Craig Wright conteste les accusations de falsification de preuves dans le procès COPA

Craig Wright conteste les accusations de falsification de preuves affirmant être Satoshi Nakamoto, offrant des explications pour chaque incohérence soulevée lors de son procès à Londres face à la COPA.
craig wright proces bitcoin
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités
  1. Craig Wright, autoproclamé inventeur du Bitcoin, nie avoir falsifié des documents pour prouver qu'il est Satoshi Nakamoto, lors de son procès à Londres.
  2. Wright attribue les incohérences dans ses preuves à des erreurs humaines, comme l'autoplagiat et une mauvaise gestion multitâche, plutôt qu'à des tentatives de falsification.
  3. La Crypto Open Patent Alliance, une alliance de défenseurs de la crypto monnaie et de développeurs a poursuivi Wright, l'accusant de falsifications à grande échelle pour prouver qu'il est Satoshi Nakamoto.

Craig Wright, scientifique informatique australien et autoproclamé inventeur du Bitcoin, s'est défendu contre les accusations de falsification de preuves lors de son premier interrogatoire croisé au tribunal de Londres. Confronté à chaque incohérence soulevée par l'avocat de la partie adverse, Wright a proposé une explication pour chacune, allant de l'autoplagiat à une mauvaise gestion multitâche.

Déni de falsification

Wright a réfuté l'accusation selon laquelle des incohérences dans un document PDF prouveraient une manipulation. “Si j'avais falsifié ce document, alors il serait parfait,” a déclaré Wright, soulignant que les erreurs typographiques indiqueraient plutôt l'absence de modification. Cette affirmation intervient dans le cadre d'un procès au Royaume-Uni qui pourrait invalider sa prétention controversée d'être le père de la crypto monnaie.

Accusations d'envergure industrielle

COPA, une alliance de défenseurs de la crypto monnaie et de développeurs a poursuivi Wright, l'accusant de falsifications à grande échelle pour prouver qu'il est Satoshi Nakamoto, l'inventeur pseudonyme de Bitcoin. En réponse, Craig Wright a nié avoir forgé divers éléments qu'il avait précédemment présentés comme preuves qu'il est l'auteur du document fondateur de Bitcoin, connu sous le nom de white paper.

Des explications pour chaque incohérence

Face aux questions de Jonathan Hough, avocat pour la Crypto Open Patent Alliance (COPA), Wright a attribué les incohérences de ses arguments à toutes sortes de facteurs, depuis l'auto-plagiat et les erreurs d'impression jusqu'aux maladies ou aux décès de divers témoins.. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il avait masqué la barre d'adresse d'un navigateur web lors de l'enregistrement de vidéos distinctes censées montrer son accès à un compte de courriel lié à Satoshi, Craig Wright a invoqué ses compétences limitées en multitâche.

Interrogatoire prolongé

L'interrogatoire croisé de Hough a duré toute une journée, examinant les pièces clés de preuve présentées par Wright, y compris des paiements par carte de crédit, des e-mails, des documents et des tweets que COPA affirme prouver que la revendication de Wright d'être Satoshi est un “mensonge éhonté“. Craig Wright a hésité lorsqu'on lui a demandé s'il considérerait le matériel présenté jusqu'à présent comme celui sur lequel il se repose principalement pour soutenir sa revendication d'être Satoshi.

L'interrogatoire de Craig Wright doit se poursuivre jusqu'au moins le 13 février, selon un calendrier provisoire partagé par le tribunal.

Articles qui pourraient vous intéresser