Découvrez l'univers crypto en profondeur

ArtBlocks – Quand l’art du XXᵉ siècle croise la blockchain Ethereum

Sur la Blockchain Ethereum, au milieu de la folie spéculative des NFT tous aussi extravagants les uns que les autres tels que les Cryptopunks et Bored Ape, une communauté d’amateurs d’art contemporain se démarque avec les NFT ArtBlocks !

ArtBlocks – Qu’est-ce que c’est ?

Artblocks est un projet NFT centralisé créé en novembre 2020 sur la Blockchain Ethereum. Bien que le projet arrive tout juste sur sa première année d’existence, il a réellement explosé pendant l’été 2021. Cette ascension l’a propulsé dans le top 10 des programmes NFT parmi la vogue majoritaire des Bored Ape et autres projets NFT typés pour des photos de profils de réseaux sociaux. 

ArtBlocks permet à plusieurs artistes de renoms de faire une curation de leur collection par le biais de la Blockchain. Ainsi, chaque visiteur désireux d’acquérir une œuvre d’art unique pourra acheter un ou plusieurs NFT appartenant à la collection.

Chaque collection est constituée de tableaux uniques. La curation d’un artiste propose toujours des variantes de l’œuvre de base. Celles-ci peuvent être des déclinaisons de couleurs, des formes différentes ou une partie de l’œuvre de base imaginée par l’artiste. 
À l’heure actuelle, les NFT les plus vendus restent des œuvres s’imprégnant parfaitement des mouvements modernes du XXème siècle tels que le cubisme ou bien l’abstraitisme.

Comment une collection est créée sur ArtBlocks ? 

Comme pour la majorité des projets NFT sur la blockchain Ethereum, le projet ArtBlocks utilise le processus de chiffrage p5js afin de stocker la nouvelle collection d’un artiste dans la blockchain pour garantir l’immutabilité du projet. 

Cet encryptement permet également à l’artiste de choisir plusieurs critères afin de décliner son œuvre en différents tableaux mintés. 

Si l’on prend l’exemple du Squiggle, la collection de base de ArtBlocks, la collection de celui-ci varie sur plusieurs points : 

  • Là où commence le Squiggle.
  • Le degré de changement du radient de couleur.
  • Le nombre de virages dans le Squiggle.
  • Une part de surprise dans chaque Squiggle, ce qui les rend tous uniques.

Grâce à ce procédé, l’artiste désireux de créer une collection peut se lancer sur le projet ArtBlocks aussitôt qu’il a imaginé son idée. La création de la curation se fait alors en trois temps : 

  1. La proposition du projet à ArtBlocks.
  2. Un appel d’offres à la communauté, avec un nombre limité de NFT par collection. 
  3. La mise en vente de chaque NFT de la collection sur la marketplace. 

ArtBlocks permet d’ailleurs de répertorier toutes les curations en cours ainsi que la totalité des informations concernant les collections mises en ligne et vendues.

Une poussée d’archimède pendant l’Été 2021

La marketplace ArtBlocks n’a qu’un peu moins d’un an et pourtant, elle fait déjà partie des plus grosses capitalisations NFT du moment. 

On peut d’ailleurs apercevoir deux pics de progression majeurs pendant le mois de février où les ventes se sont élevées à 6,580,936.58$ contre dix fois moins le mois précédent soit 656,364.27$ et en Été où le total des ventes de juin, juillet et août s’élève à 658,012 602.54$ – d’après cryptoslam.io

Ces pics de vente sont dûs à de grosses enchères notamment sur la collection des 999 NFT qu’est Fidenza de Tyler Hobbs ou sur les Ringers de Dmitri Cherniak mais également à la popularisation du projet auprès d’un grand nombre de crypto-enthousiastes suite à l’explosion des projets NFT.

Contrairement au monde de l’art tel que tout le monde le connaît, l’art présent sur la blockchain ne semble pas avoir trouvé sa limite de prix. On ne connait pas exactement le prix d’une œuvre d’art numérisée pour ce qu’elle est, on l’achète davantage pour ce qu’elle représente, l’espoir et l’accomplissement d’une nouvelle forme d’Art à travers la Blockchain.

ArtBlocks sur les réseaux

Le projet ArtBlocks est suivi par un peu plus de 80K followers sur Twitter et 11,8K followers sur Instagram. L’équipe de communication du projet met souvent en avant les nouvelles collections disponibles sur artblocks.io ainsi que l’actualité pouvant être produite par le projet.

Concernant Discord, c’est plus de 10K membres qui sont connectés en simultanés sur le serveur. Ceux-ci partagent beaucoup leurs achats, leurs intérêts pour certaines curations ainsi que leur passion pour l’art. 

C’est d’ailleurs sur leurs réseaux sociaux que les membres du Staff de ArtBlocks dont Jeff Davis mettent en avant leurs campagnes de recrutement de nouveaux artistes afin de créer de nouvelles collections.

À l’image des plus grands salons d’art, ArtBlocks est une marketplace régulée par son équipe. Cela permet au projet de faire parler de lui et de ne choisir que les artistes qui représentent parfaitement l’identité de celui-ci. 

Pourquoi Art Blocks n’a pas encore atteint son plein potentiel ? 

Comme la plupart des projets existants sur la majorité des blockchains, ArtBlocks est loin d’avoir atteint son plein potentiel. Cela à cause d’une contradiction de taille avec notre mode de fonctionnement actuel concernant l’Art. 

Généralement, quand on veut acheter une œuvre d’Art, on peut le faire de différentes façons, lors d’une exposition, directement auprès de l’artiste, sur internet ou en faisant une commande au préalable. 

Jusqu’à présent, cela a toujours été possible avec ArtBlocks. Cependant ce qui est beaucoup plus complexe, c’est d’aborder le côté fiscal inhéremment lié à l’achat d’une œuvre d’art. 

En effet, habituellement, lorsqu’on achète une œuvre d’art par les voies classiques, il est tout à fait possible de défiscaliser l’achat sans trop de virevoltes administratives ou juridiques. Cela est dû à la Loi n°2018-1317 du 28 décembre 2018 de finances pour 2019 : article 148 sur la déduction fiscale pour l’achat d’œuvres d’art. 

Avec la Blockchain et la cryptomonnaie en général, cela s’avère compliqué. L’État français est toujours loin derrière les innovations technologiques mises en place par les crypto-enthousiastes, ce qui laisse paraître une véritable complexité pour défiscaliser l’achat de NFT mintés sur la Blockchain Ethereum, en raccord avec ArtBlocks. 

Actuellement, lors d’un achat ou de la revente d’une œuvre d’art sur une marketplace, il est très difficile de justifier la dépense ou le revenu comme un acte pour son patrimoine personnel. Les revenus seront très souvent imposés par la flat tax des 30% usuels. 

D’autant plus que ce genre de procédé d’achat sera sûrement mal vu étant donné que celui-ci peut très bien s’apparenter à de la spéculation pure plutôt qu’à l’agrandissement du patrimoine personnel de l’individu. 

ArtBlocks et les autres projets similaires ne sont donc pas à l’abri d’une ignition des poudres par les amateurs et investisseurs d’art, présents depuis plusieurs dizaines d’années dans le domaine qui sont tout à fait étrangers à la cryptomonnaie et à ce qu’elle peut permettre.

Vers une nouvelle expérimentation de l’art !

Alors que les artistes du 21ème siècle cherchent encore le renouveau, il se pourrait bien être dans la Blockchain ! 

Contrairement aux NFT de type Ape où l’on se fédère à la communauté qu’elle représente, ArtBlocks permet de livrer une part de soi-même aux au regard des autres. C’est grâce à cette toute nouvelle dimension au sein des projets NFT que ArtBlocks pourrait sans doute être l’avenir de l’art dans son ensemble. 

L’envergure que prend le projet ArtBlocks laisse d’ailleurs imaginer un futur  croisement entre deux mondes sociaux, les crypto-enthousiastes et les intéressés aux arts traditionnels. 

Ces deux sphères sociales sont diamétralement opposées autant dans les plans marketing déployés pour les toucher que dans les us et coutumes des groupes. Là où les amateurs d’art sont souvent la même cible que les marques de luxe, les amateurs de cryptomonnaie sont souvent la même cible que les amateurs de paris sportifs et de jeux-vidéo. 

Il est donc encore difficile de savoir si le mélange de ces deux communautés sera hétérogène ou homogène. Quand bien même le serveur Discord de ArtBlocks laisse paraître une réponse optimiste sur cette problématique, à la vue des échanges entre les internautes. 
Le projet Art Blocks laisse une échappée vers une nouvelle expérimentation de l’art où l’on pourrait presque s’imaginer un lendemain où Binance se fera empaqueter comme l’Arc de Triomphe récemment, en hommage au Bulgare Christo.

Sources

Article précédent

Comment utiliser Phantom, le meilleur wallet Solana pour la DeFi et les NFT ?

Article suivant

Cours du 100Man (MAN) - Évolution prix en temps réel, analyses, graphiques et prédiction

Articles qui pourraient vous intéresser
Total
0
Share