Découvrez l'univers crypto en profondeur

Olympus Dao et les forks OHM, le nouvel Eldorado de la DeFi ?

En seulement 10 mois, le mystérieux protocole Olympus DAO an taux d’intérêt complètement fou de plus de 7000 % s’est hissé parmi les plus importants de la DeFi accumulant près de 4 milliards de capitalisations.

Mais comment cela est-il possible ? Que se cache-t-il derrière ces rendements dopés ?

Présentation du protocole Olympus DAO

Olympus se décrit lui-même comme une infrastructure financière décentralisée appartenant à la communauté afin d’apporter plus de stabilité et de transparence au monde.

Le projet a été créé afin de répondre à un problème présent dans le monde des crypto monnaies. En effet, nous disposons depuis quelques années de stablecoins (crypto indexées à la valeur de monnaie fiduciaire comme le dollar) afin de ne pas être exposés à la volatilité des cryptomonnaies. Mais cela à une conséquence, celle d’être exposé à la politique inflationniste de la Réserve Fédérale Américaine et ainsi voir ses stablecoins perdre en valeur face à d’autres actifs chaque année.

Afin de résoudre ce problème, Olympus a créé son token : le OHM. Ce n’est pas une cryptomonnaie stable comme l’USDC ou l’USDT mais une monnaie de réserve algorithmique adossée à d’autres actifs décentralisés. Ainsi l’OHM fournit une valeur flottante sur laquelle ses utilisateurs peuvent toujours compter, simplement en raison des réserves que possède le protocole.

Mais comment Olympus DAO fonctionne réellement ?

Olympus DAO est composé de deux parties distinctes : le staking et le bond.

  • Le staking est la notion la plus simple à comprendre. Il suffit de bloquer ses fonds sur le protocole afin d’être récompensé et toucher un rendement très élevé. Il est actuellement de 7500 % à l’année ce qui dissuade les gens de vendre le token, car personne ne veut vendre une cryptomonnaie avec autant de rendement. Aussi, si le prix baisse, les taux d’intérêt augmentent systématiquement afin d’inciter d’autant plus les utilisateurs à ne pas vendre leurs tokens.
  • Le bond quant à lui, représente la vraie révolution qu’Olympus DAO apporte. En effet, cette mécanique permet d’imposer un prix minimum au token OHM, ce qui est inédit. L’idée ici est de vendre ses tokens ou pool de liquidités directement au protocole pour en échange avoir un OHM moins cher que son prix au marché. Par exemple, il est ici possible de donner des wETH en échange d’un OHM à 822 $ contre 851 $ sur le marché. Petite subtilité dans ce cas, les tokens OHM sont verrouillés et versés de manière linéaire au propriétaire pendant cinq jours. Cette mécanique empêche donc de réaliser des plus-values instantanément et d’amener une pression vendeuse par ce qu’on appelle de l’arbitrage.

Contrairement aux plateformes d’échanges décentralisées, Olympus DAO devient directement propriétaire de la liquidité appelée ici trésorerie.

De cette manière, Olympus peut développer une source de revenus supplémentaire en percevant des frais par ses LP OHM-WETH dont il est le propriétaire à 99% mais aussi d’avoir une plus grosse liquidité. Cette liquidité va permettre de racheter le token s’il descend en dessous de son prix support (actuellement de $166 soit 20% de son prix).

Une réserve de valeur vraiment fiable ?

Olympus a l’avantage de proposer quelque chose de nouveau et suscite l’intérêt de nombreux utilisateurs crypto. Mais le plus important est qu’il soit efficient et en phase avec sa raison d’exister, c’est-à-dire être une réserve de valeur qui dure dans le temps.

Il est pour l’instant un peu trop tôt pour le dire, mais quand on regarde l’évolution du prix du OHM ces huit derniers mois, on peut remarquer que la corrélation du prix entre le BTC et l’OHM est extrêmement importante. De ce fait, le protocole est décrédibilisé étant donné qu’il a été conçu pour préserver sa valeur même en cas de chute du Bitcoin et du marché en règle général.

Cependant, juger un protocole à son comportement récent n’est pas forcément une manière pertinente pour estimer sa future performance. En effet, lors de la dernière chute du marché, le protocole était beaucoup moins mature et avait accumulé une trésorerie plus faible que maintenant. De plus, la majorité des early adopters ne connaissaient pas vraiment l’objectif d’Olympus à ses débuts et étaient uniquement là juste pour réaliser des profits sur le court terme.

Désormais, la majorité de la communauté a prise pleine conscience du fonctionnement du protocole et serait sans doute moins apte à vendre en cas de correction. Avec une trésorerie multipliée par plus de 250 fois en quelques mois, le protocole a tendance à mieux préserver le prix de son token OHM.

Une innovation copiée par d’autres blockchains ?

Vous l’avez peut-être remarqué sur les réseaux sociaux, un engouement pour des versions alternatives à Olympus DAO (que l’on appelle les forks d’OHM) s’est fortement développé. Ces projets similaires suscitent l’intérêt des utilisateurs crypto grâce à des rendements encore plus élevés et des tokens qui sont souvent beaucoup moins bien valorisés.

L’intérêt de la communauté pour ces forks est tellement important que la valorisation totale des de ces versions alternatives est supérieure à celle du protocole Olympus DAO. Cette folie des forks OHM amène d’ailleurs de nombreux développeurs malveillants qui profitent de ce phénomène pour pondre des Olympus bis et partir avec la caisse après quelques jours. Se lancer dans l’utilisation d’un fork OHM est donc une pratique extrêmement risquée qui n’est pas recommandée aux débutants.

D’ailleurs, depuis l’augmentation des frais de transactions sur la blockchain Ethereum, les forks d’OHM se sont aussi propagés sur d’autres blockchains. On peut y retrouver par exemple Wonderland (TIME) sur Avalanche (AVAX) qui possède une capitalisation de trois milliards de dollars.

Les projets qui se démarquent des autres comme Wonderland sont ceux qui proposent des fonctionnalités inédites comme le fait de pouvoir staker le token natif afin d’emprunter des stablecoins tout en recevant les intérêts qui sont de 80 000% par année.

Comment profiter d’Olympus et de ses forks ?

Olympus (Ethereum)

Afin de pouvoir vous lancer, il vous faudra prévoir suffisamment de fonds pour amortir les frais de gas exorbitants d’Ethereum. De ce fait, il ne sera pas possible pour tout le monde d’utiliser Olympus car cela inclut une dépense qui peut aller jusqu’à $400. Par la suite, il suffit de vous rendre sur le site officiel OlympusDAO Finance et de choisir votre stratégie d’investissement. Si votre stratégie est le staking, il est possible d’acheter du OHM sur Uniswap puis de la staker dans l’onglet stake.

Il suffit ensuite d’approuver le smart contract et de staker les OHM acheté précédemment.
Pour enlever ses fonds, il faut faire la même manipulation, mais dans l’onglet unstake.

À savoir qu’on peut retrouver ses fonds staké dans la partie “Staked Balance“.
Il est aussi possible de savoir ce qu’on va gagner lors du prochain rebase, c’est-à-dire lors du prochain versement des intérêts (il a lieu toutes les huit heures) dans la catégorie “Next Reward Amount“.

Wonderland (Avalanche)

Il s’agit des mêmes étapes que pour Olympus mais il faut acheter le token sur léquivalent d’Uniswap pour Avalanche, à savoir traderjoe. Les transactions sont nettement plus faibles ce qui représente un avantage car l’investissement est à la portée de plus de monde.

Vous trouverez surement d’autres forks notamment sur d’autres blockchains comme Invictictus (IN) sur Solana ou Alpha Rome (AROME) sur Moonriver. Les mécaniques et étapes à suivre restent les mêmes mais encore une fois, gardez en tête qu’il y a de très nombreuses arnaques, il faut être conscient du risque de perdre l’entièreté de votre investissement si les développeurs de ces forks partent avec la caisse.

Conclusion sur Olympus DAO

Olympus est un protocole novateur et propose un moyen malin pour minimiser votre exposition à l’inflation tout en bénéficiant d’une réserve de valeur stable. Cependant, celui-ci reste jeune, peu mature et a montré plusieurs fois qu’il restait soumis aux gros mouvements de marché, ce qui peut remettre en cause son utilité par moment.

La folie des forks autour d’Olympus est d’autant plus dangereuse et amène des risques supplémentaires.

Négocier des cryptomonnaies comporte un niveau de risque élevé, et peut ne pas convenir à tous. Cet article a uniquement une vocation pédagogique et ne constitue en aucune façon des recommandations ou une incitation pour négocier des instruments financiers.

Article précédent

Solana Mystery Box - Collection NFT Solanart - Stats & Graphiques Floor price

Article suivant

Aave veut chambouler la DeFi avec sa version 3

Articles qui pourraient vous intéresser
Total
0
Share