Crypto : L’ED gèle les fonds crypto du prêteur Vauld

Les autorités indiennes viennent de geler les soldes crypto du prêteur Vauld, dans le cadre d’une enquête pour blanchiment d’argent.
vauld flipvolt ed
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

Ce vendredi, la direction de l’application des lois (ED) a annoncé avoir gelé 3.7 milliards de roupies (ou 370 Crore), soit l'équivalent d’environ 46 millions de dollars, appartenant au prêteur cryptographique Vauld.

Cela fait maintenant plusieurs mois que l’ED mène une enquête sur des entreprises de prêt chinoises opérant sur le territoire Indien. À défaut de ne pas recevoir de licence de la RBI (Reserve Bank of India) pour exercer leurs activités de prêts numériques, ces dernières coopèrent avec les sociétés financières non bancaires (NBFC) locales.

Cette fois-ci, c'est la filiale indienne de Vauld, Flipvolt Technologies, qui fait l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent. En effet, la société est accusée d’avoir aidé 23 entités, dont principalement des entreprises FinTech chinoises, à blanchir d’importantes sommes d’argent. Avant d’être transférés hors du pays, les fonds dérobés auraient été déposés sur des portefeuilles Flipvolt contrôlés par l’entité privée de services financiers Yellow Tune Technologies, cliente de l’exchange.

En enquêtant sur la piste des fonds, ED a découvert qu'une grande quantité de fonds à hauteur de 370 Crore avait été déposée par 23 entités, y compris des NBFC, dans les portefeuilles Yellow Tune Technologies”.

Déclare l’ED

L’ED a mené des perquisitions dans les locaux de Yellow Tune Technologies

Après que plusieurs locaux appartenant à Yellow Tune ont été perquisitionnés à Bangalore, en Inde, les autorités indiennes ont émis une ordonnance pour geler leurs soldes bancaires, ainsi que les soldes crypto appartenant à Flipvolt. Ces diverses perquisitions ont été menées dans le but d’identifier les dirigeants de Yellow Tune, soupçonnés d’être deux ressortissants chinois ayant utilisé des pseudonymes pour exercer leurs activités en Inde.

vauld yellow tune ed

Selon le rapport publié par l’ED ce vendredi, l’entité indienne de Vauld, Flipvolt, détient des normes KYC et AML (lutte contre le blanchiment d’argent) beaucoup trop laxistes. Ces mesures auraient amené de nombreuses sociétés à “éviter les canaux bancaires habituels”. De plus, l’ED reproche aux équipes derrière Flipvolt de ne faire “aucun effort” pour retrouver la trace des actifs. En effet, ces derniers n’auraient pas “réussi” à leur fournir des détails concernant les transactions frauduleuses réalisées par Yellow Tune.

Yellow tune, en utilisant l'assistance de Flipvolt qui a des normes KYC très laxistes, aucun mécanisme d'EDD, aucune vérification de l'origine des fonds, etc., a aidé les entreprises fintech accusées à éviter les circuits bancaires habituels, et ont réussi à retirer facilement tout l'argent frauduleux sous forme de crypto-actifs”.

Selon le rapport de l'ED

Le prêteur crypto Vauld répond aux accusations

Après s’être vue sanctionnée par l’ED, la société basée à Singapour Vauld a annoncé dans un communiqué de presse trouver ces sanctions regrettables. Le prêteur déclare avoir pleinement coopéré avec l’ED, en fournissant “toutes les informations/documents requis.” Vauld poursuit en expliquant que Yellow Tune a eu recours à leur service “pendant une brève période”, dont le compte a par la suite été désactivé.

Ces sanctions surviennent alors que la plateforme Vauld se trouve dans une situation financière très compliquée. En effet, la société a récemment annoncé un déficit à hauteur de 70 millions de dollars. Pour rappel, l’échange s’était vu dans l’obligation de suspendre les retraits de ses clients en raison de la volatilité du marché des crypto monnaies.

Par ailleurs, cette affaire est extrêmement similaire à celle menée par l’ED à l’encontre de l’échange cryptographique WizirX plus tôt ce mois-ci. En effet, les autorités indiennes ont gelé l’équivalent de 8 millions de dollars appartenant à la bourse indienne, dans le cadre d’une enquête pour blanchiment d’argent.

Articles qui pourraient vous intéresser