Cøbra doit révéler son identité pour affronter Craig Wright dans un procès

Cobra, l’opérateur anonyme de Bitcoin.org doit s’identifier au tribunal s’il veut contester le paiement des frais de justice de Craig Wright.
craig wright cobra bitcoin org
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

la Haute Cour de Londres a décidé que Cøbra, l'anonyme opérant actuellement Bitcoin.org, doit révéler son identité s'il veut contester les frais de justice réclamés par l'inventeur autoproclamé de Bitcoin, Craig Wright, dans le cadre d'un procès.

Le site Web Bitcoin.org dont il est question était à l'origine enregistré et détenu par Satoshi Nakamoto et Martti Malmi, les deux véritables précurseurs du Bitcoin. Bitcoin.org a joué un rôle déterminant dans le lancement de Bitcoin. Mais Craig Wright, un entrepreneur australien qui prétend être Satoshi Nakamoto, a accusé le site de violation du droit d'auteur pour avoir hébergé une copie du white paper de Bitcoin. En plus d'être obligé à retirer le livre blanc, Cøbra doit payer £35 000 pour couvrir les frais juridiques de Wright. S'il veut contester ces frais, Cøbra doit révéler son identité pour faire face à Craig Wright devant le tribunal. Suivez le rapport.

Cøbra, l'opérateur anonyme de Bitcoin.org face à un dilemme

bitcoin org cobra

La décision est venue de la Haute Cour de Londres, l'organe qui juge le différend entre les deux parties: Craig Wright et Cøbra (qui reste dans l'anonymat). Cøbra a perdu une affaire contre Wright en première instance devant les tribunaux britanniques en juillet. Un tribunal britannique a accordé à Wright les droits sur le logiciel et le livre blanc Bitcoin Core, qui sont hébergés par bitcoin.org. Jason Rowley, le juge chargé de l'affaire, a déclaré que “la décision de contester les dépens contrastait fortement avec le procès de fond dans lequel le défendeur semblait assez optimiste quant à l'effet de l'injonction, c'est-à-dire la suppression du document pertinent du site Web”.

En conséquence, Rowley a décidé que Cøbra devra révéler son identité s'il veut contester la décision du demandeur. Il a déclaré en effet : «J'en suis venu à la conclusion que si le défendeur veut contester le mémoire de frais du demandeur, il devra s'identifier de la manière indiquée dans l'avis de requête. Jusqu'à ce que cela se produise, le tribunal ne peut pas prendre connaissance des points de discorde soulevés», a déclaré Rowley. Le juge a déclaré que si Cøbra ne souhaite pas révéler son visage, cela est possible à travers une demande d'anonymat, cependant, le développeur doit au moins révéler son vrai nom.

Jusqu'où ira le combat de Craig Wright ?

Ce n'est pas la première fois que Wright défend sa prétention d'être Satoshi devant un tribunal. L'Australien a fait la même chose fin octobre devant un tribunal en Norvège, lorsqu'il a affronté Magnus Granath, connu sous le pseudo Hodlonaut sur Twitter. À l'époque, Wright a subi un revers lorsque le tribunal norvégien a jugé qu'il n'avait pas réussi à prouver qu'il était Satoshi. “j'ai suffisamment de preuves pour montrer que Wright a menti et triché dans ses tentatives pour prouver qu'il était bien l'inventeur de la crypto monnaie”, a déclaré le juge chargé de l'affaire. Les avocats de Cøbra, quant à eux, ont qualifié l'ordonnance demandée par Wright d'«ordonnance draconienne empêchant l'accusé d'être entendu».

Ils ont fait valoir qu'il n'y avait rien dans les règles de procédure civile britanniques qui obligent une partie à s'identifier lors de la signification des points litigieux. En présentant leurs arguments, aucune des parties n'a pu trouver de précédent dans lequel une partie non identifiée à la procédure aurait joué un rôle actif. Les affaires impliquant une partie non identifiée sont généralement de nature pénale, dans lesquelles la personne inconnue ne prend aucunement part à la procédure. La situation actuelle semble être unique et compliquée pour Cøbra.

Articles qui pourraient vous intéresser