🔮 DIRECT : Toutes les infos sur l’affaire Genesis en continu

Suite Ă  la faillite de FTX, Genesis Trading de Digital Currency Group fait face Ă  une situation financiĂšre dĂ©licate. Suivez l’Ă©volution de la situation en temps rĂ©el.
genesis ftx-min

La faillite de FTX entraine une partie de l’écosystĂšme dans sa chute. En ce sens, l'effondrement de l’empire de SBF se propage actuellement Ă  Genesis. Or, son importance dans l'industrie est telle que sa chute pourrait avoir pour consĂ©quence d’entrainer d’autres entreprises vers le dĂ©pĂŽt de bilan.

Suivez l’évolution de la situation dans cet article mis Ă  jour en continu.

23 novembre 10h30 : Le CEO de Digital Currency Group prend la parole

Les journalistes de Bloomberg ont rĂ©vĂ©lĂ© certaines informations au sujet de la comptabilitĂ© de Genesis Global. Selon eux, le montant des prĂȘts en cours de Genesis serait de 2,8 milliards de dollars tandis que 30% de ces derniers auraient Ă©tĂ© contractĂ©s avec des entreprises liĂ©es au groupe DCG.

InĂ©vitablement, le CEO de Digital Currency Group, Barry Silbert, s’est vu dans l’obligation de rĂ©agir par le biais d’une lettre adressĂ©e aux actionnaires de son entreprise. Il est notamment revenu avec attention sur les liens financiers entre DCG et Genesys Global.

Il explique que les dettes de DCG envers Genesis Global Capital s’élĂšvent Ă  environ 575 millions de dollars. De plus, ces diffĂ©rents prĂȘts n'arrivent Ă  Ă©chĂ©ance qu’au mois de mai 2023.

Ensuite, Barry Silbert, Ă©voque une autre dette ayant un effet beaucoup plus tardif. Il s’agit d’une lettre de change, un Ă©crit par lequel un crĂ©ancier donne Ă  un dĂ©biteur l’ordre de payer Ă  une Ă©chĂ©ance fixe une certaine somme.

En l’occurrence, cette lettre de change dĂ» par DCG est d’une hauteur de 1,1 milliard de dollars et devra ĂȘtre rĂ©glĂ©e en juin 2032. Cette derniĂšre est consĂ©cutive Ă  la prise en charge des dettes de Genesis aprĂšs la dĂ©faillance de Three Arrows Capital.

Enfin, une derniĂšre dette d’un montant de 350 millions de dollars est actuellement en cours et est consĂ©cutive Ă  des facilitĂ©s de paiement contractĂ©es auprĂšs d’un petit groupe de prĂȘteur.

Il prĂ©cise que « l’argent empruntĂ© dans le cadre de ces diffĂ©rents prĂȘts a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© dans le cadre normal des affaires Â». De plus, il souhaite rassurer ses clients en expliquant que « DCG est sur le point d’atteindre les 800 millions de dollars de revenus sur l’annĂ©e 2022 Â».

23 novembre 03h19 : Une filiale de DCG rachĂšte des installations de mining de Compute North

Foundry va acquérir deux installations miniÚres de Compute North, ainsi que le droit d'acquérir une troisiÚme installation en cours de développement.

Fondée par DCG fin 2019, Foundry fait aujourd'hui partie des leaders de l'industrie du mining crypto en englobant plusieurs entreprises commerciales : la marketplace d'équipements de mining, FoundryX, la pool Foundry USA, mais aussi Foundry Academy, Foundry Logistics et Foundry Deploy.

Foundry a annoncé aujourd'hui la conclusion d'un accord pour acquérir deux sites situés à North Sioux City, SD et Big Springs, TX, qui ont une capacité pleinement opérationnelle de 6 MW et 11 MW, respectivement, ainsi que les droits de construire et d'exploiter complÚtement les installations de Compute North à Minden.

L'accord ne s'arrĂȘte pas lĂ  et permet Ă  Faundry d'acquĂ©rir un parc de machines miniĂšres appartenant Ă  Compute North et la propriĂ©tĂ© intellectuelle, y compris les droits associĂ©s Ă  MinerSentry, le logiciel exclusif de gestion et de surveillance basĂ© sur le nuage de Compute North pour les centres de donnĂ©es d'envergure.

Faundry n'a pas souhaitĂ© rĂ©vĂ©ler le coĂ»t de l'acquisition pour le moment, alors que la communautĂ© s'interroge sur un tel achat alors que Genesis, une autre filiale du groupe DCG est en difficultĂ©…

22 novembre 9h30 : Genesis aurait prĂȘtĂ© 2,36 milliards de dollars Ă  Three Arrows Capital

La situation Ă©conomique de Genesis permet d’obtenir des informations supplĂ©mentaires sur ses difficultĂ©s rencontrĂ©es l’étĂ© dernier lors de l’effondrement du fonds d’investissement Three Arrows Capital.

En effet, l’obtention de documents dĂ©montre que 3AC possĂšde une dette de 2,36 milliards de dollars envers Genesis. D’ailleurs, Genesis aurait tentĂ© de recouvrir une partie de cet argent en entamant une procĂ©dure d’arbitrage contre 3AC en juin dernier, mais l’initiative a rapidement Ă©tĂ© interrompue.

21 novembre 18h30 : DGC ne fera pas d’efforts supplĂ©mentaires pour sauver Genesis

Alors qu’elle apparaissait comme une oasis au milieu du dĂ©sert, DGC ne serait plus enclin Ă  sauver sa filiale. En effet, la sociĂ©tĂ© mĂšre ne souhaite lui plus apporter d’aides financiĂšres malgrĂ© les avertissements dĂ©livrĂ©s par Genesis.

D’ailleurs, DGC a dĂ©livrĂ© un message clair au secteur par la mĂȘme occasion. En effet, le groupe dĂ©clare qu’il n’est pas disposĂ© Ă  vendre des parties de son portefeuille d’entreprises. Grayscale est notamment visĂ© par cette dĂ©claration puisque des acheteurs potentiels auraient fait savoir leur intention d’acquĂ©rir l’entreprise.

Pour l’heure, la posture de DGC continue de rassurer les utilisateurs sur l’absence de contagion de Genesis aux autres sociĂ©tĂ©s du groupe. NĂ©anmoins, l’inquiĂ©tude grandissante obligera certainement DGC Ă  communiquer officiellement Ă  ce sujet dans les prochains jours ou semaines.

21 novembre 17h00 : Genesis rencontre des difficultĂ©s pour trouver des investisseurs

Alors qu’elle cherchait Ă  lever 1 milliard de dollars pour sauver son entreprise, Genesis est dans l’obligation de revoir ses objectifs Ă  la baisse. Ainsi, la sociĂ©tĂ© vient de rĂ©duire sa recherche de moitiĂ© et de la porter Ă  500 millions de dollars.

Cette fois-ci, Genesis se veut plus direct envers l’ensemble des acteurs de l’industrie. L’entreprise avertit ouvertement les investisseurs qu’elle risque de faire faillite en l’absence d’une main tendue. En revanche, « elle assure ne pas avoir l’intention de dĂ©poser le bilan de façon imminente et s’efforce Ă  rĂ©soudre la situation actuelle Â».

17 novembre 15h30 : Genesis cherche Ă  lever 1 milliards de dollars

ConfrontĂ©e Ă  une fuite de liquiditĂ© sans prĂ©cĂ©dent, Genesis chercherait Ă  obtenir un financement d’urgence d’une hauteur de 1 milliard de dollars. Cette demande aurait Ă©tĂ© effectuĂ©e quelques heures avant l’annonce officielle de la suspension des retraits de sa plateforme.

La sociĂ©tĂ© explique « qu’il y a une ruĂ©e sur les dĂ©pĂŽts, principalement due aux programmes de dĂ©tail et aux partenaires de Genesis (comme Gemini) et aux clients institutionnels qui recherchent des liquiditĂ©s Â».

L’urgence de la situation est sans Ă©quivoque puisque selon la sociĂ©tĂ© « l’accĂšs Ă  la facilitĂ© de paiement doit ĂȘtre absolument conclu dans les trois jours Â».

17 novembre 10h05 : Coinhouse suspend les retraits de sa plateforme

La nouvelle confirme que l’effet domino de la suspension des retraits de Genesis Trading est bel et bien prĂ©sent. ConcrĂštement, Coinhouse, une entreprise française de l’industrie des crypto monnaies, annonce sa dĂ©cision de suspendre les retraits et les investissements de son offre de livrets crypto.

De la mĂȘme maniĂšre que pour Gemini, Genesis Trading est trĂšs impliquĂ© dans les livrets de crypto monnaies proposĂ©s par Coinhouse Ă  sa clientĂšle puisque l’entreprise amĂ©ricaine agit comme un intermĂ©diaire aux offres de la sociĂ©tĂ© française.

DĂšs lors, on apprend que Genesis reprĂ©sente 40% sur le livret USDT, 38% sur le livret Bitcoin et 40% sur le livret Ethereum. L’espoir des utilisateurs de retrouver leur argent est d’ailleurs amoindri puisque Coinhouse explique « que l’avenir de ces actifs est entiĂšrement liĂ© Ă  celui de Genesis Â». De fait, dans le cas oĂč le fonds d’investissement n’arriverait pas Ă  rĂ©soudre ses soucis financiers, les clients de Coinhouse perdront certainement leurs actifs.

Nicolas Louvet, CEO de Coinhouse, s’est exprimĂ© sur la situation en expliquant « qu’il faut Ă  tout prix Ă©viter les phĂ©nomĂšnes de contagion et garder son sang-froid, sinon on assistera Ă  un effet boule de neige sur l’écosystĂšme qui touchera tout le monde Â».

16 novembre 16h30 : Gemini Earn suspend les retraits Ă  son tour

La contagion de la suspension des retraits de Genesis commence seulement quelques heures aprĂšs l’annonce de la dĂ©cision. En effet, l’entreprise Gemini, un exchange et dĂ©positaire de crypto monnaies Ă  destination des institutionnels et professionnels, publie un message de blog intitulĂ© « Un important message concernant l’activitĂ© de Gemini Earn Â».

Au vu du titre, les nouvelles ne sont certainement pas plaisantes et la lecture du contenu donne raison Ă  ce pressentiment. En effet, le partenaire principal de Gemini pour son activitĂ© « Gemini Earn Â» n’est autre que Genesis.

De fait, l’incapacitĂ© de Genesis Ă  rĂ©pondre aux demandes de retrait des utilisateurs de Gemini empĂȘche les clients de Gemini de rĂ©cupĂ©rer leur investissement. NĂ©anmoins, Gemini « assure travailler avec Genesis au nom de tous les clients du programme Earn pour rĂ©soudre la situation Â».

À l’inverse, Gemini assure que tous les fonds des clients prĂ©sents sur sa plateforme sont conservĂ©s Ă  un ratio de 1 :1 et peuvent ĂȘtre retirĂ©s Ă  tout moment.

16 novembre 14h00 : Genesis Trading annonce la suspension des retraits de sa plateforme

L’intervention salutaire de Digital Currency Group a offert un rĂ©pit de courte durĂ©e Ă  Genesis Trading. DCG se charge de communiquer la terrible dĂ©cision aux utilisateurs de Genesis Trading.

Dans une suite de tweet, la sociĂ©tĂ© annonce que « Genesis Trading a pris la difficile dĂ©cision de suspendre temporairement les rachats et les nouveaux prĂȘts de sa plateforme Â» avant d’expliquer que « la dislocation extrĂȘme du marchĂ© et la perte de confiance du secteur causĂ©e par l’implosion de FTX3 sont responsables de cette situation Â».

NĂ©anmoins, DGC souhaite rassurer l’ensemble de sa communautĂ© en assurant que seule l’activitĂ© de prĂȘt de Genesis est concernĂ©e par cette dĂ©cision. De plus, elle rajoute que « cette mesure temporaire n’a aucun impact sur les activitĂ©s commerciales du groupe DGC et de ses filiales Â».

Au mĂȘme moment de l’annonce de la suspension des retraits, Genesis apporte des Ă©claircissements sur les mois ayant prĂ©cĂ©dĂ© la chute de FTX. ConcrĂštement, la faillite du fonds d’investissement Three Arrows Capital a eu un impact sĂ©vĂšre sur la situation financiĂšre de l’entreprise.

Elle assure que cette dĂ©cision est temporaire et « qu’elle explore actuellement, en consultation avec ses conseillers financiers et juridiques, toutes les options possibles pour rĂ©tablir la situation dont un plan spĂ©cifique Ă  l’activitĂ© de prĂȘt comme, par exemple, la recherche de nouvelles liquiditĂ©s Â».

11 novembre 15h50 : Digital Currency Group vient apporter une aide financiĂšre Ă  sa filiale

Un nouvel acteur apparaĂźt dans le marasme provoquĂ© par la faillite de FTX. Il s’agit de Digital Currency Group. Cette sociĂ©tĂ© est en rĂ©alitĂ© la sociĂ©tĂ© mĂšre de Genesis Trading. Suivant attentivement la situation de sa filiale, la dĂ©cision de lui venir en aide a Ă©tĂ© prise rapidement aprĂšs l’annonce des fonds bloquĂ©s sur FTX par Genesis.

Ainsi, Digital Currency Group annonce son intention d’injecter 140 millions de dollars dans Genesis trading « pour l’aider Ă  renforcer son bilan et Ă  consolider sa position sur le marchĂ© des crypto monnaies Â».

Il est nĂ©cessaire de noter que Digital Currency Group est un groupe excessivement important dans l’univers des crypto monnaies. En effet, la sociĂ©tĂ© dĂ©tient Ă©galement deux autres gros noms de l’industrie : Grayscale et CoinDesk.

10 novembre 11h40 : Genesis explique que 175 millions de dollars sont bloquĂ©s sur FTX

Les jours se suivent et ne ressemblent pas pour Genesis. En effet, deux jours aprĂšs avoir annoncĂ© ne pas ĂȘtre exposĂ© Ă  FTX, la sociĂ©tĂ© est dans l’obligation de revoir son discours.

Sous prĂ©texte de transparence, Genesis annonce que les pertes suite Ă  la faillite de FTX sont malheureusement plus importantes que prĂ©vu. En effet, elle explique que son activitĂ© de produits dĂ©rivĂ©s dispose actuellement d’environ 175 millions de dollars de fonds bloquĂ©s sur son compte de trading prĂ©sent sur FTX.

Alors qu’elle assurait que son exposition Ă  FTX Ă©tait nulle, Genesis affirme dĂ©sormais « que son capital d’exposition et ses positions nettes sur FTX ne sont pas essentiels Ă  son activitĂ© Â». Ainsi, Ă  cet instant, l’entreprise rassure ses utilisateurs en leur assurant que le fonctionnement complet de la plateforme n’est pas impactĂ©.

9 novembre 18h00 : Genesis annonce une perte sĂšche de 7 millions de dollars

L’optimisme de Genesis semble prendre un coup dans l’aile seulement 24 heures aprĂšs les tweets prĂ©cĂ©dents. En effet, dĂšs le 9 novembre, la sociĂ©tĂ© prend la parole sur Twitter pour faire un point sur la situation de son activitĂ© de prĂȘt.

Elle explique que la volatilitĂ© extrĂȘme de la veille a obligĂ© ses Ă©quipes Ă  couvrir et vendre des garanties. De fait, cette dĂ©cision stratĂ©gique s’est traduite par une perte totale de 7 millions de dollars pour toutes les contreparties impliquĂ©es, dont Alameda Research.

MalgrĂ© ce changement de ton concernant l’impact financier de la chute de FTX, Genesis rĂ©itĂšre sa position en expliquant n’avoir aucune exposition matĂ©rielle au FTT ni de relation de prĂȘt avec FTX.

Ainsi, la sociĂ©tĂ© explique que son exposition Ă  FTX n’a aucun impact ni sur sa capacitĂ© Ă  servir ses clients ni sur son bilan « qui reste solide Â» malgrĂ© les Ă©vĂšnements.

8 novembre 11h30 : Genesis dĂ©clare ne pas ĂȘtre exposĂ© Ă  l’écosystĂšme FTX

Alors que la communautĂ© des crypto monnaies observait la chute inexorable de l’empire de Sam Bankman-Fried, de nombreuses entreprises de l’industrie communiquaient sur l’évĂšnement pour rassurer leurs utilisateurs.

Genesis Trading, une plateforme proposant notamment des prĂȘts institutionnels, s’exprime rapidement sur Twitter pour apaiser la situation et tenir au courant ses clients.

La sociĂ©tĂ© explique que les Ă©vĂšnements connus par le marchĂ© n’affectent pas son activitĂ© puisque la sociĂ©tĂ© assure « rĂ©pondre aux besoins de ses clients dans le monde entier sur tous ses produits confondus Â».

De plus, elle rajoute que l’entreprise « n’a pas d’exposition de crĂ©dit nette importante Â» ni « d’exposition Ă  des jetons Ă©mis par des exchanges centralisĂ©s Â». Pour rassurer totalement ses utilisateurs, la plateforme explique mĂȘme que « son Ă©quipe de gestion de risque Ă©value constamment le crĂ©dit, la volatilitĂ© et la liquiditĂ© du marchĂ© afin d’optimiser son positionnement et ses opĂ©rations Â».

Articles qui pourraient vous intéresser