Découvrez l'univers crypto en profondeur

Actualités de la semaine du 22 novembre 2021 : Coin Hebdo #23

Lydia va permettre l’échange et le stockage de cryptomonnaies

En partenariat avec Bitpanda (plateforme crypto), Lydia va permettre à ses utilisateurs d’investir dans les cryptomonnaies, mais également dans les ETFs (fonds indiciels cotés), les métaux précieux et les actions.

Le lancement est prévu pour cette fin d’année 2021 et un seul euro suffira pour commencer à investir. La fintech française continue donc de développer son offre, et ce de façon très pertinente puisque ce sont des services que recherchent les principaux utilisateurs de l’application.

Le PDG de Lydia, Cyril Chiche, commente :« Avec Lydia trading, notre volonté est de permettre à nos utilisateurs de choisir ce que finance leur argent, et d’investir selon leurs moyens : qu’ils soient simplement curieux, des investisseurs débutants, ou des experts chevronnés ». Lydia ne cache pas non plus son ambition de couvrir tous les services financiers à l’avenir…

Coinbase et The Sandbox : deux partenariats de choix pour Adidas

En début de semaine, le géant du sport s’est offert 144 terrains virtuels sur The Sandbox pour 400 ETH, l’équivalent de 1.65 million de dollars au moment de la rédaction. Le jeton de l’univers virtuel (SAND) en a d’ailleurs profité pour prendre 25% depuis cette annonce.

Dans un second temps, Adidas a communiqué via Twitter un nouveau partenariat avec la célèbre bourse de cryptomonnaie Coinbase : “We’ve partnered with Coinbase. Probably nothing.”. Pour l’instant, nous n’avons pas plus d’informations sur l’objet de cette collaboration, mais nous n’hésiterons pas de vous partager les dernières nouvelles à ce sujet.

Malgré une entrée monstrueuse dans l’écosystème, Adidas a fait preuve de discrétion dans ces deux annonces. La communauté est impatiente de voir ce que ça va donner.

Binance s’installe en France

Le PDG de Binance, Zhao Changpeng, a ouvert une SAS (société par actions simplifiée) à Montrouge dans les Hauts-de-Seine. Pour l’instant, le capital est de 50,000 euros, et détenu a 100% par lui-même.

Binance France SAS fournirait “tous services sur actifs numériques ne nécessitant aucune autorisation réglementaire”. Si Binance obtient le statut de PSAN (prestataire de services sur actifs numériques) auprès des régulateurs, alors l’objet annoncé ci-dessus pourra être modifié.

Après avoir annoncé un plan de 100 millions d’euros afin de développer l’écosystème crypto en Europe et en France notamment, Binance et son PDG confirme donc leur intérêt pour le pays. D’ailleurs, la bourse d’actifs numériques publie de nombreuses offres d’emploi sur Paris depuis deux semaines.

Odell Beckham Jr. recevra son salaire en bitcoin

Lundi, la star de la NFL a annoncé sur Twitter qu’il recevra l’intégralité de son salaire de plus de 4 millions de dollars en bitcoins, et ce grâce à Cash App. Il va également offrir à ses followers pas moins d’un million de dollars en BTC.

Ce n’est pas le premier joueur de foot américain à décider de recevoir son salaire en crypto, Aaron Rodger (quarterback des Green Bay Packers) fera de même avec une partie du sien. La superstar Tom Brady avait également annoncé plus tôt dans l’année qu’il “adorerait” recevoir une partie de son salaire en crypto.

Le service de paiement mobile Cash App frappe donc un grand coup avec ce partenariat, et tout nous laisse à penser que nous n’avons pas fini de voir les plus grandes célébrités signer ce genre d’accord.

Deux fonds bitcoin lancés à Singapour

Le gestionnaire de fonds réglementé par la MAS (Autorité Monétaire de Singapour), Fintonia Group, a lancé deux fonds BTC destinés aux investisseurs professionnels. Ces derniers visent à fournir une exposition simple et sécurisée au bitcoin.

Le premier des deux, le Fintonia Bitcoin Physical Fund, acquiert véritablement les tokens et ne propose donc pas un produit dérivé de bitcoin comme on a l’habitude de voir. Le Fintonia Secured Yield Fund, qui est le second, permet aux investisseurs de profiter de prêts privés garantis par du bitcoin. Étant particulièrement liquide, ce dernier peut s’échanger tous les jours et à n’importe quelle heure si nécessaire, ce qui en fait une source intéressante de garantie.

La sécurité est également au rendez-vous. En effet, les crypto-actifs sont assurés contre le vol et le piratage, mais surtout conservés sur des cold-wallet. Ces derniers sont des portefeuilles qui stockent les clés privées hors ligne, à l’instar des portefeuilles Ledger ou Trezor par exemple.

Adrian Chng, le directeur du fonds, a ajouté : “Les investisseurs peuvent souscrire et racheter régulièrement car ce sont des fonds ouverts, similaires à un fonds commun de placement.” Cependant ils seront “uniquement disponibles pour les investisseurs accrédités“.

Les terrains virtuels affolent les compteurs

À l’image de Nike la semaine passée et Adidas cette semaine, les gros acteurs mondiaux s’intéressent et s’engagent de plus en plus dans les metaverses. En parallèle, les tokens des mastodontes déjà en place s’envolent, et les parcelles se vendent à des prix astronomiques.

Cette semaine, Decentraland et Axie Infinity ont particulièrement fait parler d’eux. Le premier a vu l’une de ses parcelles virtuelles s’échanger contre 618,000 MANA (token de la plateforme), soit l’équivalent de 2.4 millions de dollars sur le moment.

Axie, le jeu “Play 2 Earn” à succès n’est pas si loin. En effet, un terrain s’est vendu pour 550 ETH, soit 2.3 millions de dollars. Ces parcelles sur les metaverses sont des tokens non-fongibles (NFTs) qui permettent à leurs propriétaires d’y ajouter le contenu qu’ils souhaitent. Les autres joueurs pourront ensuite en profiter si le propriétaire le permet.

Royal lève 55 millions de dollars pour sa marketplace NFT de musiques

Dirigé par la société à capital-risque Andreessen Horowitz, un tour de table a réuni mardi 55 millions de dollars pour la plateforme Royal. Nas, Logic, The Chainsmokers, et Disclosure font partie des principaux investisseurs.

Via la marketplace Royal, les fans peuvent acheter des droits musicaux sous forme de NFTs (jetons non-fongibles). Cela permet une sorte de “copropriété” des contenus avec un nombre d’accès contrôlé. Les propriétaires peuvent même recevoir une partie des royalties de la musique s’il elle est diffusée sur les plateformes de streaming comme Deezer ou Apple Music par exemple.

D’après Justin “3LAU” Blau, l’un des cofondateurs : “Le gagne-pain des artistes est déterminé par le soutien que leurs fans apportent à leur musique, mais les auditeurs ne sont pas du tout rémunérés pour cette interaction.” Royal utilise donc la blockchain et les NFTs pour essayer de redéfinir cette industrie musicale.

Bitcoin dépasse PayPal en volume de transactions

Depuis le premier trimestre 2021, le réseau Bitcoin ne cesse de surpasser PayPal en matière de volume de transactions. Il est encore loin des réseaux Visa et Mastercard, mais cela démontre l’intérêt croissant pour le BTC.

En moyenne, c’est $489 milliards qui sont traités par Bitcoin chaque trimestre de 2021, contre $302 milliards pour PayPal, et enfin $3200 milliards pour Visa qui se place en haut du classement.

Malgré sa jeunesse, Bitcoin (2008) impressionne déjà puisque le volume de transactions atteint 27% de celui de Mastecard (1966) notamment. Avec la capacité qu’une seconde couche comme Lightning peut apporter à Bitcoin, le réseau pourrait à l’avenir se rapprocher encore plus des deux géants du paiement.

Sources

Articles qui pourraient vous intéresser
Participez à la première conférence de CoinAcademy le 25 juin 2022
En savoir plus
Total
0
Share