FUD USDT : Tether accusé d’utilisation de documents et identités frauduleuses

Documents frauduleux, identités dissimulées et création de sociétés-écrans : un rapport du Wall Street Journal accable Tether.
usdt tether fud wsj

Il y a des choses qui semblent nous accompagner toute notre vie et le fameux “FUD Tether” en fait probablement partie. En effet, la société émettrice du stablecoin USDT est souvent sujette à controverse dans le monde des crypto monnaies. De nombreuses craintes sont notamment émises sur le fait que le stablecoin ne soit pas réellement adossé à des dollars américains ou équivalents dans un rapport de 1:1. Le dernier rapport du Wall Street Journal n'arrangera probablement pas les choses. Au menu ? Documents frauduleux, identités dissimulées et création de sociétés-écrans : rien que ça.

La lutte de Tether pour maintenir l'accès au système bancaire

tether usdt banque-min

Dans un monde bancaire extrêmement régulé, il n'est pas toujours facile d'être une société crypto. Tether aurait donc eu recours à des techniques peu conventionnelles, voire frauduleuses pour maintenir l'accès à ce dernier. C'est du moins ce que révèle la fameuse enquête du Wall Street Journal. Tout commence en 2017, lorsque Wells Fargo & Co a cessé de traiter les transactions de plusieurs comptes bancaires taïwanais de la société américaine. Tether avait par la suite déclaré dans une plainte contre la banque que cela constituait une menace existentielle pour la pérennité de l'entreprise.

Selon des documents cités par le Wall Street Journal, les sociétés à l'origine de Tether ont ouvert de nouveaux comptes à Taïwan sous le nom Hylab Technologies Ltd. Ces fonds étaient en réalité détenus en fiducie par Chrise Lee, PDG de la boîte. En parallèle, un compte distinct a été ouvert en Turquie sous le nom d'une société nommée Deniz Royal Dis Ticaret. Depuis, ce compte a été accusé par le ministère de la Justice américaine d'avoir été utilisé pour blanchir de l'argent pour un groupe terroriste.

Bitfinex, la société sœur de Tether, est également dans le viseur de l'enquête. Cette dernière aurait transféré plus de 1 milliard de dollars à une société basée au Panama. La société, Crypto Capital Corp, était déjà bien connue pour ouvrir des sociétés-écrans pour des entreprises crypto. Bitfinex prétend finalement avoir été victime d'une fraude de la part de cette société. En attendant, c'est plus de 850 millions de dollars d'actifs qui ont été saisis pour fraudes bancaires et blanchiment d'argent présumés dans cette histoire.

Fausses identités et tromperies ?

Les documents révèlent d'autres tactiques de tromperie, cette fois-ci avec une banque américaine. En 2018, la Signature Bank de New York a fermé deux comptes liés à Tether et ses sociétés associées. La banque avait également refusé une demande de compte de Bitfinex. Cependant, un courtier en carburant pour l'aviation s'est rapidement approché de Signature Bank pour ouvrir un compte. Le courtier nommé AML Global a affirmé vouloir utiliser le compte pour échanger des cryptos sur Kraken.

Cependant, selon les rapports, le propriétaire d'AML Global, Christopher Harbourne, possède également environ 12% de Tether et Bitfinex. Le problème ? Ce dernier possède ces actifs sous un nom différent : Chakrit Safrunit. Ce nom était déjà bien familier à Signature Bank, puisqu'il avait été inscrit sur liste noire comme quelqu'un tentant d'éviter les mesures de lutte contre le blanchiment d'argent. Après avoir été provisoirement accordé, le compte d'AML Global a été rapidement fermé. La raison : Signature Bank ont remarqué que l'activité du compte était liée à Bitfinex, et non Kraken !

Tether se retrouve donc encore une fois au centre d'allégations et controverses. L'émetteur du plus gros stablecoin du marché a toujours été critiqué concernant sa prétendue opacité et manque de transparence. Reste à voir comment cette histoire affectera l'entreprise, qui s'est déjà relevée plus d'une fois des différents coups qu'on a tenté de lui porter.

Le CTO de Tether, Paolo Ardoino, a répondu aux accusations directement sur Twitter, comme à son habitude :

Je suis à l'anniversaire de PlanB à Lugano.
Tellement d'énergie et de gens excités de parler de Bitcoin.
Pendant que j'étais sur scène, j'ai entendu des klaxons de clowns, je suis presque sûr que c'était le WSJ.
Comme toujours, une tonne de désinformation et d'inexactitudes. Pauvres gars, ça doit être difficile d'être eux mais il nous faut de meilleurs médias.

Plus tard, l'entreprise Tether elle-même a partagé un communiqué de réponse à l'article du Wall Street Journal, classifiant ce dernier de “rapport sur les allégations périmées d'il y a longtemps totalement inexact et trompeur.”

Bitfinex et Tether sont de fiers partenaires de l'application de la loi mondiale, et aident régulièrement et volontairement le Département de la Justice des États-Unis et d'autres organisations d'application de la loi à travers le monde à prévenir le blanchiment d'argent, le terrorisme et d'autres crimes commis par de mauvais acteurs.

Ces attaques déloyales ne nous détourneront pas de la poursuite de ces efforts et de l'offre de l'expérience stablecoin la plus liquide et la plus fiable, ce que le marché a clairement reconnu en faisant de nous les leaders du secteur.

Tether
Articles qui pourraient vous intéresser