Hack Vastaamo : l’activité on-chain du hacker retracée par les autorités finlandaises

Plus de deux ans après le hack de Vastaamo, les autorités finlandaises auraient enfin retracé certaines des transactions on-chain effectuées par le hacker.
hack vastaamo finlande monera
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

L'enquête sur le hack de Vastaamo avance :

  1. Les autorités finlandaises ont suivi les transactions Monero en lien avec le procès de Julius Aleksanteri Kivimäki, accusé du hack de Vastaamo.
  2. Kivimäki aurait demandé une rançon en Bitcoin avant de convertir les fonds en Monero, un protocole réputé sa confidentialité.
  3. La traçabilité des transactions Monero, considérée comme impossible, a été mise en question suite à cette enquête.

Les traces du hacker retrouvées

L'enquête sur le hack de la base de données d'une entreprise privée de santé mentale en Finlande, Vastaamo, a pris une tout autre tournure lorsque les autorités finlandaises ont réussi à retracer des transactions en Monero.

Julius Aleksanteri Kivimäki, le suspect dans cette affaire, est accusé d'avoir hacké la base de données de Vastaamo et d'avoir exigé une rançon payée en Bitcoin (BTC).

En octobre 2022, il aurait demandé 40 bitcoins en échange de la non-publication des dossiers de plus de 33 000 patients. Lorsque la rançon n'a pas été payée, il aurait ciblé individuellement les patients, recevant des paiements en Bitcoin, qu'il a ensuite échangés contre du Monero via un exchange qui n'imposait aucun KYC (Know Your Client), dans le but de brouiller les pistes.

Par la suite, les fonds auraient été transférés vers Binance, où ils ont été convertis une nouvelle fois en Bitcoin avant d'être répartis entre plusieurs portefeuilles numériques (wallet).

Les controverses autour de Monero

Monero est célèbre pour ses fonctionnalités axées sur la confidentialité des transactions, offrant à ses utilisateurs un anonymat presque complet.

Cela inclut les transactions Ring Confidential (RingCT), les signatures en cercle et les adresses furtives, rendant théoriquement les transactions Monero introuvables.

Cependant, l'enquête finlandaise soulève des questions sur la possibilité de suivre les transactions effectuées avec des cryptomonnaies anonymes. En 2020, le Service des impôts internes des États-Unis avait offert une récompense pour quiconque serait capable de tracer les transactions Monero, mettant en évidence les défis et les controverses entourant l'utilisation de cryptomonnaies anonymes.

Articles qui pourraient vous intéresser