Bitcoin : New York souhaite limiter le mining de crypto monnaies

L’État de New York vient d’adopter un projet de loi prévoyant un moratoire de deux ans sur le mining du Bitcoin et des crypto monnaies.
Bitcoin new york mining

Dernière modification effectuée le 04.08.2022 20:07

L’Etat de New York s’apprête à faire face à l’histoire. En effet, un projet de loi new-yorkais adopté par l’Assemblée de l’État vient d’être approuvé par le Sénat de New York. Cette législation vise à adopter un moratoire sur le mining de Bitcoin.

Ce moratoire aura pour objectif de ralentir l’expansion du mining basé sur le Proof of Work dans l’état de New York. L’une des conséquences de ce projet se situe au niveau des permis d’exploitations délivrés par l’État de New York. Concrètement, une entreprise de mining ne sera pas autorisée à étendre, à renouveler ou à demander un permis si son exploitation ne repose pas sur 100% d’énergies renouvelables.

Ce document impose également à l’État de réaliser une étude sur l’impact environnemental de l’activité de mining. Cette analyse doit lui permettre d’avoir un aperçu sur ses capacités à atteindre les objectifs climatiques fixés par le Climate Leadership and Community Protection Act établi en 2019.

Ce projet fait suite à de fortes préoccupations environnementales liées au mining de crypto monnaies par les législateurs. Ce projet a une portée limitée puisque l’interdiction s’appliquerait seulement aux nouveaux permis délivrés aux entreprises de mining. Ainsi, les entreprises existantes, notamment Greenidge Generation, seraient exemptées de ce moratoire et auront la possibilité de continuer leur activité.

Le Sénat a voté en faveur de ce projet de loi par 36 voix à 27. Néanmoins, son entrée en vigueur est subordonnée à la signature de la gouverneure de New York, Kathy Hochul, qui possède un droit de veto sur le texte.

Bitcoin-mining-new-york

Le mining de Bitcoin, une activité phare, mais controversé dans l’État de New York

New York s’est longtemps démarqué dans le domaine des crypto monnaies et du mining par l’attractivité de son territoire. En effet, les prix de l’énergie ne dépassent pas 1,9 centime par kW dans certaines villes alors que la moyenne nationale est de 7,3 centimes. Ainsi, les entreprises de mining ont été fortement attirées par les prix bon marché des sources d’énergies hydroélectriques présentes dans l’État.

L’ironie de ce moratoire se situe sur l’incapacité des dirigeants à envisager l’impact positif de l’industrie du mining sur la transition écologique entamée par l’état. En effet, selon Perianne Boring, fondatrice et présidente de la Chambre de commerce numérique, « l’activité des entreprises de mining a le potentiel de mener la transition mondiale vers une énergie plus durable ».

Concrètement, la situation géographique de l’État prévoit une dépense d’énergie moins importante pour l’activité de mining tandis que l’industrie pourrait bénéficier de l’objectif de New York de transitionner vers des énergies renouvelables.

Un projet de loi mal reçu par le secteur des crypto monnaies

Ce projet de loi n’est pas sans détracteur au sein des législateurs. Parmi eux, le sénateur Todd Kaminsky a fait part de sa crainte, début mai, de voir ce projet de loi entrainer des conséquences économiques délétères pour New York dans le cas où les gens le perçoivent comme hostile à la crypto monnaie.

Son inquiétude s’est confirmée puisque le secteur des crypto monnaies s’est fortement mobilisé contre ce projet de loi. John Olsen, lobbyiste de Bitcoin Association, « craint que le moratoire soit prolongé ou transformé en interdiction au cours des deux prochaines années, ce qui pourrait faire fuir les entreprises cherchant à s’installer près des sources d’énergie bon marché de New York ».

Cette tendance est confirmée par Steve McClurg, directeur des investissements chez Valkyrie Investments, puisqu’il considère « qu’en conséquence de cette législation, les innovateurs et entrepreneurs continueront à quitter New York pour aller vers des États plus accueillants comme la Floride, le Texas, le Wyoming ou le Tennessee ».

Ainsi, ce projet de loi pourrait avoir des conséquences néfastes pour l’environnement en poussant les entreprises à aller vers des endroits moins respectueux de l’environnement que l’État de New York. D’ailleurs, selon Graham Newhall, spécialiste en communication, « les mineurs pourraient finir par causer plus de pollution en s’installant dans des endroits qui ne possèdent pas des lois de protection de l’environnement aussi poussées que celle en vigueur à New York ».

La tendance n’est pas positive concernant ce projet de loi. Naturellement, les acteurs du secteur sont inquiets d’un effet domino sur l’ensemble du pays si le projet est adopté.

1
0
0
Share 1
Tweet 0
Share 0
Share
Tweet
Share
Share
Share
Share
Articles qui pourraient vous intéresser