Découvrez l'univers crypto en profondeur

Dan Larimer – Portrait du célèbre créateur d’EOS et adorateur des blockchains

Qui est Dan Larimer ?

Dan Larimer est un entrepreneur et développeur américain, réputé pour avoir fondé la célèbre blockchain EOS, mais également pour avoir développé les sociétés Bitshares et Steem. Depuis le début de sa carrière, Dan côtoie énormément le secteur de la programmation et du développement. Cette passion pour ce domaine encore peu réputé, l’a bien évidemment mené à la découverte de la blockchain Bitcoin et de tout l’univers que ce milieu abrite.

À présent, nous allons revenir sur le parcours remarquable de Dan Larimer, sa rencontre avec Satoshi Nakamoto, ainsi que sur les projets innovants qu’il a développés.

Quelques éléments clés concernant Dan Larimer

  • Fortune personnelle : 700 millions de dollars
  • Twitter : @bytemaster7
  • Âge actuel : 35 ans
  • Lieu de naissance : États-Unis
  • Études : Virginia Tech University

La jeunesse de Dan Larimer

Dan Larimer est né en 1986 dans une ville du Colorado, aux États-Unis. Cependant, il a grandi et effectué ses études en Virginie. En 2003, Dan Larimer a obtenu son diplôme en ingénierie à la “Virginia Tech“, une université publique située au sud-ouest de l’État de Virginie.

Virginia Tech University

Après l’obtention de son baccalauréat, Dan a lancé avec ses amis une Startup de réalité virtuelle qui a malheureusement échoué. Ensuite, Dan a travaillé dans l’industrie de l’armement et de la défense, dans la robotique chez “Torc Robotics“, ainsi que dans le développement de véhicule chez Raytheon. En 2009, alors que Dan était programmeur dans le secteur de la défense, il a fait la fabuleuse découverte du Bitcoin (BTC), la première crypto monnaie existante sur le marché. À cette époque, le Bitcoin s’évaluait à 0,001 $ et n’était connu que par une poignée de passionnés.

En juin 2010, alors que la passion de Dan pour la blockchain ne cessait de s’amplifier, il aurait discuté avec le célèbre créateur du Bitcoin, connu sous le pseudo de Satoshi Nakamoto. C’est d’ailleurs lors de ces discussions que Satoshi Nakamoto aurait dit à Larimer : Si vous ne me croyez pas ou ne comprenez pas, je n’ai pas le temps d’essayer de vous convaincre, désolé. Cette citation est devenue très populaire et fait encore parler d’elle aujourd’hui.

Bitshares

En 2013, Dan Larimer a créé Bitshares, un échange décentralisé open source permettant la négociation de crypto monnaies en ligne. La plateforme a officiellement été publiée 2 ans après, en octobre 2015. Bitshares a pour particularité d’être une organisation autonome décentralisée (DAO), c’est-à-dire que les détenteurs de BTS, la crypto monnaie native de la plateforme, possèdent un certain pouvoir de gouvernance. De plus, Bitshares est dotée de la première technologie de blockchain DPoS, un programme disposant de nombreux avantages, tels que :

  • Délai de traitement d’environ 3 secondes ;
  • La capacité de gérer plusieurs centaines de transactions par seconde ;
  • Plateforme décentralisée intégrée ;
  • Possibilité de créer et d’intégrer des DApps ;

Le 21 juillet 2014, Bitshares a développé son propre token, le Bitshares (BTS). Ce dernier permet le bon fonctionnement de son écosystème, en s’occupant de nombreuses tâches primordiales sur la plateforme. Actuellement, le token s’échange à près de 0,04 $ et possède une capitalisation d’environ 129 millions de dollars. Le BTS est disponible à l’échange sur de nombreuses plateformes, notamment sur Binance, l’un des exchanges détenant les plus faibles frais de transaction.

En 2016, Dan a quitté Bitshares pour se consacrer à son nouveau projet, Steem.

Steem

Le 24 mars 2016, Dan Larimer a lancé Steem, une blockchain sociale axée sur le développement de sa communauté et la création de DApps. En effet, Steem permet à quiconque ayant les compétences nécessaires, de créer des applications sociales à grande échelle. D’autant plus que la blockchain possède de nombreux avantages, tels que des transactions gratuites et rapides, avec des temps de traitement d’environ trois secondes.

De plus, Steem récompense les personnes qui contribuent au bon fonctionnement de son réseau, que ce soit en développant des applications ; en partageant du contenu ; ou encore en conservant le token natif de la blockchain.

Comme pour la plupart des blockchains existantes sur le marché, Steem possède sa propre crypto monnaie, le STEEM. Cette dernière a été publiée en avril 2016 et est principalement consacrée au système de récompense mis en place par la plateforme. En effet, le token n’a pas de réelle utilité, mais peut être utilisé pour l’achat de SP (Steem Power) et peut bien évidemment être échangé sur différents exchanges.

À l’heure actuelle, la cryptomonnaie se négocie au prix des 0,36 $ et possède une capitalisation totale d’environ 142 millions de dollars.

Steemit – Le réseau des crypto monnaies

Steemit est un réseau social qui a été développé sur la blockchain Steem, permettant aux internautes de publier, partager et de commenter d’autres publications. En effet, Steemit a été créée en tant qu’application décentralisée (DApps) et c’est d’ailleurs la première à avoir été conçue et alimentée par Steem. Mais contrairement à la plupart des réseaux sociaux que vous connaissez, Steemit possède un système de récompense très intéressant et au profit de tout utilisateur du réseau.

Bien qu’il y ait certaines différences, le réseau a quelques similitudes avec le célèbre site Reddit. Sur Steemit, les personnes contribuant au réseau social, que ce soit en créant ou en partageant du contenu, perçoivent un certain taux de récompense, dont la moitié est versée en Steem Power (SP). Effectivement, plus vous détenez de SP tokens, plus votre influence de vote sur Steemit est élevée.

Piratage

Le 14 juillet 2016, Steemit a informé ses utilisateurs qu’elle avait été victime d’un piratage. Le hack a eu pour conséquence la perte d’environ 85 000 dollars de STEEM sur un total de 260 comptes. Après avoir remarqué certaines transactions suspectes, plusieurs utilisateurs ont immédiatement alerté cette attaque aux admins. En réalité, le “hackeur” aurait transféré une grosse quantité de STEEM vers son compte Bittrex, pour ensuite les échanger en Bitcoin (BTC).

D’après Ned Scott, le PDG de la société, le pirate a exploité des vulnérabilités présentes sur le navigateur utilisé et non du côté des serveurs de Steemit. Bien évidemment, la totalité des comptes piratés a été remboursée les jours suivants.

Attention : si vous perdez votre mot de passe ou votre clé personnelle, vous ne pourrez pas récupérer votre compte Steemit. C’est pour cela que vous devez à tout prix les stocker en lieu sûr.

EOS – Le futur remplaçant d’Ethereum ?

En effet, Dan Larimer n’est pas seulement connu comme étant le fondateur de Steem et Bitshares, mais également pour avoir créé le projet EOS.io. Vous l’aurez sûrement deviné, Dan adore ce milieu virtuel qui, selon lui, possède un avenir très prometteur. EOS.io est une “plateforme blockchain” open source, permettant la création et l’hébergement d’applications décentralisées.

Initialement, la blockchain EOS.io a été créée pour remplacer Ethereum, se catégorisant donc comme un “Ethereum Killer“. Bien que cette dernière soit moins populaire qu’Ethereum, elle dispose tout de même de certaines fonctionnalités et avantages non négligeables :

  • EOS est une plateforme décentralisée permettant la création de DApps.
  • Mise en place de contrats intelligents (Smart Contracts) ;
  • Blockchain rapide et flexible.

D’après certains partisans d’EOS.io, la plateforme serait plus rapide et beaucoup moins chère qu’Ethereum et permettrait l’utilisation des contrats intelligents à une échelle plus importante. Cela reste encore à prouver, car détrôner Ethereum, la blockchain la plus utilisée du marché, est loin d’être facile. De plus, il ne faut pas oublier que le projet est toujours en cours de développement et cela risque de durer encore plusieurs années.

Passons maintenant au token natif de la plateforme, l’EOS. La crypto monnaie a été lancée via une ICO en juin 2017, alors que le marché des crypto monnaies traversait une période particulièrement haussière. Bien que l’offre de lancement ait rencontré quelques problèmes, elle a récolté la somme surprenante de 4 milliards de dollars. C’est d’ailleurs le plus gros montant jamais récolté lors d’une ICO. Une chose est sûre, le projet était attendu par un très grand nombre d’investisseurs.

À l’heure où nous rédigeons cet article, la crypto monnaie détient une capitalisation d’environ 3,6 milliards de dollars et se classe à la 27ᵉ place sur CoinMarketCap.

Si vous souhaitez obtenir davantage d’informations sur le projet, nous vous invitons à regarder d’autres articles entièrement dédiés à ce sujet.

Block.one

Dan Larimer était également le chef de la technologie chez Block.one. Cette société basée aux îles Caïmans, développe des logiciels et des produits open source sur la blockchain. Par ailleurs, son premier projet était EOS et c’est à cet endroit que les 4 milliards de dollars ont été récoltés durant l’ICO.

Le 10 janvier 2021, Dan a annoncé sa démission de chez Block.one pour “poursuivre de nouveaux projets personnels”. Cette nouvelle a considérablement fait chuter le cours du EOS, en le faisant passer de 3,88 $ à 2,41 $. Néanmoins, quelques semaines après cette nouvelle, le prix du token est remonté en réalisant de nouveaux plus hauts mensuels.

Son nouveau projet : Clarion OS

Il y a tout juste quelques mois, en mars 2021, Dan Larimer a annoncé son nouveau projet, Clarion OS. D’après les premières informations dévoilées, Clarion OS serait un système de messagerie “friend to friend” décentralisé et basé sur la blockchain.

Selon Dan Larimer, l’infrastructure de Clarion OS sera un concurrent de taille face aux plateformes populaires que nous utilisons quotidiennement, telles que Twitter, Youtube ou Facebook. En effet, l’objectif de Clarion OS est d’offrir à ses utilisateurs la fiabilité que l’on peut retrouver sur un service centralisé, mais en ajoutant les avantages d’un réseau décentralisé.

  • “Le but ultime est d’offrir les performances et la fiabilité d’un “service centralisé” avec la liberté et l’indépendance d’un réseau logiquement décentralisé.”


Contrairement aux autres réseaux sociaux qui utilisent la méthode “peer to peer“, Clarion OS utilisera une application Web “progressive” optimisée par un plug-in appelé “Web Assembly. Ce dernier permettra la création de nombreuses applications et l’utilisation de contrats intelligents.

Clarion OS n’est qu’à son premier stade de développement, il faudra donc attendre, avant de voir le projet sortir au grand jour.

Pour en savoir plus sur le projet, nous vous rédigeons vers le GiftHub dédié à ce dernier.

Article précédent

La Blockchain IRL - Episode 2 : Permettre la décentralisation du monde

Article suivant

Bitfinex Tuto & Avis 2021 | La meilleure plateforme de trading pour acheter ses crypto ?

Articles qui pourraient vous intéresser
Total
0
Share