La SEC aurait empêché l’introduction en bourse de Circle (USDC)

Le projet de Circle d’entrer en Bourse via une fusion SPAC de 9 milliards de dollars aurait échoué à cause de l’inaction de la SEC.
Circle bourse SEC
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

Dernière modification effectuée le 09.10.2023 14:26

Préparant son entrée en bourse via une SPAC en juillet 2021, un accord remanié en 2022, Circle avait dû renoncer à son projet à peine quatre jours avant son terme alors que l'émetteur du 2e stablecoin du marché accuserait la SEC pour cet échec. Si à l’époque, la société de technologie financière avait semblé prendre les choses avec philosophie, aujourd’hui, elle n'aurait pas hésité à pointer la responsabilité de la SEC dans cette affaire. En effet, Circle aurait déclaré qu'il s'attendait à ce que la SEC ait un “processus d'examen approfondi et rigoureux“, mais le régulateur n'a pas réussi à traiter son “enregistrement S-4 avant l'expiration de son accord SPAC malgré suffisamment de temps.

Ce que reproche Circle à la SEC dans son projet d'introduction en Bourse

Circle Apple Pay

L'émetteur du stablecoin USDC, Circle, aurait blâmé la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis pour l'échec de son plan d'introduction en bourse d'après un rapport du Financial Times. L'émetteur de l'USDC a déclaré que le régulateur financier n'avait pas approuvé son enregistrement S-4 avant l'expiration de son accord de société d'acquisition à vocation spéciale (SPAC) de 9 milliards de dollars. L'enregistrement S-4 permet aux entreprises d'offrir de nouvelles actions après approbation par la SEC. Une personne proche du dossier a déclaré que Circle avait perdu beaucoup de temps entre le moment où il avait l'intention de “devenir public” en 2021 et le moment où l'accord s'est écoulé en 2022.

La source a ajouté que l'effondrement de FTX a probablement encore exacerbé la situation en novembre 2022, car il a mis en évidence à quel point certaines sociétés crypto étaient mal gérées et rendait “impossible pour quiconque d'approuver quoi que ce soit. Circle s'attendait à ce que la SEC dispose d'un “processus d'examen approfondi et rigoureux” compte tenu de la croissance rapide de son activité au cours de la période. Circle aurait dit : “nous ne nous attendions pas à ce que le processus d'enregistrement auprès de la SEC soit rapide et facile“. Le PDG de Circle, Jeremy Allaire a ajouté que “ce type d'examen est nécessaire pour finalement assurer la confiance, la transparence et la responsabilité des grandes entreprises de cryptographie”.

Selon le Financial Times, Circle aurait également déclaré que ni l'état des marchés ni les investisseurs craintifs n'ont été un facteur dans l'abandon de son accord SPAC.

Le regroupement d'entreprises n'a pas pu être réalisé avant l'expiration de l'accord de transaction parce que la SEC n'avait pas encore déclaré notre enregistrement S-4 “effectif”.

Citation de Circle partagée par le Financial Times

Circle nie avoir blâmé la SEC

Rapidement après la publication du Financial Times, un porte-parole de Circle a démenti les informations selon lesquelles elle blâme la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis pour l'échec de son projet d'introduction en bourse de 9 milliards de dollars en décembre.

Le porte-parole affirme désormais que la société ne tient pas la SEC pour responsable de la résiliation de son accord de fusion. (En effet, la présence de Circle à la Bourse de New York (NYSE) était conditionnée par sa capacité à fusionner avec Concord par le biais d'une société d'acquisition à vocation spéciale, également connue sous le nom de SPAC).

Circle n'a pas et ne blâme pas la SEC pour quoi que ce soit lié à la résiliation mutuelle de notre accord de fusion SPAC avec Concord, et toute déclaration contraire est inexacte.”

Jeremy Allaire, cofondateur et PDG de Circle, a en outre déclaré que la “SEC a fait preuve de rigueur et de minutie dans la compréhension de notre activité et de nombreux aspects inédits de cette industrie“.

La SEC intensifie l'examen des entreprises crypto

La SEC semble être le cauchemar des sociétés crypto. Son patron, Gary Gensler, est particulièrement sous le feu des critiques depuis la chute retentissante de FTX. Un rapport séparé du Wall Street Journal a déclaré que le régulateur financier avait intensifié son examen des entreprises de cryptographie qui souhaitent s'introduire en Bourse au cours de l'année écoulée.

Des entreprises de crypto comme Circle, aux côtés d'autres comme eToro, n'auraient pas réussi à obtenir l'approbation de la SEC. La commission dirigée par Gary Gensler a posé des questions répétées à une autre société de cryptographie, Galaxy Digital, qui a l'intention d'entrer en Bourse sur le Nasdaq. Selon le rapport, l'examen rigoureux du régulateur se concentre sur les informations financières de l'entreprise, les risques juridiques et l'impact de la perturbation du marché.

Articles qui pourraient vous intéresser