucoup d’entreprises proposent des solutions intĂ©ressantes Â».

Mercredi 9h30 : Sam Bankman-Fried engage un avocat connu pour avoir défendu Ghislaine Maxwell

Les rĂ©centes discussions avec les reprĂ©sentants politiques amĂ©ricains ont dĂ» mettre en alerte SBF sur de potentielles rĂ©percussions juridiques aprĂšs la faillite de FTX. DĂšs lors, SBF a engagĂ© l’avocat Mark Cohen pour l’accompagner face aux diffĂ©rentes enquĂȘtes dont il fait l’objet.

Mark Cohen est particuliĂšrement connu pour sa dĂ©fense de Ghislaine Maxwell, l’ancienne compagne de Jeffrey Epstein condamnĂ©e rĂ©cemment Ă  20 ans de rĂ©clusion criminelle pour trafic d’enfants et association de malfaiteurs. De plus, l’avocat s’est dĂ©jĂ  confrontĂ© Ă  la SEC en 2014 lors d’une affaire de dĂ©lit d’initiĂ© qu’il est parvenu Ă  gagner.

SBF a expliquĂ© lors d’un space Twiter qu’il va suivre les conseils de son avocat et des personnes qui sont en mesure de comprendre la situation et le contexte, mais qu’il ne peut pas en dire plus que ça.

Mardi 19h10 : Le Financial Times dévoile le portefeuille d'investissement d'Alameda Research

Le Financial Times vient de publier un article retraçant le portefeuille d'investissement d'Alameda. Retrouvez les 500 positions de la firm de trading et jugez par vous-mĂȘme ICI.

Le commentaire du Financial Times est tranchant : “En plus de diriger un Ă©change de crypto monnaies qui n'Ă©changeait pas de crypto monnaies et de possĂ©der un hedge fund qui ne hedge pas, Sam Bankman-Fried possĂ©dait un fonds de capital-risque qui n'investissait pas ses propres capitaux.

Mardi 17h30 : Des sĂ©nateurs amĂ©ricains demandent des explications Ă  la banque Silvergate

Rapidement aprĂšs la faillite de FTX, la banque Silvergate a Ă©tĂ© mentionnĂ©e comme un intermĂ©diaire d’exception ayant permis aux entreprises de l’empire de SBF de transfĂ©rer les actifs des clients de l’exchange amĂ©ricain.

En ce sens, dans une lettre adressĂ©e au PDG de Silvergate, les sĂ©nateurs Elizabeth Warren, John Kennedy et Roger Marshall expliquent que « l’implication de Silvergate dans le transfert des fonds des clients de FTX Ă  Alameda rĂ©vĂšle ce qui semble ĂȘtre un manquement flagrant Ă  la responsabilitĂ© de la banque Ă  surveiller et Ă  signaler toute activitĂ© financiĂšre suspecte effectuĂ©e par ses clients Â».

Alors qu’hier, le CEO de Silvergate rassurait les investisseurs en expliquant que la santĂ© financiĂšre de son entreprise Ă©tait bonne et qu’elle avait Ă©galement respectĂ© toutes les lois fĂ©dĂ©rales. Il fustigeait Ă©galement « la dĂ©sinformation provenant de vendeurs Ă  dĂ©couvert et d’opportunistes Â».

Désormais, la pression mise par les sénateurs devrait obliger Silvergate à apporter des réponses claires et précises notamment sur la question épineuse de la signalisation des transactions de FTX à Alameda au Financial Crimes Enforcement Network.

Mardi 12h15 : CZ rĂšgle ses comptes avec SBF sur Twitter

Changpeng Zhao, CZ, le cĂ©lĂšbre CEO de Binance, reste rarement silencieux bien longtemps sur Twitter. Sa relation tendue avec SBF est connue depuis de longs mois, mais l’implosion de FTX semble particuliĂšrement attiser le ressentiment de CZ Ă  l’égard de l’ancien patron de FTX.

Dans un thread twitter qu’il a intitulĂ© Â« une liste de rĂ©cits erronĂ©s que j’ai vus rĂ©cemment Â», CZ s’est particuliĂšrement Ă©panche sur la situation de FTX et sur ce qu’il pense rĂ©ellement de Sam Bankman-Fried.

Il explique que l’idĂ©e selon laquelle la chute de FTX a Ă©tĂ© commanditĂ©e par une tierce partie est fausse. Selon lui, FTX est entiĂšrement responsable de cette situation puisqu’ils ont littĂ©ralement volĂ© des milliards de dollars Ă  leurs utilisateurs.

D’ailleurs, il en profite pour rĂ©futer les consĂ©quences supposĂ©es de son tweet sur la situation de FTX en dĂ©but novembre. Selon lui, le tweet de l’ancienne patronne d’Alameda Research est d’ailleurs bien plus responsable selon les donnĂ©es rĂ©cupĂ©rĂ©es.

Enfin, concernant SBF, il commence son propos en estimant que ce dernier n’a jamais eu de bonnes intentions puisque « mentir n’est jamais corrĂ©lĂ© Ă  de bonnes intentions Â». Il ajoute que « SBF a crĂ©Ă© un rĂ©cit le dĂ©crivant, lui et d’autres personnes comme les mĂ©chants de l’histoire pour entretenir son propre fantasme de hĂ©ros Â».

Pourtant, CZ considĂšre que « SBF est l’un des plus grands fraudeurs de l’histoire et qu’il est un maĂźtre de la manipulation lorsqu’il s’agit des mĂ©dias et des principaux leaders d’opinion Â».

Mardi 11h30 : Gary Gensler entendu par les dĂ©mocrates de la Chambre des reprĂ©sentants

Le PrĂ©sident de la Securities and Exchange Commission (SEC), Gary Gensler, devrait ĂȘtre entendu par les dĂ©mocrates de la commission des services financiers de la Chambre des reprĂ©sentants. Cette entrevue est fondamentale puisqu’elle doit permettre aux reprĂ©sentants politiques de se faire une idĂ©e plus prĂ©cise des relations entretenues par FTX avec les diffĂ©rents rĂ©gulateurs financiers amĂ©ricains.

L’audience sur FTX prĂ©vue pour la semaine prochaine est particuliĂšrement attendue, mais la prĂ©sence de Sam Bankman-Fried est de plus en plus incertaine. NĂ©anmoins, celle du nouveau CEO de FTX, John Ray, est Ă©galement prĂ©vue et son tĂ©moignage devrait quant Ă  lui bel et bien se produire.

La Consumer Financial Protection Bureau (CFPB) pourrait utiliser le dĂ©sastre de FTX pour rĂ©cupĂ©rer du pouvoir en ce qui concerne le domaine des crypto monnaies. D’ailleurs, Rohit Chopra, directeur de la CFPB, devrait s’entretenir avec les dĂ©mocrates de la commission ce mercredi pour faire le point sur la situation.

Mardi 09h25 : Goldman Sachs aimerait investir dans l’industrie des crypto monnaies

L’odeur du sang attire inĂ©vitablement les prĂ©dateurs. Le secteur de la finance est particuliĂšrement rĂ©putĂ© pour respecter cet adage. De fait, aprĂšs l’effondrement de l’empire de SBF, Goldman Sachs serait ouvert Ă  des opportunitĂ©s d’investissement dans le domaine des crypto monnaies.

D’aprĂšs Mathew McDermott, responsable des actifs numĂ©riques chez la cĂ©lĂšbre entreprise, « il existe actuellement des opportunitĂ©s vraiment intĂ©ressantes, Ă  des prix beaucoup plus raisonnables que par le passĂ© Â». Il explique que « l’implosion de FTX a nĂ©cessairement fait reculer le marchĂ©, mais que la technologie sous-jacente continue d’ĂȘtre performante Â».

De fait, Goldman Sachs serait « prĂȘt Ă  dĂ©penser des dizaines de millions de dollars Â» pour acheter ou investir dans des entreprises dont la valorisation a fortement baissĂ© aprĂšs les dĂ©boires de FTX. Ce ne serait pas une premiĂšre fois pour la banque puisqu’elle investit d’ores et dĂ©jĂ  dans plusieurs entreprises du secteur comme CertiK, TRM Labs ou encore Coin Metrics.

D’ailleurs, Mathew McDermott explique que « plus de 70 personnes travaillent actuellement pour l’équipe chargĂ©e des actifs numĂ©riques de Goldman Sachs et que cette derniĂšre est actuellement en train de mettre au point sa propre blockchain privĂ©e Â».

Lundi 21h08 : Maxine Waters rĂ©pond Ă  SBF sur Twitter

La joute verbale entre la sĂ©natrice RĂ©publicaine Maxine Waters et Sam Bankman-Fried continue sur Twitter. Alors que ce dernier a refusĂ© « l’invitation Â» de la sĂ©natrice Ă  tĂ©moigner lors de l’audition devant le SĂ©nat le 13 dĂ©cembre prochain, Maxine Waters semble muscler le ton.

En effet, citant directement son tweet, elle explique « qu’au vu de son ancien rĂŽle de CEO au sein de FTX et de ses interventions rĂ©centes dans de nombreux mĂ©dias diffĂ©rents, il est Ă©vident qu’il possĂšde des informations suffisamment pertinentes pour participer Ă  cette audition Â».

Elle rajoute « que l’effondrement de FTX a causĂ© du tort Ă  plus d’un million de personnes et que son tĂ©moignage ne serait pas utile seulement aux membres du CongrĂšs, mais surtout au peuple amĂ©ricain Â».

Elle finalise sa prise de parole en indiquant le caractĂšre impĂ©ratif de sa participation Ă  l’audition du 13 dĂ©cembre prochain ainsi qu’à d’autres sĂ©ances dans les semaines Ă  venir.

Lundi 10h30 : SBF attaque John Ray, le nouveau CEO de FTX

Dans une rĂ©cente interview avec TheBlock, SBF a rĂ©vĂ©lĂ© les coulisses de sa relation avec les nouveaux dirigeants de FTX. ParticuliĂšrement nĂ©gatif Ă  l’égard de John Ray, SBF s’est confiĂ© notamment sur ses rapports avec ce dernier.

Sam Bankman-Fried n’aime pas ĂȘtre mis Ă  l’écart et le fait savoir. Selon lui, depuis la dĂ©claration de faillite de FTX, John Ray a totalement fermĂ© la porte Ă  un dialogue entre les deux protagonistes. D’ailleurs, il n’y aurait eu aucune communication entre les deux parties tandis que l’avis de SBF ne serait absolument pas pris en compte dans la maniĂšre de gĂ©rer la faillite.

Par exemple, il explique « qu’il y a beaucoup de dĂ©clarations qui ont Ă©tĂ© faites, puis consignĂ©es dans le dossier juridique, qui Ă©taient fausses Â». Il rajoute « qu’il ne sait pas s’ils mentaient intentionnellement ou si c’était juste une erreur honnĂȘte Â».

Il enchaine en contredisant les termes de John Ray selon lesquels « la situation financiĂšre de FTX est la pire que John Ray ait vue dans sa carriĂšre Â».

Sur ce point, SBF « conteste l’affirmation selon laquelle il n’y a aucun contrĂŽle financier. Il nuance en expliquant « ĂȘtre conscient qu’il y avait des endroits critiques oĂč les contrĂŽles Ă©taient trĂšs mauvais Â». Pour autant, il considĂšre « qu’il est assez difficile, si vous essayez de reprendre le contrĂŽle d’une sociĂ©tĂ© et que vous refusez de parler Ă  quiconque Ă©tait impliquĂ© dans la gestion de cette derniĂšre, de savoir, en peu de temps, oĂč se trouvent les donnĂ©es et les procĂ©dures pertinentes Â».  

Dimanche 22h10 : SBF refuse de témoigner malgré la pression des 2 partis américains

L'ancien PDG de FTX, Sam Bankman-Fried, a fait savoir qu'il n'Ă©tait pas disposĂ© Ă  tĂ©moigner devant le CongrĂšs des États-Unis avant d'avoir “fini d'apprendre et de revoir ce qui s'est passĂ©”.

Bankman-Fried was responding to a Dec. 2 tweet from U.S. Representative Maxine Waters inviting him to testify in a scheduled U.S. House Committee on Financial Services hearing on Dec. 13 to discuss “what happened” at FTX.


Dans sa rĂ©ponse, l'ancien PDG de FTX a dĂ©clarĂ© qu'il estimait qu'il Ă©tait de son “devoir de se prĂ©senter devant la commission et de s'expliquer”, mais seulement lorsqu'il aurait “fini d'apprendre et de revoir ce qui s'est passĂ©”, ajoutant qu'il n'Ă©tait pas “sĂ»r” que cela se produise d'ici le 13.

Dimanche 19h35 : L'ex PDG d'Alameda, Caroline Ellison aperçue dans un café à New York

Une photo vérifiée par un internaute affirmant travailler dans le café concerné, montre Caroline Ellison en train de passer une commande dans un café de New York, ce qui soulÚve des questions quant à la raison de son retour sur le sol américain.

Ajoutant du poids Ă  la possibilitĂ© d'une observation, Gopher, le chiot qui est censĂ© appartenir aux cadres de FTX et d'Alameda, semble Ă©galement ĂȘtre sur la photo Ă  cĂŽtĂ© d'Ellison.

Samedi 6h00 : SBF ment, se contredit et s'accuse lors de différentes interviews

SBF s’est exprimĂ© Ă  plusieurs reprises ces derniers jours, lors d'interviews, mais aussi directement depuis des “spaces” Twitter, en tentant de donner sa version des faits.

Ces situations en direct permettent souvent d'obtenir plus d'informations que lors d'interviews rĂ©Ă©crites ou de communications directes de SBF Ă  travers Twitter, puisqu'elles ne laissent pas l'opportunitĂ© de corriger des propos qui n'auraient pas du sortir…

Dans une interview sur la chaĂźne amĂ©ricaine GMA, SBF se dĂ©douane des mouvements des fonds d'utilisateurs vers Alameda dans une optique de trading : “Je ne savais pas qu'il y avait une utilisation inappropriĂ©e des fonds des clients.” affirmant ne pas ĂȘtre au courant de ce qu'il se passait rĂ©ellement. Nous verrons que l'ex PDG de FTX va contredire ce passage Ă  plusieurs reprises.

«Je n'ai pas sciemment mélangé les fonds (des clients)». Cette réponse lors de son interview avec le New York Times marque déjà une légÚre contradiction avec la précédente et laisse entendre que SBF était bien au courant de ces faits. Il ne tente pas de le nier, mais se concentre plutÎt sur l'intention derriÚre ces mouvements de fonds.

Finalement, dans un space Twitter, SBF avoue (au moins partiellement) le vol des fonds des utilisateurs : Ă  la question : “sur votre tableau de bord, Alameda utilisait les fonds (des clients) pour trader, mais vous ne pouviez pas le voir du cĂŽtĂ© d'Alameda parce qu'il y avait une sorte de problĂšme de comptabilitĂ© ?“, SBF rĂ©pond : “ouais, plus ou moins quelque chose comme ça.”

Les diffĂ©rentes dĂ©clarations affirmant que FTX et Alameda Ă©taient bien 2 entitĂ©s sĂ©parĂ©es ne sont plus aussi bien soutenues par Bankman-Fried. Dans l'interview du New York Times, le cofondateur de FTX ne se cache pas “Les clients transfĂ©raient de l'argent Ă  Alameda pour ĂȘtre crĂ©ditĂ©s sur FTX.”

Il rajoute d'ailleurs dans un space Twitter : “Alameda retirait des dollars de FTX en utilisant des FTT en garantie.”

Dans le mĂȘme space, un internaute demande si “Vous nous laissiez juste acheter des jetons fictifs qui n'existaient pas vraiment.” Et SBF rĂ©pond par l’affirmative : “Ouais, je crois que cela faisait partie de ce qu'il s'est passĂ©.”

Vendredi 16h00 : Le ministĂšre de la Justice amĂ©ricaine souhaite enquĂȘter sur une potentielle fraude de FTX

D’aprĂšs un document judiciaire, la chute de l’écosystĂšme de Sam Bankman-Fried est aperçue comme « la faillite d’une grande entreprise la plus rapide de l’histoire des États-Unis Â».

DĂšs lors, le ministĂšre amĂ©ricain de la Justice souhaite qu’une enquĂȘte indĂ©pendante soit rĂ©alisĂ©e. La notion d’indĂ©pendance est particuliĂšrement importante puisque de nombreuses accusations ont vu le jour concernant les liens particuliĂšrement Ă©troits entre SBF et plusieurs sĂ©nateurs amĂ©ricains.

AndrĂ© R. Vara, source proche du ministĂšre de la Justice, explique « qu’un examinateur pourrait – et devrait – enquĂȘter sur les allĂ©gations substantielles et sĂ©rieuses de fraude, de malhonnĂȘtetĂ©, d’incompĂ©tence, de mauvaise conduite et de mauvaise gestion de la part des dĂ©biteurs Â».

D’ailleurs, il prĂ©cise « qu’il existe une base substantielle permettant de croire que l’ancien CEO de FTX, ainsi que les autres dirigeants ont mal gĂ©rĂ© la sociĂ©tĂ© ou se sont engagĂ©s dans une conduite frauduleuse Â».

Jeudi 15H30 : Le patron de Galaxy Digital estime que SBF mérite la prison

Michael Novogratz, crĂ©ateur de Galaxy Digital, une sociĂ©tĂ© de services financiers et de gestion des investissements, s’est exprimĂ© dans des mots particuliĂšrement forts et Ă©loquents Ă  propos du sort qui doit ĂȘtre rĂ©servĂ© selon lui Ă  SBF.

Dans une interview donnĂ©e pour Squawk Box, ce dernier regrette la tournure psychologique prise par les Ă©vĂšnements, notamment dĂ» Ă  la personnalitĂ© de Sam Bankman-Fried sur les rĂ©seaux sociaux. 

Bien qu’étant sur la rĂ©serve concernant les Ă©vĂšnements ayant prĂ©cipitĂ© la chute de FTX, Michael Novogratz espĂšre que les autoritĂ©s compĂ©tentes pourront rĂ©ellement enquĂȘter sur l’intĂ©gralitĂ© de l’affaire « non seulement pour le marchĂ© des crypto monnaies, mais aussi pour tous les marchĂ©s financiers du monde Â». En effet, il prĂ©cise que la confiance est la piĂšce maitresse de tout l'Ă©cosystĂšme et qu’une rĂ©ponse inadaptĂ©e Ă  l’ampleur de la catastrophe donnerait des signaux profondĂ©ment nĂ©gatifs.

Enfin, il prĂ©cise que « selon lui, Sam est de mauvaise foi concernant ce qu’il s’est passĂ© et sur sa responsabilitĂ© dans l’insolvabilitĂ© de FTX Â». Il ajoute que « l’ancien CEO de FTX doit ĂȘtre poursuivi et qu’il passera certainement du temps en prison Â». En revanche, il prĂ©cise que la chute de son empire ne peut pas ĂȘtre inculquĂ©e qu’à lui pour pouvoir punir l’ensemble des personnes impliquĂ©es Ă  leur juste valeur. 

Mercredi 19h10 : La sénatrice Elizabeth Warren se sert de la faillite de FTX pour attaquer le secteur des crypto monnaies

Lors d’une audition devant la commission bancaire du SĂ©nat amĂ©ricain, la sĂ©natrice Elizabeth Warren s’en est particuliĂšrement prise Ă  l’industrie des crypto monnaies. En se reposant sur la chute de l’empire de SBF, cette derniĂšre a fortement critiquĂ© le secteur en appelant Ă  une grande prudence de la part du gouvernement amĂ©ricain.

Elle estime par ailleurs que « la contagion aurait pu ĂȘtre pire si les banques assurĂ©es par le gouvernement fĂ©dĂ©ral Ă©taient dangereusement imbriquĂ©es dans les crypto monnaies Â». Elle ajoute que « certains promoteurs de l’industrie soutiennent que ces actifs toxiques devraient ĂȘtre davantage intĂ©grĂ©s dans le systĂšme bancaire rĂ©el, ce qui signifierait que la prochaine fois que l’industrie trĂ©buchera, les contribuables devront renflouer les banques Â». 

Lors de cette audience, Martin Gruenberg, nouveau prĂ©sident de la Federal Deposit Insurance Corporation, s’est montrĂ© sceptique quant au futur des crypto monnaies. Il considĂšre que « le systĂšme bancaire serait moins sĂ»r si les banques assurĂ©es par la FDIC Ă©taient pleinement impliquĂ©es dans le marchĂ© des crypto monnaies Â».

Mercredi 18h10 : BlackRock a investi 24 millions de dollars dans FTX

Lors d'un Ă©vĂšnement organisĂ© par le New York Times Dealbook, Larry Fink, directeur gĂ©nĂ©ral de BlackRock, a admis que sa sociĂ©tĂ© avait investi dans FTX Ă  hauteur de 24 millions de dollars. 

Cet investissement a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© par l’intermĂ©diaire d’un fonds de fonds que la sociĂ©tĂ© gĂšre. Il appelle Ă  la patience pour rĂ©ellement apprĂ©hender les Ă©vĂšnements ayant menĂ© Ă  la chute de FTX, mĂȘme s’il admet « qu’il semble y avoir eu de mauvais comportements aux consĂ©quences majeures Â».

En revanche, il fait la distinction entre la chute d’un exchange centralisĂ© et la blockchain. Il dĂ©clare en ce sens « que malgrĂ© ces Ă©carts de conduite, la technologie derriĂšre la crypto monnaie est toujours pertinente Â». 

Mercredi 16h30 : John Ray assure avoir repris le contrĂŽle de la situation

Bien que l’équilibre semble particuliĂšrement fragile, John Ray, le CEO de FTX, annonce « avoir de plus en plus de contrĂŽle sur la situation Â». Il en a profitĂ© pour annoncer la mise en oeuvre d’un plafond salarial pour Ă©viter la distribution de primes trop Ă©levĂ©es aux employĂ©s. 

Il rĂ©affirme Ă©galement avoir coupĂ© entiĂšrement les liens avec les anciens dirigeants de FTX et d’Alameda Research en confirmant que ces derniers n'ont plus aucune influence sur les opĂ©rations quotidiennes de l’entreprise. 

Mercredi 14h10 : Le rythme de vie des employĂ©s de FTX aux Bahamas dĂ©voilĂ© 

L’absence de contrĂŽle interne chez FTX a rapidement Ă©tĂ© mise en avant lors des auditions de John Ray, le nouveau CEO de FTX. DĂšs lors, loin de l’image d’un bienfaiteur de l’humanitĂ©, SBF s’est rapidement pliĂ© aux demandes excessives de ses employĂ©s, notamment ceux situĂ©s aux Bahamas.

En totale dĂ©connexion avec le reste du monde, d’autant plus aprĂšs la faillite de l’exchange, le rythme de vie des employĂ©s de FTX a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ© au monde entier. D’ailleurs, un ancien employĂ© de l’exchange explique simplement « que c’était des enfants qui dirigeaient des enfants Â» avant de rajouter « qu’il n’avait jamais Ă©tĂ© tĂ©moin d’autant d’argent dans sa vie Â». 

La dĂ©mesure Ă©tait devenue la norme puisque « dĂšs que SBF disait oui, l’opĂ©ration se passait quel que ce soit le montant final Â». Ainsi, les avantages accordĂ©s aux employĂ©s comprenaient notamment « un service de restauration 24h/24, une Ă©picerie gratuite, un salon de coiffure et des massages bihebdomadaires Â». 

De plus, « FTX a fourni au personnel des Bahamas une sĂ©rie complĂšte de voitures et l’essence couverte pour tous les employĂ©s et des voyages illimitĂ©s et entiĂšrement couverts pour tous les bureaux dans le monde Â». 

Mercredi 12h30 : BlockFi devrait rembourser en priorité la SEC

Le dĂ©pĂŽt de bilan de BlockFi a dĂ©montrĂ© que l’entreprise en faillite avait une dette de plusieurs millions de dollars envers la SEC. D’aprĂšs un avocat spĂ©cialisĂ©, il est fort probable que BlockFi dĂ©cide de payer la SEC en prioritĂ©.

ConcrĂštement, Sasha Hodder, fondateur de Hodder Law, un cabinet spĂ©cialisĂ© dans le droit des crypto monnaies, estime que « l’organisme de rĂ©glementation est en ligne devant les crĂ©anciers particuliers Â».

Il rajoute mĂȘme que les clients particuliers « sont certainement en bas de la liste Â» et que la probabilitĂ© qu’ils revoient leur argent s’amincit de jour en jour.

Mercredi 10h00 : La tension s’intensifie autour du gouvernement du Singapour

L’effondrement de FTX a eu des consĂ©quences directes sur la stabilitĂ© du gouvernement de Singapour. En effet, l’entreprise publique, Temasek, a connu une perte sĂšche de 275 millions de dollars lors de l’annonce de l’insolvabilitĂ© de FTX.

D’ailleurs, Temasek a dĂ©clarĂ© Ă  la mi-novembre que son investissement dans FTX serait ramenĂ© Ă  zĂ©ro sans considĂ©ration de la suite des Ă©vĂšnements. L’entreprise s’est Ă©galement dĂ©fendue d’avoir une quelconque exposition supplĂ©mentaire aux crypto monnaies.

NĂ©anmoins, le vice-premier ministre et ministre des Finances de Singapour, Lawrence Wong, a dĂ» se prĂ©senter en dĂ©but de semaine devant le Parlement pour rĂ©agir Ă  la situation. Il a notamment dĂ©clarĂ© que la faillite de FTX Ă©tait « dĂ©cevante et prĂ©judiciable pour le pays Â» puisqu’elle avait inĂ©vitablement causĂ© une atteinte Ă  la rĂ©putation de l’entreprise.

Pour autant, il tempĂšre en estimant que « seule la nature de l’investissement pose un rĂ©el problĂšme Â». En revanche, il prĂ©cise que « Temasek reconnait son erreur et a publiĂ© un rapport complet pour expliquer son processus d’audits et qu’un examen interne est en cours pour Ă©tudier ce qui a mal tournĂ© dans l’affaire FTX afin d’amĂ©liorer le processus de dĂ©cision Ă  l’avenir Â». 

Mercredi 9h00 : LedgerX, filiale de FTX, devrait libérer 175 millions de dollars

MalgrĂ© la chute de la majoritĂ© de ses entreprises, LedgerX fait office d’ovni dans l’écosystĂšme de SBF. En effet, l’entitĂ© reste solvable et pourrait mĂȘme participer au remboursement d’une partie des crĂ©anciers de l’entreprise.

Bien qu’elle ait dĂ» se placer sous le rĂ©gime des faillites, LedgerX pourrait mettre 175 millions de dollars Ă  disposition afin que le montant soit utilisĂ© dans la procĂ©dure de faillite. 

ConcrĂštement, l’argent provient d’un fonds de 250 millions de dollars crĂ©Ă© par LedgerX lorsque l’entreprise souhaitait obtenir l’approbation rĂ©glementaire pour compenser les transactions de dĂ©rivĂ©s sans intermĂ©diaire. Or, le dĂ©pĂŽt de bilan l’ayant forcĂ© Ă  retirer sa demande auprĂšs de la CFTC, LedgerX rĂ©cupĂšre l’intĂ©gralitĂ© de ce fonds.


Ainsi, l’argent pourrait ĂȘtre transfĂ©rĂ© dans les prochaines heures et servir Ă  rembourser une partie des crĂ©anciers de l’entreprise. Enfin, un porte-parole de la CFTC a confirmĂ© que l’agence Ă©tait au courant du transfert et ne devrait pas s’y opposer.

Mercredi 8h30 : L’Union europĂ©enne souhaite durcir sa lĂ©gislation sur les crypto monnaies

Lors d’une interview avec Bloomberg, Irene Tinagli, prĂ©sidente de la commission des affaires Ă©conomiques et monĂ©taires du Parlement europĂ©en, s’est montrĂ©e particuliĂšrement nĂ©gative au sujet des crypto monnaies.

Selon elle, la chute de FTX dĂ©montre la nĂ©cessitĂ© de « surveiller trĂšs attentivement ce qui se passe et de mettre en place une rĂ©glementation qui empĂȘcherait que cela n’explose de maniĂšre dĂ©mesurĂ©e et ne devienne une menace systĂ©mique Â».  

Ainsi, l’effondrement de l’empire de SBF aurait suscitĂ© une forte angoisse au sein des institutions europĂ©ennes de sorte Ă  renforcer sa volontĂ© d’encadrer fortement l’industrie. NĂ©anmoins, Irene Tinagli tempĂšre ses propos en estimant « que malgrĂ© la croissance exponentielle du marchĂ© , le risque de dĂ©bordement des crypto monnaies sur le systĂšme traditionnel est faible pour le moment Â».

Mardi 23h45 : Sam Bankman-Fried déclare posséder 100 000 dollars sur son compte en banque

La chute de SBF se fait Ă©galement ressentir dans ses finances personnelles. Dans une rĂ©cente interview, ce dernier a dĂ©clarĂ© que « seulement Â» 100 000 dollars figuraient encore dans son compte en banque.

Il s’épanche sur le sujet en expliquant que Â« tout ce qu’il avait Ă©tĂ© liĂ© Ă  ses entreprises Â». DĂšs lors, alors que sa fortune personnelle a atteint plus de 25 milliards de dollars et qu’il Ă©tait dĂ©signĂ© comme l’un des plus jeunes milliardaires de l’histoire, SBF aurait vu son Ă©pargne fondre en mĂȘme temps que la faillite de FTX.

Certainement en rapport avec la perte soudaine de la quasi-totalitĂ© de sa fortune, SBF explique qu’il aurait souhaitĂ© que quelqu’un d’autre que lui soit chargĂ© de gĂ©rer les conflits d’intĂ©rĂȘts de FTX. Il rajoute qu’il aurait aimĂ© apportĂ© plus de rapports et de transparences aux parties extĂ©rieures.

Enfin, sur un plan personnel, il partage son regret de ne pas avoir Ă©tĂ© plus prudent en se concentrant essentiellement sur volume « plutĂŽt que sur l’équilibre Â». Pas sĂ»r que ses dĂ©clarations soient suffisantes pour calmer la colĂšre des investisseurs lĂ©sĂ©s. 

Mardi 20h30 : La commission des valeurs mobiliĂšres du Texas convoque SBF

C’est peut-ĂȘtre l’heure de vĂ©ritĂ© pour Sam Bankman-Fried. Alors qu’il enchaine les interventions publiques, mais Ă  distance de ses interlocuteurs, l’ancien patron de l’exchange amĂ©ricain FTX devrait ĂȘtre dans l’obligation de rejoindre le territoire amĂ©ricain dans les prochaines semaines et quitter celui des Bahamas.

En effet, la sec du Texas enquĂȘte depuis plusieurs semaines sur FTX pour dĂ©terminer si l’entreprise a violĂ© les lois sur les valeurs mobiliĂšres de l’Etat avant que la dĂ©claration de faillite ne soit dĂ©posĂ©e auprĂšs du tribunal compĂ©tent.

Dans le cadre de cette investigation, le Texas State Securities Board souhaite recueillir le tĂ©moignage de SBF dĂšs le 2 fĂ©vrier prochain selon une mesure d’exĂ©cution publiĂ©e dans la journĂ©e.

Pour l’heure, David Mills, l’avocat de SBF, n’a pas rĂ©pondu aux demandes de commentaire. Bien que la prĂ©sence physique de SBF Ă  l'audience soit encore indĂ©terminĂ©e, il est fort probable que l’institution souhaite s’entretenir en personne avec ce dernier. DĂšs lors, une potentielle demande d’exemption pour rĂ©pondre Ă  distance devrait certainement ĂȘtre Ă©crite par l’équipe juridique de l’ancien CEO de FTX. 

Mardi 19h30 : SBF s’est confiĂ© lors d’une interview tĂ©lĂ©phonique

Lors de cette interview tĂ©lĂ©phonique avec Tiffany Fong, disponible sur YouTube, SBF est revenu sur plusieurs allĂ©gations ayant Ă©tĂ© faites Ă  son encontre. 

SBF dĂ©ment formellement les informations selon lesquelles il avait introduit une porte dĂ©robĂ©e dans le code de la plateforme pour envoyer secrĂštement des fonds Ă  Alameda Research. D’ailleurs, il rĂ©pond « qu’il est incapable de coder Â». Pour autant, rien n’empĂȘchait ce dernier de dĂ©lĂ©guer la tĂąche du dĂ©veloppement de cette backdoor.

Une nouvelle fois, SBF rĂ©itĂšre son idĂ©e selon laquelle il n’aurait jamais dĂ» dĂ©poser le bilan et « que tous les utilisateurs auraient rĂ©cupĂ©rĂ© leur investissement et les retraits activĂ©s de nouveau sans la procĂ©dure de faillite Â».

Il explique en ce sens que la filiale amĂ©ricaine de FTX Ă©tait effectivement solvable au moment de la communication officielle de la plateforme. Il ajoute mĂȘme « qu’aprĂšs le hack de 250 millions de dollars, FTX US possĂ©dait encore une balance positive de 500 millions de dollars Â». 

Il dĂ©fend ensuite la crĂ©ation de la crypto monnaie FTT. Il estime que cette derniĂšre possĂšde une rĂ©elle valeur par rapport aux autres crypto monnaies grĂące Ă  son mĂ©canisme d’achat et de burn. NĂ©anmoins, ce qui a causĂ© sa perte est selon lui « la corrĂ©lation entre une vente coordonnĂ©e de jetons FTT et la demande de retraits exceptionnellement Ă©levĂ©e de la part des utilisateurs Â».

De nombreuses interrogations ont Ă©tĂ© soulevĂ©es concernant la volontĂ© de prioriser les utilisateurs bahamĂ©ens de la plateforme. Il explique « qu’il souhaitait faire perdurer l’exchange malgrĂ© les difficultĂ©s financiĂšres et qu’étant donnĂ© qu’il habite quotidiennement aux Bahamas, il ne souhaitait pas ĂȘtre entourĂ© de personnes furieuses envers lui Â». 

Finalement, sur les accusations de conflits d’intĂ©rĂȘts de la part du parti dĂ©mocrate amĂ©ricain, il prĂ©cise « avoir donnĂ© autant d’argent aux deux parties majeures aux Etats-Unis Â». En revanche, « toutes les donations envers le parti rĂ©publicain Ă©taient gardĂ©es secrĂštes pour Ă©viter des rĂ©actions nĂ©gatives de la part des mĂ©dias Â». D’ailleurs, il aurait Ă©tĂ© Ă©galement le deuxiĂšme ou le troisiĂšme plus grand donateur du parti rĂ©publicain.

Mardi 19h00 : BlockFi dĂ©voile que 355 millions de dollars d’actifs sont bloquĂ©s sur FTX

Les dĂ©tails consĂ©cutifs Ă  la dĂ©claration de faillite de FTX commencent Ă  ĂȘtre connus grĂące Ă  la premiĂšre audience devant le tribunal chargĂ© de l’affaire. Lors des premiers Ă©changes, l’avocat de l’entreprise a dĂ©clarĂ© que BlockFi a 355 millions de dollars d’actifs numĂ©riques gelĂ©s sur FTX.

De plus, BlockFi souhaite vĂ©ritablement se positionner en contre-exemple de l’exchange amĂ©ricain. D’ailleurs, l’entreprise a l’intention de dĂ©poser une requĂȘte pour « permettre aux certains types de clients de retirer des actifs de leur portefeuille personnel parce que nous ne pensons pas que ce soit la propriĂ©tĂ© de la succession Â».

Enfin, BlockFi explique ĂȘtre le deuxiĂšme client le plus important du fonds d’investissement Three Arrows Capital avant de confirmer que « l’impact sur BlockFi a Ă©tĂ© Ă©norme Â». 

Mardi 16h00 : Le hacker de FTX aurait transformĂ© une partie de son butin sur l’exchange OKX

GrĂące au travail d’analyse de donnĂ©es on-chain de ZachXBT et de Nick Bax, des informations supplĂ©mentaires sur les actifs dĂ©robĂ©s lors du hack de FTX au dĂ©but du mois de novembre viennent d’ĂȘtre communiquĂ©es.

Le hacker aurait dĂ©posĂ© les actifs sur ChipMixer avant de transfĂ©rer une partie des fonds sur OKX. Pour l’heure, 255 BTC, soit 4,1 millions de dollars, ont Ă©tĂ© envoyĂ©s sur OKX. 

D’ailleurs, le hacker a rĂ©ussi Ă  dĂ©poser les BTC subtilisĂ©s sur ChipMixer le 20 novembre dernier grĂące Ă  l’utilisation de Ren Bridge. 

Mardi 12h15 : FTX utilisait les comptes bancaires d’Alameda pour transfĂ©rer les fonds des clients

La mauvaise gestion des dirigeants de FTX continue d’ĂȘtre mise en exergue au fil des rĂ©vĂ©lations. DĂ©sormais, dans une conversation avec le mĂ©dia Vox, Sam Bankman-Fried a admis avoir utilisĂ© les comptes bancaires d’Alameda pour gĂ©rer les dĂ©pĂŽts des utilisateurs de FTX.

Cette dĂ©cision a Ă©tĂ© consĂ©cutive Ă  la difficultĂ© de trouver des partenaires bancaires du monde traditionnel pour FTX. Ainsi, pour traiter notamment les transactions en FIAT, l’exchange s’est tournĂ© vers sa sociĂ©tĂ© jumelle Alameda. 

ConcrĂštement, les clients Ă©taient fortement invitĂ©s Ă  dĂ©poser leur investissement par l’intermĂ©diaire d’Alameda Research. En effet, la sociĂ©tĂ© d’investissement avait un partenariat bancaire avec la fintech Silvergate Capital. 

Mardi 11h30 : BlockFi intente un procùs à l’encontre de Sam Bankman-Fried

Au dĂ©but de l’annĂ©e, SBF s’était fait remarquer en acquĂ©rant 7,6% des actions de la sociĂ©tĂ© Robinhood. Selon les documents transmis au moment du dĂ©pĂŽt de bilan de BlockFi, l’entreprise souhaiterait rĂ©cupĂ©rer les parts susmentionnĂ©es.

ConcrĂštement, lors du rachat de ces actions, SBF a utilisĂ© ces derniĂšres pour garantir un prĂȘt de FTX auprĂšs de BlockFi. Or, pour structurer le processus, SBF a achetĂ© les parts au nom d’une sociĂ©tĂ©-Ă©cran appartenant Ă  SBF appelĂ©e Emergent. Dans le contrat conclut avec BlockFi, les parts de Robinhood dĂ©tenues par Emergent ont Ă©tĂ© placĂ© en garantie. 

DĂšs lors, lorsque Emergent est entrĂ© en dĂ©faut de paiement avec BlockFi, l’équipe juridique de l’entreprise s’est empressĂ©e d’activer la clause de garantie pour rĂ©cupĂ©rer la garde des actions de Robinhood. 

NĂ©anmoins, selon la plainte, Emergent a refusĂ© de transfĂ©rer la garantie Ă  BlockFi. Ainsi, immĂ©diatement aprĂšs la dĂ©claration de faillite, BlockFi a intentĂ© une action en justice Ă  l’encontre de SBF pour rĂ©cupĂ©rer la dĂ©tention des parts de Robinhood.

Pour l’heure, ni Emergent, ni Robinhood n’ont commentĂ© la situation.

Lundi 23h30 : FTX annonce reprendre le paiement des salaires de ses employés

Il est encore trop tĂŽt pour rĂ©ellement envisager les consĂ©quences de cette annonce, mais cette derniĂšre suscite d’ores et dĂ©jĂ  la polĂ©mique. Alors que les investissements de millions de personnes sont encore bloquĂ©s sur la plateforme amĂ©ricaine FTX, cette derniĂšre annonce reprendre le paiement des salaires de ses employĂ©s.

Cette annonce concerne non seulement FTX, mais Ă©galement la grande majoritĂ© des filiales de l’empire dĂ©chu de Sam Bankman-Fried. Ainsi, outre la distribution des salaires, les employĂ©s du monde entier de FTX rĂ©cupĂ©reront Ă©galement leurs avantages sociaux. De plus, certains entrepreneurs et fournisseurs de services non amĂ©ricains seront Ă©galement concernĂ©s par cette rĂ©cente dĂ©cision.

John Ray, CEO de FTX, s’est Ă©panchĂ© sur cette annonce en expliquant que l’approbation du tribunal des faillites, couplĂ©e Ă  une meilleure gestion de la trĂ©sorerie, avait Ă©tĂ© nĂ©cessaire pour entreprendre un retour Ă  la normale de ces diffĂ©rents paiements. D’ailleurs, la dĂ©cision concerne tant les paiements antĂ©rieurs que postĂ©rieurs Ă  la dĂ©claration de faillite.

Il en profite pour saluer ses employĂ©s en « reconnaissant les difficultĂ©s imposĂ©es par l’interruption temporaire de ces paiements Â». 

Enfin, cette dĂ©cision ne concerne pas les employĂ©s et contractants de FTX Digital Markets, la filiale situĂ©e aux Bahamas de l’entreprise, puisque cette derniĂšre fait dĂ©jĂ  l’objet d’une procĂ©dure de liquidation aux Bahamas.

De la mĂȘme maniĂšre, la filiale australienne de FTX n’est pas concernĂ©e en raison de l’ouverture d’une procĂ©dure de distincte en Australie non incluse dans la procĂ©dure de faillite prĂ©vue par le chapitre 11 aux États-Unis. 

Lundi 17h00 : BlockFi dispose seulement de 256,9 millions de dollars

BlockFi dispose actuellement de seulement 256,9 millions de dollars de liquiditĂ©. Bien que cette rĂ©serve puisse certainement rĂ©pondre aux besoins immĂ©diats liĂ©s au processus de restructuration consĂ©cutif au dĂ©pĂŽt de bilan de l’entreprise, l’avenir Ă  moyen terme est particuliĂšrement assombri. 

A l'inverse, le passif de l'entreprise serait quant à lui particuliÚrement lourd. D'aprÚs le dépÎt de bilan, le passif de BlockFi se situe entre 1 milliard et 10 milliards de dollars.

Mark Renzi, conseiller financier de BlockFi, a pris la parole pour expliquer plus en profondeur la situation. 

Il explique « qu’avec l’effondrement de FTX, l’équipe de gestion et le conseil d’administration de BlockFi ont immĂ©diatement pris des mesures pour protĂ©ger les clients et la sociĂ©tĂ© Â». Il continue en assurant que « depuis sa crĂ©ation, BlockFi s’est efforcĂ© de façonner positivement l’industrie des crypto monnaies et de faire progresser le secteur Â». 

De fait, « l’entreprise attend avec impatience un processus transparent qui permet d’obtenir le meilleur rĂ©sultat pour tous les clients et les autres parties prenantes Â». 

Lundi 16h00 : BlockFi sur le point de dĂ©clarer la faillite 

Sans surprise, l’effondrement de FTX ne cesse d’avoir une contagion extrĂȘme sur l’ensemble du secteur des crypto monnaies. Selon des sources concordantes au sein de l’entreprise, BlockFi devrait se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites plus tard dans la journĂ©e.

Alors que BlockFi avait interrompu les retraits sur sa plateforme dùs le 11 novembre dernier, l’exposition de l’entreprise à la situation financiùre de FTX et d’Alameda Research aura eu un impact trop important sur les affaires de l’entreprise.

D’aprĂšs les premiers documents, le plus important crĂ©ancier de BlockFi est Ankura Trust Company LLC. Cette entreprise dĂ©tiendrait une crĂ©ance non garantie d’une valeur d’environ 729 millions de dollars tandis que FTX US en possĂ©derait une de 275 millions de dollars et que la SEC en aurait Ă©tonnamment une de 30 millions de dollars. 

En rĂ©alitĂ©, la relation financiĂšre entre BlockFi et la SEC provient du rĂšglement Ă  l’amiable d’une enquĂȘte ayant eu lieu en fĂ©vrier dernier. 

Puisqu’une mauvaise nouvelle arrive rarement seule, BlockFi serait Ă©galement actuellement en train de licencier une grande partie de ses salariĂ©s.

Lundi 15h30 : FTX aurait essayé de trouver des fonds auprÚs de banques traditionnelles

Les pratiques douteuses de FTX continuent d’ĂȘtre mises en exergue au fil des enquĂȘtes consĂ©cutives Ă  la faillite de l’exchange amĂ©ricain. En effet, selon un article paru dans le Wall Street Journal, FTX aurait proposĂ© une offre financiĂšre peu commune Ă  certaines banques traditionnelles.

Selon l’article, « Ă  partir de la fin de l’annĂ©e derniĂšre, FTX a commencĂ© Ă  appeler les banques des Bahamas avec une offre inhabituelle. En effet, l’exchange proposait aux banques de dĂ©poser leur argent sur FTX en Ă©change d’intĂ©rĂȘt pouvant aller jusqu’à 12%. D’ailleurs, les banquiers contactĂ©s dans le cadre de cette enquĂȘte ont assurĂ© que l’exchange Ă©tait en rĂ©alitĂ© Ă  la recherche de fonds.

NĂ©anmoins, le directeur gĂ©nĂ©ral de la Fidelity Bank, Gowon Bowe, explique « qu’une banque commerciale gĂšre des liquiditĂ©s avec un risque faible ». Or, « les crypto monnaies, y compris les stablecoins, ne correspondant pas Ă  ce profil ».

Ce dernier en a profitĂ© pour tacler Sam Bankman-Fried en ajoutant « qu’une banque multinationale avec une branche de banque d’investissement, ainsi qu’une branche de dĂ©tail, pourrait s’aventurer dans cet espace, mais qu’elle n’utiliserait que des capitaux propres et non les fonds des dĂ©posants ».

Lundi 10h30 : Un membre du gouvernement bahaméen accuse le nouveau CEO de FTX de répandre de fausses informations

La guerre est dĂ©finitivement actĂ©e entre les Bahamas et la nouvelle direction de FTX. Loin d’accepter les accusations profĂ©rĂ©es par l’exchange amĂ©ricain sur son intervention au dĂ©but de la crise connue par FTX, les autoritĂ©s bahamĂ©ennes se sont montrĂ©es d’autant plus virulentes dans leur intervention publique. 

En effet, le procureur gĂ©nĂ©ral et ministre des Affaires juridiques des Bahamas, Ryan Pinder, s’est exprimĂ© en expliquant son dĂ©sarroi face au comportement de John Ray, le nouveau CEO de FTX. Il ajoute que ce dernier « a dĂ©formĂ© les mesures prises en temps opportun par la Commission des valeurs mobiliĂšres et qu’il a utilisĂ© des allĂ©gations inexactes Â». 

D’ailleurs, il profite de son allocution nationale pour exhorter « toutes les autoritĂ©s nationales Ă  faire preuve d’au moins autant de prudence et de retenue dans leurs commentaires publics que nous le faisons afin de ne pas nuire aux procĂ©dures en cours Â». D’ailleurs, il rassure les observateurs de la situation en assurant que « la rĂ©ticence Ă  communiquer les dĂ©tails d’une enquĂȘte en cours ne signifie pas que rien ne se passe Â». 

En revanche, il estime que « toute tentative de faire porter l’entiĂšre responsabilitĂ© de cette dĂ©bĂącle aux Bahamas, juste en raison de la localisation gĂ©ographique du siĂšge social de FTX, est une simplification excessive de la rĂ©alitĂ© Â». 

Enfin, il a tenu Ă  fĂ©liciter ses Ă©quipes pour leur intervention rapide lors de l’effondrement de l’empire de SBF. Il explique en ce sens que « le placement de FTX en liquidation provisoire n’était pas suffisant pour protĂ©ger les clients et les crĂ©anciers de la sociĂ©tĂ©. De fait, la Commission des valeurs mobiliĂšres a sĂ©curitĂ© les actifs de FTX Digital Markets pour qu’ils soient dĂ©tenus au nom et au profit des clients et des crĂ©anciers de FTX, afin qu’ils soient restituĂ©s Â».  

Dimanche 18h:30 : Alameda Research a retirĂ© 204 millions de dollars de FTX US quelques jours avant la faillite 

La traçabilitĂ© de la blockchain offre l’opportunitĂ© Ă  des sociĂ©tĂ©s spĂ©cialisĂ©es dans l’analyse des donnĂ©es on-chain d’offrir une perspective unique sur les agissements de FTX lors des derniers jours ayant prĂ©cĂ©dĂ© sa dĂ©claration de faillite. 

Selon Arkham, Alameda Research aurait profitĂ© des derniĂšres heures de solvabilitĂ© de l’entreprise pour retirer 204 millions de dollars de FTX US. A noter que seule l’entitĂ© amĂ©ricaine est concernĂ©e par cette opĂ©ration financiĂšre.

Ainsi, 8 adresses diffĂ©rentes auraient permis Ă  Alameda d’effectuer les diffĂ©rentes transactions. D’ailleurs, sur la pĂ©riode de temps concernĂ©e par les Ă©vĂšnements, Alameda Research est l’entitĂ© ayant retirĂ© le plus de fonds de l’exchange amĂ©ricain. 

Alameda Research aurait non seulement participĂ© aux transactions, mais aurait surtout agi en qualitĂ© d’intermĂ©diaire pour crĂ©er un pont financier entre FTX US et FTX international. En effet, 142,4 millions de dollars, soit 69,8% du montant total ont Ă©tĂ© envoyĂ©s vers des wallets appartenant Ă  FTX International.

D’ailleurs, Ă  partir du 6 novembre dernier, seuls stablecoins, des wrapped BTC et ETH ont Ă©tĂ© retirĂ© par l’entitĂ© jumelle de FTX : 38,06 millions en BTC, 49,39 millions de dollars en ETH et 116,52 millions en diffĂ©rents stablecoins. 

Vendredi 20H30 : Des membres du CongrĂšs amĂ©ricain ont essayĂ© d’arrĂȘter l’enquĂȘte de la SEC sur FTX

Alors que FTX venait Ă  la rescousse de nombreuses entreprises des crypto monnaies, la SEC enquĂȘtait activement sur son activitĂ©. ConcrĂštement, l’institution souhaitait recueillir des informations sur le fonctionnement de l’exchange amĂ©ricain pour Ă©claircir certaines zones d'ombre persistantes.

En mars dernier, une lettre provenant de quatre dĂ©mocrates, ainsi que quatre rĂ©publicains prĂ©sents au sein du CongrĂšs amĂ©ricain a Ă©tĂ© rĂ©digĂ©e pour remettre en question le respect de la loi de la part de l’institution. 

D’ailleurs, l’une des personnalitĂ©s phares des rĂ©publicains, Tom Emmer, a Ă©tĂ© trĂšs prĂ©sente pour rĂ©diger ce document. 

Il s’en Ă©tait publiquement fĂ©licitĂ© en tweetant que « son bureau a reçu de nombreux conseils de sociĂ©tĂ© de l’industrie des crypto monnaies et de la blockchain et que les demandes de dĂ©claration d’informations de Gary Gensler aux entreprises du secteur sont trop lourdes et Ă©touffent l’innovation Â». 

En effet, selon cette lettre, la SEC menait des enquĂȘtes informelles auprĂšs des entreprises de la crypto et de la blockchain sans en avoir l’autorisation. Or, dĂ©sormais, il est de notoriĂ©tĂ© publique que FTX faisait partie des entreprises proches de FTX. DĂšs lors, une forte interrogation sur de potentiels conflits d’intĂ©rĂȘts commence Ă  devenir de plus en plus pressante. 

De plus, plusieurs des personnalitĂ©s ayant participĂ© activement Ă  la publication de cette lettre ont reçu des dons de campagne de la part d’employĂ©s de FTX. Par exemple, Ted Budd, l’un des signataires, a reçu un demi-million de dollars de la part d’une entitĂ© crĂ©Ă©e par Ryan Salame, un ancien dirigeant de FTX.

Rapidement, le reprĂ©sentant rĂ©publicain Byron Donalds a dĂ©clarĂ© « qu’il ne tentait pas d’influencer les enquĂȘtes en cours de la SEC et qu’il n’avait Ă©changĂ© aucune communication avec FTX Â». 

MĂȘme son de cloche du cĂŽtĂ© du dĂ©mocrate Jake Auchincloss qui assure que « sa position a Ă©tĂ© claire dĂšs le premier jour Ă  propos des crypto monnaies Â» avant d’ajouter que « FTX n’a jamais fait directement pression sur son bureau pour qu’il rejoigne la lettre Â». Selon lui, le secteur « a besoin d’une rĂ©glementation forte et claire de la part du CongrĂšs Â». 

Pour l’heure, la SEC a refusĂ© de commenter l’affaire tandis que les autres signataires ne se sont pas encore exprimĂ©s Ă  ce sujet. 

Jeudi 10h30 : Les Bahamas ripostent aprĂšs les accusations de FTX Ă  son encontre

La tension n’est clairement pas retombĂ©e entre les Bahamas et les nouveaux dirigeants de FTX. Alors que l’exchange amĂ©ricain vient de demander au juge des faillites d’autoriser le transfert de toutes les opĂ©rations financiĂšres de FTX au Delaware, l’entreprise a Ă©galement fait passer un message aux gouvernements bahamĂ©ens.

Selon FTX, le gouvernement bahamĂ©en serait en partie responsable du hack ayant eu lieu quelques jours aprĂšs la dĂ©claration de faillite.  Cette initiative aurait Ă©tĂ© liĂ©e Ă  la volontĂ© des Bahamas de prendre le contrĂŽle d’une partie des actifs restants de l’exchange.

La Commission des valeurs mobiliĂšres bahamĂ©ennes nie en bloc ces accusations en expliquant « qu’elle avait ordonnĂ© que le contenu des portefeuilles de crypto monnaies de FTX soit transfĂ©rĂ© dans des wallets gouvernementaux pour ĂȘtre mis en sĂ©curitĂ© Â».

DĂšs lors, elle dĂ©nonce des accusations inexactes de la part de FTX tout en rappelant que « la compromission de la plateforme FTX renforce la sagesse de l’action rapide de la Commission pour sĂ©curiser ces actifs numĂ©riques Â».

Mercredi 23h20 : FTX souhaite confier ses actifs Ă  la sociĂ©tĂ© BitGo

Le hack survenu quelques heures aprĂšs la dĂ©claration de faillite de FTX rend particuliĂšrement prĂ©cautionneux les nouveaux dirigeants de l’entreprise concernant les actifs restants de l’exchange.

En ce sens, FTX s’est engagĂ© avec l’entreprise BitGo dĂšs le 13 novembre dernier pour que cette derniĂšre se charge de conserver les 740 millions de dollars d’actifs numĂ©riques restants de FTX dans des cold wallet. Ce partenariat devrait coĂ»ter 100,000 dollars par mois Ă  FTX.

Le CEO de BitGo, Mike Belshe, a notamment dĂ©clarĂ© « qu’il est temps de mettre fin aux catastrophes crĂ©Ă©es par l’homme dans les crypto monnaies Â». Il ajoute que « lorsque vous dĂ©composez les filiales de FTX, celles qui ont utilisĂ© les produits de BitGo sont solvables et sĂ»res Â».

NĂ©anmoins, l’officialisation de cet accord est suspendue Ă  l’accord du juge des faillites en charge de l’affaire. Cette dĂ©cision devrait intervenir le 16 dĂ©cembre prochain, sauf si aucune objection Ă  l’accord n'est prĂ©sentĂ©e d’ici le 7 dĂ©cembre prochain.

Mercredi 22h30 : BientĂŽt une sĂ©rie sur le scandale FTX ?

La crĂ©ation d’une Ɠuvre cinĂ©matographique pour relater la faillite de FTX Ă©tait attendue, mais la rapiditĂ© de sa mise en Ɠuvre est particuliĂšrement surprenante. NĂ©anmoins, la course Ă  l’obtention des droits oblige les diffĂ©rents diffuseurs Ă  s’organiser rapidement.

De fait, alors qu’on apprenait en dĂ©but de journĂ©e qu’Apple avait obtenu les droits du prochain livre de Michael Lewis sur le sujet, l’entreprise amĂ©ricaine Amazon a nĂ©gociĂ© quant Ă  elle les droits d’une future sĂ©rie sur FTX.

La crĂ©ation de cette sĂ©rie devrait ĂȘtre particuliĂšrement prise au sĂ©rieux par Amazon. En effet, Joe et Anthony Russo, rĂ©alisateurs de plusieurs Ɠuvres de l’univers Marvel, et David Weil, crĂ©ateur de Hunters, se sont associĂ©s pour produire une sĂ©rie sur l’effondrement de FTX et son fondateur et ancien CEO, Sam Bankman Fried.

David Weil sera chargĂ© d’écrire et crĂ©er le pilote tandis que les frĂšres Russo devraient vraisemblablement ĂȘtre Ă  la rĂ©alisation.

Mercredi 21h20 : SBF annonce sa participation Ă  un meeting du New York Times

Son annonce a fait grincer des dents, mais elle est bien rĂ©elle. Dans un tweet publiĂ© en fin de journĂ©e, Sam Bankman-Fried, l’ancien CEO de FTX, annonce sa participation au meeting du New York Times « Dealbook Â».

L’interviewer de SBF sera l’éditorialiste et auteur du NYT Andrew Sorkin. Ce dernier a d’ailleurs rĂ©agi rapidement au tweet de SBF pour expliquer Ă  sa communautĂ© le choix de maintenir l’invitation. Il explique « qu’il existe de nombreuses questions concernant la faillite de FTX et que cet interview devrait permettre d’y rĂ©pondre Â». D’aprĂšs lui, « rien ne doit ĂȘtre considĂ©rĂ© hors de limite Â».

Pourtant, la participation de celui qui aura participĂ© Ă  l’une des plus grosses catastrophes de l’industrie des crypto monnaies ne passe pas dans la communautĂ©. Alors que certaines voix s’élĂšvent pour expliquer que les paroles de SBF devraient ĂȘtre entendues seulement Ă  partir d’un parloir de prison, d’autres constatent l’ironie de sa participation.

En effet, au-delĂ  du prix pour assister Ă  l’évĂšnement, ce dernier est Ă©galement une opportunitĂ© pour de nombreuses personnalitĂ©s politiques d’exprimer leur avis sur l’écosystĂšme de la blockchain et des crypto monnaies.

Ainsi, la secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale du dĂ©partement du trĂ©sor amĂ©ricain, Janet Yellen, et Éric Adams, le maire de New York, seront notamment prĂ©sents en tant qu’intervenants au meeting. Ils seront Ă©galement accompagnĂ©s du PrĂ©sident ukrainien Volodymyr Zelensky et de l’ancien Vice-prĂ©sident des Etats-Unis Mike Pence.

Mercredi 10h30 : SBF adresse une lettre aux employĂ©s de FTX

MalgrĂ© la succession de nouvelles dĂ©montrant le manque flagrant de professionnalisme de SBF lors de son passage en tant que CEO de FTX, ce dernier ne semble pas prĂȘt Ă  se faire discret. AprĂšs des tweets controversĂ©s, ce dernier vient de s’illustrer en publiant une lettre Ă  destination des employĂ©s de FTX.

Une nouvelle fois, SBF se confond en excuse, mais apporte surtout des éclaircissements sur les raisons pour lesquelles FTX a été entrainé dans une spirale infernale.

NĂ©anmoins, son explication ne repose pas sur les chiffres actuellement accessibles chez FTX. De fait, ce qu’il avance pourrait ne pas ĂȘtre la version apportĂ©e par John Ray, le nouveau CEO de FTX, devant le juge des faillites et doit ĂȘtre pris avec de grandes pincettes.

Plusieurs Ă©vĂšnements successifs ont eu raison de l’exchange amĂ©ricain selon SBF. Il existe deux grandes raisons majeures : la situation globale du marchĂ© et les dĂ©cisions stratĂ©giques internes Ă  l’entreprise.

Concernant la situation globale du marchĂ© :

L’effondrement de l’écosystĂšme Terra Luna et la chute massive du marchĂ© au printemps ont considĂ©rablement affaibli la position de FTX sur le marchĂ©. Ensuite, de nombreux crĂ©dits sont arrivĂ©s Ă  expiration au mĂȘme moment, rĂ©duisant d’autant plus les capacitĂ©s financiĂšres de FTX. Enfin, les rumeurs de dĂ©but novembre ont engendrĂ© des demandes massives de retraits des clients rendant insolvable l’exchange.

Concernant les dĂ©cisions stratĂ©giques internes Ă  l’entreprise :

SBF admet une trĂšs mauvaise gestion des marges et une absence quasi totale de contrĂŽle des risques en interne. D’ailleurs, il explique que « les prĂȘts et les ventes secondaires ont gĂ©nĂ©ralement Ă©tĂ© utilisĂ©s pour rĂ©investir dans l’entreprise – y compris le rachat de Binance – et non pour une grande quantitĂ© de consommation personnelle Â».

DĂšs lors, alors que FTX disposait d’environ 60 milliards de dollars de garanties et de 2 milliards de dollars de dettes au printemps, ces Ă©vĂšnements ont conduit l’entreprise Ă  avoir seulement 9 milliards de dollars de garanties au dĂ©but novembre.

De la mĂȘme maniĂšre qu’au moment de son interview avec Vox, SBF semble toujours regretter la procĂ©dure de faillite. En ce sens, il explique « qu’un intĂ©rĂȘt potentiel pour des milliards de dollars de financement est apparu environ huit minutes aprĂšs que j’ai signĂ© les documents du chapitre 11 Â».

MalgrĂ© tout, SBF envisage toujours une sortie positive pour FTX. Il dit « qu’il existe toujours des milliards de dollars d’intĂ©rĂȘt rĂ©el de la part de nouveaux investisseurs qui pourraient servir Ă  rembourser les clients Â».

Mardi 17h00 : La premiĂšre audience publique de FTX commence

La premiĂšre sĂ©ance publique concernant la procĂ©dure de faillite de FTX vient de dĂ©buter dans un tribunal du Delaware. Il est possible de suivre seulement les Ă©changes vocaux Ă  l’adresse suivante.

Mardi 16h30 : Justin Sun aimerait acquĂ©rir des actifs de FTX

Alors que Justin Sun avait montrĂ© un intĂ©rĂȘt prononcĂ© afin d’acquĂ©rir FTX avant que l’exchange ne se dĂ©clare en faillite, l’entrepreneur souhaiterait dĂ©sormais acheter certains actifs de FTX.

Il a ainsi dĂ©clarĂ© « ĂȘtre prĂȘt Ă  nĂ©gocier tout type d’accord Â». D’ailleurs, une partie de son Ă©quipe serait actuellement prĂ©sente aux Bahamas pour discuter directement avec les parties concernĂ©es.

En ce sens, il ajoute « qu’en ce moment, nous examinons les actifs un par un ; mais, d’aprĂšs ce que je comprends, le processus va prendre beaucoup de temps Ă©tant donnĂ© qu’ils sont dĂ©jĂ  en train de passer par ce genre de procĂ©dure de faillite Â».

Mardi 07h50 : SBF a achetĂ© des biens immobiliers Ă  ses parents pour 121 millions de dollars

Comme pressenti depuis plusieurs jours, Sam Bankman-Fried a effectivement utilisĂ© de l’argent provenant de FTX pour acheter des biens immobiliers Ă  ses proches.

Selon de nouvelles rĂ©vĂ©lations, FTX, les parents de SBF et d’anciens cadres supĂ©rieurs de l’entreprise ont achetĂ© 19 propriĂ©tĂ©s d’une valeur d’environ 121 millions de dollars aux Bahamas au cours des deux derniĂšres annĂ©es.

Cette information provient directement des registres officiels immobiliers bahamĂ©ens. D’ailleurs, la majoritĂ© de ces achats auront Ă©tĂ© faits par FTX Property Holdings. Selon le document, le bien le plus cher acquis est un penthouse d’une valeur de 30 millions d’euros et destinĂ© Ă  ĂȘtre « une rĂ©sidence pour le personnel clĂ© Â».

Selon Reuteurs, les parents de SBF chercheraient actuellement Ă  rendre les biens acquis grĂące Ă  ces manigances Ă  FTX. NĂ©anmoins, pour l’heure, ces derniers attendent des instructions supplĂ©mentaires provenant de l’exchange amĂ©ricain.

Lundi 17h00 : Genesis continue de chercher dĂ©sespĂ©rĂ©ment des fonds

La situation s’empire pour le fonds d’investissement Genesis Trading. Alors qu’initialement l’entreprise cherchait Ă  lever 1 milliard de dollars de fonds d’urgence, elle vient de rĂ©duire sa recherche Ă  500 millions de dollars.

En l’absence d’acteurs intĂ©ressĂ©s pour investir dans sa sociĂ©tĂ©, Genesis Trading avertit l’ensemble des investisseurs qu’elle risque de dĂ©poser le bilan si personne ne vient Ă  sa rescousse. NĂ©anmoins, Genesis « n’a pas l’intention de dĂ©poser le bilan de façon imminente et s’efforce Ă  rĂ©soudre la situation actuelle Â».

À la suite de la faillite de FTX, Digital Currency Group, sociĂ©tĂ© mĂšre de Genesis, avait effectuĂ© une injection de capitaux de 140 millions de dollars, mais DGC ne semble plus enclin Ă  effectuer des efforts financiers pour sauver sa filiale.

De plus, des sources proches de DGC ont affirmĂ© Ă  TheBlock que la sociĂ©tĂ© n’était pas disposĂ©e Ă  vendre des parties de son portefeuille d’entreprises. Pour rappel, le groupe possĂšde notamment le trust Grayscale et le mĂ©dia CoinDesk.

D’ailleurs, l’entreprise en aurait profitĂ© pour rappeler que Grayscale n’était pas Ă  vendre Ă  de potentiels investisseurs et que cette filiale Ă©tait une grosse source de revenus. Cette prĂ©cision est certainement une maniĂšre de calmer les inquiĂ©tudes grandissantes autour de DGC.

En effet, lors de l’annonce de la suspension des retraits sur Genesis, DGC avait affirmĂ© que les autres structures du groupe n’étaient pas menacĂ©es par la situation de Genesis. Or, actuellement, la situation tend de plus en plus vers le dĂ©pĂŽt de bilan de Genesis. DĂšs lors, l’inquiĂ©tude d’une contagion aux autres entreprises est de plus en plus prĂ©sente.

Lundi 15h30 : La CFTC en partie responsable de la chute de FTX ?

La Commodity Futures Trading Commission (CFTC) est l’agence fĂ©dĂ©rale indĂ©pendante amĂ©ricaine chargĂ©e de la rĂ©gulation des bourses de commerce. Selon Dennis Kelleher, cofondateur et CEO de Better Markets, l’institution aurait fait preuve de grandes largesses au moment de superviser l’accrĂ©ditation de FTX et plus prĂ©cisĂ©ment de FTX Derivatives US LLC, la sociĂ©tĂ© de produits dĂ©rivĂ©s du groupe de SBF.

Dennis Kelleher explique que « la CFTC a autorisĂ© et enregistrĂ© FTX Derivatives US LLC alors qu’elle Ă©tait censĂ©e la rĂ©glementer et la superviser Â». Or l’institution « semble avoir Ă©chouĂ© lamentablement dans cette tĂąche et a manquĂ© ce qui apparaĂźt maintenant comme de multiples manquements de FTX aux normes fondamentales de gouvernance d’entreprise Â».

Selon le CEO, cette erreur de jugement serait largement intentionnelle. Selon lui, « la CFTC cherchait Ă  Ă©tendre sa juridiction dans le domaine des crypto monnaies Â» quitte Ă  fermer les yeux sur ce qui est apparu comme des dysfonctionnements structurels.

De plus, fait aggravant, cette situation aurait Ă©tĂ© Ă©galement possible grĂące Ă  de potentiels conflits d’intĂ©rĂȘts entre l’institution et FTX. En effet, « la stratĂ©gie de FTX consistait notamment Ă  recruter des anciennes personnes de la CFTC pour exploiter leurs connaissances, leur influence et leur accĂšs Ă  l’agence et Ă  Washington pour faire avancer les plans de FTX Â».

Par exemple, l’ancien prĂ©sident par intĂ©rim de la CFTC aurait Ă©tĂ© le chef de la politique et de la stratĂ©gie rĂ©glementaire de FTX et un ancien avocat de la CFTC aurait quant Ă  lui Ă©tĂ© le directeur juridique de FTX.

Enfin, Dennis Kelleher conclut en explique que « l’implosion de FTX s’est produite parce que la CFTC et d’autres n’ont pas su utiliser les pouvoirs rĂ©glementaires dont ils disposent dĂ©jĂ  pour faire appliquer les lois existantes et parce que les lĂ©gislateurs n’ont pas suffisamment financĂ© les rĂ©gulateurs pour le faire Â».

Lundi 12h16 : Le nouveau CEO de FTX est payé $1,300 par heure

Les administrateurs non exĂ©cutifs embauchĂ©s aprĂšs l'effondrement de l'exchange s'en sortent plutĂŽt bien, avec prĂšs de $50,000 par mois, la restructuration s'annonce couteuse…

John Ray, l'expert chevronné chargé de remettre de l'ordre dans le massacre qu'est FTX, facture 1 300 dollars de l'heure, selon des documents judiciaires.

Dimanche 22h00 : FTX doit 3,1 milliards de dollars Ă  seulement 50 crĂ©anciers

La nouvelle n’est pas rĂ©jouissante pour les particuliers ayant leurs fonds bloquĂ©s sur FTX. En effet, FTX aurait tout simplement contractĂ© plus de 3 milliards de dollars de dettes Ă  seulement 50 crĂ©anciers diffĂ©rents.

D’ailleurs, sans jamais Ă©voquer de noms, le document judiciaire dĂ©montre que FTX doit 1,4 milliard de dollars Ă  ses 10 premiers crĂ©anciers. Ainsi, le premier crĂ©ancier de FTX possĂšde une crĂ©ance envers l’exchange amĂ©ricain de 225 millions de dollars.

Cette liste est obligatoire dans le cadre de la procĂ©dure de faillite. Le document explique que « la liste des 50 principaux crĂ©anciers est basĂ©e sur les informations actuellement disponibles sur les dĂ©biteurs, y compris les informations sur les clients qui ont pu ĂȘtre consultĂ©es mais qui ne sont pas accessibles Ă  ce jour Â».

Il y est ajoutĂ© que « l'enquĂȘte des dĂ©biteurs se poursuit en ce qui concerne les montants Ă©numĂ©rĂ©s, y compris les paiements qui ont pu ĂȘtre effectuĂ©s mais qui ne figurent pas encore dans les livres et registres des dĂ©biteurs Â».

Dimanche 16h40 : FTX met en garde les autres exchanges

FTX est inquiet et le partage sur twitter. Dans un tweet, l’exchange explique que certains fonds transfĂ©rĂ©s sans autorisation de leur plateforme le 11 novembre dernier sont actuellement en train d’ĂȘtre rĂ©injectĂ©s sur d’autres exchanges de crypto monnaies par des portefeuilles intermĂ©diaires.

Pour Ă©viter que cette situation aggrave la comptabilitĂ© catastrophique de FTX, l’exchange explique que « les exchanges doivent prendre toutes les mesures nĂ©cessaires pour garantir la restitution des fonds Ă  l’entitĂ© gĂ©rant la faillite Â».

Vendredi 7h30 : Alameda Research aurait prĂȘtĂ© de l'argent Ă  Sam Bankman-Fried

Depuis la publication du rapport du nouveau CEO de FTX, John Ray, sur l’état de santĂ© rĂ©el de l’exchange amĂ©ricain FTX, de nombreuses rĂ©vĂ©lations semblent dĂ©montrer l’absence de responsabilitĂ© financiĂšre des principaux acteurs de l’empire montĂ© par SBF.

En effet, Alameda Research aurait tout simplement prĂȘtĂ© un milliard de dollars Ă  SBF sans qu’il y ait de lien direct avec une activitĂ© professionnelle ou commerciale. De plus, un prĂȘt de 2,3 milliards de dollars aurait Ă©tĂ© effectuĂ© par Euclid Way Ltd. Ă  Paper Bird Inc. Le problĂšme de cette transaction ? Paper Bird Inc. est une sociĂ©tĂ© possĂ©dĂ©e entiĂšrement par SBF.

DĂšs lors, si l’enquĂȘte permet d’apporter la certitude de ces diffĂ©rentes transactions, toute la dĂ©fense de SBF pourrait ĂȘtre remise en cause puisque ce dernier explique avoir commis des erreurs de maniĂšre non intentionnelle.

Or, Ă  la lecture des premiers documents financiers de l’entreprise, notamment l’achat de biens immobiliers au nom d’employĂ©s et de conseillers FTX ou encore l’absence de service comptable, il semblerait que SBF n’ait jamais Ă©tĂ© Ă  la hauteur de la croissance de son entreprise et il apparaĂźt hautement improbable qu’il n’ait pas Ă©tĂ© conscient de naviguer dans des eaux troubles.

Vendredi 01h06 : La SEC des Bahamas prend le contrĂŽle des actifs de FTX

Dans un tweet simple et clair, la Commission des valeurs mobiliĂšres des Bahamas annonce avoir pris le contrĂŽle des actifs de FTX Digital Markets Ltd.

Comme de nombreux membres de la communauté le font remarquer, les différentes transactions restent trÚs suspectes pour une entité aussi importante que la SEC des Bahamas.

En effet : premiĂšrement, tous les actifs ont Ă©tĂ© Ă©changĂ©s contre des ETH. On note Ă©galement que les transactions ont eu lieu directement le vendredi soir aprĂšs le transfert des fonds, de maniĂšre prĂ©cipitĂ©e. Cette pĂ©riode de la semaine est rĂ©putĂ©e pour ĂȘtre peu liquide. Cela a d'ailleurs engendrĂ© de lourdes pertes suite Ă  un slippage massif pendant la vente. On rappelle Ă©galement que FTX dĂ©clarait ne pas reconnaitre les transactions Ă  ce moment.

Tout ne semble pas avoir Ă©tĂ© dĂ©voilĂ© au sujet de ces mouvements de fonds Ă©tranges…

Jeudi 23h30 : Les Bahamas, responsables du hack de FTX ?

La nouvelle est particuliĂšrement inquiĂ©tante, mais elle permettrait d’expliquer le hack survenu quelques heures seulement aprĂšs la suspension des retraits sur FTX. GrĂące aux Ă©changes entre FTX et le tribunal en charge de gĂ©rer la faillite de l’exchange amĂ©ricain, les liens Ă©troits entre les autoritĂ©s bahamĂ©ennes et FTX sont confirmĂ©s.

Dans sa requĂȘte dĂ©posĂ©e auprĂšs du tribunal, FTX a expliquĂ© que l’enquĂȘte actuellement menĂ©e en interne dĂ©montre que les rĂ©gulateurs bahamĂ©ens ont ordonnĂ© Ă  SBF d’obtenir un accĂšs non autorisĂ© aux systĂšmes de FTX afin d’obtenir des crypto monnaies appartenant Ă  la sociĂ©tĂ© aprĂšs l’officialisation de la faillite de l’exchange amĂ©ricain.

DĂšs lors, le document poursuit en expliquant « qu’il existe des preuves crĂ©dibles que le gouvernement des Bahamas est responsable du hack de FTX qui a eu lieu quelques heures seulement aprĂšs le dĂ©pĂŽt de faillite ». En effet, des enregistrements auraient Ă©tĂ© rĂ©cupĂ©rĂ©s dans lesquels SBF reconnait les faits.

Selon le document, les actifs rĂ©cupĂ©rĂ©s ont d’ores et dĂ©jĂ  Ă©tĂ© transfĂ©rĂ©s aux Bahamas et seraient conservĂ©s par la sociĂ©tĂ© de custody Fireblocs. D’ailleurs, le nouveau CEO de FTX, John Ray, explique que « ces rĂ©vĂ©lations remettent sĂ©rieusement en cause la demande de reconnaissance faite par les rĂ©gulateurs bahamĂ©ens pour ĂȘtre reconnue comme liquidateur dans la procĂ©dure de faillite Â».

Jeudi 22h00 : Le Royaume-Uni accuse Binance de manquer de transparence vis-Ă -vis de FTX

Au dĂ©but des turbulences connues par FTX, Binance Ă©tait apparue comme un potentiel sauveur de l’industrie en entamant des discussions visant Ă  acquĂ©rir l’exchange amĂ©ricain. DĂ©sormais, Binance se retrouve dans l’Ɠil du rĂ©gulateur britannique et plus prĂ©cisĂ©ment de la commission parlementaire britannique en charge d’enquĂȘter sur l’effondrement de FTX.

La commission parlementaire reproche Ă  Binance de manquer de transparence concernant sa relation avec FTX. D’ailleurs, les tensions actuelles entre le Royaume-Uni et Binance pourraient amener le rĂ©gulateur britannique Ă  durcir ses prochaines rĂ©glementations en la matiĂšre.

ConcrĂštement, le Royaume-Uni souhaite en apprendre davantage sur le rĂŽle potentiel de Binance dans la faillite de FTX. Or, en l’état, la commission ne possĂšde pas le pouvoir nĂ©cessaire pour obliger Binance Ă  rentrer dans les dĂ©tails de sa relation avec FTX.

Ainsi, comme le dĂ©clare Harriet Baldwin « la commission n’est pas en mesure d’exiger davantage (ndlr : de Binance) que ce que nous avons reçu Â». De fait, Binance s’est contentĂ© de partager des articles de presse dĂ©taillant ses relations avec FTX Ă  la commission parlementaire.

Grande dĂ©ception pour la commission qui espĂ©rait obtenir des documents internes notamment sur les Ă©vĂšnements ayant amenĂ© Binance Ă  se sĂ©parer de l’intĂ©gralitĂ© de ses jetons FTT.

Alison Thewliss estime que ces documents « ne donnent pas vraiment le vĂ©ritable contexte Â» et « qu’il est certain que des questions supplĂ©mentaires seront posĂ©es Ă  Binance au cours de l’enquĂȘte Â».

Jeudi 14h00 : John Ray, CEO de FTX, s’exprime sur l’état de santĂ© de l’exchange amĂ©ricain

Comme il est de rigueur lors de la dĂ©claration de faillite d’une entreprise, le CEO de FTX John Ray a procĂ©dĂ© Ă  une dĂ©claration officielle devant le juge chargĂ© de l’affaire.

Le moins que l’on puisse dire c’est que le nouveau CEO de FTX semble particuliĂšrement dĂ©contenancĂ© face Ă  la gestion de SBF. AprĂšs avoir rappelĂ© qu’il travaille depuis 40 ans dans la restructuration juridique et qu’il a notamment participĂ© Ă  la supervision de situations impliquant des activitĂ©s criminelles ou des structures financiĂšres inĂ©dites, John Ray s’est montrĂ© virulent envers FTX.

Il dĂ©clare ainsi : « Jamais dans ma carriĂšre je n'ai vu un Ă©chec aussi complet des contrĂŽles de l'entreprise et une absence aussi complĂšte d'informations financiĂšres fiables. De l'intĂ©gritĂ© des systĂšmes compromise et de la surveillance rĂ©glementaire dĂ©fectueuse Ă  l'Ă©tranger, Ă  la concentration du contrĂŽle entre les mains d'un trĂšs petit groupe d'individus inexpĂ©rimentĂ©s, peu avertis et potentiellement compromis, cette situation est sans prĂ©cĂ©dent Â».

Il ajoute ensuite que Sam Bankman-Fried devra faire l'objet d’une enquĂȘte pour Ă©tablir son rĂŽle et ses responsabilitĂ©s dans la chute de son empire.

Plus surprenant encore, l’étude des comptes de FTX dĂ©montre que la juste valeur des crypto monnaies dĂ©tenues par l’exchange Ă©tait seulement de 659 dollars au 30 septembre 2022. D’ailleurs, les dĂ©clarations financiĂšres officielles de FTX n’auraient pas inclus le passif provenant des dĂ©pĂŽts des utilisateurs sur la plateforme.

La déclaration de John Ray en intégralité est disponible ici.

Jeudi 13h05 : Binance suspend les dépÎts en stablecoins USDC et USDT de la blockchain Solana

L’écosystĂšme Solana est en premiĂšre ligne depuis la faillite d’Alameda Research et de FTX. De nombreux projets construits sur cette blockchain gardaient notamment une partie de leur trĂ©sorerie sur l’exchange amĂ©ricain. DĂšs lors, le risque de contagion vers la DeFi sur Solana est fort.

En réponse, Binance préfÚre certainement miser sur la prévention. Ainsi, dans un billet de blog, Binance annonce la suspension temporaire des dépÎts de stablecoins USDC et USDT provenant de la blockchain Solana.

Jeudi 12h30 : Binance souhaiterait acquérir Voyager Digital

Depuis plusieurs mois, Voyager Digital fait face Ă  des difficultĂ©s Ă©conomiques importantes Ă  tel point que la sociĂ©tĂ© s’est vue dans l’obligation de se mettre en faillite. Au cours de l’étĂ©, FTX avait proposĂ© Ă  plusieurs reprises de venir en aide financiĂšrement Ă  l’entreprise avant de trouver un accord avec Voyager Ă  la fin de septembre.

Binance Ă©tait Ă©galement parmi les prĂ©tendants Ă  l’acquisition de Voyager, mais pour des problĂšmes notamment de sĂ©curitĂ© nationale, sa candidature avait Ă©tĂ© rejetĂ©e. La chute de FTX oblige Ă  nouveau Voyager Ă  rouvrir son appel d’offres pour sa sociĂ©tĂ© et Binance serait Ă©videmment dans la course.

Pour l’heure, ni Voyager ni Binance ne se sont exprimĂ©s publiquement concernant cette possibilitĂ©, mais Binance US se prĂ©parerait bel et bien Ă  faire une offre pour Voyager selon une source proche.

Pour autant, Binance ne souhaite pas se positionner en tant que sauveur de l’industrie. Patrick Hillmann, responsable de la communication chez Binance, explique « qu’il n’existe pas de Luke Skywalker ou de Dark Vador dans les affaires. DĂšs lors, Binance est simplement une entreprise, qui a le plus Ă  perdre en tant que leader du marchĂ©, qui regarde autour d’elle pour voir oĂč elle peut aider Ă  souvenir l’industrie Ă  travers un Ă©vĂšnement de type cygne noir Â».

Jeudi 10h05 : Coinhouse suspend les retraits de sa plateforme Ă  son tour

Triste nouvelle pour l’écosystĂšme que celle rapportĂ©e par The Big Whale, la plateforme française Coinhouse vient d’annoncer sa dĂ©cision de suspendre les retraits et les investissements des livrets crypto.

Cette dĂ©cision est directement liĂ©e Ă  la suspension des retraits de la plateforme Genesis Trading ayant eu lieu dans la journĂ©e d’hier. En effet, Genesis Trading est particuliĂšrement impliquĂ© dans les livrets de crypto monnaies offerts par Coinhouse puisque l’entreprise agit comme un intermĂ©diaire essentiel aux offres de Coinhouse.

ConcrĂštement, Genesis reprĂ©sente 40% sur le livret USDT, 38% sur le livret Bitcoin et 40% sur le livret Ethereum. Malheureusement, Coinhouse explique que l’avenir de ces actifs est entiĂšrement liĂ© Ă  celui de Genesis. Dans le cas oĂč le fonds d’investissement ne saurait trouver une solution Ă  ses problĂšmes de liquiditĂ©, les clients de Coinhouse perdront inĂ©vitablement leurs actifs.

Alors que Coinhouse annonçait dĂšs le 11 novembre que la faillite de FTX n’impactait en rien son activitĂ©, cette dĂ©cision dĂ©montre que l’effet domino que pourrait avoir la chute de l’empire de SBF est bel et bien prĂ©sent.

En ce sens, Nicolas Louvet, CEO de Coinhouse, explique « qu’il faut Ă  tout prix Ă©viter les phĂ©nomĂšnes de contagion et garder son sang-froid, sinon on assistera Ă  un effet boule de neige sur l’écosystĂšme qui touchera tout le monde Â».

Mercredi 22h00 : FTX se dédouane des propos de SBF

Rapidement aprÚs la parution de l'interview, le nouveau CEO de FTX, responsable de la restructuration de l'entreprise, John Ray, s'est exprimé sur twitter.

Il rappelle que “Mr Bankman-Fried a dĂ©missionnĂ© de ses rĂŽles au sein de FTX, FTX US, Alameda Research et leurs filiales directes et indirectes le 11 novembre dernier”.

DĂšs lors, FTX assure que “SBF ne possĂšde plus aucun rĂŽle au sein de FTX et que ses propos ne reprĂ©sentent pas la position de l'entreprise”.

Mercredi 21h30 : SBF sort du silence dans une interview surprenante

Cette interview vient de paraĂźtre dans le mĂ©dia « Vox Â» et devrait forcĂ©ment ĂȘtre particuliĂšrement dĂ©cryptĂ©e par la communautĂ©. L’échange avec SBF est atypique puisqu’il a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© en message privĂ© sur Twitter.

Il est Ă©galement important de noter qu’une grande proximitĂ© Ă©conomique existe entre Vox et SBF. En effet, ce dernier a rĂ©guliĂšrement Ă©tĂ© un donateur important du mĂ©dia. DĂšs lors, l’interview pourrait ĂȘtre biaisĂ©e et faire partie d’une opĂ©ration de communication visant Ă  adoucir l’image de l’ancien CEO de FTX.

L'auteur de l'article de Vox est Kelsey Piper, une altruiste efficace (comme SBF) qui dirige “Future Perfect”, une filiale de Vox. Sam est un donateur de Future Perfect.

Et ce n'est pas le seul lien entre Kelsey Piper et SBF, ni mĂȘme d'autres membres de FTX ou Alameda.

L’interview commence avec vĂ©hĂ©mence puisque SBF explique que la rĂ©gulation affĂ©rente aux crypto monnaies n’est absolument pas en mesure de protĂ©ger les consommateurs. Dans un langage cru, SBF exprime sa frustration vis-Ă -vis des rĂ©gulateurs.

sbf-ftx-fuck-regulators

Longtemps une figure forte de l’industrie pour ses positions Ă©thiques, SBF affiche une posture en totale contradiction avec l’image qu’il s’est lui-mĂȘme construite. Il explique ainsi que toutes les positions affichĂ©es par les personnalitĂ©s de la blockchain et des crypto monnaies – dont lui-mĂȘme – ne sont que des façades pour plaire au plus grand nombre.

En ce sens, il cite directement CZ en s’interrogeant sur sa nouvelle position de « hĂ©ros Â». De maniĂšre indirecte, il accuse le CEO de Binance d’avoir Ă©tĂ© au cƓur de nombreuses affaires peu Ă©thiques et se demande ouvertement si son rĂŽle de sauveur est dĂ» Ă  son cĂŽtĂ© vertueux ou Ă  son gigantesque compte en banque.

Il s’épanche ensuite sur les dĂ©cisions ayant menĂ© Ă  la faillite de son entreprise. Il explique qu’elle est due Ă  la combinaison de deux erreurs : une mauvaise comptabilitĂ© et un taux de marge douteux. En revanche, bien qu’il prenne la responsabilitĂ© de ces erreurs, il insiste sur le fait qu’elles Ă©taient involontaires.

D’ailleurs, dans son explication, il ajoute que FTX n’a jamais ouvertement prĂȘtĂ© les fonds des utilisateurs, mais que la relation financiĂšre avec Alameda Research Ă©tait trop dĂ©sordonnĂ©e pour ĂȘtre tenable sur le long terme. Il conclut en prĂ©cisant que de nombreux autres exchanges sont dans des situations similaires actuellement.

Enfin, il affirme s’ĂȘtre trompĂ© Ă  de nombreuses reprises dans sa gestion de FTX, mais ce qu’il regrette le plus est d’avoir dĂ©clarĂ© la faillite. Il assure que sans cette dĂ©cision « les retraits auraient Ă©tĂ© rouverts en l’espace d’un mois et les utilisateurs entiĂšrement remboursĂ©s Â».

Pour autant, il espĂšre pouvoir atteindre malgrĂ© tout son objectif de rembourser entiĂšrement l’ensemble de ses anciens clients. NĂ©anmoins, selon lui « il n’a que 2 semaines pour lever 8 milliards de dollars Â».

Malheureusement, au vu du contexte et des enjeux, on peut avoir des doutes sur  sa capacitĂ© Ă  atteindre cet objectif.

Mercredi 16h20 : Un comité du CongrÚs américain organise une audition sur la faillite de FTX

En décembre prochain, la commission des services financiers de la Chambre des représentants tiendra une audience sur FTX. L'annonce de cette audition a été faite conjointement par la Présidente démocrate Maxine Waters et le républicain Patrick McHenry.

Le comitĂ© souhaite s'entretenir notamment avec “les entreprises et les personnes concernĂ©es par la chute de FTX y compris Sam Bankman-Fried, Alameda Research, Binance, FTX, et d'autres entitĂ©s liĂ©es”.

Patrick McHenry a dĂ©clarĂ© que “la surveillance est l'une des fonctions les plus critiques du CongrĂšs et qu'il est de notre devoir d'aller au fond des choses pour les clients de FTX et le peuple amĂ©ricain”. De fait, il espĂšre pouvoir “tenir pour responsable les mauvais acteurs de l'Ă©cosystĂšme afin que les acteurs responsables puissent exploiter la technologie pour construire un systĂšme financier plus inclusif”.

L'actuelle PrĂ©sidente, Maxine Waters, a ajoutĂ© Ă  son tour que “la chute de FTX a causĂ© un Ă©norme prĂ©judice Ă  plus d'un million d'utilisateurs, dont beaucoup Ă©taient des gens ordinaires qui avaient investi leurs Ă©conomies durement gagnĂ©es dans la bourse de crypto-monnaies FTX, pour tout voir disparaĂźtre en quelques secondes. Malheureusement, cet Ă©vĂ©nement n'est qu'un exemple parmi tant d'autres de plateformes de crypto-monnaies qui se sont effondrĂ©es au cours de l'annĂ©e Ă©coulĂ©e”.

Les formulations employées par les deux dirigeants politiques laissent présager une audition qui ira certainement plus loin que le seul examen de la chute de FTX. DÚs lors, une longue réflexion sur l'industrie des crypto monnaies devrait certainement découler de l'audience à venir.

Mercredi 16h00 : La structure esport TSM met fin Ă  sa collaboration avec FTX

FTX avait noué de nombreux partenariats au fil des derniers mois. Dans le domaine de l'esport, l'exchange américain avait passé un accord avec la structure Team Solo Mid (TSM) pour devenir le sponsor majoritaire de la structure. D'ailleurs, TSM avait renommé son twitter TSM FTX.

Suite à la faillite de FTX, la structure vient d'annoncer suspendre immédiatement son partenariat avec FTX. De fait, le nom de l'entreprise créée par SBF n'apparaßtra plus ni sur les réseaux sociaux des joueurs et de la structure ni sur les maillots des joueurs.

TSM assure que les déboires connus par l'exchange n'affectent en rien les capacités financiÚres de la structure. D'ailleurs, selon le communiqué de presse, la stratégie à court et moyen terme de TSM ne serait pas affectée non plus par la fin de cette collaboration.

Alors que le mercato de la scĂšne professionnelle de League of Legends bat son plein, les fans de TSM doivent ĂȘtre soulagĂ©s de ce dĂ©nouement.

Mercredi 14h12 : Genesis Trading suspend les retraits de sa plateforme

La plateforme de prĂȘts institutionnels Genesis Trading vient d'annoncer par le biais de sa filiale mĂšre Digital Currency Group qu'elle suspendait Ă  la fois les retraits de sa plateforme jusqu'Ă  nouvel ordre et l'octroi de nouveaux prĂȘts.

Cette annonce est particuliĂšrement importante puisque Genesis gĂ©rait 2,8 milliards de dollars de prĂȘts actifs Ă  la fin du troisiĂšme trimestre de 2022.

Cette annonce intervient “en rĂ©ponse Ă  la dislocation extrĂȘme du marchĂ© et Ă  la perte de confiance du secteur causĂ©e par l'implosion de FTX”.

Digital Currency Group tient à rassurer ses utilisateurs en expliquant que son activité commerciale n'est pas affectée par la décision. De plus, les activités de trading et de conservation de Genesis ne seraient pas pour l'instant touchées par les évÚnements.

Selon les informations de Frank Chaparro, journaliste chez TheBlock, le CEO de Genesis Capital travaille actuellement sur l'élaboration d'un plan pour rembourser intégralement les clients de l'entreprise.

Mercredi 05h40 : SBF continue son thread Twitter et envisage un retour

Malgré le gigantesque fiasco que SBF a provoqué avec ses différentes sociétés autour de FTX, l'ancien milliardaire mégalomane continue d'envisager un retour de la plateforme de trading.

Dans son thread au début énigmatique, SBF évoque le rythme de croisiÚre impressionnant de FTX, avec prÚs de 10 milliards de dollars de volume par jour il y a encore quelques semaines. D'aprÚs lui, en levant des fonds pour rembourser les clients, FTX pourrait renaßtre.

“Alameda avait plus d'actifs que de passifs “M2M” au prix du marchĂ©, (mais pas liquide !)”

“FTX US avait suffisamment de liquiditĂ©s pour rembourser tous les clients.

Tout le monde n'est pas forcément d'accord avec cela

“Alors qu'est-ce que je peux essayer de faire ? Lever des fonds, rembourser les clients et redĂ©marrer.

“Liquide : -8 milliards de dollars
Semi : +5,5 milliards de dollars
Illiquide : +$3.5b”

Probablement dans une crise de mythomanie, SBF semble croire à ses propres mensonges et continue d'affirmer que FTX possÚde plus d'actifs que de passif. Selon lui, le problÚme se trouve dans la liquidité des actifs. Mais selon la communauté, cela ne fait aucun sens. En effet, Bankman-Fried fait référence aux 3,5 milliards de dollars d'actifs lockés (en vesting), majoritairement représentés par des tokens entiÚrement ou presque entre les mains d'Alameda / FTX / SBF. Leur valeur réelle sur le marché étant donc plus que discutable aprÚs avoir vu la trajectoire qu'a suivi le FTT.

Mardi 15h30 : La liste des tokens ayant fait l'objet d'un délit d'initié par Alamada Research

Alors que l'on apprenait plus tÎt dans la semaine qu'Alameda Research s'était procuré des crypto monnaies quelques semaines avant leur listing sur FTX, Argus dévoile la liste des tokens ayant fait l'objet d'un délit d'initié.

La liste complÚte des projets ayant été victime de cette manipulation est donc la suivante : IndiGG, LooksRare Token, Guild of Guardians, Render Token, Boba Token, Gala, Immutable X, Gods Unchained, BitDAO, Spell Token, Eden, RAMP, DEFI, Orbs, DODO Bird, Convergence, SAND, Linear Token et BaoToken.

En totale contradiction avec les propos de SBF sur l'absence de connivence entre Alameda Research et FTX, Owen Rapaport, cofondateur d'Argus, explique justement que l'analyse des données démontre le contraire.

Il ajoute que “par rapport aux affaires que nous avons vues jusqu'Ă  prĂ©sent et qui ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©es par le gouvernement fĂ©dĂ©ral, l'Ă©chelle Ă  laquelle Alameda a organisĂ© les cotations de FTX pendant plusieurs mois est beaucoup plus grande, ce qui montre qu'ils sont un acteur plus important dans l'Ă©cosystĂšme et qu'ils avaient beaucoup plus de capital Ă  dĂ©ployer pour gagner de l'argent ici”.

Mardi 22h21 : Aid For Ukraine accuse la Russie d'utiliser la faillite de FTX pour entraver la collecte de fonds en crypto monnaies

Aid For Ukraine est un projet communautaire visant à lever des fonds en crypto monnaies pour aider l'Ukraine face à l'invasion de la Russie. Cette initiative a notamment été saluée par le ministÚre ukrainien de la Transformation numérique et a réussi à soulever 60 millions de dollars pour soutenir les forces armées de l'Ukraine et apporter de l'aide humanitaire sur le terrain.

Le projet accuse la Russie d'utiliser la faillite de FTX pour inciter la communauté à ne plus faire de dons. En effet, de nombreuses rumeurs sont apparues sur les réseaux sociaux selon lesquelles des centaines de millions de dollars américains donnés à l'Ukraine ont été transférés illégalement au Parti démocrate américain.

Aid For Ukraine dément formellement ces accusations en assurant que les fonds ne sont pas stockés sur FTX.

De plus, le vice-ministre de la Transformation numérique de l'Ukraine s'est exprimé sur Twitter pour contredire ces accusations.

Il explique que “la crise actuelle de FTX n'affecte pas le fonctionnement d'Aid For Ukraine. Sur les 60 millions de dollars reçus, 54 millions ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© dĂ©pensĂ©s pour rĂ©pondre aux besoins humanitaires et militaires de l'Ukraine. Le rapport est disponible sur le site officiel d'Aid For Ukraine”.

Lundi 20h50 : Des paris pour prédire les futurs tweets de SBF ?

Depuis le début de la journée, le compte twitter de SBF est devenu une énigme qui agace fortement la communauté. Alors que des millions de personnes ont vu leur investissement disparaitre avec la faillite de FTX, SBF ne semble pas prendre conscience de la gravité de la situation.

DÚs lors, pour détendre l'atmosphÚre et éviter de s'énerver davantage, de nombreuses personnes se sont mises à essayer de deviner les prochains tweets de SBF.

À cĂŽtĂ© des nombreux trolls, la sociĂ©tĂ© de paris Polymarket s'est dĂ©marquĂ©e en proposant Ă  sa communautĂ© de parier sur les prochains tweets de SBF. La premiĂšre personne Ă  rĂ©ussir Ă  trouver la suite du thread se verra ainsi rĂ©compenser d'une somme de $100.

Bien que le thread ne soit pas encore terminé, cette initiative devrait permettre aux parieurs de trouver un peu de réconfort face à une prise de parole particuliÚrement mal venue.

Lundi 19h20 : Alameda Research investissait dans les crypto monnaies avant leur listing sur FTX

Ça ne fait plus aucun doute : FTX et Alameda Research entretenaient une relation passionnĂ©e. Les nouvelles rĂ©vĂ©lations proviennent du trĂšs rĂ©putĂ© Wall Street Journal.

Selon un rapport, entre janvier 2021 et mars 2022, Alameda Research a achetĂ© des crypto monnaies juste avant leur listing sur l'exchange amĂ©ricain FTX. Une simple coĂŻncidence semble ĂȘtre Ă©cartĂ©e puisque ces dĂ©lits d'initiĂ© concernent 18 crypto monnaies diffĂ©rentes pour un montant total de 60 millions de dollars.

Ces données ont été récupérées grùce à la société d'analyse Argus. Néanmoins, pour l'heure, il n'est pas encore déterminé si Alameda Research a revendu les actifs pour réaliser un gain ou non.

Le cofondateur d'Argus, Omar Amjad, a dĂ©clarĂ© que “ce que nous voyons, c'est qu'ils ont fondamentalement presque toujours, dans le mois qui prĂ©cĂšde, achetĂ© une position qu'ils n'avaient pas auparavant. Il est clair qu'il y a quelque chose sur le marchĂ© qui leur dit qu'ils devraient acheter des choses qu'ils n'avaient pas achetĂ©es auparavant”.

Lundi 10h30 : Visa met un terme Ă  son partenariat avec FTX

La célÚbre entreprise de paiements Visa vient d'annoncer mettre un terme à sa collaboration avec FTX. Cette décision est évidemment consécutive à la faillite de l'exchange américain.

Selon un porte-parole de la sociĂ©tĂ© “la situation avec FTX est malheureuse et Visa suit attentivement l'Ă©volution des Ă©vĂšnements”.

Il rajoute que “Visa a mis un terme Ă  ses diffĂ©rents accords avec FTX et que le programme de carte de dĂ©bit amĂ©ricain en partenariat avec FTX est en cours de liquidation par leur Ă©metteur”.

Lundi 10h00 : Binance supprime le trading de FTT sur certaines paires

À partir du 15 novembre prochain, “Binance supprimera et cessera le trading sur les paires suivantes : FTT/BNB, FTT/BTC, FTT/ETH et FTT/USDT”.

Néanmoins, les utilisateurs auront toujours la possibilité d'échanger le FTT à partir de la paire de trading FTT/BUSD.

Lundi 07h39 : CZ lance un fonds pour redresser l'industrie crypto

Dans un tweet sur son compte personnel, CZ annonce que pour réduire les effets négatifs de l'affaire FTX, Binance est en train de former un fonds de redressement de l'industrie. L'objectif est d'aider les projets qui sont solides, mais traversent une crise de liquidité.

Le CEO de Binance ajoute qu'il accueille Ă©galement d'autres acteurs du secteur disposant de liquiditĂ©s et dĂ©sireux de co-investir dans le projet afin de soutenir l'industrie. Il en profite pour rappeler que “les menteurs ou les fraudeurs ne sont jamais des projets solides”, en rĂ©ponse Ă  un tweet faisant rĂ©fĂ©rence Ă  FTX.

Lundi 05h05 : Binance a stoppé sa vente de FTT et ne s'est pas couvert avec des shorts

CZ, a rĂ©pondu Ă  un tweet faisant rĂ©fĂ©rence Ă  la situation entre CZ et FTX pour la comparer au film The Big Short. Le CEO de Binance explique alors que la plateforme n'a pas profitĂ© de la situation et ne s'est mĂȘme pas couvert Ă  l'aide de shorts (ventes Ă  dĂ©couvert).

“Transparence totale : Binance n'a jamais vendu de FTT Ă  dĂ©couvert. Nous avons encore un bag, car nous avons arrĂȘtĂ© de vendre nos FTT aprĂšs que SBF m'ait appelĂ©. Un appel trĂšs coĂ»teux.”

Lundi 04h05 : SBF sort du silence avec des tweets Ă©tranges

Sans avoir donné de nouvelles depuis l'officialisation du dépÎt de bilan de ses sociétés, le compte Twitter officiel de SBF a repris vie dans la nuit de ce lundi.

C'est tout d'abord avec un tweet qui ressemblait au dĂ©but d'un thread que l'ancien CEO de FTX a communiquĂ© : “1) What”. Laissant les internautes dans le flou le plus total.

Le tweet suivant n'est pas plus clair “2) H” et il est pratiquement impossible de voir oĂč l'homme le plus dĂ©testĂ© de l'Ă©cosystĂšme actuellement veut en venir.

Hack de son compte ? Craquage psychologique ? Jeu de devinette ?

Dimanche 22h10 : Crypto.com aurait déposé $1 milliard sur FTX pour se «hedger»

Les analyses on-chain ont rĂ©vĂ©lĂ© de nombreux transferts de fonds de la plateforme Crypto.com vers l'exchange FTX pour un total de 1 milliard de dollars en USDC. De nombreux internautes se sont alors questionnĂ©s sur la raison de ces transferts ainsi que l'Ă©tat actuel des choses alors que ces fonds pourraient ĂȘtre bloquĂ©s sur la plateforme de produits dĂ©rivĂ©s.

AprÚs le fiasco des $400 millions en ETH supposément envoyés par erreur, le CEO de Crypto.com, Kris, doit donner des explications à nouveau.

Kris répond aux suppositions selon lesquelles Crypto.com bénéficiait des rendements à 5% de FTX avec les fonds des utilisateurs :

“Ceci est faux. Nous n'avons qu'une exposition minimale Ă  FTX (moins de 10 millions de dollars US) et ne l'avons utilisĂ© que comme plateforme de nĂ©gociation pour *hedger* (couvrir les transactions) des clients. Nous n'avons jamais dĂ©ployĂ© de capital pour le rendement avec FTX ou une tierce partie.”

Kris explique que certains jetons liĂ©s Ă  FTX comme SRM, RAY… n'avaient une liquiditĂ© dĂ©cente que sur le carnet d'ordres de FTX.

Dimanche 18h00 : Alameda Research aurait imposé à des sociétés d'investir dans FTX

Une preuve de plus, s'il en fallait une, que la barriÚre séparant Alameda Research et FTX avait pratiquement disparu depuis plusieurs mois.

Selon plusieurs sources, au travers de son activité de fonds d'investissement, Alameda Research aurait imposé à plusieurs sociétés de détenir une partie voire la totalité de leurs trésoreries sur l'exchange américain FTX.

Au-delĂ  d'un entre-soi poussĂ© Ă  l'extrĂȘme, une telle obligation pourrait provoquer dans les semaines ou les mois qui arrivent une hĂ©catombe dans l'Ă©cosystĂšme des projets ayant eu Alameda Research comme investisseur principal.

À premiĂšre vue, cette obligation Ă©tait justifiĂ©e par la volontĂ© de garder le contrĂŽle de la trĂ©sorerie de ces projets. DĂ©sormais, de nombreux projets pourraient ĂȘtre dans l'incapacitĂ© d'accĂ©der Ă  leur trĂ©sorerie et ĂȘtre dans l'obligation de dĂ©poser le bilan Ă  leur tour.

Dimanche 16h30 : Vitalik partage sa vision de la situation actuelle

Membre influent de la communauté des crypto monnaies, la vision de Vitalik est particuliÚrement attendue par l'ensemble des observateurs. Ce dernier explique que la situation actuelle est certainement plus grave que la faillite de Mt Gox en 2014.

En ce sens, il explique qu'Ă  l'Ă©poque de Mt Gox la blockchain Ă©tait un sujet de niche. Or, aujourd'hui, FTX a rendu populaires les crypto monnaies, notamment au travers de nombreux contrats de sponsoring et de naming.

De la mĂȘme maniĂšre, il estime que l'effondrement de l'Ă©cosystĂšme Terra Luna aura certainement un impact moindre sur le long terme que celui de l'empire de SBF.

Il s'est également exprimé sur la légitimité des exchanges centralisés dans le monde des crypto monnaies. Selon lui, leur existence est nécessaire tant que les DEX ne seront pas en mesure de proposer une passerelle cohérente et légale entre la monnaie FIAT et la crypto monnaie.

En tout Ă©tat de cause, Vitalik s'inquiĂšte des consĂ©quences durables de ce crash pour l'ensemble de l'Ă©cosystĂšme. CZ lui emboite le pas en ajoutant que “l'incident a fait reculer le secteur de quelques annĂ©es”.

Dimanche 13h10 : La CEO d'Alameda Research chercherait Ă  rejoindre DubaĂŻ

La situation est confuse concernant les anciens employés de FTX et d'Alameda Research. Selon certaines sources, certains des dirigeants des deux entreprises chercheraient actuellement à rejoindre Dubaï.

C'est le cas notamment de la CEO d'Alameda Research, Caroline Ellison, qui serait actuellement Ă  Hong Kong. De fait, son dĂ©part vers DubaĂŻ serait trĂšs probable. Cette destination, si elle venait Ă  ĂȘtre confirmĂ©e, aurait un intĂ©rĂȘt particulier puisque les Émirats arabes unis n'ont pas signĂ© de traitĂ© d'extradition avec les États-Unis.

À l'inverse, Sam Bankman-Fried aurait Ă©tĂ© aperçu en compagnie des autoritĂ©s bahamĂ©ennes. En effet, selon Bloomberg, la police aurait interrogĂ© l'ancien CEO de FTX dĂšs ce samedi.

Néanmoins, pour l'heure, SBF n'aurait pas encore fait l'objet d'une arrestation officielle. En revanche, il est probable que SBF ait été interdit de quitter le territoire américain, ainsi que placé sous surveillance par les autorités compétentes.

Dimanche 12h50 : Serum devrait procéder à un fork suite au hack de FTX

Le hack de FTX a des répercussions sur le protocole Serum : le centre de liquidité de l'écosystÚme Solana. En effet, le protocole a potentiellement été compromis par le hack.

ConcrĂštement, la version originale de Serum ne peut ĂȘtre mise Ă  jour qu'au moyen d'une clĂ© privĂ©e contrĂŽlĂ©e par une personne de FTX. Or, le hack a certainement compromis l'intĂ©gritĂ© de cette clĂ© privĂ©e.

En rĂ©action, de nombreux services utilisant Serum comme l'agrĂ©gateur Jupiter Exchange ont d'ores et dĂ©jĂ  pris la dĂ©cision d'arrĂȘter d'utiliser le protocole.

Néanmoins, l'importance de Serum est trop importante pour qu'une telle décision soit durable. Ainsi, les développeurs de Serum travaillent actuellement sur un fork du protocole afin de créer une nouvelle version de Serum. DÚs lors, grùce à cette décision, FTX sera entiÚrement écarté du projet et la sécurité restaurée.

Dimanche 09h40 : Crypto.com a envoyé 400 millions de dollars par erreur à Gate.io

En plein cƓur du drame connu par FTX, Crypto.com s'illustre de la pire des maniĂšres. Alors que la transparence accrue des exchanges centralisĂ©s se traduit par la publication de Proof of Reserve, Crypto.com a fait une grave erreur de comptabilitĂ©.

D'ailleurs, en août dernier, Crypto.com apprenait que l'erreur pouvait coûter parfois cher en transférant malencontreusement 10 millions de dollars à deux utilisatrices.

En effet, l'exchange a tout simplement transféré 400 millions de dollars en ETH à une mauvaise adresse. Néanmoins, cette adresse appartenait à Gate.io et l'exchange a procédé à un remboursement de l'ensemble des fonds.

Le CEO de Crypto.com a rapidement réagi en indiquant que le transfert datait du 21 octobre dernier et qu'il avait été effectué à une adresse whitelisté de Gate.io. En réalité, l'exchange souhaitait envoyer l'ensemble des fonds à un cold wallet, mais une erreur de manipulation aura retardé le mécanisme.

Gate.io est également intervenu pour faire la lumiÚre sur cette histoire et rassurer ses utilisateurs. L'exchange explique que la snapshot de son Proof of Reserve avait eu lieu le 19 octobre dernier, mais que sa validation a eu lieu que le 28 octobre. Néanmoins, Gate.io assure que le dépÎt de Crypto.com n'est pas inclus dans leur Proof of Reserve.

CZ s'est mĂȘlĂ© Ă  l'histoire en partageant son avis sur la situation. Il explique que “si un exchange doit dĂ©placer de grandes quantitĂ©s de crypto avant ou aprĂšs la dĂ©monstration des adresses de portefeuilles, c'est un signe Ă©vident de problĂšmes. Restez Ă  l'Ă©cart.”

Dimanche 07h27 : FTX aurait sauvé BlockFi simplement pour récupérer les fonds de ses clients

D'aprĂšs un employĂ© de la plateforme en faillite BlockFi, FTX s'intĂ©ressaient tout simplement aux actifs des utilisateurs lors des “sauvetages” des plateformes en liquidation.

“La seule raison pour laquelle FTX nous a renflouĂ© Ă©tait d'obtenir les fonds de nos utilisateurs sur leur plateforme pour les utiliser dans leur sombre stratĂ©gie. Ils ont exercĂ© une pression Ă©norme pour que les fonds de BlockFi soient transfĂ©rĂ©s Ă  la garde de FTX. Les employĂ©s ont Ă©tĂ© informĂ©s par les dirigeants de ne pas poser de questions sur le transfert”.

Employé anonyme de BlockFi

Dimanche 03h13 : FTX déplace ses jetons FTT (80% de l'offre en circulation)

Une transaction a attirĂ© l'Ɠil des internautes dans la nuit de samedi Ă  dimanche : 196 millions de jetons FTT ont quittĂ© un wallet appartenant Ă  FTX pour se diriger vers une adresse inconnue. L'offre de FTT en circulation Ă©tant proche des 250 millions de tokens, la somme dĂ©placĂ©e correspond Ă  prĂšs de 80% de la supply. La valeur de ces jetons se rapproche des 400 millions de dollars, bien que la demande pour une si grande quantitĂ© de tokens ne soit probablement pas au rendez-vous.

L'adresse destinataire a également reçu prÚs de 2,000 ETH (environ $2,500,000) de FTX.

Retrouvez l'adresse ayant reçu les fonds : https://etherscan.io/address/0x2a4f8d77bade18256b1bdb3cf8782645037f60d3

Dimanche 00h45 : La SEC enquĂȘtes sur les retraits FTX aux Bahamas

Dans un communiquĂ© officiel, la Securities Commission des Bahamas a annoncĂ© ouvrir une enquĂȘte sur les retraits de fonds dĂ©bloquĂ©s par la plateforme FTX pour ses clients aux Bahamas.

Quelques jours plus tĂŽt, FTX dĂ©clarait : “ConformĂ©ment Ă  la rĂ©glementation du QG des Bahamas et aux rĂ©gulateurs, nous avons commencĂ© Ă  faciliter les retraits de fonds bahamĂ©ens. En tant que tel, vous avez peut-ĂȘtre vu certains retraits traitĂ©s par FTX rĂ©cemment, car nous nous sommes conformĂ©s aux rĂ©gulateurs.”

Mais d'aprĂšs la SEC, la commission n'a pas ordonnĂ©, autorisĂ© ni mĂȘme suggĂ©rĂ© Ă  FTX de donner la prioritĂ© aux retraits des clients bahamĂ©ens. Par consĂ©quent, ces transactions peuvent ĂȘtre qualifiĂ©es de prĂ©fĂ©rences annulables et de ce fait, entraĂźner la rĂ©cupĂ©ration des fonds des clients bahamĂ©ens.

Pourquoi FTX a-t-il offert la priorité aux clients des Bahamas ? Que risquent les utilisateurs ayant triché à l'aide de Bahaméens ou d'employés FTX grùce à cette priorité ? Cette affaire semble nous réserver de nombreuses surprises.

Samedi 23h25 : FTX a dépensé 74 millions de dollars dans l'immobilier aux Bahamas

En 2022, FTX a acheté des propriétés résidentielles autour de son siÚge social aux Bahamas pour la modique somme de 74 millions de dollars.

En effet, selon des documents gouvernementaux obtenus par TheBlock puis confirmés par d'anciens employés de FTX, l'exchange de crypto monnaies a passé une bonne partie de son année 2022 à développer son parc immobilier.

Cette décision est surement liée à la volonté de l'entreprise de faire vivre l'ensemble de ses employés dans un environnement communautaire dans la station balnéaire Albany Bahamas.

Samedi 22h05 : Les comptes bancaires des utilisateurs FTX pourraient ĂȘtre Ă  risque

Le hack de l'exchange FTX n'a pas impactĂ© que les fonds prĂ©sents sur la plateforme, mais aussi les donnĂ©es des utilisateurs (KYC, identifiants, comptes bancaires…). Et c'est prĂ©cisĂ©ment pourquoi plusieurs utilisateurs se sont inquiĂ©tĂ©s en recevant des notifications indiquant que FTX tentait d'accĂ©der Ă  leur compte bancaire.

Il semblerait que seules les informations ont été consultées, mais cette activité était inhabituelle, car les exchanges n'accÚdent à ces informations que lors de dépÎts ou retraits en Fiat.

L'intermédiaire de banque, Plaid a suspendu l'accÚs de FTX à toutes les données des consommateurs via Plaid afin que FTX ne puisse plus accéder à aucune donnée financiÚre via Plaid, quel que soit le statut des connexions de compte via Plaid.

Nous vous conseillons fortement de renforcer la sĂ©curitĂ© de tous vos comptes / wallets / applications liĂ©s de prĂšs ou de loin Ă  FTX ainsi que de supprimer l’application et FTX et ne jamais vous rendre sur le site.

Samedi 21h04 : Le CEO de FTX confirme le hack de la plateforme

Le nouveau CEO de FTX John Ray, nommé aprÚs la déclaration de faillite de l'entreprise, a pris la parole concernant l'activité étrange ayant lieu sur la plateforme depuis le début de la journée.

Il a confirmé qu'un hack était survenu, mais que la plateforme se coordonnait activement avec les autorités compétentes pour récupérer les fonds perdus.

En rĂ©ponse, FTX “est en train de supprimer la fonction de trading et de retraits”. De plus, il confirme que les Ă©quipes de l'entreprise se chargent actuellement de “dĂ©placer autant d'actifs que possible vers un nouveau cold wallet“.

Samedi 20h30 : Elon Musk et Vitalik s'expriment sur SBF

Elon Musk n'appréciait pas SBF et ne s'en est pas caché à son banquier. C'est en tout cas ce qui ressort de ses échanges avec Michael Grimes datant du 25 avril dernier.

Alors que SBF cherchait à rencontrer Elon Musk pour lui procurer notamment une aide financiÚre dans son rachat de Twitter, Elon Musk n'aurait pas souhaité aller plus loin dans ses relations avec l'ancien CEO de FTX.

ConcrÚtement, Elon Musk aurait eu un mauvais pressentiment par rapport à SBF en se montrant notamment perplexe sur sa capacité à apporter 3 milliards de dollars en liquide.

En rĂ©ponse aux screens partagĂ©s par le compte twitter TechEmails, Elon Musk a confirmĂ© la vĂ©racitĂ© de cette discussion. Il a Ă©galement rajoutĂ© que “SBF avait dĂ©clenchĂ© son alarme Ă  imposteur” et que c'Ă©tait la raison pour laquelle il s'Ă©tait montrĂ© sceptique face aux capacitĂ©s financiĂšres de SBF.

Le constat semble relativement similaire chez Vitalik Buterin, le créateur de la blockchain Ethereum. Interrogé sur l'effondrement de FTX lors de la conférence LaBitConf à Buenos Aires, ce dernier a notamment expliqué que la chute de FTX était inévitable en raison de son caractÚre centralisé.

Il a rajoutĂ© que la rĂ©ussite de FTX Ă©tait liĂ©e Ă  une trĂšs bonne gestion marketing et plus particuliĂšrement Ă  “la posture personnaliste semblable Ă  celui des dictateurs des annĂ©es 1930 prise par SBF”.

CZ prend la parole aprĂšs le fiasco FTX

PrĂ©sent Ă  l’Indonesia Fintech Summit 2022, le CEO de Binance et l’un des premiers lanceurs d’alerte au sujet de la gestion des fonds de FTX, a pris la parole sur le sujet.

RĂ©flexions et dĂ©cisions en interne, vision sur la rĂ©gulation et la dĂ©centralisation, retrouvez l’interview complĂšte ci-dessous :

Samedi 16h20 : Alameda s'est attaqué à Binance Futures en 2019

Le conflit personnel entre SBF et CZ ne date pas d'hier. En remontant en 2019, on retrouve une attaque préméditée qui aurait pu tuer la toute plateforme de futures de Binance dÚs sa naissance.

Quelqu'un aurait tenté d'entrainer des liquidations en cascades en faisant bouger de façon significative le prix futures. CZ expliquait que cette attaque n'a pas eu de conséquence grùce à un systÚme de prix index bien pensé.

Une faille API permettait Ă  l'Ă©poque de lire ce qui s'y passait et c'est cette mĂȘme faille qui nous permet de dĂ©couvrir qu'Alameda Ă©tait bien Ă  l'origine de cette attaque.

Samedi 14h50 : Kraken affirme connaitre l'identité du hacker FTX

Sur son compte Twitter personnel, Nick Percoco, le Chief Security Officer de l'exchange Kraken dĂ©clare ĂȘtre en possession de l'identitĂ© de la personne derriĂšre le ou l'un des hackers prĂ©sumĂ©s de la plateforme FTX. En effet, aprĂšs plusieurs mouvements sur diffĂ©rentes blockchains, l'utilisateur a dĂ©posĂ© des fonds sur Kraken.

Plusieurs diffĂ©rentes adresses sont impliquĂ©es dans les mouvements de fonds en partance de FTX et rien ne nous confirme qu'il s'agisse d'un hack, bien que les diffĂ©rents swaps et changements de blockchain semblent suspects. Nous pourrions Ă©galement nous trouver dans une situation oĂč certaines transactions effectuĂ©es de façon normale dans la procĂ©dure de liquidation des fonds. Il pourrait Ă©galement s'agir d'un white hat hack, affaire Ă  suivre.

Samedi 13h05 : Le jeu Star Atlas fortement impacté par la faillite de FTX

Star Atlas annonce ĂȘtre touchĂ© directement par l'insolvabilitĂ© de FTX. Michael Wagner, Cofondateur et CEO du projet, a partagĂ© une lettre sur twitter pour annoncer la triste nouvelle.

Il explique que “FTX Ă©tait une plateforme utilisĂ©e pour transfĂ©rer des fonds Ă  notre banque afin de gĂ©rer les dĂ©penses de fonctionnement et de gĂ©nĂ©rer un rendement Ă  faible risque sur des actifs de trĂ©sorerie Ă  court terme”.

Il donne ensuite plus de prĂ©cisions sur les consĂ©quences pour le projet : “À ce jour, nous conservons un bilan solide, avec des options importantes devant nous, bien qu'une partie de nos liquiditĂ©s les plus immĂ©diates ait Ă©tĂ© touchĂ©e. Alors qu'auparavant nous disposions de plusieurs annĂ©es de marge de manƓuvre, cette marge a Ă©tĂ© rĂ©duite de moitiĂ© environ.”

Samedi 11h15 : Tether gĂšle 31,4 millions d'USDT

Suite Ă  l'attaque subie par FTX plus tĂŽt ce samedi matin, Tether a rapidement rĂ©agi pour empĂȘcher les hackers de rĂ©cupĂ©rer l'argent dĂ©robĂ©.

Ainsi, Tether a gelé 3,9 millions d'USDT sur la blockchain Avalanche et 27,5 millions d'USDT sur la blockchain Solana.

Samedi 09h50 : Une porte dérobée dans la comptabilité de FTX ?

Alors que la crainte d'un hack de la plateforme continue de planer au-dessus de l'entreprise, des sources proches du dossier affirment que Sam Bankman-Fried aurait ajouté intentionnellement une porte dérobée dans son systÚme de comptabilité.

Grùce à ce systÚme, SBF aurait pu secrÚtement transférer entre 1 et 2 milliards de dollars appartenant à ses propres clients sans jamais alerter de soupçon en interne.

En effet, cette porte dérobée permettait aux équipes de FTX au courant de la supercherie d'exécuter des commandes pour modifier les documents financiers de l'entreprise.

Pour l'heure, SBF, l'ancien CEO déchu de FTX, nie entiÚrement les faits.

Samedi 04h48 : des centaines de millions de dollars quittent FTX

Les analyses on-chain rĂ©vĂšlent de gros montants en train de quitter les wallets appartenant Ă  FTX. La communautĂ© a d’abord suspectĂ© des transactions faites par les acteurs en charge de gĂ©rer la liquidation de l’entreprise. Mais les mouvements de fonds survenant par la suite ont rapidement inquiĂ©tĂ© de nombreux internautes.

En effet, les fonds ont été échangés sous forme de Swap à travers différentes blockchains, comme Ethereum, Solana et la BSC. Les transactions semblent également bùclées, avec des taux de slippage aberrants.

Rapidement, les donnĂ©es prĂ©sentes sur FTX disparaissent une Ă  une avec les soldes des utilisateurs immĂ©diatement rĂ©duits Ă  0. Peu de temps Ă  aprĂšs, les sites et applications FTX et FTX.us ont vraisemblablement Ă©tĂ© mis Ă  l’arrĂȘt.

De nombreux internautes crient Ă  rug pull, supposant que SBF ou un autre insider s’échappe avec les fonds. Certains enquĂȘteurs estiment qu’il s’agit d’un hack et que la nouvelle mise Ă  jour de l’application FTX proposĂ©e Ă  l’instant est une tentative d’attaque / fishing.

Vendredi 19h30 : Les retraits de tokens ERC-20 auraient stoppé sur FTX.US

MalgrĂ© un message indiquant que “les retraits restent et resteront possibles malgrĂ© l'arrĂȘt du trading” sur le site de FTX.US, les donnĂ©es on-chain semblent bel et bien dĂ©montrer le contraire.

En effet, depuis la fin d'aprÚs-midi, il semblerait que plus aucun retrait impliquant des tokens ERC-20 (Ethereum y compris) n'a été finalisé par la plateforme.

Cette décision est certainement liée à la nouvelle direction ayant pris en charge FTX depuis que l'entreprise a entamé sa procédure de faillite.

Vendredi 16h05 : Le passif de FTX et Alameda est estimé entre 10 et 50 milliards de dollars

Depuis l'article de CoinDesk sur la gestion financiĂšre douteuse d'Alameda Research, la spĂ©culation autour des difficultĂ©s Ă©conomiques de FTX et d'Alameda a Ă©tĂ© intense. Longtemps estimĂ©e entre 4 et 9 milliards de dollars, la rĂ©alitĂ© pourrait ĂȘtre tout autre .. et bien pire.

En effet, selon les documents juridiques provenant de la déclaration de faillite, FTX et Alameda Research ont un passif variant entre 10 et 50 milliards de dollars. Bien que la fourchette soit trÚs élevée, le montant est d'ores et déjà bien plus conséquent que prévu.

Enfin, on apprend également que les deux entreprises possÚdent plus de 100,000 créanciers dans le monde entier.

Vendredi 15h50 : Genesis Trading sauvé par Digital Currency Group

Alors que l'on apprenait plus tÎt dans la journée que Genesis Trading avait 175 millions de dollars bloqués sur FTX, la situation se serait décantée positivement pour le fonds d'investissement.

En effet, la sociĂ©tĂ© mĂšre de Genesis Trading, Digital Currency Group (DCG), est intervenue pour l'aider financiĂšrement. ConcrĂštement, DCG va injecter 140 millions de dollars dans Genesis Trading pour l'aider Ă  “renforcer son bilan et Ă  consolider sa position sur le marchĂ© des crypto monnaies”.

Vendredi 15h15 : FTX déclare la faillite

Par le biais d'un communiquĂ© de presse partagĂ© sur Twitter, FTX a annoncĂ© avoir dĂ©marrĂ© la procĂ©dure du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux États-Unis. ConcrĂštement, cela signifie que FTX vient de passer sous le rĂ©gime amĂ©ricain des faillites.

Il s'agit généralement d'une premiÚre étape permettant une restructuration financiÚre d'une entreprise sans qu'il y ait une interruption des activités. La faillite concerne à la fois FTX.com et FTX.us tandis que la filiale bahaméenne de FTX et LedgerX ne sont pas inclus dans le plan de restructuration.

Enfin, Sam Bankman-Fried, annonce officiellement sa démission de son poste de CEO de la plateforme américaine. Ainsi, pendant la durée de la procédure, John J. Ray III a été désigné comme CEO intérimaire.

Vendredi 15h : Mercedes met un terme Ă  sa collaboration avec FTX

Depuis l'année 2021, FTX était devenu un visage familier des amateurs de Formule 1. En effet, l'exchange était devenu une marque mise en avant sur la monoplace des pilotes puisque Mercedes et FTX avaient signé un accord pluriannuel de sponsoring.

Dans un rĂ©cent communiquĂ©, Mercedes met fin Ă  cette collaboration en dĂ©clarant : ” Dans un premier temps, nous avons suspendu notre accord de partenariat avec FTX. Cela signifie que l'entreprise n'apparaĂźtra plus sur notre monoplace ni sur d'autres actifs de notre marque Ă  partir de ce week-end. Nous continuerons Ă  suivre de prĂšs l'Ă©volution de la situation”.

Vendredi 14h37 : CZ s'inquiÚte des conséquences systémiques de la chute de FTX

D'aprÚs le patron de Binance, Changpeng Zhao, la situation actuelle possÚde de nombreuses similitudes avec la crise économique de 2008. Il alerte sur la possibilité de voir des liquidations en cascade chez de nombreuses entreprises de l'industrie des crypto monnaies en raison des problÚmes connus par FTX.

Ces déclarations ont été faites lors d'une conférence en Indonésie, mais CZ précise que les effets négatifs seront surtout perceptibles chez les entreprises proches de l'écosystÚme de FTX.

Vendredi 13h38 : Un ancien cadre de FTX dévoile des chiffres sur les actifs de FTX

L'ancien directeur des ventes institutionnelles chez FTX, Zane Tackett, s'est exprimé sur Twitter pour faire un point sur la situation. En revanche, ayant rendu sa démission mardi dernier, il précise qu'il n'a aucun pouvoir sur l'évolution de la situation.

Selon lui, bien que ce ne soit pas des chiffres officiels et précis, le passif de l'entreprise s'estimerait à environ 8,8 milliards de dollars. Or, seuls 900 millions de dollars, soit l'équivalent de 10% du passif total, seraient détenus en actif liquide par FTX. Enfin, 2 milliards de dollars correspondraient à des actifs moins liquides et 3,2 milliards à des actifs illiquides.

D'aprÚs lui, deux solutions s'offrent désormais à FTX pour se sortir de cette situation en limitant les conséquences pour les utilisateurs : la faillite ou l'émission d'un jeton.

NĂ©anmoins, il rappelle que la faillite est une procĂ©dure longue et pĂ©nible qui ne saurait rĂ©ellement satisfaire les utilisateurs Ă  court et moyen terme. À l'inverse, l'Ă©mission d'un jeton reprĂ©senterait des risques, mais une conception bien pensĂ©e pourrait offrir une porte de sortie inespĂ©rĂ©e aux clients de FTX ayant leurs fonds bloquĂ©s sur la plateforme.

Vendredi 13h08 : Chypre devrait suspendre la licence européenne de FTX

La dĂ©cision devrait devenir officielle dans les prochaines heures, mais elle semble ĂȘtre dĂ©jĂ  inĂ©luctable.

Alors que FTX avait obtenu cette licence à la fin de l'été 2022, des sources proches du dossier affirment que sa suspension ne fait plus aucun doute.

Ainsi, toutes les activitĂ©s europĂ©ennes de FTX devraient ĂȘtre interrompues dans les prochains jours puisque le rĂ©gulateur chypriote serait sur le point de suspendre la licence accordĂ©e Ă  l'entreprise amĂ©ricaine pour opĂ©rer sur le sol europĂ©en.

Vendredi 11h34 : Justin Sun sur le point d'apporter un soutien financier Ă  FTX ?

Selon Bloomberg, Justin Sun, créateur de la blockchain TRON, serait toujours enclin à aider financiÚrement l'exchange américain FTX.

NĂ©anmoins, de nombreux audits de sĂ©curitĂ©s devront avoir lieu avant qu'une dĂ©cision soit officiellement actĂ©e. Selon Justin Sun, “c'est un moment important de notre industrie et il est important de montrer une forte unitĂ©”.

Vendredi 11h10 : Le directeur des ventes institutionnelles de FTX démissionne

Dans un mail adressĂ© aux clients VIP de la plateforme amĂ©ricaine, Zane Tackett s'est exprimĂ© au sujet de la situation. Il explique que “son Ă©quipe Ă©tait complĂštement dans l'ignorance de l'insolvabilitĂ© potentielle de l'entreprise”.

Il tient malgré tout à présenter ses excuses à ses clients tout en précisant avoir déposé sa démission à FTX dÚs mardi. Dans l'attente de plus amples informations de la part de SBF, Zack Tackett précise que son accÚs aux canaux de communication de l'entreprise a été coupé à lui et à son équipe.

Vendredi 08h50 : Des utilisateurs FTX contournent le blocage des retraits

Certains petits malins ont directement pensé à contourner le problÚme de la suspension des retraits en apprenant que les comptes FTX Bahamas n'étaient pas impactés. En effet, les comptes FTX International enregistrés aux Bahamas peuvent toujours procéder aux retraits de leurs fonds.

Cobie s'est alors demandĂ© comment un utilisateur avait pu retirer plusieurs millions de dollars de fonds pour les envoyer Ă  une mĂȘme adresse :

https://twitter.com/cobie/status/1590967191587131394

“Quelqu'un peut-il expliquer ce qui se passe avec cette adresse ?
Il retire des millions de Tether de FTX et les envoie Ă  0x18df7b342cdd4e7db0def4546c0ed01e79fd207e.
Actuellement 21 millions de dollars retirĂ©s.”

Rapidement, de nombreuses informations sont partagées. Des employés FTX permettent à des utilisateurs de contourner la suspension des retraits en échange de compensation. On parle d'environ $100,000 par utilisateur.

En effet, le trader Algod avait proposĂ© cette mĂȘme somme Ă  quiconque lui permettrait d'obtenir un compte FTX KYC aux Bahamas. Il a mĂȘme dĂ©clarĂ© avoir rĂ©ussi Ă  obtenir un tel compte avant de retirer de grosses sommes sur son adresse publique.

Afin de contourner la suspension des transferts FTX en interne, les utilisateurs passent vraisemblablement par la marketplace NFT FTX. En achetant un NFT avec la totalité de ses fonds, un utilisateur est capable de transférer ses fonds au compte ayant listé le NFT.

De nombreux membres de la communauté en ont profité pour rappeler que ce genre de pratique est hautement illégal et pénalement punissable.

Vendredi 07h48 : Genesis Trading déclare 175 millions de dollars bloqués sur FTX

Genesis Trading, qui avait perdu plus d'un milliard de dollars lors de la faillite de Three Arrows Capital (3AC), se retrouve à nouveau dans une situation délicate. En effet, la filiale de Digital Currency Group annonce détenir 175 millions de dollars d'actifs sur l'exchange en crise FTX.

Le rĂ©el souci dans cette nouvelle : on ne peut dĂ©finitivement faire confiance Ă  personne. Quelque 24 heures avant cette dĂ©claration, la mĂȘme sociĂ©tĂ© annonçait n'ĂȘtre exposĂ©e qu'Ă  hauteur de 7 millions de dollars Ă  l'Ă©cosystĂšme FTX, incluant mĂȘme Alameda dans ce calcul.

Malgré tout, Genesis affirme que la situation de FTX n'affecte en rien les opérations de la société.

Vendredi 03h17 : Toute l'équipe de FTX Future Fund démissionne


Dans une lettre ouverte, l'Ă©quipe de FTX Future Fund, l'organisation philantropique de SBF visant un “Altruisme efficace”, a dĂ©clarĂ© qu'elle n'Ă©tait pas en mesure d'effectuer son travail ou de traiter les subventions. Les membres Ă©voquent Ă©galement des questions fondamentales sur la lĂ©gitimitĂ© et l'intĂ©gritĂ© des opĂ©rations commerciales commerciales qui finançaient la Fondation FTX et le Fonds pour l'avenir.

Will MacAskill, le mentor de toujours de SBF, a signĂ© cette dĂ©claration dans laquelle nous pouvons lire “les dirigeants de FTX ont peut-ĂȘtre fait preuve de tromperie ou de malhonnĂȘtetĂ©.”

La malhonnĂȘtetĂ© pourrait se trouver dans les paroles de SBF, affirmant que les clients sont la prioritĂ© de l'exchange… En effet, d'aprĂšs Frank Chaparro, l'hĂŽte du podcast de The Block, il semble assez probable que les documents soient rĂ©digĂ©s de telle sorte que les actionnaires privilĂ©giĂ©es de FTX soient toujours prioritaires sur les clients.

Vendredi 02h16 : La plateforme BlockFi suspend les retraits

L'entreprise BlockFi vient de publier un communiquĂ© indiquant “En raison du manque de clartĂ© sur le statut de FTX.com, FTX US et Alameda”, la plateforme n'est pas en capacitĂ© de gĂ©rer ses opĂ©rations comme Ă  son habitude. Les retraits de la plateforme sont suspendus jusqu'Ă  nouvel ordre.

2 jours auparavant, Flori Marquez, la cofondatrice de BlockFi rassurait ses utilisateurs en affirmant que l'entreprise Ă©tait pĂ©renne, minimisant l'impact de l'Ă©tat de FTX et affirmant que les retraits continuaient d'ĂȘtre exĂ©cutĂ©s rapidement.

Vendredi 01h58 : La SEC enquĂȘte sur SBF, le CEO de FTX

Sam Bankman-Fried fait l'objet d'une enquĂȘte de la SEC, le rĂ©gulateur amĂ©ricain, pour une violation potentielle des rĂšgles relatives aux valeurs mobiliĂšres, alors que le rĂ©gulateur approfondit son enquĂȘte sur l'effondrement de son empire cryptographique FTX.

Nous apprenons également que Mark Wetjen, l'actuel chef de la politique et de la stratégie réglementaire de FTX US et anciennement membre de la CFTC (Commodity Futures Trading Commission ou Commission des marchés financiers) était présent avec SBF lors de meetings avec la SEC, mais aussi à la Maison-Blanche.

Le prĂ©sident actuel de la SEC a Ă©tĂ© nommĂ© par un politicien ayant reçu plus de 5 millions de dollars de financement de la part de SBF. Sa nomination au poste de prĂ©sident de la SEC a Ă©tĂ© confirmĂ©e par le CongrĂšs. Les candidats au CongrĂšs ont reçu plus de 26 millions de dollars de dons supplĂ©mentaires de la part de SBF l'annĂ©e derniĂšre. Beaucoup s'interrogent sur les liens entre les rĂ©gulateurs et FTX, mais aussi sur l'intĂ©rĂȘt rĂ©el des donations rĂ©alisĂ©es par SBF.

Jeudi 23h45 : Les autorités bahaméennes gÚlent les actifs de FTX

Par le biais d'un communiqué de presse, la SEC des Bahamas annonce le gel des actifs de FTX.

Au-delà du gel des actifs de FTX Digital Markets, l'institution a également demandé à ce qu'un liquidateur judiciaire provisoire soit nommé pour éclaircir la situation.

Jeudi 20h08 : Les clients bahaméens prioritaires pour les retraits sur FTX

Dans un tweet FTX vient de communiquer son intention de faciliter les retraits de la plateforme pour ses clients des Bahamas. Cette décision permettrait de comprendre les retraits ayant eu lieu plus tÎt dans la journée.

FTX explique que ” Les montants retirĂ©s ne reprĂ©sentent qu'une petite fraction des actifs que nous dĂ©tenons actuellement et nous travaillons activement sur des voies supplĂ©mentaires pour permettre les retraits pour le reste de notre base d'utilisateurs. Nous Ă©tudions Ă©galement activement ce que nous pouvons et devons faire dans le monde entier”.

Jeudi 19h50 : Les employés de FTX se sentent trahis par SBF

Selon des sources proches du dossier, SBF aurait proposé à ses employés d'investir dans FTX à un prix avantageux. De fait, la majorité des salariés ont gardé une partie de leurs fonds sur la plateforme. De plus, ces derniers ont appris sur Twitter la nouvelle de la déchéance de leur plateforme.

Ces derniers se sentent trahis également à cause des actions contradictoires de SBF. Ce dernier se serait vanté publiquement de continuer à embaucher des personnes alors qu'il agissait dans le sens contraire en interne. En effet, au lendemain d'une interview sur CNBC, FTX aurait licencié plus de 20 personnes sans préavis.

Jeudi 18h22 : FTX.us devrait arrĂȘter son activitĂ© de trading dans les prochains jours

L’information provient directement du site de la plateforme amĂ©ricaine de FTX. Sur cette derniĂšre, on peut y voir apparaĂźtre la phrase suivante : « Le trading peut ĂȘtre interrompu sur FTX.US dans quelques jours. Veuillez fermer toutes les positions que vous souhaitez fermer Â».

FTX temps réel

Jeudi 18h04 : FTX annonce un accord avec Justin Sun et son Ă©cosystĂšme TRON

Alors que la rumeur d’un accord entre SBF et Justin Sun prenait de l’ampleur, la plateforme a officialisĂ© le deal par le biais d’un tweet. FTX explique avoir passĂ© un accord avec Tron pour accĂ©der Ă  des facilitĂ©s de paiements.

GrĂące Ă  ce partenariat, les dĂ©tenteurs des crypto monnaies TRX, BTT, JST, SUN et HT ont la possibilitĂ© de retirer leurs fonds vers des portefeuilles externes depuis 19H30. NĂ©anmoins, il est fortement recommandĂ© de faire attention aux risques liĂ©s Ă  une telle manƓuvre au vu de la volatilitĂ© Ă  venir de ces diffĂ©rents tokens.

Jeudi 17h45 : Un responsable d’Huobi accuse SBF d’ĂȘtre responsable de la chute du LUNA

D’aprĂšs Wendy Wang de l’exchange Huobi, SBF est responsable de l’effondrement de l’écosystĂšme Luna. Il aurait ensuite intentionnellement participĂ© Ă  la faillite du fonds d’investissement Three Arrows Capital. Enfin, SBF aurait aidĂ© sa compagnie jumelle, Alameda Research, Ă  faire face Ă  ses difficultĂ©s Ă©conomiques en lui prĂȘtant des milliards de dollars provenant directement des fonds des utilisateurs.

Jeudi 17h00 : Les retraits auraient repris sur FTX

En fin d’aprĂšs-midi, aux alentours de 17h, des donnĂ©es provenant d’Etherscan ont dĂ©montrĂ© que des retraits auraient repris sur l’exchange. NĂ©anmoins, une faible quantitĂ© de retraits ont Ă©tĂ© acceptĂ© et la plateforme n’a pas encore communiquĂ© Ă  ce sujet.

Difficile pour l'heure de savoir s'il s'agit de privilégiés, de besoins techniques ou de retraits activés aléatoirement.

Jeudi 15h45 : Un membre du CongrÚs accuse le président de la SEC d'avoir illégalement aidé SBF et FTX

Le membre du CongrÚs américain, Tom Emmer aurait reçu des rapports accusant le président de la SEC d'avoir illégalement aidé SBF et FTX dans leur course à la réglementation. Emmer n'a pas hésité à communiquer cette information sur Twitter, intéressé à l'idée que le président de la SEC n'hésitait pas à s'afficher dans les médias malgré l'affaire en cours :

“IntĂ©ressant. Gary Gensler se prĂ©cipite dans les mĂ©dias alors que des rapports Ă  mon bureau allĂšguent qu'il aidait SBF et FTX Ă  travailler sur des failles juridiques pour obtenir un monopole rĂ©glementaire. Nous enquĂȘtons sur cette affaire.”

Jeudi 15h15 : SBF prend la parole pour faire un Ă©tat des lieux de la situation

Silencieux depuis l’annonce de son accord avec Binance, SBF a enfin pris la parole pour s’exprimer sur la situation. Sans donner d’explications plus concrĂštes sur les solutions Ă  venir, il prĂ©sente ses excuses Ă  la communautĂ© en assurant sa volontĂ© de permettre aux utilisateurs de rĂ©cupĂ©rer leurs investissements.

Il accuse, sans le nommer, un concurrent à lui qui aurait eu une implication directe dans les difficultés traversées actuellement par son exchange FTX.

Articles qui pourraient vous intéresser