Découvrez l'univers crypto en profondeur

Arbitrum : le nouvel eldorado de la DeFi ?

Arbitrum : les optimistic rollup à la rescousse d’Ethereum

Le problème de scalabilité

Ce n’est une nouvelle pour personne : la blockchain Ethereum est victime de son succès. En effet, l’écosystème DeFi et celui des NFT ne cessent d’attirer de nouveaux utilisateurs sur Ethereum. Malheureusement, l’infrastructure actuelle du réseau ne permet pas de gérer de manière optimale cet afflux d’utilisateurs. 

Par conséquent, le réseau subit d’importants ralentissements dans le traitement des transactions. Du fait de cette congestion, les frais pour effectuer un transfert ou interagir avec une application décentralisée ont explosé. 

Malheureusement pour les utilisateurs d’Ethereum, la version 2.0 du réseau qui doit notamment apporter le passage du Proof of Work au Proof of Stake n’est pas encore en phase de déploiement. 

Les solutions de seconde couche

Ainsi, les développeurs ont dû se rabattre sur d’autres solutions pour gérer le problème de congestion. Parmi ces solutions, nous retrouvons les solutions dites de seconde couche ou layer 2.

Cette appellation vient du fait qu’elles permettent de déporter les transactions off-chain, à savoir hors de la blockchain principale d’Ethereum, vers des environnements permettant de gérer les transactions de manière moins coûteuse et plus rapide, tout en préservant la sécurité apportée par la chaine principale d’Ethereum. 

Pour ce faire, une transaction qui survient sur ces solutions off-chain y est vérifiée et traitée avant d’être publiée sur Ethereum sous forme de lot. Cela permet de publier des centaines de transactions sur la blockchain d’Ethereum en une seule transaction.

Le projet Arbitrum est une solution dite off-chain. Développé par l’entreprise Offchain Labs, Arbitrum repose sur une technologie appelée Optimistic Rollup.

Logo de OffChain Labs
Logo de OffChain Labs

Cette solution est développée depuis 2015 par les cofondateurs d’Offchain Labs : Ed Felten, Steven Goldfeder et Harry Kalodner.

Avec leur technologie naissante, les trois associés ont réussi à obtenir de nombreux financements. En avril dernier, l’entreprise a levé 20 millions de dollars lors d’une ronde de financement de série A, suivie d’une ronde de série B d’un montant de 100 millions de dollars à la fin du mois d’août, amenant la valorisation totale de l’entreprise à 1,2 milliard de dollars. 

Arbitrum, nouvel eldorado de la DeFi ? 

Il aura fallu attendre le 29 mai dernier, pour voir le lancement public du réseau Arbitrum sur le mainnet d’Ethereum, quelques semaines après l’explosion des frais de transaction. À cette occasion, plusieurs applications de la DeFi ont été portées sur la solution développée par Offchain Labs. En effet, l’une des spécificités de cette solution est de permettre d’exécuter des contrats intelligents (smart contracts).

Parmi ces applications, nous retrouvons notamment les géants de l’échange décentralisé multichaine, à savoir Sushiswap, Balancer, Curve et Uniswap. Son écosystème se compose également d’autres types d’applications aussi bien de NFT, que des ponts permettant de transférer ses fonds vers d’autres blockchains.

Malgré des débuts relativement calmes, Arbitrum a connu une augmentation de sa popularité au début du mois de septembre, où le nombre d’adresses uniques a été multiplié par 100 en l’espace d’une vingtaine de jours, en passant de 1 500 le 31 août à plus de 150 000 au moment de la rédaction de ces lignes. 

Évolution du nombre d'adresses uniques sur Arbitrum
Évolution du nombre d’adresses uniques sur Arbitrum – Source : Arbiscan.

En parallèle, la TVL, à savoir le montant en crypto qui a été déposé sur les différents protocoles d’Arbitrum a, lui aussi, explosé, pour finalement atteindre un all time high à 1,81 milliard de dollars le 13 septembre dernier. Une valeur qui a bien rebaissé depuis, notamment à cause de la baisse du cours du Bitcoin (BTC) et de l’ensemble des cryptomonnaies.

Évolution de la TVL sur Arbitrum
Évolution de la TVL sur Arbitrum – Source : DefiLlama.

En pratique, les projets Abracadabra, Sushiswap et Curve sont ceux attirant le plus de cryptomonnaies sur Arbitrum et composent la majorité de la TVL de la solution de layer 2. Contrairement à Ethereum où il est roi, le projet Uniswap n’arrive qu’à la septième place.

Quelques perturbations à noter

Malgré un lancement couronné de succès et un essor grandissant, tout n’est pas rose pour Arbitrum. 

En effet, le 14 septembre dernier, le réseau a fait la Une des actualités spécialisées après avoir subi des problèmes de stabilité, quasiment au même moment que la blockchain Solana (SOL).

Dans les faits, le séquenceur du réseau Arbitrum s’est retrouvé hors ligne pendant une durée d’environ 45 minutes. Bien que cela n’ait à aucun moment mis les fonds des utilisateurs en danger, les transactions quant à elles n’ont pas pu être validées pendant ce laps de temps. 

“Arbitrum One est encore dans sa phase bêta, et nous ferons de notre mieux pour minimiser les temps d’arrêt. Mais, comme nous l’avons indiqué dans notre annonce de lancement, nous tenons à avertir les utilisateurs que d’autres pannes sont possibles au cours de ces premiers jours”, explique la publication qui revient sur cet incident.

En pratique, il semblerait que le séquenceur n’ait pas réussi à suivre l’afflux trop important de transactions à traiter. Cependant, les équipes du projet ont pris le soin de souligner que seul le séquenceur avait été impacté, mais que le réseau, quant à lui, avait continué de fonctionner. 

“Comme le séquenceur est le seul à pouvoir soumettre des transactions sans délai, une panne du séquenceur entraînera un temps d’arrêt pour les utilisateurs. Mais le réseau Arbitrum est résilient aux pannes prolongées du séquenceur, et même une panne permanente du séquenceur (si cela était possible) n’empêcherait pas la chaîne de continuer à fonctionner, après un délai”, conclut la publication. 

Quoi qu’il en soit, Arbitrum a tout du candidat parfait pour permettre aux utilisateurs d’utiliser leurs cryptos dans l’écosystème DeFi ou NFT, sans avoir à se ruiner en frais de transaction.

Article précédent

Penguin Finance, le premier projet DeFi natif d’Avalanche

Article suivant

BitDAO (BIT) - Tout savoir sur le lancement du jeton de la DAO ByBit

Articles qui pourraient vous intéresser
Total
0
Share