Flippening : Ethereum va-t-il dépasser la capitalisation de Bitcoin en 2021 ?

Il ne se passe un jour dans le secteur des crypto et de la blockchain sans que le terme FLIPPENING soit mentionné. Pour rappel, le flippening c’est lorsque la capitalisation “boursière” en dollars d’une crypto monnaie dépasse celle d’une autre crypto. Il existe d’ailleurs partout sur internet des flippening index comparant différentes métriques entre Bitcoin et Ethereum, nous ferons le point sur les métriques en bas de cet article.

Le boom des altcoins de 2011 à 2014 après BTC

Avant de vous parler d’Ethereum, petit rappel de ce qu’il s’est passé sur le marché des cryptos jusqu’à l’année 2014, année de naissance d’ETH.

Depuis longtemps, les bitcoins maxi considèrent que les crypto différentes de Bitcoin sont des arnaques pour voler les Bitcoins des autres utilisateurs, cette guerre n’a jamais réellement cessée, mais plus le temps passe et plus on peut constater du sérieux chez la “concurrence”, à l’époque la majeure partie des altcoins n’étaient que de vulgaires copie de Bitcoin avec des réglages pour rendre les échanges plus rapides ou plus anonymes on pense notamment à Litecoin (né en 2011), DASH ou Dogecoin (nés en 2013) qui ne diffèrent que très peu de Bitcoins.

Litecoin et DOGE ne font qu’accélérer les transactions en réduisant le temps nécessaire avant la création d’un nouveau bloc, 10 min par bloc pour Bitcoin, 2 min 30 pour Litecoin, 1 minute pour DOGE. Il y a également un changement de fonction de hachage sur LTC et DOGE, mais rien de réellement révolutionnaire dans le fond, ces coins servent à faire des transactions et rien d’autre.

DASH de son côté a apporté son petit lot de nouveautés comme les Masternodes avec la possibilité de faire des transactions anonymes (PrivateSend) et des transactions ultra rapides (InstantSend = tx en 2 secondes).

Il y a aussi le projet Ripple (XRP) né en 2012 qui de son côté a choisi de centraliser la gouvernance sur sa blockchain pour accélérer le temps de transactions avec la capacité transactionnelle avec des frais quasi nuls, 4 secondes pour une transaction peu chère et une blockchain capable d’assimiler 1000 tx /s contre 4 tx/s pour Bitcoin, une petite révolution du point de vue des performances, mais toute idée de décentralisation est à mettre à la poubelle sur ce projet, c’est pour cela que la communauté crypto à souvent pour habitude de critiquer ce projet.

Pourquoi Ethereum est supérieur à de nombreuses autres crypto

La proposition utopique d’Ethereum va beaucoup plus loin que les coins précédents, il n’est plus question seulement de faire des paiements plus rapides, moins chères et anonymes. C’est un protocole-écosystème permettant théoriquement de presque tout faire en programmant soit même son coin ou jeton.

Tokens ERC20 – créer des applications décentralisées ou lever des fonds

Grâce aux standard ERC20, n’importe qui peut facilement émettre ses propres jetons permettant ainsi la naissance de nouveaux cas d’usages uniques touchant la quasi-intégralité des marchés où internet est déjà bien présent.

Exemple de marchés :

  • Applications pour le Web 3.0 (Twitter, Uber, Airbnb like décentralisés ?)
  • Services en ligne (abonnements, VPN, noms de domaine, CDN ect.)
  • Finance décentralisée (paiement sans banque, emprunt, prêt, levés de fonds)
  • Assurances décentralisées
  • Gouvernance et votes décentralisés

Tokens ERC721 – les fameux NFT ou comment donner une identité unique à un actif matériel ou immatériel

L’idée de ce standard est simple : les tokens ERC20 permettent de créer des jetons qui se ressemblent tous, et ont tous la même valeur, ERC721 c’est l’inverse, c’est pour cela que l’on parle de NFT (non fungible tokens) les jetons sont tous uniques avec un prix unique cela permet d’attribuer des données uniques et une valeur faciale unique à chaque actif.

Exemple d’utilités des NFT :

  • Étiquette de prix pour un produit
  • Preuve de détention d’un actif (automobile, immobilier, contenus dans un jeu vidéo)
  • Certificats / brevets / Contrats
  • Pass / tickets pour accéder à un service

Dernière ligne droite avant Ethereum 2.0

De nombreux autres marchés peuvent être impactés comme la médecine ou les chaines de production (supply chain) oiu le paiement à grande échelle, mais pour cela ETH doit évoluer, les frais de transactions doivent baisser et pour cela la mise à jour ETH 2.0 est nécessaire. C’est elle qui va permettre au réseau ETH de multiplier par 10 000 sa capacité à traiter des transactions.

Bitcoin et Ethereum, des visions très différentes sur le long terme

Depuis son lancement Bitcoin n’a que très peu évolué, d’ailleurs Bitcoin n’est pas fait pour évoluer puisque son objectif de base à toujours été clair dès le lancement : être l’argent liquide électronique (electronic cash system). Avec le temps, la définition de ce qu’est le BTC a un peu évolué dans l’esprit des individus :

Définissons Bitcoin en quelques mots :

  • Une réserve de valeur
  • L’or numérique : rare et en quantité limitée
  • La 1ère crypto monnaie
  • Une monnaie légale depuis peu (Salvador)
  • Un moyen de paiement (lent, et parfois cher)

La communauté et les développeurs de Bitcoin n’ont pour le moment pas pour ambition de rendre Bitcoin plus rapide, ni faire le nécessaire pour faire baisser les frais de transactions. Il est difficile d’envisager Bitcoin comme moyen de paiement dans la vie de tous les jours SAUF avec l’utilisation de solutions comme Lightning Network, mais l’adoption de Lightning Network a encore du mal à se faire à grande échelle, heureusement l’application STRIKE arrive pour changer la donne.

Ethereum de son côté est une crypto qui évolue dans le temps et surtout une crypto qui permet l’évolution. C’est cet effet de réseau qui fait la force d’eth et de sa monnaie l’ether.

Définissons Ethereum en quelques mots :

  • Un superordinateur décentralisé
  • Plateforme de smart contracts
  • C’est quelque chose qui s’utilise, pas une réserve de valeur
  • Pétrole numérique
  • Bientôt : Quantité illimitée avec destruction monétaire en fonction des frais de transactions (inflation illimitée, mais réduction de la masse monétaire possible avec EIP1559)
  • Bientôt : écologique, rapide, performant

Son créateur Vitalik a très tôt parlé d’applications décentralisées et de finance décentralisée en 2014 et dès 2016 celui-ci a souhaité qu’Ethereum change de consensus pour le proof of stake pour des raisons écologique et économique. Puis, dès 2017 Vitalik et ses collègues ont commencé à parler du sharding, une mise à jour d’Ethereum lui permettant théoriquement de gérer des centaines de milliers de transactions par seconde, sans remettre en question la décentralisation et la sécurité du réseau. Si j’insiste sur ces dates et ces sujets techniques c’est pour vous faire comprendre la vision long terme d’Ethereum et sa capacité à évoluer.

Les prochaines mises à jour clé d’Ethereum

Juillet 2021 : EIP1559

Une mise à jour augmentant le gas maximum dans chaque bloc Ethereum, c’est-à-dire le nombre de transactions possibles, cela devrait avoir un impact positif sur les frais. Également, une partie des frais de transaction va être enlevée de la masse monétaire, augmentant la rareté des ethers.

Fin 2021 / début 2022 : phase 1 d’Ethereum 2.0

Ajout du proof of stake (preuve d’enjeu) en coexistence avec le proof of work (preuve de travail) pour la validation des blocs d’Ethereum et réduction du taux d’inflation d’ETH, le taux d’inflation actuel est estimé à 4% annualisé, elle devrait passer à ~1% annualisée à la suite de cette mise à jour augmentant encore la rareté des ethers. Les 1% d’inflation annualisée se découpent en 2 parties de 0,5% : une moitié pour les mineurs en proof of work, une autre moitié pour les stakers en proof of stake.

~ Année 2022 : phase 1.5 d’Ethereum 2.0 –

Le moment où les transferts d’Ethereum 2.0 seront débloqués, ce qui permettra aux stakers d’accéder à leurs ETH jusqu’alors inaccessibles et aux récompenses accumulées. Ces récompenses et les montants en jeu remonteront au lancement de la Beacon chain.

~ Année 2023 : phase 2 d’Ethereum 2.0

Augmentation du nombre d’acteurs pouvant sécuriser le réseau et obtenir des récompenses via le proof of stake et suppression du consensus en proof of work (et retour des stocks de cartes graphiques, on espère !)

~ Année 2023 ? : phase X d’Ethereum 2.0

Intégration du sharding sur Ethereum 2.0 permettant au réseau de gérer plusieurs dizaines de milliers de transactions par seconde. Malheureusement, aucune deadline n’a été donnée pour cette étape.

Flippening : bras de fer entre Bitcoin et Ethereum

Reprenons à présent notre fameux flippening index, cet outil fournis par blockchaincenter permet de mettre en évidence quelques métriques importantes pour comparer les 2 actifs.

Ethereum dépasse à ce jour Bitcoin sur la quasi-totalité des indicateurs, pour le reste il n’est probablement qu’une simple question de temps grâce à la DeFi, de plus en plus de transactions sont effectuées sur le protocole ETH donnant une valeur d’usage particulière aux ethers.

Le seul facteur limitant à ce stade pour faire évoluer l’utilité d’Ethereum, c’est lorsque celui-ci sera capable de traiter plus de transactions avec des frais inférieurs, et comme nous l’avons vu précédemment, avec EIP1559 en juillet puis le Sharding sur Ethereum 2.0 pour 2023, la capacité d’Ethereum à évoluer devrait lui permettre de régler ces problèmes de congestion du réseau.

N’oublions pas que Bitcoin existe depuis 2009 tandis qu’Ethereum n’existe que depuis 2015, ce qui peut expliquer le fait qu’Ethereum suscite beaucoup moins de recherches sur Google. Lorsque l’on parle de crypto monnaies, on a tendance à parler du cours du Bitcoin en dollars pour faciliter le dialogue avec les non-initiés, mais ne pensez-vous pas qu’il va devenir de plus en plus commun de parler d’Ethereum ?

Article précédent

Coin Hebdo #1 : Les actualités de la semaine du 7 juin 2021

Article suivant

Binance NFT Marketplace : à la conquête d’un nouveau marché

Articles qui pourraient vous intéresser
Total
0
Share