La Chine poursuit son interdiction du minage de Bitcoin, région après région

Chine minage bitcoin

Dernière modification effectuée le 08.08.2022 21:21

La Chine s’attaque au minage de Bitcoin

Depuis de nombreuses années, la Chine est une place centrale dans le minage de Bitcoin. En effet, d’après les données compilées par Cambridge Center for Alternative Finance, l’industrie du minage chinois représente 65% de la puissance de hachage du réseau Bitcoin.

À la fin du mois de mai, la cryptosphère a été ébranlée par une annonce de taille : certains hauts dirigeants chinois ont remis l’interdiction du minage et du trading de Bitcoin et des autres cryptomonnaies sur la table. 

Deux arguments sont mis en avant pour justifier cette prise de position. Dans un premier temps, le Bitcoin représenterait de trop gros risques financiers. Dans un second temps, c’est la consommation électrique des activités de minage qui est pointée du doigt. En effet, bien qu’une grande partie des fermes sont alimentées par des centrales hydroélectriques, certaines restent cependant raccordées aux très pollueuses centrales à charbon. 

Ainsi, ces fermes représenteraient un problème pour la Chine et son ambition de devenir neutre en émission carbone d’ici à 2060. 

Sans surprise, cette nouvelle a eu un impact fort sur le cours des cryptos, lui faisant perdre quasiment 10 000$ en l’espace de 24 heures, au courant du mois de mai.

Le minage interdit dans les provinces de Xinjiang et Qinghai

La semaine dernière, nos confrères de TheBlock ont révélé que la préfecture de la province de Xinjiang, située dans le nord-ouest du pays, avait émis un avis à l’encontre des fonctionnaires du parc de développement technologique de Zhundong, les pressant de mettre fin aux activités de minages. 

En pratique, ce parc majoritairement alimenté en énergie carbonée hébergeait plusieurs cryptos fermes de minage. 

Peu après, c’était au tour de la province de Qinghai de s’en prendre aux activités minières de cryptomonnaies. À elles deux, ces deux provinces chinoises représentent 35,25% de la puissance de hachage déployée en Chine. Il semblerait cependant que toutes les activités minières ne soient pas mises en danger. En effet, seules celles reposant sur les énergies fossiles semblent pour le moment avoir été visées. 

La province de Yunnan pris dans la tourmente

Les actions d’interdiction vis-à-vis de l’extraction de cryptomonnaie se propagent en Chine comme une trainée de poudre. Celle-ci vient d’atteindre le sud du pays et la province de Yunnan

Vendredi 11 juin l’Administration de l’énergie de la province de Yunnan a publié un avis ordonnant une enquête sur l’utilisation non autorisée de l’électricité par les mineurs de cryptomonnaie. 

Cet avis fixe à fin juin la date limite de cessation d’activité, pour les mineurs de cryptos encore actifs dans la région. 

De son côté, l’activité de trading de cryptomonnaies semble être pour le moment laissé de côté par la Chine, qui n’a entrepris aucune réelle mesure depuis les annonces gouvernementales. 

MNBC plutôt que Bitcoin

Malgré ses prises de position souvent négatives à l’encontre du BTC et de la crypto en général, la Chine n’est pas pour autant entièrement réfractaire à la technologie. 

En effet, loin des blockchains publiques telles que Bitcoin ou Ethereum, le pays est activement en train de développer une monnaie numérique de Banque Centrale (MNBC). Après plusieurs années de développement, le gouvernement chinois est le premier au monde à entreprendre des tests à grande échelle. 

Afin d’inciter sa population à adopter cette nouvelle monnaie, le pays a organisé plusieurs loteries dans diverses régions dont les récompenses sont en crypto-yuan. Au total, Pékin a distribué plusieurs dizaines de millions de dollars via ce procédé.

En l’état, le crypto-yuan peut être utilisé pour les paiements dans de nombreux magasins situés dans les régions et villes tests. 

Pour certains analystes, la création d’une monnaie numérique en Chine pourrait s’avérer être une menace de taille pour le dollar.

Le minage de cryptomonnaies scruté de près à travers le monde

La Chine n’est pas la seule à se questionner quant à la consommation électrique de l’extraction de BTC. En effet, aux États-Unis, Tesla le constructeur automobile dirigé par le milliardaire Elon Musk a fait marche arrière vis-à-vis des paiements en BTC prétextant une consommation électrique trop dépendante des énergies fossiles. 

Plus récemment, Elon Musk a annoncé que l’entreprise pourrait reprendre les paiements en bitcoins si les activités de minières américaines dépassaient 51% d’énergies renouvelables. 

De leur côté, les mineurs étasuniens se sont réunis au sein d’un conseil pour discuter et réfléchir à l’avenir de l’activité et de sa consommation. 

0
0
0
Share 0
Tweet 0
Share 0
Share
Tweet
Share
Share
Share
Share
Articles qui pourraient vous intéresser