Privacy Pools : le Fork de Tornado Cash qui permet de prouver son innocence

Un fork du protocole Tornado Cash, Privacy Pool v0, utilise le Zero-Knowledge sur le layer 2 Optimism pour résoudre les problèmes d’anonymat.
privacy pools tornado cash fork

Cette semaine, le protocole Tornado Cash a fait son grand retour avec un nouveau fork utilisant la technologie Zero-Knowledge afin de prouver sa légitimité : Privacy Pools. Tornado Cash avait été mis sous les feux de la rampe par l'OFAC en raison de certains problèmes d'anonymat permettant son utilisation par des criminels. Il y a quelques mois maintenant, le site internet du protocole ainsi que les dépôts GitHub avaient été fermés en raison d’activités illégales présumées telles que le blanchiment d’argent et le trafic. C’est à partir de ce moment-là que certains développeurs se sont mis au travail afin de trouver des solutions entre anonymat et le fait de pouvoir prouver la légitimité des fonds. Une première solution est proposée.

Privacy Pools : préserver l'anonymat et prouver la légitimité des fonds

Le développeur Ameen Soleimani a travaillé activement sur une nouvelle version du protocole par le biais d'un fork afin de résoudre le problème et de répondre aux plaintes antérieures du département du Trésor américain concernant le blanchiment d'argent. Plus précisément, l'opération originale restera la même pour les utilisateurs, à savoir déposer leurs fonds dans un pool de liquidités, puis les retirer à une adresse totalement vierge, empêchant de relier les adresses entre elles. Privacy Pools utilise des preuves à connaissance nulle (ZK ou Zero-Knowledge) pour prouver que les fonds des transactions anonymes ne sont pas liés à des activités criminelles.

C'est l'occasion de démontrer l'ingéniosité de la communauté cryptographique en termes d'autorégulation et de mettre en évidence la puissance impressionnante des preuves à connaissance nulle”, déclare Ameen Soleimani, qui développe Privacy Pools. Cette innovation est basée sur un système bien connu, les Zero-Knowledge Proofs, qui permettent de vérifier des informations, telles qu'une transaction sur une blockchain, sans divulguer les détails spécifiques de la transaction. La patience est toutefois de mise, car cette version du protocole est encore expérimentale et n'a été appliquée au testnet d'Optimism que la semaine dernière. Alors qu'une tentative antérieure développée par Chainway permettait également de prouver l'innocence d'adresses compromises, Privacy Pools offre quelque chose de différent, mais tout aussi fonctionnel.

Fork Tornado Cash

Privacy Pools V0 : fonctionnement

Fondamentalement, les “Pools de confidentialité v0” fonctionnent de la même manière que Tornado Cash, c'est-à-dire qu'ils sont conçus pour rompre le lien entre votre adresse de dépôt initiale et votre nouvelle adresse de retrait. Cependant, les pools de confidentialité v0 (Privacy Pools V0) ajoutent une nouvelle couche de paramètres. Le protocole des Privacy Pools permet de configurer des ensembles de confidentialité qui permettent aux utilisateurs honnêtes d'exclure les pirates et les mauvais acteurs de leurs transactions. Il est donc difficile pour les blanchisseurs d'argent de profiter du système. Par conséquent, les utilisateurs peuvent prouver deux choses.

La première, c'est la preuve de l'inclusion dans un sous-ensemble de bons référentiels et la deuxième la preuve de l'exclusion d'un sous-ensemble de mauvais référentiels. Au fil du temps, à mesure que les communautés créent des listes de dépôts, l'anonymat des pirates est réduit pour n'inclure que les mauvais dépôts, ce qui, bien sûr, empêche toute possibilité de blanchiment d'argent. Il reste maintenant à voir si ces développements conduiront à un assouplissement des sanctions de l'OFAC. Fin janvier, Vitalik Buterin, cofondateur d'Ethereum, a ouvert le débat sur les adresses invisibles. Celles-ci permettent aux utilisateurs d'accroître leur vie privée et, en même temps, de résoudre le problème de la réutilisation des adresses.

Articles qui pourraient vous intéresser