Le fondateur et le PDG de Gala Games s’attaquent en justice pour vol et abus de biens

La querelle entre les dirigeants de Gala Games dégénère en chaos juridique, entraînant une baisse de 8% de la valeur du token natif de l’entreprise.
gala games justice pdg fondateur
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

Gala Games, un poids lourd du secteur des jeux blockchain, se trouve à un carrefour, non pas en raison des conditions du marché, mais à cause de conflits internes. La bataille juridique entre le PDG Eric Schiermeyer et le co-fondateur Wright Thurston s'est transformée en un spectacle public, affectant la valeur du token natif de Gala, qui a chuté de près de 11% sur la journée.

Jason Brink, président de la Blockchain chez Gala Games

Les poursuites, avec des accusations allant de l'abus de confiance à la mauvaise gestion, ont plongé les opérations de l'entreprise dans un état de tumulte. Bien que le token Gala puisse être la victime immédiate, les implications à long terme sur Gala Games pourraient être considérables.

Un maillage complexe de poursuites

La poursuite déposée par Schiermeyer est une attaque cinglante contre Thurston, alléguant que le co-fondateur a acquis et vendu illicitement des tokens GALA d'une valeur stupéfiante de 130 millions de dollars. Selon le PDG, Thurston a exécuté ces transactions par une série de manœuvres complexes conçues pour obscurcir leur origine. Le dossier, déposé au nom de Blockchain Game Partners, la société mère de Gala Games, implique également True North United Investments, la propre entreprise de Thurston, en tant que défendeur. Schiermeyer pousse pour le recouvrement des actifs volés et l'éviction de Thurston de la société.

Contre-plaintes et effet domino

N'étant pas du genre à accepter ces allégations sans réagir, Thurston a riposté avec sa propre poursuite. Ses contre-plaintes accusent Schiermeyer d'avoir gaspillé environ 600 millions de dollars d'actifs de l'entreprise et des actionnaires. Le co-fondateur soutient que Schiermeyer a utilisé les ressources de l'entreprise à des fins personnelles, formant même des entités offshore pour détourner des opportunités commerciales. À mesure que la procédure juridique avance, la direction de Gala Games devient de plus en plus fracturée. Tandis que d'autres dirigeants optent pour la neutralité, Jason Brink, le président de la blockchain chez Gala Games, a déclaré que les poursuites apporteraient une transparence bien nécessaire.

Articles qui pourraient vous intéresser