Découvrez l'univers crypto en profondeur

A quoi sert le Lightning Network de Bitcoin ?

Dans un récent article, nous vous avons proposé une introduction au Lightning Network de Bitcoin. Après y avoir découvert comment ce réseau, construit au-dessus de Bitcoin, permet de réaliser des transactions instantanées, quasi sans frais, et tout en conservant la souveraineté sur ses précieux bitcoins, nous nous penchons dans cet article sur les applications et les cas d’usages développés aujourd’hui sur cette sur-couche de Bitcoin.

Des paiements instantanés

La possibilité de réaliser des paiements de manière instantanée et pour des frais minimes reste le cas d’usage numéro 1 du Lightning Network aujourd’hui. Et pour cause, c’est très précisément pour cela qu’il a été construit.

Acheter un café avec ses bitcoins

C’est l’une des critiques que l’on entend souvent à l’égard de Bitcoin : “ce n’est pas une monnaie car je ne peux pas payer mon café avec”. Elle est bien entendu fausse, puisqu’il suffit qu’un commerçant accepte le Bitcoin pour pouvoir l’utiliser comme moyen de paiement (et aujourd’hui, il doit même obligatoirement être accepté au Salvador). Cependant, accepter les transactions Bitcoin implique d’avoir conscience de deux points :

  • il se passe du temps entre le moment où une transaction est envoyée au réseau et celui où elle est ajoutée dans un bloc et devient donc irréversible. Pour des raisons pratiques, il faut donc accepter des transactions non confirmées, au risque que celles-ci soient annulées par le client avant d’être minées. Mais plusieurs considérations font que c’est une méthode jugée raisonnable et encore largement pratiquée, bien qu’elle soit loin d’être idéale. L’autre option serait d’attendre que la transaction soit confirmée, mais il peut s’écouler un certain nombre de blocs (et donc des dizaines de minutes) avant que ce soit le cas.
  • lorsque la blockchain Bitcoin est congestionnée, les frais de transactions peuvent exploser, la rendant inutilisable en pratique pour des transactions de la vie quotidienne.

Lightning, avec ses transactions en bitcoins instantanées et quasi-gratuites, règle ces deux “problèmes” d’un seul coup. Mais encore faut-il disposer de fonds sur Lightning, ce qui requiert d’avoir au préalable ouvert un canal (ce qui implique une transaction Bitcoin).

Pour ce faire, deux solutions : soit posséder chez soi son propre noeud Lightning et le connecter à une application mobile pour payer en magasin ; soit passer par une application tierce pour ne pas avoir trop à se préoccuper de la gestion de ses canaux de paiements.

Souveraineté et autonomie : utiliser son propre noeud

Par le passé, faire tourner son propre noeud Lighting (et donc Bitcoin) chez soi pouvait être un peu complexe, notamment du point de vue de la mise en place. Aujourd’hui, des solutions quasiment clés en mains permettent de simplifier grandement ce processus. On peut notamment citer Umbrel, pour lequel il suffit d’acheter le hardware (un Raspberry Pi, un SSD et une carte SD), d’y flasher le logiciel et de brancher le tout pour disposer d’un noeud Lightning, mais aussi RaspiBlitz ou myNode. Ensuite, une fois dans le magasin, il suffit de se connecter à son noeud à distance, via le navigateur ou une application dédiée comme Zap pour pouvoir régler ses achats en utilisant directement son propre noeud, et donc ses propres canaux.

Voici ce que l’utilisateur voit sur la page d’accueil de son noeud Umbrel. Outre la facilité d’installation, cette solution a également mis l’accent sur l’esthétique et l’expérience utilisateur. Source : getumbrel.com

Les solutions custodiales

Cependant, gérer ses propres canaux peut s’avérer une tâche ardue. Il faut une bonne dose d’anticipation pour s’assurer d’avoir toujours des canaux bien remplis, de sorte à pouvoir payer en cas de besoin ou d’envie. C’est donc très naturellement que des solutions custodiales (c’est-à-dire où l’utilisateur n’est pas en pleine possession des fonds, à la manière d’une banque) ont vu le jour. Elles permettent à leurs utilisateurs de payer (et recevoir) sur le réseau Lightning sans se prendre la tête. La contrepartie, outre le renoncement à une partie de la souveraineté sur son argent, est que ces plateformes prélèvent souvent au passage des frais modiques (en général de l’ordre du satoshi). Ces frais sont bien entendu à contrebalancer avec les frais que devrait payer l’utilisateur pour ouvrir ses propres canaux. Ainsi, pour une utilisation modérée du réseau, ces solutions conviennent parfaitement. Parmi celles-ci, on peut par exemple penser à BlueWallet ou Wallet of Satoshi.

Les hybrides : non custodiaux mais pas sans confiance

Il existe enfin une dernière catégorie de wallets, à mi-chemin entre l’utilisation de son propre noeud et les applications custodiales. Il s’agit par exemple de Phoenix ou de Breez. Dans ce type de solution, l’utilisateur reste en plein contrôle de ses fonds, mais sans devoir gérer l’ouverture des canaux, qui est automatisée par Phoenix (ou Breez). Cependant, lorsqu’il réalise des paiements, il passe toujours par le noeud de l’entreprise (respectivement Acinq pour Phoenix et Breez pour Breez). Ce fonctionnement est nécessaire pour éviter au mobile de réaliser les calculs de routage des transactions, mais implique de devoir faire un peu confiance à l’entreprise. On parle de trust minimization : tout est fait pour que l’utilisateur soit aussi souverain que possible, mais un minimum de délégation est toujours présent.

Capture d'écran de l'application Phoenix
Capture d’écran de l’application Phoenix. On peut y voir le solde total ainsi que les dernières transactions.

Recevoir des paiments avec simplicité et souveraineté

On a vu comment tout un chacun peut utiliser Lightning dans le commerce, mais encore faut-il être en mesure de recevoir simplement les paiements Lightning côté commerçant. S’il est bien entendu possible d’utiliser les applications que nous venons de voir pour recevoir des paiements, certaines solutions sont destinées directement à l’encaissement des factures via le Lightning Network. Là encore, un choix peut être fait entre des solutions auto-hébergées et souveraines, et d’autres impliquant des tiers.

BTCPay Server fait figure d’autorité en la matière. Il s’agit d’un logiciel auto-hébergé s’interfaçant avec un noeud Bitcoin et/ou Lightning pour créer des factures, recevoir des paiements sur une boutique en ligne ou même servir de “caisse enregistreuse” logicielle dans un magasin physique.

Si la manière souveraine d’utiliser BTCPay est en l’auto-herbergeant (par exemple sur un Raspberry Pi), il est également possible de passer par un prestataire externe. Enfin, d’autres solutions tierces sont proposées par certaines entreprises, comme OpenNode par exemple. L’entreprise fait alors office d’intermédiaire et se charge de toute la partie encaissement, laissant le commerçant se concentrer sur son business.

Le futur de la finance ?

Le Lightning Network est également le terreau d’une nouvelle finance, souvent baptisée LiFi (pour Lightning Finance). En effet, le réseau possède des propriétés intéressantes, tant au niveau du protocole lui-même que des applicatifs qui peuvent y être construits. Son architecture ouverte, où chacun peut router des paiements au travers du réseau et être rémunéré pour cette action, ouvre de nouvelles perspectives ; tandis que l’instantanéité des transactions permet l’émergence de services innovants.

Faire travailler ses bitcoins sans risque sur le Lightning Network

Il est possible de générer un rendement avec ses bitcoins en les “déposant” sur le Lightning Network. En effet, lorsque mes bitcoins sont dans un canal public du réseau Lightning, ils peuvent alors être mis à profit pour acheminer les transactions d’autres utilisateurs au sein du réseau. Pour me remercier d’avoir mis à disposition de la liquidité et ainsi facilité une transaction, je suis autorisé à collecter des frais de transactions, que je définis moi-même et qui sont connus de l’ensemble du réseau.

On connaît cette activité sous le terme de “routage de transactions”, et elle permet en théorie de générer un revenu (plus ou moins) passif à partir de ses bitcoins. En outre, et à la différence des protocoles de lending de la DeFi ou de la CeFi, je ne dois à aucun moment renoncer à ma pleine souveraineté sur mes bitcoins, ni les convertir en un autre token avec une garantie de convertibilité 1:1. Mes bitcoins restent des bitcoins à chaque instant, et sous mon plein et unique contrôle.

Attention cependant ! D’une part, pour collecter des frais, il faut avoir des liquidités placées aux bons endroits (c’est-à-dire dans des canaux reliant des noeuds du réseau pertinent) et pratiquer une politique de frais compétitive. En outre, chaque paiement “routé” déplace les liquidités, et il peut parfois être nécessaire de les re-déplacer ensuite aux endroits stratégiques précédemment cités – ce qui a un coût, dont il faut donc tenir compte dans sa politique de frais pour ne pas router à perte. Il y a donc beaucoup de paramètres à prendre en compte pour un rendement annuel finalement bien inférieur au pourcent dans la plupart des cas. Le coût de la souveraineté et de l’autonomie ?

Certains services (tels que Pool par Lightning Labs) tentent de créer une place de marché et d’échanges décentralisée pour la liquidité sur le Lightning Network. L’offre peut ainsi y rencontrer efficacement la demande. Certaines personnes à la recherche de liquidité louent des canaux pendant une durée définie à d’autres qui souhaitent générer un rendement sur leurs bitcoins. A terme, de tels protocoles devraient permette l’apparition d’une courbe de rendement pour la liquidité sur le Lightning Network.

Des services financiers plus efficaces et sûrs

La vitesse des transactions est un aspect important dans la finance traditionnelle, et même dans le monde plus exotique des crypto monnaies. Notamment, la lenteur des dépôts et retraits incite fortement les utilisateurs à garder de l’argent sur les plateformes : ils sont ainsi sûrs de pouvoir ouvrir leur ordre au moment opportun (pour #buythedip par exemple). Or, ce faisant, ils s’exposent à un risque de contrepartie : leur argent n’est plus entre leurs mains, mais entre celles de la plateforme.

Les paiements instantanés et quasi-gratuits du Lightning Network amènent une innovation pertinente à cet égard. C’est ce qu’a bien compris par exemple la plateforme LNMarkets, fondée par trois Français, et qui permet de parier à la hausse ou à la baisse sur Bitcoin en utilisant le Lightning Network.

LNMarkets utilise en fait des produits dérivés (des CFD pour les connaisseurs) qui suivent le prix de Bitcoin. Jusqu’ici, rien de différent de la plupart des plateformes qui permettent de trader ce type de produits. La grosse différence ici est que, quand l’utilisateur souhaite ouvrir un ordre, il peut payer pour l’ouverture de cet ordre directement depuis son propre portefeuille Lightning, en scannant un QR code. Puis, une fois qu’il ferme son ordre, il peut de la même façon récupérer directement ses gains sur son propre portefeuille, dont lui seul possède les clés. De la sorte, les fonds de l’utilisateurs ne restent jamais sur la plateforme plus longtemps que nécessaire, réduisant grandement le risque de contrepartie.

Capture d'écran de l'interface de lnmarkets.com
L’interface de LNMarkets. L’utilisateur peut passer des ordres à la hausse ou à la baisse directement via le réseau Lightning.

Des micro paiements en Bitcoin

On l’a vu, les paiements réalisés sur le Lightning Network sont instantanés et quasiment sans frais. Plus précisément, les montants des frais à payer sont en général de quelques satoshis tout au plus. De quoi permettre de réaliser des micro paiements, ouvrant la porte à de multiples usages.

De nouveaux moyens de financements pour les créateurs

La possibilité de recevoir des micro paiements est un changement majeur pour l’ensemble des créateurs de contenus sur internet, des journaux médias en ligne aux vidéastes indépendants, en passant par les artistes de tout poil. Par exemple, qui n’a jamais voulu lire un article, pour finalement se heurter à un paywall demandant de s’abonner : impossible de payer seulement pour cet article. Pourquoi ? Simplement parce que les frais bancaires sont trop importants pour permettre de valider un paiement de quelques centimes.

Lightning vient ici considérablement changer la donne. Bien sûr, les grands médias ne s’y sont pas encore essayé, mais la pratique est aujourd’hui de plus en plus répandue sur certains sites et blogs spécialisés. On peut par exemple citer le site Y’alls, où les articles sont déblocables pour quelques dizaines de satoshis (quelques centimes d’euro).

Le Lightning Network facilite également les dons en tout genre, puisqu’il est possible faire des donations de quelques satoshis. BTCPay Server, dont nous avons vu l’usage pour les commerçants, permet ainsi également aux créateurs de recevoir les dons de leur communauté. Tippin est également très populaire, notamment pour son plugin permettant de tipper directement sur Twitter.

Enfin, ces fonctionnalités de donations commencent aussi à être embarquées directement dans des usages spécifiques. Par exemple, le wallet Breez permet aussi d’écouter certains podcasts et de donner des satoshis en contenu au podcaster, via le Lightning Network !

Capture d’écran du player de podcast incorporé aux wallet Breez. Ici, à chaque minute d’écoute, 10 satoshis sont automatiquement envoyés à l’hôte du podcast.

Discuter directement sur le Lightning Network !

En outre, puisqu’il est possible de faire des paiements pour des montants minuscules, on peut utiliser Lightning non pas pour échanger de la valeur, mais pour échanger de l’information. Par exemple, Sphinx permet de créer des “Tribus” (des communautés) au sein desquelles il est possible de s’envoyer des messages via le réseau Lightning. Un message est en fait une transaction d’un montant infinitésimal, dans laquelle le texte du message est inscrit au sein d’un champ dédié. L’avantage ? Personne ne peut censurer vos communications, à moins de repérer les noeuds Lightning des différentes parties prenantes et de les mettre hors ligne.

Conclusion

Le Lightning Network est l’une des réponses au problème de scalabilité de Bitcoin. La possibilité qu’il offre de réaliser des paiements en bitcoins instantanés et à très bas coût développe les usages de Bitcoin pour le paiement traditionnel, et donc l’utilisation de Bitcoin en tant que monnaie. Plus encore, il permet de nouveaux usages se basant sur les micro paiements. Enfin, le fonctionnement du protocole, où chaque noeud du réseau peut être amené à être fournisseur de liquidités, ouvre la voie à une nouvelle finance décentralisée basée sur Bitcoin et le Lightning Network.

Article précédent

Kucoin Community Chain (KCC) - Le successeur de la Binance Smart Chain ?

Article suivant

Coin Analyse #1 : Le point analyse technique de la semaine du 19 juillet 2021 par CryptoPicsou

Articles qui pourraient vous intéresser