Coinbase : plus de 25 000 adresses russes bloquées au titre de sa mise en conformité

Coinbase dévoile son programme de mise en conformité avec le système international. Pas moins de 25 000 adresses russes suspectées d’être impliquées dans des activités illicites ont été bloquées.
Coinbase sanctions
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

Dans un communiqué publié le 7 mars 2022 sur “the Coinbase Blog”, Coinbase affirme clairement sa position : l'exchange soutiendra les sanctions pour assurer sa conformité avec le système “international”.

Lors de la présentation de son programme de mise en conformité (“compliance”), l'exchange centralisé indique avoir avoir bloqué plus de 25.000 adresses publiques liées à des individus ou des entités russes potentiellement suspectées.

Paul Grewal, “Chief Legal Officer” (“CLO”) chez Coinbase indique que l'exchange s'engage fermement à construire un système de compliance “sûr et responsable qui favorise la liberté économique, et ce dans le monde entier”, à l'instar des banques traditionnelles.

Pour construire ce système, Coinbase espère gagner la confiance des détenteurs, ou futurs détenteurs, de cryptomonnaies en acceptant (notamment) d'être en conformité avec les sanctions internationales. Pour l'heure, ce sont cependant davantage des sanctions occidentales qu'internationales.

Cette prise de position intervient au cœur du conflit russo-ukrainien. Le CLO relève “qu'au cours des dernières semaines, les gouvernements du monde entier ont imposé une série de sanctions à des individus et à des territoires en réponse à l'invasion de l'Ukraine par la Russie”, avant d'ajouter “que les sanctions jouent un rôle essentiel dans la promotion de la sécurité nationale et la dissuasion des agressions illégales, et Coinbase soutient pleinement ces efforts des autorités gouvernementales”.

À ce titre, Coinbase dévoile trois des piliers de son système de mise en conformité :

Coinbase bloque l'accès aux acteurs sanctionnés

Coinbase vérifie désormais les demandes d'ouverture en tenant compte des listes de personnes ou d'entités sanctionnées. Les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Union Européenne, les Nations unies, Singapour, le Canada ou encore le Japon tiennent de telles listes.

Pour qu'un individu puisse effectuer des opérations depuis l'exchange, un prestataire indépendant vérifiera les informations liées à l'identification de ses nouveaux utilisateurs. Si l'individu vit dans un territoire sujet à sanction ou s'il est lui-même identifié comme individu ou entité sanctionnée, l'ouverture du compte chez Coinbase sera refusée.

Coinbase détecte les tentatives d'évasion

Les nouveaux utilisateurs ne seront pas les seuls concernés par le filtre évoqué ci-dessus. Un utilisateur déjà inscrit sur Coinbase et qui viendrait à être sujet à sanction, se verrait également refuser l'accès aux services de l'exchange.

Paul Grewal relève par ailleurs que les comptes simplement associés à ces personnes faisant l'objet de sanctions pourront également être bloqués.

Coinbase anticipe les menaces

Coinbase affirme maintenir “a blockchain analytics program” afin d'identifier les comportements à haut risque, étudier les menaces émergentes et développer de nouvelles mesures d'atténuation.

Toujours selon les termes de Paul Grewal “lorsque les États-Unis ont sanctionné un ressortissant russe en 2020, les services américains ont pu identifier trois adresses publiques liées à ce ressortissant. Grâce à une analyse avancée de la blockchain, nous avons identifié (…) plus de 1200 autres adresses potentiellement associées à la personne sanctionnée”.

Après avoir évoqué cette exemple, l'exchange affirme avoir procédé ce jour, lundi 7 mars 2022, au blocage de plus de 25 000 adresses potentiellement liées à des individus ou entités russes considérées comme étant engagées dans des activités illicites.

Ce faisant, les acteurs centralisés de la cryptoéconomie se rapprochent toujours plus des acteurs du secteur financier traditionnel.

Source : https://blog.coinbase.com/using-crypto-tech-to-promote-sanctions-compliance-8a17b1dabd68

Articles qui pourraient vous intéresser