DCG : Les créanciers de Genesis récupérent 90% de leurs actifs ?

Digital Currency Group (DCG) parvient à un accord de principe avec les créanciers de Genesis, promettant des récupérations substantielles et esquissant une nouvelle structure de remboursement partiel.
dcg gemini proces
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

Dernière modification effectuée le 03.09.2023 17:26

Digital Currency Group (DCG), la société mère de Genesis et CoinDesk, a négocié un accord de principe avec les créanciers de Genesis. Cet accord, formalisé dans un dépôt judiciaire plus tôt cette semaine, vise à résoudre les créances financières qui ont augmenté à la suite de l'annonce de la faillite de Genesis en début d'année. Genesis avait interrompu les retraits en novembre de l'année dernière à la suite de l'effondrement de FTX, aboutissant à un dépôt de protection contre la faillite au début de 2023.

Selon les dossiers du tribunal de faillite des États-Unis pour le district sud de New York, Genesis Global Holdco, LLC et ses filiales doivent plus de 3,5 milliards de dollars à leurs principaux créanciers, notamment l'échange de crypto monnaie Gemini, le colosse commercial Cumberland et le New Finance Income Fund de VanEck.

Dynamique de remboursement : stratégie de remboursement à plusieurs tranches dévoilée

Pour compenser les passifs imminents de DCG, qui s'élèvent à environ 630 millions de dollars en prêts non garantis échéant en mai 2023 et 1,1 milliard de dollars en vertu d'une reconnaissance de dette non garantie échéant en 2032, une nouvelle structure de remboursement partiel a été orchestrée. Cette stratégie comprend un système de remboursement à deux tranches : l'une impliquant environ 328,8 millions de dollars avec une échéance de deux ans, et une autre comprenant 830 millions de dollars avec une échéance de sept ans. De plus, DCG allouera 275 millions de dollars en quatre versements ultérieurs, en se concentrant sur les échéances de mai 2023.

Le nouvel accord est mémorable, car il propose des taux de récupération variant entre 70% et 90% en équivalent USD pour les créanciers non garantis et entre 65% et 90% de récupération sur une base en nature, sous réserve d'une documentation définitive et d'une tarification de marché.

Articles qui pourraient vous intéresser