NFT : Un ancien employé d’OpenSea inculpé de délit d’initié par le FBI

Le département de la justice des États-Unis annonce la mise en examen d’un ancien employé d’OpenSea pour délit d’initié.
Délit d'initié OpenSea
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

Dernière modification effectuée le 04.08.2022 20:10

L’image de la plus grande place de marché de NFT au monde, OpenSea, est actuellement ternie par les accusations à l’encontre d’un ancien employé de la plateforme. Nathaniel Chastain, ancien chef de produit chez OpenSea, est mis en examen par le FBI dans le cadre d’une enquête sur un potentiel délit d’initié réalisé par ce dernier.

Pour rappel, un délit d’initié est constitué lorsqu’une personne dispose d’une information privilégiée et qu’il en fait l’usage, en toute connaissance de cause, pour réaliser, pour lui ou pour autrui, une ou plusieurs opérations sur les marchés financiers. Ce type de comportement est illégal dans beaucoup de systèmes juridiques dans le monde. En France, l’article L465-1 du Code monétaire et financier encadre ces agissements.

En l’espèce, ces accusations représentent la première affaire de délit d’initié concernant des actifs numériques. Damian Williams, procureur des États-Unis pour le district sud de New York et Michael J. Driscoll, directeur adjoint chargé du bureau local de New-York au FBI, ont annoncé la poursuite de l’enquête et l’arrestation le 1er juin de Nate Chastain.

Désormais âgé de 31 ans, ce dernier connait les chefs d’accusation dont il est visé par les autorités. Par le biais d’un communiqué sur le site du département de la justice américaine, on apprend que Nate Chastain est accusé de fraude et blanchiment d’argent dans le cadre d’un plan visant à commettre un délit d’initié sur des NFT. Ces deux chefs d’accusation sont passibles d’une peine maximale de 20 ans de prison.

Délit d'initié OpenSea

Le FBI inculpe de délit d'initié l'ancien employé d'OpenSea

Nate Chastain aurait utilisé sa position comme chef de produit chez OpenSea pour réaliser des dizaines de transactions sur le marché des NFT entre juin 2021 et septembre 2021. Concrètement, il était responsable de la sélection des NFT à mettre en avant sur la page d’accueil d’OpenSea. De fait, l’identité des NFT sélectionnés n’était pas publiquement disponible jusqu’à ce qu’ils apparaissent effectivement sur la page d’accueil.

Ainsi, l’ancien salarié utilisait ces informations confidentielles pour acheter secrètement les NFT sélectionnés ou ceux d’une collection similaire. Après la mise en avant par la plateforme, il vendait les NFT achetés pour réaliser un profit généralement deux à cinq fois supérieur au prix d’achat initial. En effet, l’enquête démontre que le prix des NFT mis en avant augmentait généralement de manière substantielle après leur apparition sur la page d’accueil d’OpenSea.

Enfin, selon le communiqué rendu public, Nate Chastain semblait bien au courant des agissements illégaux découlant de son activité de trading de NFT. À l’appui de ces suppositions, le FBI démontre qu’il a utilisé des portefeuilles anonymes et des comptes anonymes sur OpenSea pour réaliser les différentes opérations.

Même s’il est nécessaire de rappeler que l’ancien employé est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit prouvée, c’est désormais à un tribunal de déterminer si ses actions représentent effectivement des délits d’initiés. Il a d’ailleurs été présenté à la justice dès le jour de son arrestation.

La justice américaine ne souhaite pas s’arrêter là

Le procureur américain Damian Williams rappelle que « les NFT sont peut-être nouveaux, mais que ce type de système criminel ne l’est pas ». Selon lui, « Nathaniel Chastain a trahi OpenSea en utilisant des informations commerciales confidentielles pour s’enrichir ». Or « les accusations d’aujourd’hui démontrent l’engagement de son bureau à éradiquer les délits d’initiés qu’ils se produisent sur le marché boursier traditionnel ou sur la blockchain ».

Il ajoute ensuite « qu’avec l’émergence de ces nouveaux outils d'investissements, comme les jetons non fongibles soutenus par la blockchain, certains exploiteront ces vulnérabilités pour leur propre gain ».

Conscient de cette possibilité, il prévient que « le FBI continuera à poursuivre de manière agressive les acteurs qui choisissent de manipuler le marché de cette manière ». La chasse aux sorcières semble donc bien ne faire que commencer.

Articles qui pourraient vous intéresser