Actualités crypto de la semaine du 20 Mars 2023 : Coin Hebdo #90

Dans ce Coin Hebdo #90, Coin Academy vous fait le récap de toute l’actu crypto, NFT, Web3 de cette semaine.
coin hebdo 90
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

Dernière modification effectuée le 10.10.2023 17:39

Coin Hebdo, retour sur l’actualité crypto, NFT, Metaverse & Web3 de cette semaine. Au programme: Do Kwon arrêté, airdrop du token natif d’Arbitrum, Coinbase reçoit une Well notice de la SEC, Justin Sun sous le radar de la SEC.

Do Kwon, le fondateur de LUNA a été arrêté

Selon le ministère de l'intérieur du Monténégro, une personne soupçonnée d'être Do Kwon, le fondateur de la blockchain Terra qui s'est effondrée en mai 2022, a été arrêtée au Monténégro.

Do Kwon, ainsi qu'un autre citoyen sud-coréen, ont été appréhendé sur la base d'accusations criminelles liées à la falsification de documents après avoir tenté d'embarquer sur un vol à destination de Dubaï avec de faux documents de voyage du Costa Rica. Leur entrée initiale au Monténégro n'avait pas été enregistrée.

Le ministère a tweeté qu'un mandat avait été émis à leur encontre par le B.C.N. de Séoul-Corée, en raison du délit d'association de malfaiteurs. La police a demandé aux autorités locales du Monténégro de lui communiquer les empreintes digitales de ces personnes afin de procéder à leur identification définitive. Un tweet non vérifié attribué au ministre de l'intérieur du Monténégro, Filip Adzic, a indiqué qu'une personne soupçonnée d'être Do Kwon avait été arrêtée à l'aéroport de Podgorica, la capitale.

Bloomberg News a rapporté qu'un grand jury fédéral de New York avait inculpé Do Kwon de huit chefs d'accusation, notamment de fraude en matière de valeurs mobilières, de fraude sur les matières premières et de fraude électronique. Ces accusations ont été portées contre lui après l'effondrement de TerraUSD, le stablecoin créé par Terraform Labs, qui a fait perdre des dizaines de milliards de dollars aux investisseurs.

En septembre, un tribunal sud-coréen a émis un mandat d'arrêt contre Mr Kwon affirmant qu'il avait enfreint les lois sur les marchés financiers. Des procureurs coréens se seraient rendus en Serbie, pays limitrophe du Monténégro, en février pour tenter de retrouver Kwon.

Outre les poursuites pénales, la Securities and Exchange Commission des États-Unis a engagé des poursuites civiles contre M. Kwon le mois dernier. Elle l'accuse de ne pas avoir fourni au public les informations complètes, justes et véridiques requises pour une série de titres de crypto actifs. L'arrestation de M. Kwon constitue un développement important dans l'enquête en cours sur l'effondrement des prix de l'écosystème Terra Luna.

En savoir plus : 

do kwon arrete montenegro

Airdrop du token natif d’Arbitrum (ARB)

Les bénéficiaires de l'airdrop Arbitrum tant attendu ont commencé à réclamer leurs jetons, ce qui leur donne des pouvoirs de gouvernance sur la DAO qui contrôlera les réseaux Arbitrum One et Nova.

Le projet Arbitrum, qui est une solution de mise à l'échelle layer 2 du réseau Ethereum, a récemment lancé son airdrop. Ce programme offre aux premiers utilisateurs la possibilité de réclamer leur part de $1,16 milliard de jetons ARB, soit 11,6 % de l'offre totale de jetons. Le jeton ARB accordera des droits de gouvernance à ses détenteurs, leur permettant de participer au processus de prise de décision de la DAO. Cependant, il n'a pas d'autres cas d'utilisation, comme le paiement des frais de transaction sur le réseau.

Le projet est maintenant prêt à passer à une DAO auto-exécutoire, qui exécutera automatiquement les votes de gouvernance sur la chaîne. Toutefois, un conseil de 12 membres peut intervenir en cas d'urgence, par exemple si des actions de gouvernance malveillantes sont imposées.

De nombreux exchanges ont précipité le listing du token sur leur plateforme pour attirer un gros volume d'échange et de nouveau client. C’est notamment le cas de Binance qui a avancé son listing avec Bybit.

Avant que le processus de réclamation ne soit lancé, le jeton a fait l'objet d'une offre importante sur les bourses décentralisées. L'activité spéculative comprenait des transactions de gré à gré (OTC), des reconnaissances de dettes et des options pour le jeton ARB.

Airdrop du token natif d’Arbitrum

Coinbase reçoit une Well Notice de la SEC

Coinbase, le géant de l'échange de crypto monnaies, a reçu une Wells Notice de la part de la Securities and Exchange Commission (SEC) concernant son exchange, son service de staking, Coinbase Earn et Coinbase Wallet. Cet avis s'inscrit dans le cadre des enquêtes menées par le régulateur sur plusieurs offres de sociétés de crypto monnaies aux États-Unis.

En réponse à l'avis, Coinbase a déclaré qu'elle continuerait à exploiter ses produits et services comme d'habitude, ajoutant que l'enquête superficielle de la SEC ne fournissait que peu d'informations auxquelles la société pouvait répondre. Une Wells Notice est simplement un document émis par le régulateur à l'intention des entités qui font l'objet d'une enquête et il n'implique pas nécessairement une conclusion ou une action prévue.

Cependant, l'avis suggère que la SEC a identifié des violations potentielles de la législation sur les valeurs mobilières, et le directeur juridique de Coinbase, Paul Grewal, a déclaré que l'entreprise était “préparée à ce résultat décevant et est confiante dans la légalité de nos actifs et de nos services“.

M. Grewal a également ajouté que si cela s'avérait nécessaire, Coinbase accueillerait favorablement une procédure judiciaire pour apporter la clarté qu'elle a demandée et pour démontrer que la SEC n'a pas été juste ou raisonnable dans son engagement à l'égard des actifs numériques.

Le blog de Coinbase révèle également que l'entreprise a rencontré la SEC plus de 30 fois au cours des neuf derniers mois seulement, mais que le régulateur n'a pas réagi. Le blog indique également que Coinbase a rejeté plus de 90% des actifs qui demandent à être répertoriés sur la plateforme, ce qui témoigne de l'engagement de l'entreprise à respecter la réglementation.


En savoir plus : L’action de Coinbase perd 16% suite à la réception d’une Wells Notice de la SEC

coinbase wells notice sec

BlockFi vend ses actifs miniers pour $4,7 millions de dollars

BlockFi, l'un des plus grands prêteurs dans le domaine du minage de bitcoins, a été autorisé par un juge des faillites à vendre ses machines de minage et d'autres actifs physiques à une partie appelée U.S. Farms pour un montant de $4,7 millions de dollars. La décision a été prise à l'issue d'une procédure de vente aux enchères “très compétitive” qui a donné lieu à cinq offres pour l'ensemble des actifs miniers et à sept offres partielles supplémentaires.

L'activité de minage de BlockFi ne représentait qu'une petite partie de l'ensemble des activités de la société, mais elle constituait néanmoins l'un des plus gros prêteurs du secteur. La société aurait cherché à vendre $160 millions de dollars de prêts miniers, dont beaucoup étaient garantis par des machines ASIC dont le prix a considérablement chuté l'année dernière, laissant les prêts sous-collatéralisés.

La chute du cours du bitcoin l'année dernière a durement touché le secteur des prêts crypto, notamment en raison de l'augmentation des coûts de l'énergie, leur principale dépense. Toutefois, un renversement de ces tendances a récemment permis aux entreprises du secteur de respirer un peu.

Celsius, un autre prêteur de crypto monnaie en faillite, avait également une importante activité de mining et, en janvier, a vendu pour $1,3 million de dollars de machines d'exploitation. Elle a également vu une grande partie de sa flotte minière débranchée par le fournisseur d'hébergement Core Scientific en faillite en janvier.

BlockFi vend ses actifs miniers pour $4,7 millions de dollars

Justin Sun, poursuivi par la SEC

La Securities and Exchange Commission (SEC) a inculpé l'entrepreneur crypto Justin Sun et ses sociétés, Tron Foundation Limited, BitTorrent Foundation Ltd et Rainberry Inc, pour l'offre et la vente non enregistrées de deux “titres d'actifs cryptographiques” par le biais de “programmes de primes” non enregistrés.

Ces crypto monnaies, Tron et BitTorrent, sont également connues sous les noms de TRX et BTT.

En outre, la SEC a accusé huit célébrités, dont Lindsay Lohan, Jake Paul et Soulja Boy, d'avoir “illégalement fait la promotion” de TRX et de BTT sans révéler qu'elles étaient payées. L'agence a déclaré que les célébrités, à l'exception de deux d'entre elles, ont accepté de payer $400 000 dollars en remboursement, intérêts et pénalités pour régler les accusations, sans admettre ni nier les conclusions de la SEC.

La SEC accuse également Sun d'avoir violé les lois fédérales sur les valeurs mobilières après avoir prétendument mené un stratagème visant à gonfler artificiellement le volume des échanges de TRX sur le marché secondaire. La SEC affirme que Sun a demandé à ses employés de s'engager dans plus de 600 000 opérations de wash trading de TRX, avec environ $4,5 millions et$ 7,4 millions de TRX échangés quotidiennement.

La SEC affirme que Justin Sun et ses sociétés ont non seulement ciblé les investisseurs américains dans leurs offres et ventes non enregistrées, mais qu'ils ont également coordonné des opérations de wesh trading sur une plateforme de négociation non enregistrée afin de créer une apparence trompeuse d'opérations actives sur le TRX. Mr Sun a également incité les investisseurs à acheter TRX et BTT en orchestrant une campagne promotionnelle dans laquelle lui et ses promoteurs célèbres ont caché le fait que les célébrités étaient payées pour leurs tweets.

En savoir plus : Justin Sun, fondateur de Tron, est poursuivi par la SEC américaine

justin sun sec

Nouvelles règles à venir pour les influenceurs crypto s'adressant au public français

Les décideurs de l'Assemblée nationale française souhaitent adopter un amendement qui interdit aux influenceurs de promouvoir des crypto actifs qui n'ont pas reçu l'approbation des régulateurs.

La nouvelle réglementation s'appliquerait à tous les influenceurs français comme étrangers s'adressant à un public français. Ceux qui enfreignent les règles sont passibles d'une peine de deux ans d'emprisonnement et d'une amende de 30 000 euros.

L'amendement a été inclus dans un projet de loi visant à lutter contre les escroqueries perpétrées par les influenceurs sur les réseaux sociaux. Outre les crypto monnaies, l'interdiction a également été étendue aux jeux d'argent et à certains produits et procédures pharmaceutiques. Cette mesure fait suite au recours croissant à des célébrités pour soutenir des actifs numériques, ce qui a attiré l'attention des autorités de régulation du monde entier.


En savoir plus : Hasheur appelle la communauté crypto face à une proposition de loi dangereuse

Nouvelle régulation pour les influenceur francais

L’actu en bref: 

  • Le hacker Euler restitue 58 737 éthers d'une valeur d'environ $102 millions de dollars.
  • La Fondation Ethereum double la prime aux bug pour la porter à un demi-million de dollars à l'approche de la mise à jour de Shapella.
  • MetaMask ajoute l'EIP-4361 pour que les utilisateurs puissent se connecter en toute sécurité à des sites web avec son portefeuille de crypto monnaies.
  •  Le premier zkEVM est mis en service dans le cadre d'un développement majeur pour Ethereum.

Articles qui pourraient vous intéresser