Découvrez l'univers crypto en profondeur

Guide : Bitcoin vs Ethereum, quelles sont les différences majeures ?

BTC vs ETH : quelles différences de consensus, tokenomics, frais de transaction, décentralisation…
bitcoin vs etherum

Les réseaux Bitcoin et Ethereum occupent une place centrale dans l’écosystème de la blockchain. Et pour cause, à ce jour, ils représentent à eux deux plus de 60% de la capitalisation de toutes les cryptomonnaies. Pour bien comprendre cette domination, il faut avoir à l’esprit qu’il y a plus de 19 000 cryptomonnaies différentes actuellement et ce chiffre augmente chaque jour. 

L’or numérique fait communément référence au Bitcoin lorsque le réseau Ethereum est évoqué sous le terme d’ordinateur décentralisé (ou ordinateur mondial).

Alors, quelles sont les différences entre ces deux protocoles cryptographiques ? C’est ce que nous allons voir ensemble.

Bitcoin & Ethereum, une différence de consensus

Proof of Work pour le Bitcoin

Le bitcoin, imaginé en 2008 à la suite de la crise des subprime et créé en 2009 par Satoshi Nakamoto est une cryptomonnaie qui est basée sur le consensus dit de proof of work (PoW) ou preuve de travail en français.

Cela veut dire que ce sont des mineurs (ordinateurs ou matériels spécialisés) qui, en fournissant une puissance de calcul informatique, résolvent un calcul simple mais un grand nombre de fois jusqu’à trouver le bon nombre aléatoire (nonce) pour soumettre le bloc de transactions au réseau. Ce faisant, les transactions sont validées et les nouveaux blocs sont alors créés. Pour avoir contribué à la création de nouveaux blocs, chaque mineur reçoit de nouveaux bitcoins en récompense (block reward). 

asic miner bitcoin btc

Ce consensus par preuve de travail, apporte une sécurité inégalée dans le domaine de la blockchain. En revanche, il demande beaucoup d’énergie pour alimenter le matériel qui effectue ces calculs. C’est d’ailleurs la principale raison pour laquelle le Bitcoin fait l’objet de polémiques récurrentes par certains régulateurs. Encore récemment, l’Europe a évoqué l’interdiction pure et simple de ce type de consensus. Rassurons-nous, le protocole étant décentralisé, personne n’est en mesure de l’interdire techniquement.

Bientôt 100% Proof of Stake pour l’Ethereum

D’un autre côté, le réseau Ethereum, dont le jeton s’appelle l’ether, a été créé en 2015 et distribué lors d’une ICO (Initial Coin Offering). Le protocole basé à l’origine sur un processus de proof of work devrait migrer courant 2022 vers un protocole 100% proof of stake (ETH 2.0).

Pour rester synthétique, il s’agit d’un protocole dont la validation des blocs est assurée par la preuve d’enjeu, c’est-à-dire par la possession de jetons de la blockchain à travers du staking. Ce protocole beaucoup moins énergivore est aussi théoriquement moins sécurisé que le proof of work même si le niveau de sécurité reste très élevé.

Des tokenomics qui n’ont rien à voir

La tokenomics définit la libération et la répartition des crypto monnaies, en d’autres termes : l’économie de jetons définie par le(s) créateur(s) du projet.

En savoir plus : Qu’est-ce que la Tokenomics ?

Lors de sa création, le Bitcoin a été défini pour ne jamais dépasser 21 millions de coins. Il s’agit donc d’un coin non inflationniste. Le halving permet en outre de ralentir l’émission de nouveaux bitcoins à mesure que le temps passe en divisant l’émission monétaire par 2 tous les 4 ans. Il est estimé que le dernier bitcoin verra le jour en 2140.

L’Ether en revanche n’a pas de limite d’émission. Il s’agit donc d’un modèle inflationniste. La plus grande partie des ethers ont été émis lors de la pre-sale de l’ICO de 2015 (72 millions d’ETH dont 12 millions pour les fondateurs). À ce jour, nous en sommes à environ 120 millions d’ETH en circulation. Il est à noter qu’une partie des frais de transactions en ETH sont détruits (burn) ce qui limite la croissance de la supply (masse monétaire).

ethereum merge ultrasound money

Potentiellement, les ETH qui sont burned peuvent être ponctuellement plus nombreux que ceux qui sont créés. . Il s’agit, par design, de limiter l’inflation dû à l’émission du jeton. Plus le réseau est utilisé, plus il y a de fortes chances que les jetons brulés soient supérieurs à ceux créés et plus les jetons deviennent rare, appréciant théoriquement la valeur intrinsèque d’ETH.

Bitcoin vs Ethereum : une approche technologique différente

Contrairement au Bitcoin, l’Ethereum permet d’intégrer dans son code les smart contracts dits turing complete. Ces contrats intelligents permettent de valider des actions de façon autonome lorsque certaines conditions prédéfinies sont remplies, un peu à la manière de programmes informatiques complets hébergés directement sur Ethereum.

Les standards de smart contracts les plus connus sur la blockchain Ethereum sont l’ERC20 pour la création de jetons fongibles et l’ERC721 pour la création de NFT. Il s’agit sans doute de la différence la plus éclatante entre ces deux protocoles tant elle définit les applications de ces deux blockchains.

En savoir plus : Qu’est-ce qu’un smart contract ?

BTC vs ETH : cryptomonnaie vs application blockchain

Le Bitcoin a été créé en réaction à la crise des Subprime de 2008. Il constitue une réserve de valeur et fait office de cash électronique (comme indiqué dans son whitepaper original). Les transactions représentent donc un échange de valeur comme une monnaie fiduciaire qui est utilisée pour effectuer des paiements.

L’Ether ne sert en théorie qu’à payer les transactions sur le réseau Ethereum (les fameux Gas fees). Le réseau Ethereum par contre a l’immense avantage d’intégrer les smart contracts. Les possibles applications sont quasi infinies. Nous pensons bien sûr aux différents tokens hébergés, aux NFT, à la finance (DeFi) mais aussi aux réseaux sociaux, etc. Tout cela étant décentralisé.

proof of work pow proof stake pos

BTC vs ETH : Qu’en est-il des frais de transactions ?

Les deux réseaux fonctionnent sur le même principe économique. Plus le réseau est sollicité, plus les frais de transaction augmentent.

Toutefois, le réseau Bitcoin, notamment depuis l’implémentation de la surcouche Lightning Network, est peu cher et les transactions sont rapides. Cette surcouche a résolu le problème de scalabilité du réseau Bitcoin.

Le réseau Ethereum, lui, est très sollicité et les frais se sont envolés ces derniers mois. Le système des frais de transaction est basé sur le principe des enchères. Lorsque le réseau est très sollicité, les transactions prioritaires sont celles qui consomment le plus de frais.

frais transaction bitcoin ethereum
Simulation des transactions ETH vs BTC via txstreet.com

Actuellement, les développeurs travaillent sur une mise à jour du protocole Ethereum qui doit introduire le principe du sharding au protocole. Une fois mis en place, le sharding va permettre de décongestionner significativement le réseau et donc faire baisser les gas fees. Cette mise à jour ne devrait pas voir le jour avant 2024 ou 2025, la fondation Ethereum souhaite s’assurer que la mise à jour se fasse sans problème, ce qui devrait prendre plusieurs années tant les enjeux sont importants.

En attendant, Ethereum mise sur une approche modulaire en proposant des surcouches sur son réseau (Layer 2), ces surcouches s’appuient sur la sécurité d’Ethereum et permettent d’accélérer la vitesse des transactions et de les rendre moins chères, de la même manière que Lightning Network pour Bitcoin.

En savoir plus : Layer 2 (ou seconde couche) qu’est-ce que c’est ?

BTC vs ETH, une capitalisation de marché qui tend à se rapprocher

Nous l’avons vu, le bitcoin a été créé en 2009 et l’Ether en 2015. 6 ans d’écart dans le monde de la blockchain, c’est presque une éternité tant les choses évoluent vite. 

Si nous nous penchons sur les graphiques, nous voyons que le cours des prix de ces deux actifs est très mobile. La tendance long terme toutefois, montre une augmentation de la capitalisation totale de ces deux actifs.

Aujourd’hui, la capitalisation du BTC représente plus du double de celle de l’ETH. L’évolution du cours ETH/BTC montre que l’ETH a, depuis sa création, un prix en dollars qui augmente plus vite que celui du bitcoin. Cela s’explique sans doute par le nombre croissant de plateformes qui utilisent sa blockchain. Les volumes d’échange dans la finance décentralisée, ou plus récemment dans les NFT et les métaverse sont en effet de plus en plus importants.

ethereum vs bitcoin capitalisation
Graphique ETH vs BTC : progressivement Ethereum surperforme le Bitcoin

Le flippening, souvent évoqué comme étant inéluctable, représentera alors le moment où la capitalisation de l’ETH dépassera celle du BTC. 

De ce point de vue, nous pouvons dire que la performance moyenne du prix en dollars de l’ETH surpasse celle du BTC, grâce notamment à une adoption des utilisateurs qui tirent les volumes.

Mais entre BTC et ETH, lequel est le plus décentralisé ?

Par design, le Bitcoin est un réseau totalement décentralisé. Le code est Open source et tout le monde peut contribuer à son amélioration sous réserve de respecter les règles d’origines prévues dans son design. De ce point de vue, nul ne peut par exemple injecter du code malveillant qui mettrait le réseau par terre.

Concernant le réseau Ethereum, il est également décentralisé. En revanche, les développeurs, par leur travail, ont le plus d’influence sur l’avenir de la blockchain et son caractère décentralisé. La fondation Ethereum, dont les fonds proviennent de l’ICO de 2015 à également un pouvoir d’influence en finançant des projets plutôt que d’autres. Cette influence reste limitée et tend à disparaître à mesure que le réseau se développe. 

Sur ce point, avantage Bitcoin donc même si dans les faits, l’Ethereum n’a que peu à craindre d’une quelconque dépendance.

Tableau récapitulatif des différences : BTC Vs Ethereum

BitcoinEthereum
Année de création20092015
CréateurSatoshi NakamotoVitalik Buterin et son équipe
ConsensusPreuve de travail (PoW)PoW & PoS (actuellement)
puis PoS (fin 2022)
Nombre de jetons à terme21 millionsInfini
Type de codeOpen sourceOpen source
Principal langageC++ (et Python)Solidity (smart contracts)
Sécurité+++++
Scalabilité++++
Décentralisation+++++
Frais de transactionélevéstrès élevés (actuellement)

En conclusion

Nous l’avons vu, les protocoles crypto Bitcoin et Ethereum sont fondamentalement différents dans le sens où ils n’ont pas été créés pour les mêmes raisons. 

L’un, Bitcoin, permet de stocker de la valeur et se focalise sur la monnaie et le paiement quand l’autre, l’Ethereum, sert de base à tout un univers d’applications décentralisées

Par leur design, le fameux trilemme Sécurité-Scalabilité-Décentralisation n’a pas le même équilibre et finalement, il y a peu de points communs entre ces deux blockchains. Selon nous, l’Ethereum ne peut pas remplacer le Bitcoin et vice versa. 

Même si les deux réseaux sont très différents, ils n’en restent pas moins des géants aujourd’hui. Le Bitcoin est très sollicité par certains États et de grandes sociétés et l’Ethereum est très utilisé par de nombreux développeurs qui mettent en place des smart contracts pour leurs projets.

Articles qui pourraient vous intéresser
Total
1
Share