Do Kwon obtient une seconde chance de faire appel contre son extradition du Monténégro

Do Kwon, cofondateur de Terraform Labs, obtient une seconde chance de faire appel contre la décision de la Haute Cour du Monténégro d’approuver les demandes d’extradition des États-Unis et de la Corée du Sud.
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités
  • Do Kwon a remporté un second appel contre la décision de la Haute Cour du Monténégro qui soutenait les demandes d'extradition.
  • Après une première victoire en appel en novembre, la décision a été inversée fin décembre, rétablissant les demandes d'extradition.
  • Han Chang-Joon, ancien CFO de Terraform, a été extradé vers la Corée du Sud par les autorités monténégrines.

Contexte et développements récentes

Do Kwon, cofondateur de Terraform Labs, fait face à une bataille judiciaire continue au Monténégro concernant les demandes d'extradition émises par les États-Unis et la Corée du Sud. Après avoir initialement remporté un appel en novembre pour annuler la décision de la Haute Cour en faveur des demandes d'extradition, la même cour a décidé fin décembre que les demandes étaient valides.

Stratégie d'appel de Do Kwon

Face à cette situation, Do Kwon et son avocat, Goran Rodic, ont décidé de faire appel de la décision de la Haute Cour. Rodic a souligné dans une interview que les tribunaux locaux subissaient une pression politique pour accélérer l'extradition. Cette décision récente représente une victoire mineure pour Do Kwon, lui offrant une seconde chance de contester l'extradition.

Implications de l'extradition de l'ancien CFO

Han Chang-Joon, ancien CFO de Terraform, a été extradé vers la Corée du Sud par les autorités monténégrines.

L'extradition de l'associé de Do Kwon, souligne la gravité de la situation pour les dirigeants de Terraform Labs. Cette démarche pourrait présager des développements futurs pour Kwon, notamment concernant le lieu de son extradition.

Après l'effondrement de la stablecoin TerraUSD en mai 2022, Do Kwon fait face à des accusations criminelles en Corée du Sud et aux États-Unis. Son arrestation au Monténégro l'année dernière pour possession de documents officiels falsifiés et sa condamnation à quatre mois de prison ajoutent à la complexité de son cas. Alors qu'il purge sa peine, les autorités monténégrines doivent encore approuver son extradition et décider de sa destination finale.

Articles qui pourraient vous intéresser