“L’euro numérique permettra un certain degré de contrôle des paiements” – Christine Lagarde

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a reconnu que l’euro numérique (CBDC)impliquerait un certain niveau de “contrôle” des paiements lors d’une conversation vidéo.
lagarde bce cbdc controle
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

Dernière modification effectuée le 06.09.2023 23:51

Une vidéo largement partagée sur les médias sociaux met en scène la présidente de la BCE, Christine Lagarde, admettant que sa CBDC en préparation, l'euro numérique, sera utilisée pour réguler les paiements dans une certaine mesure.

La vidéo, tirée d'une parodie vieille de trois semaines, a d'abord été partagée par le compte Watcher.Guru sur Twitter. On y retrouve Lagarde exprimant son souhait de ne pas dépendre d'une monnaie émise par des “pays hostiles” ou soutenue par une “entité corporative privée telle que Facebook ou Google“. Elle souligne sa conviction personnelle de l'importance de progresser dans l'initiative de l'euro numérique.

Un faux Zelensky pousse Lagarde à admettre une forme de contrôle des paiements grâce à l'euro numérique

La vidéo humoristique date en réalité du 17 mars. Christine Lagarde pensait converser avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, alors que son interlocuteur était en réalité un imposteur.

En effet, l'auteur de la plaisanterie a déjà eu des échanges similaires avec d'autres personnalités publiques, telles que l'auteure de Harry Potter, J.K. Rowling, et l'ancien président des États-Unis, George W. Bush.

Lorsque l'imitateur “Zelensky” a fait remarquer que les manifestants européens “ne veulent pas être contrôlés” par une monnaie numérique de banque centrale, Lagarde a acquiescé, déclarant qu'”il y aura du contrôle, vous avez raison. Vous avez tout à fait raison.” Cependant, elle a précisé que le niveau de contrôle serait “limité“, ajoutant :

“Nous envisageons de mettre en place un mécanisme sans contrôle pour des montants très faibles, autour de 300 ou 400 euros. Mais cela pourrait être dangereux.”

Les commentaires de la présidente de la BCE ont été fortement critiqués par la communauté crypto, en particulier en ce qui concerne sa suggestion qu'un euro numérique permettrait de contrôler les individus et leurs transactions.

La BCE a lancé en juillet 2021 une enquête de deux ans sur un euro numérique et a fait état de ses avancées. La direction à prendre pour ce projet de CBDC devrait s'éclaircir considérablement à partir du mois d'octobre, comme l'expliquait Christine Lagarde.

Articles qui pourraient vous intéresser