Crypto : 3AC avait emprunté $2,36 milliards à Genesis

Three Arrows Capital est débiteur d’une somme de plus de 2,36 millliards. Il est révélé que le fonds a effectué plusieurs prêts auprès de Genesis et qu’aux termes de ces derniers, 3AC n’a pu respecté ses engagements.
fonds three arrows capital

Dernière modification effectuée le 07.08.2022 20:21

Encore de nouvelles données dans l'affaire Three Arrows Capital ! Le prêteur de cryptomonnaies Genesis avait prêté plus de 2,36 milliards au désormais célèbre fonds d'investissement. Cette créance, d'un montant astronomique, n'avait pas été révélée plus tôt et vient aggraver la situation de 3AC.

Pour rappeler le contexte, Three Arrows Capital traverse des difficultés financières depuis plusieurs mois, à tel point qu'un tribunal l'avait en premier lieu déclaré en liquidation, avant qu'il finisse par déposer le bilan en vertu du chapitre 15 début juillet. On l'évoquait hier, depuis cette date, 3AC tente de rembourser ses créanciers. Mais la liste est longue. Et la nouvelle d'aujourd'hui la rallonge considérablement compte tenu du montant réclamé par Genesis.

Genesis a accepté de prêter $2,36 milliards à Three Arrows Capital

Selon un média, qui a pu consulter les documents officiels du dossier de Three Arrows Capital, Genesis Asia Pacific Pte Limited, filiale du groupe, lui a prêté 2,36 milliards de dollars. En réalité, il y a plusieurs prêts, tous assortis d'une exigence de marge de plus de 80%. Toujours selon les documents consultés, il ressort que la dette est collatéralisée.

Les deux prêts octroyés par Genesis étaient garanties par trois bloc d'actions du Grayscale Bitcoin Trust (GBTC), avec un total de 17 443 644 actions, ainsi que 446 928 actions du Grayscale Ethereum Trust, puis 2 739 043,83 AVAX, le jeton natif de la blockchain Avalanche, et enfin 13 583 265, le jeton natif du protocole NEAR.

Genesis trading exposition 3AC

Mais alors que s'est-il passé ?

Une des lettres montre que Three Arrows Capital n'a pas honoré ses engagements. A la place, il aurait même violé deux accords de prêt signés en janvier 2019 et janvier de l'année d'après. En outre, il est reproché au fonds d'investissement de ne pas avoir respecté l'exigence de 80% de marge, ce qui a poussé Genesis à vendre les collatéraux.

Après cela, Genesis a déclenché une procédure d'arbitrage pour récupérer une partie de sa créance. La procédure d'arbitrage a été intentée devant l'American Arbitration Association (AAA) de New York. Toutefois, elle a été mise en stand by lors de la nomination du nouveau liquidateur de 3AC.

Genesis n'est pas exposé à 3AC

Malgré cette dette gigantesque, Genesis affirme ne pas être une victime collatérale de 3AC. Il est vrai que de nombreuses sociétés ont été entraînées ou simplement mises en difficultés en raison de la faillite du fonds. Toutefois, Genesis ne peut pas nier la crainte qu'elle a eu en voyant la faillite de 3AC. Des documents internes à l'entreprise alertaient sur des pertes potentielles (“à neuf chiffres”) en raison de son “exposition à 3AC”. Ce qui est confirmé par le porte parole de Digital Currency Group (DCG).

“Les bilans de DCG et de Genesis restent solides. Sans exposition restante à Three Arrows Capital, Genesis continue d'être bien capitalisé et ses opérations se déroulent comme d'habitude.”

Porte parole de DCG

En fait, les risques ont été transférés à DCG lorsque la société a accepté, conformément à des accords antérieurs, de prendre en charge une partie des engagements de Genesis. De fait, c'est désormais la société DCG qui a récupéré les risques et qui se trouve exposée aux pertes potentielles (et très probables) des emprunts en cause. Par conséquent, c'est aussi DCG qui récupère la procédure, y compris pour la procédure d'arbitrage. Sur ce dernier point, il apparaît d'ailleurs que DCG a déposé une demande pour que soit placé sous séquestre les 1,1 milliards de dollars du prêt “non garantis en cours”.

CEO digital currency group
CEO de Digital Currency Group

Force est de constater que les jours passent, mais que Three Arrows Capital s'enfonce toujours un peu plus.

Articles qui pourraient vous intéresser