Découvrez l'univers crypto en profondeur

Les smart contracts, comment fonctionnent-ils et que vont-ils changer ?

smart contracts

Les Smart Contracts sont au cœur du développement des blockchains et du Web3 en assurant la désintermédiation des échanges grâce à un code prédéfini qui s’exécute automatiquement. Imaginés par Nick Szabo, spécialiste du chiffrement et créateur d’un précurseur déchu du Bitcoin, le “BitGold”, les smart contracts ont pour la première fois été mentionnés en 1994, mais ce n’est que récemment que le concept s’est démocratisé.

Désormais connus grâce à la popularisation des crypto monnaies, les smart contracts sont devenus la clé de voute de la révolution crypto et sont au cœur du développement technologique et juridique qui pourraient bouleverser de nombreuses industries.

Définition des Smart Contracts

« Les Smart Contracts garantissent un ensemble très précis de conditions d’exécution. Il n’y a plus de confusion ni de besoin de résoudre des litiges. C’est vraiment un ensemble de conditions finies et assurées par l’informatique ».

Jeff Garzik, co-fondateur de Blog

Les smart contracts, ou contrats intelligents sont des programmes informatiques autonomes, exécutés lorsque les conditions prédéterminées sont remplies. Ce concept a été conçu pour garantir la force obligatoire des contrats par un code informatique, comme l’avait exprimé Lawrence Lessig sous cette célèbre formule : Code is Law.

🇬🇧 Code is Law → 🇫🇷 Le code fait loi.

Le programmeur Nick Szabo désirait initialement permettre à des étrangers, qui n’ont aucun moyen d’avoir confiance l’un envers l’autre, de réaliser des transactions en toute sécurité. Pour cela, il a imaginé des smart contracts construits sur un système de conditions en utilisant des conditions IF/THEN (si/alors).

Smart contract

Ce protocole fonctionne de la manière suivante : SI la condition A est remplie, ALORS il faut exécuter B. Si et seulement si les conditions sont remplies, alors le contrat intelligent s’exécutera et sera soumis à sa validation par les nœuds. Le contrat intelligent va remplacer le rôle du tiers de confiance.

On peut ainsi définir le smart contract comme un protocole informatique qui exerce les clauses contractuelles de manière automatique. Les contrats intelligents sont des “contrats” numériques stockés sur la blockchain afin de permettre des échanges automatisés, sécurisés et décentralisés. Clé de voûte des blockchains, les smart contracts sont voués à transformer nos relations contractuelles et faciliter nos échanges sur les réseaux.

Comment fonctionne un smart contract ?

Un contrat numérique automatisé

Similaire à un contrat légal traditionnel à quelque chose près, bien qu’il ne soit pas encore reconnu juridiquement, celui-ci est automatisé et ne nécessite d’aucun intermédiaire pour valider le contrat entre les deux parties, mais alors comment fonctionne-t-il ?

Premièrement, les parties contractantes doivent déterminer les conditions du contrat, une fois finalisées, elles sont traduites en programme informatique. Fondamentalement, le code représente un certain nombre d’instructions et de conditions qui décrivent les scénarios possibles de futures transactions.

On peut voir cela comme un logiciel ou une application permettant à différents acteurs de faire des échanges sans tiers de confiance.

smart contracts

Lorsque le code est enfin créé, il est stocké dans la blockchain et répliqué parmi les participants à la blockchain, afin que le code soit exécuté par tous les nœuds. Si les conditions du contrat sont satisfaites et vérifiées par tous les participants du réseau blockchain, alors la transaction correspondante est exécutée puis validée.

Les frais de transaction “Gas Fees”

Le “Gas” fait référence aux frais de transaction nécessaires pour compenser l’énergie du calcul essentielle à la validation par les nœuds du réseau.

Tout comme Satoshi Nakamoto l’avait théorisé et appliqué à son protocole du Bitcoin, il est nécessaire de les rémunérer afin d’assurer leur intérêt à sécuriser le réseau. Car les mineurs réalisent les tâches importantes de vérification et de traitement des transactions sur le réseau, mais peuvent également le corrompre et l’attaquer. Il était donc indispensable de les rémunérer pour assurer le fonctionnement et la sécurité des réseaux.

La limite de gas représente la quantité maximale de gas que vous êtes prêt à dépenser pour une transaction. Cependant, si la “limite de gas” est trop basse, un mineur peut choisir d’ignorer ces transactions ce qui implique une fluctuation des frais en fonction de l’offre et de la demande. Sur le réseau Ethereum par exemple, les frais s’effectuent avec la cryptomonnaie native d’Ethereum, l’éther $ETH.

Les prix du gas sont indiqués en gwei : 1 gwei = 1 nanoETH = 0,000000001 ETH (10 -9 ETH). Si vous souhaitez en savoir plus sur les calculs des frais de transaction sur Ethereum, voici notre article dédié sur le sujet.

Note : les frais de transactions sont un élément de concurrence majeur sur le marché des crypto monnaies. Ethereum est particulièrement visée pour ses frais de transaction très élevés et fait l’œuvre de nombreuses critiques. Les développeurs mettent donc en œuvre de nombreuses solutions pour résoudre ce problème.

La blockchain et les nouveaux tiers de confiance

Code is Law

Le contrat intelligent pourrait donc devenir une vraie révolution pour les relations contractuelles en éliminant les tiers de confiance tout en assurant la sécurité et la confiance nécessaire à l’automatisation des contrats. Comme l’explique le fondateur d’Ethereum Vitalik Buterin, le caractère autonome de ces contrats pourrait permettre l’annulation ou la suspension d’un contrat si une obligation n’était pas exécutée.

Seul le code informatique peut définir si un contrat a été entièrement ou partiellement exécuté, rendant ces protocoles “intelligents”. Une blockchain est dotée de machines virtuelles afin que chaque nœud puisse exécuter ces contrats autonomes.

smart contracts

Le smart contract, une question de droit

Un smart contract n’est pas exactement similaire à un contrat au sens classique, son appellation de “contrat” vient du fait qu’il s’agisse d’un programme informatique qui applique des clauses préalablement définies. Ils n’ont à ce jour aucune valeur juridique, aucun recours contre le vol n’est encore possible tant que les législations ne reconnaissent pas cette innovation sur le plan juridique.

Comme le souligne Bill Marino, avocat spécialiste de la blockchain, le smart contract n’est pas la solution à tous les problèmes et certaines situations nécessiteraient un contrat plus flexible. Dans le cas où un contrat doit être annulé, dans le cas d’un bien immobilier par exemple, un contrat traditionnel pourrait être annulé en justice, mais pas un smart contract.

Quelles applications pour les smart contracts

Si les individus ont dans un premier temps propulsé les cryptomonnaies au centre de l’actualité, ces dernières intéressent désormais les États et les entreprises. Mais alors comment la blockchain peut-elle réellement aider les différentes industries ?

Les smart contracts jouent ce rôle d’accélérateur construit pour faciliter et sécuriser les transactions sur les réseaux décentralisés, mais ils permettent également la conservation et l’échange de données. Car si l’on pense tout d’abord à l’échange de cryptomonnaies, ces derniers peuvent en réalité se révéler révolutionnaires pour les industries et s’appliquer dans de nombreux domaines.

Plus qu’un simple moyen d’échange, les smart contracts sont des transporteurs d’informations, et peuvent donc jouer un rôle majeur dans les stratégies économiques, logistiques et organisationnelles des entreprises :

  • Sécuriser un accord grâce à l’immutabilité et la transparence de la blockchain
  • Limiter les coûts intermédiaires, comme les notaires ou les avocats, pour l’élaboration, le suivi et la passation d’un contrat
  • Réduire les risques d’erreurs et d’interprétations
  • Simplifier les transactions entre différents acteurs
  • Automatiser les obligations contractuelles, telles que le paiement. Cela permet d’éliminer les risques d’impayés, par un transfert automatique des fonds, qui auront été placés sous séquestre par exemple

La Blockchain, une nouvelle Révolution industrielle

Selon une étude d’Accenture publiée début 2017, les banques d’investissements pourraient à elles seules économiser jusqu’à 12 milliards de dollars par an en adoptant la blockchain et les contrats intelligents. Le prestigieux cabinet de conseil Gartner a estimé que d’ici 2023, plus de 25% des organisations mondiales utiliseront les smart contracts.

« Lorsqu’une organisation adopte des contrats intelligents sur la blockchain, elle bénéficie de l’augmentation associée de la qualité des données, qui augmentera de 50 % d’ici 2023 », a déclaré Lydia Clougherty Jones, directrice de recherche principale chez Gartner.

De nombreux secteurs seront impactés par la révolution cryptographique et l’avènement de l’Internet des Objets (IoT) :

  • Gouvernance
  • Finance
  • Assurances
  • Énergie
  • Immobilier
  • Transports
  • Santé
  • Médias
  • Divertissements…

L’Internet des Objets prendra place grâce l’environnement cryptographique qui est en construction. La blockchain et les cryptomonnaies offrent à tous, gouvernements, entreprises, développeurs et individus le pouvoir d’échanger, d’innover et de construire un internet éthique, transparent et sécurisé.

Conclusion

La révolution cryptographique porte avec elle de nombreuses innovations et de nouveaux projets qui tendent à transformer le monde grâce au numérique. Avant que l’internet décentralisé puisse se construire, les cryptographes ont pensé cet écosystème complet et optimisé. Le smart contract est un pilier de la révolution cryptographique qui transformera les échanges et les interactions sociales en implémentant un nouveau système de confiance dans notre environnement numérique décentralisé.

Sources