Régulation : Le maire de New-York à la rescousse du mining

Eric Adams, le maire de New York, apporte son soutien aux professionnels du mining en s’opposant publiquement à un moratoire de deux ans.
Maire new york mining

Dernière modification effectuée le 04.08.2022 19:55

L’activité de mining est un vrai sujet politique à New York. Récemment, un projet de loi visant à instaurer un moratoire de deux ans sur toute activité de mining utilisant le Proof of Work a fortement inquiété la communauté. Un soutien de poids vient d'apparaître pour les professionnels du secteur en la personne de Eric Adams, le maire de New York.

Cette intervention n’est pas vraiment surprenante. En effet, Eric Adams est un soutien de longue date de l’industrie et notamment du Bitcoin. Lorsqu’il fut élu en novembre 2021 à la mairie de New York, il s’était engagé à recevoir ses trois premiers salaires en bitcoins.

D’une certaine manière, son élection dans l’état de New York représente une suite logique puisque New York est le quatrième plus grand contributeur de puissance de hachage aux États-Unis selon des données dévoilées par le Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index (CBECI) en décembre 2021.

Mairie New York mining bitcoin

Le maire de New York souhaite empêcher l’entrée en vigueur de cette loi

Dans un entretien accordé au journal local new-yorkais, Crain’s New York, Eric Adams a dévoilé son intention de contacter la gouverneure Kathy Hochul afin de lui demander d’apposer son veto au projet de loi sur le mining de crypto qui imposerait une pause de deux ans sur les nouvelles opérations minières.

Cette possibilité représente un dernier espoir pour les professionnels du secteur puisque, désormais, l’entrée en vigueur du texte de loi est subordonnée à la signature de la gouverneure.

Pour justifier sa position intellectuelle et politique, il explique que l’industrie des crypto monnaies ne peut pas « continuer à mettre des barrières pour les mineurs qui souhaitent aider à soutenir l’économie de l’État ».

L'impact écologique du mining inquiète les partisans du texte

Lorsque ce texte a été rédigé, l’un des objectifs était de créer un cadre permettant à l’Etat de New York de respecter les objectifs climatiques fixés par le Climate Leadership and Communication Protection Act de 2019. Concrètement, l’État doit réussir à réduire ses émissions de carbone de 85% d’ici 2050.

Anna Kelles, membre démocrate de l’Assemblée de New York, s’inquiète d’un potentiel retard dans la réalisation de cet objectif à cause de l’activité des mineurs utilisant des énergies carbonées. De fait, en réaction à la déclaration du maire, elle a fait part de sa surprise tout en considérant que Eric Adams « demandait à New York de revenir à l’âge de pierre des crypto monnaies ».

En réponse, le maire suggère tout simplement de donner le temps aux mineurs pour réduire les émissions de CO2 en fixant un objectif à atteindre dans le futur. Selon lui, une interdiction pure et simple n’aurait donc aucun intérêt.

Cette idée est complétée par les propos du PDG de GEM Minin, John Warren, qui estime que « les mineurs se déplaceront simplement vers des États plus accueillants et offrant de meilleures incitations économiques ».

La future décision de la gouverneure porte un lourd poids politique, mais également écologique. Selon Graham Newhall, spécialiste en communication, « les mineurs pourraient finir par causer plus de pollution en s'installant dans des endroits qui ne possèdent pas des lois de protection de l’environnement aussi poussées que celle en vigueur à New York ». Le débat idéologique bat son plein en attendant l’épilogue de cette histoire.

Articles qui pourraient vous intéresser