Après la France, le Royaume-Uni durcit le ton face aux influenceurs crypto

Les régulateurs britanniques mettent en garde les influenceurs crypto qui réalisent des promotions trop agressives, tandis que la France envisage simplement d’interdire de telles promotions.
Influenceurs crypto royaume-uni

Les régulateurs financiers et publicitaires du Royaume-Uni, la Financial Conduct Authority (FCA) et l'Advertising Standards Authority (ASA), ont uni leurs forces pour mettre en garde les influenceurs sur les réseaux sociaux contre la promotion de services ou produits mettant en avant une approche “devenir riche rapidement”. Ils ont souligné que ceux qui ne se conforment pas pourraient faire face à des conséquences juridiques. Les régulateurs ont publié une checklist en sept points le 6 avril pour aider les influenceurs à rester dans les limites de la loi lorsqu'ils parlent de crypto-monnaies et de jetons non fongibles (NFT).

La checklist encourage les influenceurs à évaluer s'ils sont à même de promouvoir un produit financier et met en garde sur le fait que les adeptes pourraient “perdre tout leur argent” suite à un investissement. Il conseille également d'éviter de donner l'impression qu’investir dans des crypto est une décision facile ou de créer un sentiment d'urgence ou de FOMO parmi leur audience. En plus de réaliser une “due diligence”, les influenceurs devraient demander l'approbation de la FCA et s'assurer que leurs publicités sont conformes aux directives de l'ASA.

Sarah Pritchard, directrice exécutive de la FCA, a souligné une récente augmentation des promotions financières illégales. Elle a souligné que les influenceurs participent souvent à de telles promotions sans comprendre les règles ni le préjudice potentiel qu'ils pourraient causer à leurs communautés. Pour souligner les risques associés à ces stratégies de marketing, la FCA et l'ASA se sont associés à l'ancienne candidate de Love Island UK, Sharon Gaffka. La FCA organisera également une “table ronde ouverte” avec des agents d'influenceurs dans les mois à venir.

Pendant ce temps, la France se rapproche de l'interdiction de promotions rémunérées associées aux cryptos. L'Assemblée nationale a approuvé une proposition d'amendement le 23 mars. Si elle est adoptée, la nouvelle loi ajoutera les cryptomonnaies à une liste de produits restreints, tels que les jeux d'argent et les produits pharmaceutiques, que les influenceurs ne peuvent pas promouvoir. Les influenceurs ne respectant pas cette règle pourraient être passibles d'une peine de deux ans de prison et d'une amende de 30 000 euros.

Articles qui pourraient vous intéresser