Découvrez l'univers crypto en profondeur

Crypto : CZ répond aux accusations concernant Binance et WazirX

WazirX se trouve actuellement dans le viseur de l’ED pour avoir facilité le blanchiment d’argent d’entreprises fintech soutenues par la Chine.
CZ carnets d'ordre

Dernière modification effectuée le 08.08.2022 21:29

La tension est palpable entre le PDG de Binance, Chanpeng Zhao (CZ), et le fondateur de la bourse indienne WazirX, Nischal Shetty, faisant suite aux récentes allégations de l’ED. CZ affirme que Binance ne détient aucune part dans Zanmai Labs, la société opératrice de WazirX, en plus de n’avoir jamais finalisé l’acquisition de WazirX, contrairement à ce que peut affirmer Shetty sur Twitter.

Revenons tout d’abord sur les tenants et les aboutissants de ces allégations portées par les autorités indiennes.

WazirX suspecté de faire du blanchiment d’argent par les autorités indiennes

Ce vendredi, l’ED (Directorate of Enforcement) a annoncé avoir gelé 640 millions de roupies indiennes (INR), soit environ 8 millions de dollars, appartenant à l’échange de crypto monnaies WazirX, dans le cadre d’une enquête pour blanchiment d’argent en vertu de la loi FEMA.

Selon le document publié par l’ED, WazirX aurait aidé, indirectement ou directement, de nombreuses applications chinoises de prêts instantanés à blanchir d’importantes sommes d’argent via l’achat et le transfert de crypto monnaies. Ces entreprises chinoises, adossées à des sociétés financières non bancaires (NBFC) indiennes, seraient impliquées dans des “pratiques de prêts numériques abusives” en Inde.

Après le début de l’enquête, bon nombre de ces sociétés auraient fermé leurs portes, détournant ainsi “d’énormes bénéfices”. Toujours selon l’ED, ces applications fintech se seraient tournées vers des plateformes de trading étrangères pour blanchir leurs fonds. En ajoutant que la plupart de cet argent aurait été détourné vers l’échange indien WazirX.

En appliquant des normes laxistes en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, [WazirX] a activement aidé environ 16 sociétés fintech accusées de blanchiment de produits du crime en utilisant la voie cryptographique.”

déclare l’ED

Concrètement, l’ED reproche à WazirX d’avoir une politique bien trop laxiste au niveau de leur KYC et en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (AML). De plus, le rapport nous indique qu’un “réseau d’accord” aurait été établi entre Zanmai Labs, Binance, la société Crowdfire fondée par Shetty, ainsi que Zettai, dans le but de “masquer la propriété de l’échange crypto”.

Ajouter à cela, les autorités indiennes reprochent à Zanmai Labs de leur avoir fourni des informations “contradictoires et ambiguës”, en affirmant dans un premier temps que WazirX gérait à la fois les transactions dites “crypto-crypto” et les transactions “inr-crypto”, et qu’elle avait “qu’un accord préférentiel et de propriété intellectuelle avec Binance”.

Cependant, la société serait revenue sur ses propos en déclarant que WazirX contrôle uniquement les transactions “inr-crypto”, et que les autres catégories de transactions sont exploitées par Binance. Enfin, l’ED appuie sur le fait que Sameer Mhatre, le directeur de WazirX, refuserait de fournir les détails des transactions effectuées par les sociétés frauduleuses. Pourtant, ce dernier aurait, selon l’ED, un ”accès à distance complet à la base de données WazirX”.

binance ed zanmai labs

CZ affirme que Binance ne détient aucune part de la société opératrice de WazirX, Zanmai Labs

La question que l’on doit se poser maintenant est : à qui appartient WazirX, l’échange visé par l’ED ? C’est à partir de là que cette polémique s’est fondée.

Quelques heures après la publication du Tweet de l’ED mettant en cause la plateforme WazirX, Chanpeng Zhao a affirmé que Binance ne détenait aucune action de Zanmai Labs. Il explique ensuite que l’acquisition de WazirX annoncé par Binance en 2019 “n’a jamais abouti”.

L’acquisition de 2019 était limitée à un accord d’achat de certains actifs et de la propriété intellectuelle de WazirX. Binance n’a acheté aucune participation (et ne détient aucune participation) dans Zanmai Labs. En outre, WazirX (y compris les actifs susmentionnés) continue d’être exploité et géré par Zanmai Labs.

a déclaré Binance

Selon CZ, Binance fournit uniquement des services de portefeuille à WazirX “en tant que solution technique”.

En réponse à ce thread publié par le PDG de Binance, Nischal Shetty, le fondateur de WazirX, déclare au contraire que “WazirX a été racheté par Binance”. Il ajoute que Zanmai Labs “a obtenu une licence de Binance pour exploiter des paires INR-Crypto dans WazirX”. Toujours selon ses dires, Binance posséderait : le nom de domaine de WazirX, tous les actifs crypto, tous les bénéfices crypto, et aurait un accès aux serveurs “AWS”.

Ce à quoi a répondu CZ : “Binance n’a PAS de contrôle sur les opérations, y compris “l’inscription des utilisateurs, le KYC, le trading et l’initiation des retraits”. L’équipe fondatrice de WazirX contrôle cela. Cela n’a jamais été transféré, malgré nos demandes. L’affaire n’a jamais été conclue. Aucun transfert de partage.

Ce jeu du chat et de la souris ne durera pas éternellement. Pour le moment, nous ne savons pas encore quelle société (holding ou opératrice) sera tenue pour responsable dans cette affaire. Selon WazirX, ces allégations ne nuisent pas aux activités des utilisateurs de la bourse, qui sont toujours en mesure d’échanger leurs crypto monnaies librement.

Cela étant dit, le PDG de Binance conseille tout de même aux clients de WazirX de transférer leurs fonds vers Binance.

Articles qui pourraient vous intéresser
dydx tornado cash (1)
Lire plus

Régulation : Ban Tornado Cash, dYdX est-il vraiment décentralisé ?

Artem Shipkov, responsable du développement marketing francophone de la dYdX foundation, a pu répondre à nos questions afin de clarifier la situation suite à la sanction américaine sur le mixeur Tornado Cash ayant entraîné la restriction de certaines adresses de la plateforme dYdX.