Déclarer ses transactions crypto de plateformes DeFi : le guide Waltio 2022 & 2023

waltio

Déclarer des revenus provenant de la DeFi, que de calculs, de galères, et surtout – d’appréhensions ! 

Pas de panique, WaltioWaltio, entreprise phare du secteur, propose plusieurs formules afin de s’adapter à cette jungle infinie et broussailleuse qu’est la finance décentralisée. 

L’équipe Coin Academy a pu tester les derniers ajouts de l’entreprise et vous propose de découvrir comment ce prestataire s’y prend pour naviguer dans les eaux troubles de la DeFi. Il faut dire que les plus récentes fonctionnalités concernent les problématiques les plus épineuses de la fiscalité des cryptomonnaies en France… 

Serait-ce la fin des tracas avec le formulaire cerfa pour tous les adeptes de la décentralisation ? Découvrez notre tutoriel synthétique pour enfin avoir la maîtrise de toutes vos plateformes !

Introduction : les enjeux de la déclaration de vos transactions de DeFi

Il y a de quoi avoir une certaine crainte en cette période déclarative 2023 : selon les bruits qui circulent dans les milieux fiscaux, il semblerait que l’administration soit particulièrement attentive cette année (du moins, bien plus qu’avant) à la fiscalité des cryptomonnaies, car les agents comprennent chaque jour un peu mieux ce monde très médiatisé de la blockchain.

On ne va pas se leurrer : en France, l’administration fiscale est parfaitement au courant de l’explosion des cryptomonnaies. Bien qu’il y ait eu un fort marché baissier lors de l’année 2022, les obligations fiscales ne disparaissent pas pour autant. Dès lors, il va falloir s’y mettre assez vite pour remplir le formulaire cerfa et fournir tous les documents demandés.

Certains, apeurés par la flat tax en France et les réglementations nombreuses en approche, se sont précipités vers la finance décentralisée (dite “DeFi”), afin d’essayer d’échapper à la fiscalité et au risque de la régulation accrue des exchanges.

Néanmoins, la DeFi n’est nullement épargnée par les obligations déclaratives et la nécessité de payer un impôt sur la plus-value réalisée.

Le calcul de l’impôt devient très complexe si les plateformes utilisées sont nombreuses, il implique de connaître la valeur globale de l’intégralité de ses portefeuilles et exchanges centralisés et décentralisés au moment de la cession… Le risque d’erreur ou de découragement devient alors très grand.

Que faire ? Soit passer des heures (des jours) à essayer de tirer son épingle du jeu en autonomie, au risque de se faire redresser et de subir des pénalités par le fisc soit s’orienter vers un expert comme Waltio, qui a récemment mis les bouchées doubles sur les aspects fiscaux de la DeFi.

Quelles sont les plateformes de DeFi prises en compte par Waltio ?

La prise en compte des exchanges décentralisés ne va pas de soi : en nombre constamment croissant, toujours plus élaborés et originaux, moins popularisés que les géants centralisés comme Binance ou Coinbase, ces exchanges de la DeFi forment une jungle souvent difficile à explorer.

Sachant que la fiscalité des cryptomonnaies est déjà complexe même avec 1 ou 2 comptes d’actifs numériques classiques, comment ce prestataire arrive-t-il à explorer ce monde infini pour calculer la flat tax à payer au titre de l’imposition ? La question est importante, car les enjeux sont de taille : personne n’a envie de se retrouver embourber dans de longues procédures administratives.

Les plateformes de DeFi classiques

En pratique, les exchanges de DeFi les plus utilisés seront détectés très facilement : Uniswap, PancakeSwap, DYDX, ou les fonctionnalités DeFi de Binance, ainsi que tout autre outil similaire, ne poseront aucun souci au « sonar fiscal » de l’application. Un achat réalisé ou une vente entreprise sur ce type d’exchange ne posera pas de problème. 

Pour cela, il suffit d’associer le logiciel avec des portefeuilles, en cliquant sur les blockchains correspondantes dans l’onglet “Portefeuilles”. Comme vous pouvez le voir ci-dessous, les blockchains reconnues sont de plus en plus nombreuses. 

Les blockchains sur lesquelles se base la détection automatique des comptes de DeFi par le logiciel sont en nombre conséquent : par exemple, le ledger Bitcoin Satoshi Vision dans la case mise en valeur ci-dessus, se basant sur la blockchain Bitcoin Cash.

Exemple : imaginons que vous avez un portefeuille à ajouter dans le logiciel, que vous détenez via le réseau Binance Smart Chain. Il suffit de cliquer sur le logo de la blockchain en question, alors le logiciel détectera automatiquement le compte présent sur les autres blockchains et proposera l’association directe.

L’imposition de cryptomonnaies implique l’ajout de tous les wallets crypto, ici Binance Smart Chain.

Si vous avez effectué des échanges (achat ou vente) via une blockchain plus originale, moins employée en pratique, il vous suffira simplement d’entrer votre clé API ou l’adresse du wallet en question. Waltio récupère alors l’intégralité des transactions effectuées par l’adresse sur la blockchain concernée.

Et voilà ! Vos portefeuilles sont normalement tous ajoutés, à ce stade. 

Si vous avez un portefeuille très original lié à un exchange décentralisé en voie de développement, nous vous invitons à lire le développement ci-dessous, qui s’adresse à des utilisateurs avancés, férus d’outils de DeFi naissants ou encore en phase de tests. Sinon, vous pouvez passer à la sous-partie suivante.

Les plateformes en voie de développement : avis aux experts des crypto monnaies

Pour des exchanges en voie de développement, Waltio utilise une technique ingénieuse qui consiste à rechercher des utilisateurs dits « complices » qui vont permettre de déployer une connexion API entre le CEX en question et l’algorithme du prestataire.

Actuellement, cette technique d’infiltration est utilisée pour des CEX plus spécifiques tels que BitMEX, Bibox, CoinEx, CEX, Chilliz et Mercatox.

Si votre plateforme n’est pas supportée, vous pouvez contacter le service client de l’équipe sur [email protected] et lui envoyer les fichiers ou la clé API afin qu’il étudie le support potentiel de l’exchange. 

Si vous suivez la logique, vous comprendrez assez vite que vos exchanges “rares” seront finalement tous répertoriés dans le logiciel, puisque ce travail se fait progressivement. D’ailleurs le prestataire s’adapte aux tendances de popularité d’une plateforme par un système de vote particulier : une plateforme « rare » ou naissante qui sera en voie de popularisation pourra passer en priorité pour ce prestataire, par un système de vote qui prend en compte cette évolution tendancielle en fonction de l’adhésion des utilisateurs. 

Par exemple, de nombreux apports sont en cours d’ajout par le logiciel en ce qui concerne les écosystèmes Polkadot et Elrond, particulièrement prisés des utilisateurs français. 

La roadmap de Waltio indique une activité intense dans l’intégration des exchange crypto monnaies originaux.

Enfin, si vous êtes sur des exchanges en voie de développement qui n’ont pas d’API, le logiciel utilise des fichiers d’historique récupérés auprès d’utilisateurs de ces CEX, afin d’adapter son algorithme : il s’agit d’une opération réalisée actuellement pour Coinloan, Socis, StackinSat et Lydia.  

Ainsi, l’écosystème des cryptos est sillonné par ce prestataire avide de maîtriser toutes les terres connues de l’investissement blockchain. A notre avis, c’est particulièrement motivant pour souscrire à son programme, dans la mesure où la fiscalité est pointilleuse et tournée vers l’ensemble des sources de revenus crypto, même celles les plus « cachées » des agents fiscaux.

L’analyse des transactions crypto de vos plateformes

Les transactions récoltées seront ensuite téléversées à Waltio qui les analysera. Une fois cette analyse effectuée, l’interface du logiciel peut notifier des avertissements au sujet de certaines opérations imposables, notamment en ce qui concerne les retraits

En d’autres termes, un travail de labellisation est proposé par Waltio pour “remettre de l’ordre” dans toutes les données récoltées :

Faites attention aux labels, nécessaires pour caractériser au mieux les échanges de votre activité de crypto-trader.

Pour les retraits, l’opération de labellisation revêt une importance déterminante. En effet, labelliser l’opération de retrait correctement permet de justifier les flux sortants de crypto. Surtout, c’est cette manipulation qui permet d’ajouter une couleur juridique au retrait : donation, gain/perte, opération interne/externe, hack/perte ou bien paiement.

Dans la plupart des cas, le travail est réalisé automatiquement par WaltioWaltio pour détecter les données imposables. Néanmoins, pour certains comptes plus complexes, une petite intervention de l’utilisateur peut être demandée.

Attention cependant, tous les retraits ne sont pas à labelliser. D’ailleurs, seuls les retraits affectés d’un avertissement doivent être labellisés par l’utilisateur. Il en résulte que :

  • Une opération de retrait affectée d’un avertissement et non labellisée par l’utilisateur sera considérée comme imposable par Waltio
  • La labellisation, l'étiquetage en quelque sorte,  décidée par l’utilisateur n’engage pas WaltioWaltio en cas de contestation de l’évaluation de la base imposable par l’administration

Exemple : Je mets 1 ETH et 3000 USDT dans une pool de liquidité (dite “LP”) – alors, je dois labelliser ce dépôt de crypto en “opération externe” puisque dans cette hypothèse mes cryptomonnaies sortent de mon wallet, fût-ce à titre temporaire, pour être affectés à une pool de liquidité. Le label “Opération Externe” devra être utilisé dans le cas d’une sortie temporaire ou définitive du wallet.

D’une façon générale, WaltioWaltio a le mérite d’être parfaitement clair et client-friendly, puisqu’il propose une explication limpide pour le client un peu perdu, au lien suivant.

Au pire, ce dernier pourra s’orienter vers le service client et recevoir une réponse de l’équipe assez rapidement, même si le système de “une fiche par thème” du site est déjà assez sympa. Sur ce sujet, l’expérience a été bonne pour notre équipe. 

Le logiciel s’adapte à toute activité en prenant en compte de nombreuses opérations imposables ou non, qu’il case dans une catégorie spécifique pour générer la déclaration.

Quelle fiscalité prévue pour les gains des cryptomonnaies dans la DeFi ?

La plus value réalisée sur les actifs numériques est soumise à la flat tax de 30% selon un calcul complexe prenant en compte le montant global du portefeuille au moment de la cession ainsi que le montant initialement investi. Le fait générateur d’imposition est la vente d’une crypto monnaie contre de l’argent fiat (euro par exemple), un bien ou service : la déclaration des revenus et des exchanges doit être faite pour toutes les cessions ainsi réalisées. Cette règle, et les suivantes, s’appliquent même si vos gains ont été générés sur un exchange décentralisé

Néanmoins, depuis le 1er janvier 2023, la fiscalité des crypto monnaies a légèrement été modifiée par le législateur. Désormais, les plus-values de vente de crypto monnaies dépassant 305 euros sur l’année fiscale de référence seront toujours à déclarer, mais certaines tranches de la population auront moins d’impôt à payer dessus.

Ainsi, si votre situation le permet, il est désormais possible d’opter pour le barème progressif de l’impôt sur le revenu. Trois cas de figure distincts seront possibles :

  • Les déclarants non imposables auront seulement les 17,2% de prélèvements sociaux à payer sur leurs plus-values en crypto monnaies
  • Les déclarants soumis à la tranche de 11% d’impôt sur le revenu seront imposés à hauteur de 28,2%
  • Les déclarants imposés à 30 et 45% auront tout intérêt à rester sur la flat tax de 30%


Pour rappel, l’opération d’échange de crypto contre crypto dispose d’une neutralité sur le plan fiscal, qui permet d’éviter la déclaration et le paiement d’un impôt sur les plus values de cession de cryptos, en application de l’article 150 VH bis du code général des impôts (CGI). D’ailleurs, sauf indication contraire de la part du législateur ou de l’administration, les échanges entre une cryptomonnaie non stable et un stablecoin bénéficient de cette neutralité fiscale. 

Si les wallets dont l’utilisateur a la disposition de la clé privée (MetaMask, TrustWallet, Argent, etc), ne sont pas soumis à l’obligation de déclaration des comptes d’actifs numériques à l’étranger, ils doivent impérativement être renseignés dans le logiciel afin que ce dernier récupère l’ensemble de vos échanges crypto afin d’avoir un calcul exact de la somme totale investie initialement et la somme globale du portefeuille au moment du fait générateur. 

D’ailleurs, souvenez-vous que la somme globale du wallet est prise en compte dans le calcul des plus values. Le calcul du montant imposable sera conforme seulement si le logiciel a l’intégralité des transactions. 

Le logiciel propose le détail des transactions, y compris le hash, depuis son interface

Il est d'ailleurs possible d'inclure les protocoles utilisés, mais également de récupérer l’identifiant (hash). Pour voir ces informations, il suffit d’aller dans les détails de la transaction.

Quid des loans crypto ?

La DeFi offre la possibilité de prêter ou d’emprunter des cryptomonnaies – ou de l’argent fiat (euro par exemple) – en échange d’un dépôt de garantie (collatéral) constitué de cryptos.

Le logiciel intègre le montant emprunté dans la valeur globale du portefeuille et conserve dans cette valeur globale les cryptomonnaies collatéralisées (en d’autres termes, celles mises en garantie) afin de déterminer la valeur globale du portefeuille de crypto monnaie pour la détermination de votre plus value

Le label utilisé devra donc être le label “Opération interne” qui permet de conserver la valeur des cryptos mises en garantie dans la valeur du portefeuille. 

L’outil de prise en compte des emprunts est important pour bien déclarer vos impôts et générer un bon rapport. Une étape à ne pas négliger, donc.

Et les jetons numeriques ?

Vous le savez, lorsqu’on fournit de la liquidité à un protocole décentralisé (comme Uniswap), on reçoit en échange un jeton de liquidity providing (LP). La valorisation de ce token peut s’avérer complexe si bien que Waltio Waltio génère un avertissement lors du traitement de ces données. 

En effet, pour valoriser avec précision ce jeton il faudrait pouvoir déterminer à chaque instant le pourcentage de participation que représente ce LP token au sein de la pool. Le logiciel préconise de valoriser ce jeton à 0.0000001 €. Il sera traité comme un “jeton sans valeur”. En revanche, si l’utilisateur est en mesure de valoriser le prix de ce LP token, il peut l’indiquer manuellement.

Indiquer le prix en euros d’un token permet de l’inclure dans le process du logiciel, en général choisir un prix de 0.0000001 euro est suffisant car la valeur du token dans une pool de liquidité n’est pas forcément déterminable

Comment déclarer les scamtokens et les shitcoins ?

Il est possible de s’apercevoir que son portefeuille décentralisé contient des jetons qui n’ont en réalité jamais été acquis par l’utilisateur. Il s’agit très souvent d’arnaques, communément appelées scams.

Waltio propose deux solutions : 

  • La suppression de ces opérations ; 
  • L’indication d’un tel token comme étant “sans valeur”, comme exposé dans le screenshot ci-dessous. 

D’ailleurs, lors de l’analyse, vous pouvez désormais directement renseigner un token comme étant un “jeton sans valeur” en cliquant sur l'œil masqué à côté de la valeur. Pas besoin de retourner à la case départ du calcul à la main de toutes vos plus values, même dans cette situation originale.

L’achat et la cession de crypto monnaies sans valeur n’est pas un cas étranger au “sonar fiscal” du logiciel : il les détectera et en tiendra compte pour la déclaration crypto.

En effet, le jeton sera ensuite ajouté à votre liste de jetons sans valeur (ce qui est visible dans votre profil) et sera toujours valorisé à une valeur nulle. C’est logique : vous avez perdu de l’argent, et vous n’avez pas à payer un impôt pour une arnaque. Donc la crypto monnaie en question sera exclue. 

Attention cependant, certains scams tokens comportent le même nom que des vrais jetons. Waltio ne fait pas la différence entre le scam et le jeton réel (exemple : ALPACA), il conviendra alors de supprimer la transaction liée au scam pour obtenir une valeur de portefeuille correcte.

Conclusion : notre avis sur Waltio – un outil utile

Considérant la difficulté de la fiscalité en matière de finance décentralisée, Waltio est un bon outil pour prendre en compte vos exchanges de DeFi, non seulement classiques, mais aussi ceux plus rares. Il n’y a pas que Binance et Coinbase dans la vie !

Sachant que le monde de la DeFi se développe tellement rapidement qu’il est humainement impossible de suivre chaque nouveauté, notre équipe a particulièrement apprécié l’effort que WaltioWaltio met dans la prise en compte des intérêts du client même celui avec l'activité la plus unique, la plus « originale ». Ce chantier est toujours en cours. 

En effet, si une plateforme “rare” n’est pas détectée par Waltio et que personne n’est là pour la faire détecter par les outils mentionnés ci-dessus, Waltio s’efforce de s’adapter même à cette situation critique, en conférant à ce type de client « exigeant » la possibilité d’intégrer les opérations imposables manuellement. L’interface facilitant ce travail rend la tâche humaine et rapide, et plaira à tout un chacun, qu’il soit novice ou expert du bitcoin.

De même, le logiciel s’adapte à des situations exotiques comme celles où le client utilise des fonctionnalités avancées de la blockchain (les prêts) ou qu’il a subi un scam.

Il y a donc une attention particulière qui est dirigée vers le confort du client et la prise en compte de toutes les situations possibles, pour une déclaration de son revenu la plus précise possible.

Vous l’aurez compris, les impôts ne vont pas se payer tous seuls, et vous serez l’unique responsable de votre formulaire cerfa. Mais il serait raisonnable d’imaginer qu’avec une telle sophistication de la prévention fiscale, le fisc soit plus à même d’accepter une computation pointilleuse du revenu par un expert, plutôt qu’une approche plus brouillonne d’un particulier démuni d’outil déclaratif. A vous de choisir comment faire le rapport de vos impôts…

Pour retrouver un tutoriel complet sur ce prestataire, ainsi que l’analyse des modalités de prix et de notre expérience globale dans l’utilisation de cet outil, nous vous invitons à lire notre article précédent qui donne l’avis de CoinAcademy.

Questions fréquemment posées au sujet de Waltio, le choix de Coin Academy

1. Quelles sont les obligations fiscales liées aux crypto ?

En France, les détenteurs de crypto-actifs ont deux principales obligations fiscales. Premièrement, ils doivent déclarer les plus-values ou moins-values résultant de la cession d'actifs numériques, que ce soit contre des monnaies fiduciaires ou pour acquérir des biens et services. Deuxièmement, ils doivent déclarer tous les comptes liés aux crypto-actifs créés, utilisés ou clôturés au cours de l'année.

2. Faut-il déclarer les moins-values réalisées ?

Oui, les moins-values doivent être déclarées, car elles influencent le montant imposable. Même en cas de moins-value globale, celle-ci doit être déclarée, sans toutefois entraîner d'impôt à payer.

3. Le coût du service Waltio dépend-il de l'ensemble des transactions effectuées ?

Non, le tarif de Waltio dépend uniquement des transactions réalisées durant une année spécifique, et non du total des transactions.

4. Quelles plateformes sont compatibles avec Waltio ?

Waltio est compatible avec plus de 190 plateformes, incluant des échanges centralisés (Binance, Coinbase) et des portefeuilles décentralisés (Metamask, Ledger).

5. Comment procéder si la plateforme utilisée n'est pas prise en charge par Waltio ?

Si votre plateforme n'est pas compatible, vous pouvez ajouter manuellement les transactions ou utiliser un format de fichier spécifique à Waltio.

6. Quels documents sont fournis par Waltio ?

Waltio fournit un certificat fiscal, une annexe de déclaration annuelle des plus-values (formulaire 2086 pré-rempli), une fiche de stock et un grand livre. Des informations sur le formulaire 3916-BIS sont également fournies.

7. Comment déterminer si votre activité crypto est amateur ou professionnelle ?

Pour déterminer le caractère occasionnel ou professionnel de votre activité, plusieurs critères sont à considérer, tels que le montant des opérations, la part des revenus issus du trading et les moyens mis en œuvre. Un avocat fiscaliste peut vous aider à qualifier votre activité.

8. Que signifient les avertissements émis par Waltio ?

Les avertissements servent à attirer votre attention sur des transactions potentiellement imposables. Ils vous incitent à vérifier et catégoriser correctement vos transactions pour obtenir un calcul précis du montant imposable.

9. Que faire si vous n'avez jamais déclaré vos crypto ?

Il est conseillé de consulter un avocat fiscaliste spécialisé en actifs numériques pour vous accompagner dans la régularisation de votre situation fiscale. Waltio peut prendre en charge les déclarations fiscales de 2019 à 2022.

10. Le service Waltio est-il adapté pour les comptes ayant de nombreuses transactions et/ou des transactions en DeFi ?

Oui, Waltio supporte la plupart des blockchains et propose une offre personnalisée pour les situations complexes. Pour en savoir plus, contactez l'équipe Waltio à l'adresse [email protected].

11. Y a-t-il un service client pour aider les utilisateurs de Waltio ?

Oui, Waltio dispose d'une assistance clientèle pour aider les utilisateurs dans l'utilisation de la plateforme et répondre à leurs questions. Vous pouvez contacter l'équipe Waltio par e-mail à l'adresse [email protected].

12. Comment Waltio garantit-il la sécurité des données des utilisateurs ?

Waltio accorde une grande importance à la sécurité des données. La plateforme utilise des technologies de pointe pour protéger les informations personnelles et financières des utilisateurs. Les données sont chiffrées, stockées sur des serveurs sécurisés et protégées par des pare-feu. Waltio ne conserve pas les clés API des utilisateurs et n'a pas accès à leurs fonds.

13. Existe-t-il des alternatives à Waltio pour la déclaration fiscale des crypto-actifs ?

Parmi les alternatives à Waltio, on peut citer Koinly, CoinTracking, Accointing et CryptoTrader.Tax. Cependant, il est important de choisir une plateforme adaptée à la législation fiscale française et qui prend en compte les spécificités du marché local.

14. Quels sont les avantages de Waltio par rapport aux autres solutions de déclaration fiscale des crypto-actifs ?

Waltio se démarque par sa spécialisation dans la fiscalité française des crypto-actifs, assurant une conformité optimale avec les exigences des autorités françaises. La plateforme propose également une interface conviviale, un support client réactif et une large compatibilité avec les plateformes de trading et les portefeuilles.

Trouver votre prochain emploi dans le web3