Mark Zuckerberg reste optimiste pour son Metaverse malgré les pertes

Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, a déclaré qu’il restait optimiste quant au Metaverse à plus long terme, malgré les pertes accumulées.
Zuckerberg Meta Metaverse
Possédez ce bout d'histoire
Profitez de nombreux avantages en collectionnant nos actualités

S'exprimant lors du DealBook Summit mercredi 30 novembre, le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, a déclaré qu'il avait toujours “un optimisme à long terme pour le Metaverse“. De plus, il n'est pas phasé par le scepticisme autour de l'état actuel de l'écosystème. Lors d'un rassemblement de certains des plus grands noms du secteur financier, Zuckerberg a été interrogé sur les inquiétudes croissantes concernant le Metaverse. Sa réponse a assuré aux auditeurs que sa foi restait forte. De plus, il a partagé la vision de la direction que peut prendre le développement. Suivez le reste dans cet article.

Mark Zuckerberg croit toujours à son monde virtuel malgré les critiques

Zuckerberg Meta Metaverse

Apparaissant à distance pour une interview au sommet DealBook du 30 novembre à New York, Zuckerberg a été interrogé sur la question de savoir si le jeu Metaverse des géants de la technologie était toujours viable compte tenu de son coût et des doutes émis sur la plateforme. Le dirigeant de Meta répond simplement : “Je pense que les choses semblent très différentes sur un horizon de dix ans par rapport à la zone dans laquelle nous nous trouvons pour les prochaines années […] Je suis toujours complètement optimiste sur toutes les choses pour lesquelles nous avons été optimistes”. Il a ajouté qu'une partie de «voir les choses à travers» à plus long terme consistait à «surmonter» les doutes sur ses ambitions.

Les derniers résultats de Meta, publiés le 26 octobre, ont révélé la perte trimestrielle la plus importante jamais enregistrée par sa branche de construction de Metaverse, Reality Labs, remontant au quatrième trimestre de 2020. La branche de réalité virtuelle de Zuckerberg a coûté 9,44 milliards de dollars en 2022, se rapprochant des 10 milliards de dollars de pertes enregistrées pour 2021. Lors de l'appel des résultats à l'époque, Zuckerberg n'était pas impressionné par le coût, qualifiant son Metaverse de “prochaine plateforme informatique“. Il a doublé cette affirmation chez DealBook : “Nous n'allons pas être ici dans les années 2030 pour communiquer et utiliser des appareils informatiques qui sont exactement les mêmes que ceux que nous avons aujourd'hui, et quelqu'un doit construire cela, investir et y croire.”

Mark Zuckerberg attaque brièvement Apple

Zuckerberg a également envoyé quelques coups à son concurrent Apple concernant ses politiques restrictives sur l'App Store, qui ont notamment imposé des restrictions sur les échanges crypto et les applis reliées aux NFTs (jetons non fongibles).

Je pense qu'Apple s'est en quelque sorte distingué comme la seule entreprise qui essaie de contrôler unilatéralement ce que les applications obtiennent sur un appareil et je ne pense pas que ce soit un endroit durable ou bon.” Il a souligné d'autres plateformes informatiques telles que Windows et Android, qui ne sont pas aussi restrictives et autorisent même d'autres marchés d'applications, l'utilisation de logiciels ou d'applications tiers.

Le PDG de Facebook a ajouté que l'engagement de Meta était de permettre l'innovation avec ses unités VR existantes et ses unités de réalité augmentée (AR) à venir en espérant que les futures plateformes de Metaverse seraient également ouvertes et interconnectées. “Je pense qu'il est problématique pour une entreprise de pouvoir contrôler le type d'expériences des applications sur l'appareil.”  Notons que les investissements dans Reality Labs représentent «moins de 20%» du budget de Meta, au moins «jusqu'à ce que le Metaverse devienne quelque chose de plus grand», a-t-il déclaré.

Articles qui pourraient vous intéresser