Qu’est-ce que le staking de crypto monnaies ?

fiscalité staking crypto coin academy

La notion de “staking” est liée à la notion de “proof-of-stake”. Si vous n’avez pas idée de ce qu’est la preuve d’enjeu, nous vous invitons à aller lire notre article dédié à ce sujet.

Le mot “staking” désigne l’action de staker, c’est-à-dire mettre en jeu, des jetons ou des coins dans l’objectif de participer à la sécurité d’un réseau et toucher des intérêts en guise de récompense. Tous les moyens de staker ne se valent pas : certains ont pour seul et unique but de réduire la pression vendeuse sur un token lorsque d’autres sont de réels pare-feu contre les comportements malveillants de validateurs.

Qu’est-ce que le staking ?

Trivialement, le staking est le fait de mettre sous séquestre un certain nombre de coins pour pouvoir devenir validateur d’un réseau et participer à son fonctionnement. Le stake est la contrepartie financière de l’entrée d’un validateur dans un réseau blockchain basé sur le proof-of-stake (PoS).

blockchain crypto proof-of-stake staking
Solana, Ethereum, Terra, Polygon, Avalanche, Cosmos, toutes ces blockchains fonctionnent grâce au proof-of-stake

Ainsi, si l’un des validateurs d’un tel réseau essaie de modifier unilatéralement le registre et qu’il est détecté, il se fera “slashed” (ou “sabré” dans la langue de Molière), c’est-à-dire qu’une partie ou l’entièreté (selon la gravité de la faute) des fonds mis sous séquestres sera confisquée. Le destin des fonds ainsi récupérés variera en fonction des réseaux : ils pourront être burn (supprimés), redistribués, ajoutés à une réserve, etc.

Il est possible de voir dans ce fonctionnement plusieurs conséquences économiques :

  • D’une part, les jetons mis en staking sont bloqués, ils sont donc retirés de la circulation jusqu’à ce que le validateur cesse de valider de nouveaux blocs. Ces jetons ne peuvent pas être vendus, ce qui peut empêcher la pression vendeuse de l’actif (et donc, la baisse du prix). Ainsi, plus la valeur de la cryptomonnaie mise sous séquestre augmente, plus le validateur est incité à respecter les règles pour ne pas perdre ses jetons.
  • D’autre part, plus la valeur de la crypto augmente, plus la valeur des récompenses perçues par le validateur pour chaque bloc validé augmente, ce qui rendra l’investissement rentable et incitera le validateur à continuer son activité.

Nous pourrions ajouter que cette augmentation de valeur pourrait avoir un effet incitatif pour de nouveaux acteurs d’entrer dans ce domaine et ainsi augmenter le niveau de décentralisation du réseau.

Il faut, cependant, nuancer ce propos : certains réseaux limitent le nombre de validateurs pouvant les rejoindre du fait de la particularité de l’algorithme de consensus utilisé. C’est le cas, par exemple, de Cosmos Network et des réseaux construits via son kit de développement qui limitent en général à 100~150 validateurs leurs réseaux.

Le delegated staking (staking délégué)

Le staking nécessite généralement de bloquer un nombre minimum de jetons représentant une valeur fiat également conséquente. Par exemple, la blockchain Fantom nécessite de bloquer 500,000 FTM pour devenir validateur (soit plus d’1 million de dollars).

Cela empêche une grande partie des détenteurs de jetons de pouvoir participer à la validation, c’est pourquoi il est possible de déléguer ses coins à des validateurs ayant déjà rejoint le réseau. En tant que délégateur, vous obtiendrez des récompenses proportionnellement au montant délégué, moyennant une commission prélevée sur les récompenses obtenues. Avalanche, Solana, Cosmos, Terra (LUNA) sont des réseaux permettant la délégation de jetons.

Autre exemple, pour le réseau Elrond, les validateurs doivent mettre 2 500 EGLD sous séquestre pour exercer leur fonction, soit plus de $350,000 à l’heure où cet article est écrit. Il est donc possible de déléguer ses EGLD et de participer à la validation (minimum 1 EGLD).

À noter que les risques liés au staking (slashing par exemple) s’imputent différemment selon le réseau : sur le réseau Tezos, les délégateurs ne seront pas impactés par de potentielles sanctions, ce qui ne sera pas le cas pour le réseau Cosmos.

Il faut donc bien se renseigner sur la politique adoptée par le réseau que vous voulez utiliser pour staker.

Comment staker ses cryptos ?

Il existe deux manières de staker ses cryptomonnaies :

  • Devenir soi-même validateur d’une blockchain
  • Déléguer ses jetons à un validateur préexistant

Alors que la première vous garantit le contrôle et la gestion de votre investissement, la seconde à cet avantage que vous n’avez pas à vous soucier de la maintenance informatique de votre nœud.

Si vous désirez devenir validateur d’un réseau blockchain, il vous faudra vous renseigner sur le nombre de coins minimum nécessaires, la configuration minimum indispensable du serveur pour faire tourner votre nœud et diverses autres informations. Ces éléments peuvent (et doivent) être recherchés sur les sites officiels du réseau pour lequel vous voulez travailler.

Si vous voulez simplement faire fructifier vos cryptomonnaies et vous créer un revenu passif, le staking délégué est la solution la plus pratique. En effet, il existe bien souvent des plateformes développées à cet effet sur lesquelles vous pourrez rapidement choisir votre validateur parmi une liste et lui déléguer vos cryptos.

staking delegated crypto example
Dans cet exemple, Marie est validatrice du réseau Tezos

Quels sont les risques liés au staking ?

Si le staking comporte moins de risques que la DeFi, celui-ci n’en est pas pour autant épargné. Le risque principal lié au staking réside dans la nécessité de bloquer de vos jetons.

Une certaine période de déblocage est nécessaire avant de pouvoir récupérer ses fonds et, pendant ce temps-là, les marchés, eux, ne dorment pas. Il y a donc un risque inhérent à la volatilité de la valeur des cryptomonnaies mises en staking.

Exemple : vous avez stakés des Cosmos Network (ATOM), pour les récupérer, vous devez attendre 21 jours. Pendant 21 jours, le prix peut baisser, il est donc important de prendre en considération ce temps de déblocage avant de staker vos coins.

Par ailleurs, il faut noter que les taux d’intérêt (rendement) peuvent varier en fonction de plusieurs critères : le nombre de validateurs connectés au réseau, l’inflation du jeton donné en récompense aux validateurs ou encore le nombre d’utilisateurs de la blockchain en question.

Le rendement n’étant pas stable, il faudra faire attention dans votre prospective d’investissement.

Enfin, nous l’avons abordé, certaines sanctions peuvent vous impacter selon le réseau utilisé et la méthode de staking choisie (en direct ou délégué).

Pour en savoir plus sur le fonctionnement de la blockchain et, en outre, ce à quoi le staking participe, vous pouvez découvrir notre article sur les algorithmes de consensus.